Zoo n°71 mai/jun 2019
Zoo n°71 mai/jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°71 de mai/jun 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Arcadia Media

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 66,1 Mo

  • Dans ce numéro : un putain de salopard.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
40 zoom Shirley de Kaoru Mori Avant Emma et Bride Stories, Kaoru Mori s’était attelée à raconter les histoires de femmes de chambre à l’ère victorienne. Fascinée par les rapports ambigus entre maitres et serviteurs, la mangaka nous offre une plongée dans le quotidien des bonnes anglaises. Bien qu’un peu décousu, puisqu’on ne sait pas encore où souhaite nous emmener l’autrice, ce premier tome est aussi beau qu’agréable à lire. La très jeune Shirley mais aussi Nelly, Norma, Mary ou encore la pétillante jeune maîtresse Madame Cranly, ces femmes fortes se battent toutes à leur manière pour faire bouger les lignes de la condition féminine. Mais avec politesse et bienséance, le petit doigt en l’air, comme on déguste un bon Darjeeling à 17 heures. Ki-oon, 216p., n&b, 7,90 € HÉLÈNE BENEY The Red Rat in Hollywood (2 volumes disponibles) d’Osamu Yamamoto 1947, dans les locaux du FBI. Edgar Hoover, très remonté, harangue ses agents  : Vau' « Que la chasse aux rouges commence ! » Et quoi de mieux pour donner l’exemple que de cibler le cinéma, puisque 85 millions d’Américains s’y rendent chaque année ? Fiction basée sur les débuts de la chasse aux communistes qui a sévi durant la guerre froide aux États-Unis, ce manga offre un récit choral de cette période troublée. Même si l’on n’est pas un spécialiste des prémices du Maccarthysme, on dévore cette série qui allie explications et rebondissements incroyables. Souvent partisane, elle ose la caricature pour mieux appuyer les jeux de pouvoir et surtout offrir en creux une ode aux figures courageuses du septième art. Vega, 224 p., n&b, 8 € LINE-MARIE GÉROLD Elin profite d’une vie plutôt calme avec sa mère, soigneuse de dragons dans un hameau qui les considère avec un mélange de respect et de défiance. En réalité, les Tôda dont celle-ci prend soin sont plus à rapprocher d’alligators virulents mais fragiles que d’entités de légende. Ils n’en sont toutefois pas moins sacrés et d’une importance défensive cruciale. Le village est logiquement totalement chamboulé lorsque ces bêtes meurent et accuse la dresseuse qui devait les préserver, quitte à la condamner hâtivement à l’échafaud. Elin, forcée de fuir, devra quitter l’environnement rassurant qui l’a vu naître pour se réapproprier sa vie bien loin de ce qui fut un jour « chez elle ». S’en sortir Ces quelques lignes sont la longue introduction d’un récit qui, pour l’instant, choisit de dévier des options scénaristiques évidentes qui en découlent. Il reste bien du chemin à parcourir pour cette petite fille qu’on voit grandir mais la série se concentre dans un premier temps sur son émancipation et l’affinement de son contact avec la nature. Sans jamais trancher M anga ELIN, JE M’APPELLE ELIN Nouvelle aventure d’une future dresseuse d’animaux fantastiques, ce troisième tome d’Elin la charmeuse de bêtes nous prend encore à contrepied. avec son ambiance originelle, Elin se réinvente constamment, prenant à contrepied un lecteur habitué à un flux de péripéties stable et à des rebondissements directs. D’une fantasy douce hors des canons occidentaux, l’histoire se module ensuite en récit initiatique altruiste écologique puis fait volte-face pour présenter l’aspect militariste de son univers. Nature et découverte La série, constituée de 11 tomes au Japon, est issue d’un duo de roman et n’a pas encore dévoilé tout son arôme. Elin construit patiemment ses bases et crée encore, au troisième tome, un écrin pour de futures péripéties qui se précisent. Si le premier volume affichait des similitudes avec un récit tel que Mushishi et que le second se rapprochait de Père et fils, ce troisième affirme qu’à terme, il n’en sera rien. Aventure tout public, Elin tire sa force de son découpage narratif et d’une ambiance que l’autrice aime bouleverser dans le respect de son postulat initial. Un bestiaire surprenant constitué autant d’oiseauxloups que de simples abeilles dont l’existence est d’une importance capitale à l’histoire couplé à une héroïne positive alpagueront les jeunes lecteurs et lectrices tandis qu’une promesse de vaste complot, portée par un personnage trouble intriguera les plus grands. La proximité avec la nature ajoute une touche de candeur bienvenue à une histoire fondamentalement tragique. ALEXANDRE MÉTAIS ŒUVRE ORIGINALE Nahoko UEHASHl'eTAKEMOTO SIN ELIN VOL.3 d’Itoe Takemoto et Nahoko Uehashi Pika, 224 p., n&b, 8,05 € Kemono no sôja 2009 (art) Itoe Takemoto, (story) Nahoko Uehashi/Kodansha Ltd.
Fel z É TOME 2 LE 9 MAI k JIGOKURAKU 0 2018 by Yuji Kaku/SHUEISFIA Inc. Nor for sak 1'



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :