Zoo n°69 jan/fév 2019
Zoo n°69 jan/fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°69 de jan/fév 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Arcadia Media

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 49,2 Mo

  • Dans ce numéro : la paix ou le chaos.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 R etrouvez-les au F estival d'Angoulême BATMAN EXPOSÉ ET DÉMASQUÉ Le Festival d’Angoulême consacre une exposition à Batman afin de fêter les 80 ans du fameux justicier de Gotham. Rencontre avec l’un des deux commissaires de cette expo, YannGraf, éditeur chez Urban Comics. Extrait de Batman  : the Third Mask, Katsuhiro Otomo En 2018, il n’y a pas eu d’exposition pour les 80 ans de Superman à Angoulême. Cette exposition sur Batman signifiet-elle que ce personnage est devenu plus emblématique que son illustre prédécesseur ? YannGraf  : Batman est devenu au fil Extrait du Garçon prodige, Bob Kane du temps le personnage prééminent de l’Univers DC et l’un des superhéros les plus célèbres au monde, dépassant même en effet en termes de popularité son compère, l’Homme d’Acier. On peut trouver plusieurs explications à ce changement dans les bouleversements sociaux et économiques de ces trente dernières années et notamment la montée des crises sociales et économiques ainsi que le désenchantement progressif du monde occidental. Les deux œuvres marquantes de ce tournant ont été The Dark Knight Returns de Frank Miller, dans lequel on voit un Batman vieillissant affronter Superman lors du final, et surtout le film de Tim Burton en 1989 qui sort accompagné d’une Batmania inédite à ce jour. Il va marquer le début d’une ère de blockbusters à la communication internationale intensive. De plus, d’autres œuvres assurent son statut, notamment en France, d’être l’un des rares super-héros capables de toucher un public plus large  : il en va ainsi de The Killing Joke d’Alan Moore et Brian Bolland ou d’Arkham Asylum de Grant Morrison et Dave McKean. L’exposition est sous-titrée « Un genre américain démasqué ». Est-ce à dire que vous considérez Batman comme un genre en lui-même ou bien est-il pour vous le représentant idéal du genre super-héroïque ? Extrait de The Batman Adventures, Mike Parobeck Un peu les deux puisqu’il est l’un des meilleurs représentants de ce genre  : c’est un personnage qui a été réinventé à chaque décennie afin de toucher le plus large public. Il a été le chantre du capitalisme triomphant dans les années 1950, une icône pop et camp [style propre à une culture gay masculine N.D.L.R.] durant les années 1960, une figure de la montée de l’autodéfense dans les années
R etrouvez-les au F estival d'Angoulême Couverture alternative de Neal Adams 1980, et aujourd’hui un symbole de « l’homme providentiel » qui vient au secours d’une population paranoïaque et crispée. C’est au travers du personnage et de ses multiples avatars qu’on découvre l’histoire des super-héros et leur rapport avec la société qui les entoure, les consomme et parfois les porte en triomphe comme c’est le cas depuis quelques années. Selon quelle logique avez-vous entrepris de démasquer Batman dans cette exposition ? L’exposition suit trois temporalités qui s’entremêlent et se répondent les unes aux autres  : tout d’abord, la temporalité diégétique, celle de l’histoire du héros, de ses origines jusqu’à ses possibles morts ou descendances ; la temporalité historique qui suit les évolutions de la société, des racines du personnage durant la Grande Dépression des années 1930 jusqu’aux craintes actuelles concernant le terrorisme et les bouleversements climatiques ; et enfin l’évolution graphique, esthétique et narrative du héros via ses différents auteurs. Cette exposition est présentée comme « immersive et ludique »  : que pourra-t-on y voir ? L’exposition est divisée en scènes qui reproduisent à chaque fois un lieu mythique des aventures du héros et qui permettent d’évoquer un aspect bien précis ou une composante de son univers. Ainsi, on va débuter par l’allée du crime (le lieu où tout a débuté, puisque c’est là que les parents de Bruce Wayne se sont fait abattre, ce qui fait naître en lui ce désir de justice et de protéger autrui) avant d’entrer dans le Manoir Wayne, la Batcave, de BATMAN EN 6 ALBUMS VF LE PLUS COMPLET Batman Anthologie Depuis le tout premier épisode de Detective Comics voyant la chauve-souris apparaître, jusqu’aux épisodes du New 52 relançant à zéro l’histoire du personnage, balayez plus de 70 ans de publications Batman. Avec un bel appareil explicatif et une vraie variété d’épisodes, vous maîtriserez toutes les bases pour lire toutes les aventures du héros. LE PLUS CULTE Batman The Dark Knight Returns (Frank Miller) Un Batman dystopique, vieillissant, combattant autant le gouvernement américain que les truands et le poids des années, The Dark Knight Returns est LA référence. Ces épisodes signés Frank Miller ont marqué les années 80 jusqu’au film Batman V Superman qui s’en inspire. C’est violent, abrupt et génial. LE PLUS NOIR Gotham Central (Greg Rucka, Ed Brubaker/Michael Lark) Quelle influence pour Batman sur Gotham et sa police ? En 38 épisodes, les auteurs tiennent le héros à l’écart tout en déployant sa puissance symbolique. Les amateurs de séries criminelles, retrouveront avec plaisir tous leurs codes, adaptés à un univers haut en couleur. Une série primée pour sa qualité ! LE PLUS ACCESSIBLE Batman Silence (Jeph Loeb/Jim Lee) Pour qui veut une lecture complète, donnant à voir tous les grands personnages de l’univers Batman avec un solide fond super-héroïque, voici la lecture à faire. Les grandes figures passent une à une dans une intrigue menée tambour battant et dessinée avec fougue et puissance. Plaisir assuré et assumé ! parcourir le toit du commissariat (avec un Bat- Signal à activer !) et de finir dans l’Asile d’Arkham. Je n’en dis pas plus pour ne pas gâcher la surprise, mais chaque salle évoquera l’évolution du héros et de ses composantes au gré des 80 années de publication. Enfin, l’exposition comprendra des planches originales et une salle dédiée à la série animée des années 1990. Que représente Batman pour vous ? C’est tout d’abord beaucoup de travail ! Il est le personnage phare d’un genre américain qui a conquis un vaste public au-delà de ses frontières et qui continue de passionner les lecteurs de tous âges. Et de me passionner également. PROPOS RECUEILLIS PAR CECIL MCKINLEY ➫ BATMAN 80 ANS  : UN GENRE AMÉRICAIN DÉMASQUÉ L’Alpha – Monde Imaginer Du 24 au 27 janvier 2019 LE PLUS FONDATEUR Batman Year one (Frank Miller/David Mazzucchelli) Les origines de Batman, sa toute première année sous le costume. Pour qui veut comprendre l’essence du personnage, il faut lire ce récit. Frank Miller s’y montre une nouvelle fois définitif. C’est LA référence historique pour le personnage, dans une ambiance sombre et élégante. LE PLUS FOU Batman Arkham Asylum (Grant Morrison/Dave McKean) Quand l’asile d’Arkham se révolte et que Batman descend y restaurer l’ordre. Quand l’action est mise en scène par deux artistes sans limites, autant narratives que graphiques, ça donne une lecture qui marque les esprits. Plongée en pleine folie assurée. YANECK CHAREYRE Tous les albums sont publiés chez Urban Comics 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :