Zoo n°71 mai/jun 2019
Zoo n°71 mai/jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°71 de mai/jun 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Arcadia Media

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 66,1 Mo

  • Dans ce numéro : un putain de salopard.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
42 zoom Switch Love Vol.2 d’Akane Ogura Lorsque l’univers craint un déséquilibre, il rétablit la balance. C’est ainsi que dans un monde moderne surpeuplé d’hommes, il transforme, un peu par surprise, le jeune Mamiya en fille. L’évènement impromptu va bien entendu le bouleverser mais aussi semer le trouble chez son meilleur ami, Miyoshi. Vers quoi tendra une relation complice entre garçons si la puberté s’en mêle ? On pourrait croire la série partie pour écluser les poncifs des désirs balbutiants propres aux histoires amoureuses adolescentes nippones mais l’auteur opte dès le premier volume pour un parti pris étonnant qui bouleversera son récit. Si la série ne peut éviter quelques banalités, elle renouvelle aussi très bien son thème. Delcourt, 192 p., n&b, 6,99 € ALEXANDRE MÉTAIS Blue Thermal (3 volumes disponibles) de Kana Ozawa I3LUE THERMAL Sportive et combative, Tamaki se remet bêtement en question après s’être pris un vent d’un béguin. Elle n’a donc qu’une ambition en arrivant à l’université  : passer pour une gentille fille afin de trouver l’amour. Malheureusement (ou pas) pour elle, à la suite d’un concours de circonstances abracadabrantesque, elle entre au club aéronautique et tombe littéralement amoureuse du vol en planeur… Série courte en cinq volumes, ce seinen aux allures de shojo a plusieurs atouts  : le dessin magnifique de Kana Ozawa ainsi qu’une morale fraîche et optimiste. En se laissant un peu aller, voilà de quoi donner envie de s’envoler et se transformer en fleur bleue. Komikku, 224 p.environ, n&b, 7,99 € HÉLÈNE BENEY DOROHEDORO 2002 Q HAYASHIDA/SHOGAKUKAN La série de Q-Hayashida, saga injustement méconnue mais radicalement soutenue par ses amateurs de longue date, se clôt après seize années de publication française. Petit récapitulatif et grande apologie pour ceux qui n’auraient pas encore croisé son chemin malgré cette belle longévité issue d’un rythme de parution tranquille qui aura mis la patience des lecteurs à rude épreuve. Croque, monsieur. Caïman est un grand gaillard amnésique qui vit dans l’insalubre cité de Hole. Il tire son sobriquet de son étonnante trogne reptilienne dont l’a affublé un mage malveillant inconnu. La chose est courante dans M anga DOMMAGES DE MAGES L’inquiétant Caïman au masque à gaz de Dorohedoro referme une dernière fois les mâchoires avec ce vingt-troisième tome. les taudis de Hole, puisque la ville est utilisée comme un vaste laboratoire d’expérimentations pour des magiciens glauques aux masques de tueurs en série qui s’amusent à s’entraîner sur une population locale impuissante et résignée. Résurrection culinaire, transformation en tourte ou en champignon, démembrement, mieux vaut se méfier de la fumée noire organique qui jaillit de leurs membres à loisir. Caïman, fatalement, poursuit l’espoir de retrouver un jour son identité et sa forme originelle en tuant le responsable de sa transformation. Il enfourne pour ce faire dans sa gueule béante tout mage infortuné qui croise sa route et attend la confirmation de l’identité de sa cible par le petit être qui vit dans sa trachée. De sang froid L’ambiance est posée. Le style soigneusement brouillon et définitivement suintant de l’autrice renforce la crasse qui crisse sur tous les éléments de cet univers aussi sombre et jubilatoire qu’il peut être drôle et détendu. Le récit s’est permis de s’étoffer sensiblement depuis ses prémices. Cette quête initiale qui fut vectrice de révélations merveilleusement tarabiscotées n’est rétrospectivement plus l’élément central de cette mésaventure qui construit discrètement sa chorale à mesure que le casting se densifie et que les lecteurs s’attachent. Car si Q-Hayashida a pris son temps, c’est bien pour donner de la profondeur à tout ce qu’elle présente. L’univers de la série est passionnant, la disparition totale de tout jugement moral est fondamentale à l’intrigue et le réseau d’affiliations des protagonistes est prenant. Tout ceci n’est possible qu’avec une totale acceptation de son style graphique, une force visuelle définitivement porteuse autant qu’elle peut rebuter. Un aperçu de ses influences peut être décrypté dans l’excellent numéro 5 du magazine Atom, qui rend ce travail artistique encore minutieusement plus intéressant. ALEXANDRE MÉTAIS DOROHEDORO VOL.23 de Q-Hayashida Soleil, 192 p., n&b, 11,95 € visuel d'illustration
3, 2, 1… NOUVEAUTÉS ! Les deux meilleurs gangsters affrontent un ennemi aux pouvoirs surnaturels, mais il ne peut en rester qu’un. Qui vaincra ? En librairie le 13 juin 2019 Éditeur de manga Quand Hollywood s’oppose au FBI… Lauren Bacall, Groucho Marx, Frank Sinatra, Audrey Hepburn en tête d’affiche. Tome 1 déjà disponible en librairie Bandit 7 volume 2 en librairie le 11/07/2019 The red rat in Hollywood volume 2 en librairie le 09/05/2019 Retrouvez-nous sur 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :