Zoo n°70 mar/avr 2019
Zoo n°70 mar/avr 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°70 de mar/avr 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Arcadia Media

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 53 Mo

  • Dans ce numéro : 40 ans de sagas culte.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Manuel Braun E n C ouverture ALEJANDRO JODOROWSKY, LE PLONGE-À-TOUT DE GÉNIE Il n’y a pas que Tintin qui a 90 ans en 2019. AlejandroJodorowsky, le scénariste culte de L’Incal, des Métabarons et de Bouncer, a atteint lui aussi cet âge vénérable. Les Humanoïdes Associés (sa maison d’édition historique) vont dignement fêter cette année en rééditant ses chefs d’œuvre au rythme d’un recueil par mois. Avant de se plonger dans la lecture de ces classiques, prenons le temps de discuter avec leur auteur. Vous donnez l’image d’un homme qui ne vit pas dans la nostalgie. Est-ce qu’il vous arrive parfois de regarder en arrière, de faire un bilan ? AlejandroJodorowsky  : Non, je ne m’occupe pas du passé, je l’ai déjà vécu. Je n’ai pas le temps de m’occuper du passé. Si vous vivez complètement votre présent, vous avancez. Le futur sera ce qui sera. De toute façon, il n’y a qu’un seul futur pour tous à la fin. Il faut vivre tant qu’on peut. Comment avez-vous appris le métier de scénariste ? Par la pratique. Avant de faire de la bande dessinée, j’ai fait du cinéma (généralement, c’est le contraire), du théâtre, de la danse, des marionnettes, de la poésie. J’ai pratiqué tous les arts. Je me suis lancé dans la bande dessinée grâce à un film qui n’a pas pu se faire. C’était Dune, avec Moebius qui faisait le story-board. Tout le monde était très déçu, mais j’ai dit non, il n’y a pas d’échec. C’est juste un changement de chemin. J’ai dit à Moebius, « mes images sont en moi, faisons une bande dessinée ». Alors on a fait L’Incal. Vous avez travaillé avec énormément de dessinateurs, et parmi les plus talentueux. Quels sont les trois qui vous ont le plus impressionné ? Le premier qui m’a impressionné, c’est Moebius. Pas par le dessin, parce que je le connaissais, mais par sa vitesse d’exécution. Pour lui, je n’écrivais pas, je dictais. Je mettais quatre jours à lui dicter chaque volume de L’Incal, à lui jouer les personnages. Et lui, il avait un petit cahier et il dessinait à une vitesse incroyable. À la fin des quatre jours, le découpage et les dialogues étaient en place. Après, il mettait six mois pour réaliser l’album. Il faisait une page par jour ! J’ai bien aimé François Boucq également. Un formidable dessinateur, mais qui chaque fois se bagarrait avec le scénariste. Il pensait que le scénariste était à son service. Chaque fois qu’il recevait un scénario, il le modifiait. Alors, moi je lui ai dit, on va travailler ensemble, mais tu ne vas pas te marrer, parce que je vais te téléphoner tous les jours, et chaque idée que tu me donneras, je vais l’accepter, à ma façon. Et comme ça on l’a fait. Et c’était formidable. Ça a duré pendant des années. Et quand il a arrêté de m’écouter, j’ai arrêté de faire Bouncer. Et puis il y a aussi Arno. Il était exceptionnel. Il avait 20 ans. Un succès immédiat avec le premier tome d’Alef-Thau. Mais il avait un groupe d’amis, qui étaient jaloux et qui l’ont conduit dans la drogue. Il était pur comme un ange. Je lui ai dit « n’écoute personne ! », mais il est tombé dans la drogue, tellement qu’il est mort du Sida. Un vrai drame. Dans pratiquement tous vos albums, il y a un socle religieux, magique, mystique… La réalité, c’est un tout. Mais il y a des habitudes très enfoncées dans l’intellect humain, surtout en France. Ici, on ne peut être qu’une seule chose. Si tu fais plusieurs choses, tu es un touche-à-tout. Moi je veux tout toucher, je veux être un plongeà-tout, qui fait les choses profondément. Il faut aborder tous les thèmes en bande dessinée. Avant, la bande dessinée était pour les enfants, mais ils ont grandi. Et il leur a fallu de la bande dessinée pour adultes. Il faut de la comédie, de la politique, de la religion, du sexe. C’est comme un gâteau qui a tous ces parfums. Donc, je ne peux pas faire une histoire sans parler de religion. Vous avez inventé le terme de psychomagie. Est-ce que vous pouvez définir rapidement ce concept ? L'inconscient existe. Il y a une partie mystérieuse en nous. La transe vaudou dévoile ça. Il y a 21 personnages, comme les cartes du tarot, qui sont des archétypes à l'intérieur de nous. ALEJANDRO JODOROWSKY Avec CADELO GAL WILLIAMS III CIRUELO OPENA
ALEJANDRO JODOROWSKY Pour guérir des maladies psychologiques, Freud a créé la psychanalyse, qui touche à l'inconscient. Elle a trois principes essentiels  : le patient guérit par la parole, immobile ; on ne touche pas le patient ; et il doit payer sa séance. Moi, au contraire, je dis que la psychomagie est gratuite. Le sacré doit être gratuit. Je dis aussi qu'on doit toucher le patient, quand on fait le massage initiatique. Et enfin, que le principal ce n'est pas la parole, ALEJANDRO JODOROWSKY Avec MŒBIUS LES HUMANOÏDES ASSOCIÉS JODOROWSKY Avec BESS E n C ouverture mais les actes, et des actes qu'on n'a jamais faits. Un acte peut guérir plus que mille paroles. Le futurisme disait que la poésie est un acte. Mais attention, pas les actes négatifs, destructeurs. La psychomagie est comme le reflet de la psychanalyse, elle la complète. Le héros est une figure importante de votre œuvre. Qu’est-ce qui vous plaît dans son utilisation ? Il y a quatre figures, comme il y a ALEJANDRO JODOROWSKY Avec lANJETOV RIOU 8 VICOUROUX BARANKO HOMARD quatre parties fondamentales dans la construction de l’être humain (l’intellect, l’émotionnel, le sexuel et le corporel)  : il y a le champion, le meilleur de tous, le héros, capable de se sacrifier pour les autres, le génie, découvreur de nouveaux chemins, et le saint, celui qui – porté par l’amour divin – fait l’union avec tout. Les héros sont idéalisés parce que leur présence convient au système. Les héros sont ni plus ni moins des soldats. L’Histoire, c’est une exaltation de cela (Allons enfants de la patrie, le jour de gloire est arrivé, allez vous faire tuer pour la patrie). Le héros vient défendre la dictature. Mais moi je pense que le vrai héros c’est le sauveur, ce n’est pas le champion. John Difool est un anti-héros, mais qui se révèle au fil des pages de L’Incal. Tout à fait. En fait, le bébé est un anti-héros. Il naît anti-héros, et puis il évolue. On ne sait pas dans quelle direction. Il peut devenir le Christ ou Hitler. La mutilation est un thème qui revient souvent (Alef Thau, Bouncer, La Caste des Méta-Barons).Qu’est-ce que ça représente pour vous ? J’ai été mutilé quand j’étais bébé. On m’a enlevé le prépuce pour des raisons religieuses, sans me demander mon avis. Je ne comprenais pas. À quoi ça sert ? À rien. Et puis j’ai eu des enfants et je n’ai pas eu la volonté de briser cette chaîne de tradition religieuse. J’ai également été marqué par un film japonais où un samouraï a perdu un bras mais continue de se battre. La mutilation peut être vue comme un sacrifice pour découvrir une autre facette de soi. Comme un artichaut dont on enlève les feuilles pour arriver au cœur. ALEJANDRO JODOROWSKY n !rrie Avec BESS BELTRAN MEDELLIN BRANDY ALIXE S’il n’y avait qu’un seul de vos albums à emmener sur une île déserte, vous prendriez lequel ? Je prendrais un volume de Prince Vaillant ou un album du Spirit de Will Eisner, pour ce merveilleux talent de narration. Je ne peux choisir un album parmi les miens. C’est comme si vous demandiez à un père de cent enfants d’en choisir un. Je les ai tous écrits avec cœur et une grande sincérité, je ne peux pas en mettre un particulièrement en avant. Avoir 90 ans n’empêche pas d’avoir des projets ? J’ai beaucoup de projets. À mon âge, on veut tout faire pour ne rien regretter. Je suis sur l’écriture du tome 4 des Chevaliers d’Héliopolis (le tome 3 va bientôt sortir), le tome 4 du Pape terrible est prévu pour cette année, je supervise la réédition de Face de Lune, mon livre Psychomagie va être publié sous peu et mon film Psychomagie, un art pour guérir, est monté. J’attends de connaître la date de sortie en salle. PROPOS RECUEILLIS PAR THIERRY LEMAIRE 90eANNIVERSer ➫ ALEJANDRO JODOROWSKY 90 e ANNIVERSAIRE (2 volumes parus) ➫ VOL.3 LE LAMA BLANC – LES JUMEAUX MAGIQUES Les Humanoïdes associés, 334 p., couleur, 35 € Sortie prévue le 20 mars ➫ VOL.4 AVANT L’INCAL – LE MOT – INVASION – LE COUPABLE Les Humanoïdes associés, 352 p., couleur, 35 € Sortie prévue le 3 avril ALEJANDRO JODOROWSKY VERS =11 Avec AIMIEZ 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :