Zoo n°69 jan/fév 2019
Zoo n°69 jan/fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°69 de jan/fév 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Arcadia Media

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 49,2 Mo

  • Dans ce numéro : la paix ou le chaos.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 zoom C'est aujourd'hui que je vous aime de François Morel & Pascal Rabaté Dans la France des années 70, un adolescent est totalement dingue de l'une de ses camarades de classe  : la fascinante Isabelle Samain. Jour après jour, cet amour, comme la volonté de franchir un cap dans sa sexualité, l'obsèdent sans relâche. François Morel signe un récit autobiographique tendre, léger et drôle, porteur d'un souci constant du mot juste, l'acteurauteur n'hésitant pas à être direct et cru. Pascal Rabaté prend un plaisir manifeste à mettre en images ces aventures de l'ère giscardienne. Le dynamisme de son trait, comme une certaine ironie perceptible tout au long de l'album, collent parfaitement à cette chronique revigorante, idéale pour commencer l'année le sourire aux lèvres. Les Arènes, 72 p., couleur, 18 € BORIS HENRY UCC Dolores T.1 de Didier Tarquin Il incarnait encore à lui seul ou presque le Soleil des années 90-2000, auréolé des réussites de la saga Lanfeust. Didier Tarquin franchit finalement le pas et signe un album non plus chez son éditeur historique mais chez Glénat. Tarquin scénariste ET dessinateur ne se trahit pas en livrant une aventure spatiale extrêmement dynamique et riche en humour. Son dessin particulièrement inspiré est entièrement tourné vers ces deux objectifs. Immédiatement adoptés, ses personnages habitent un univers suffisamment bien décrit pour laisser voir un beau potentiel de péripéties. L’efficacité de la narration est renforcée par le travail très maîtrisé de Lyse Tarquin à la couleur, parfait contrepoint au dessin. Glénat, 48 p., couleur, 13,90 € YANECK CHAREYRE,.‘ r - B ande D essinée CLOCHARD CÉLESTE L’italien Fabrizio Dori mêle sa passion pour la peinture figurative à son intérêt pour la mythologie, dans le récit de la quête rédemptrice d’un exilé, Le Dieu Vagabond. Une réjouissance chromatique. Dans un champ de tournesols réside un jeune clochard. Pour une bouteille de vin ou un peu de cannabis, il raconte de belles histoires qui ont la réputation de résoudre les problèmes. Certains le surnomment Le Devin. En réalité il s’appelle Eustis et c’est un satyre déchu. Ayant, aux temps anciens, courroucé la déesse Artémis, celle-ci le punit en le chassant du monde divin. Depuis, il erre parmi les Hommes, tâchant de retrouver dans l’ivresse son bonheur passé. Le récit s’amorce comme une série de petites histoires mais se transforme en quête lorsqu’Eustis, après avoir croisé celle qui semble être la déesse eeeefe ; " ; 't/1- t'Ili Vi.efieti Hécate, entrevoit une possibilité de lever la malédiction. Deux adjuvants se décident à l’accompagner, un vieil érudit et un fantôme. Fabrizio Dori, illustrateur italien, a déjà témoigné de son intérêt pour la peinture à travers son précédent album, Gauguin, L’autre monde, publié en 2006, où il livrait une vision très mythologique du parcours du peintre et de sa relation à Tahiti. Sa quête, dont la géographie se révélait circonscrite à la surface de ses toiles, n’en était pas moins initiatique. On retrouve la touche de Gauguin dans ce nouveau livre, parmi de nombreuses autres références picturales tant européennes que japonaises. Brassant les influences, l’auteur juxtapose mythes anciens (la descente aux Enfers, les épreuves…) et modernes (le clochard céleste, la fête foraine… d’ailleurs peut-on imaginer un récit magique contemporain sans cette dernière ?) avec une spontanéité assez convaincante malgré la linéarité de la trame. Un bel équilibre La richesse picturale ne nuit pas à la lisibilité et, pour qui conserve de la sympathie pour une approche païenne du monde, la lecture se révèle fort agréable. La maîtrise de l’auteur pour la palette graphique Jr)L,‘/).67 ferait facilement de ses planches de parfaites publicités pour cet instrument technologique, s’il ne s’imposait pas une certaine retenue. Il discipline son art au service du récit et évite les excès démonstratifs des virtuoses mal-aimés qui, par l’insistance de leur trait, vident leurs personnages de toute émotion. Entre action et contemplation, citations et chemin personnel, Fabrizio Dori a trouvé un bel équilibre. VLADIMIR LECOINTRE LE DIEU VAGABOND de Fabrizio Dori Sarbacane, 156 p., couleur, 25 €
ODYSSÉE POUR UNE STATUETTE À travers l’expérience d’un migrant malien, Christian Lax explore avec Une Maternité rouge les liens entre les œuvres artistiques africaines et le musée du Louvre. Une pirouette scénaristique pleine d’intelligence. Mais quelle idée de mêler migrants et musée du Louvre dans une même intrigue ! ? Une idée lumineuse en réalité, qui revitalise considérablement la collection de bande dessinée consacrée au musée parisien (qui compte déjà 17 albums en coédition avec Futuropolis). Avec Une Maternité rouge, Christian Lax prend en effet à contre-pied le principe de l’hommage sans nuance à l’institution. D’abord parce que l’action de l’album se déroule en très grande partie en Afrique. Ensuite parce que la critique n’est pas absente de l’intrigue. Le volume débute en 1960 avec une scène de spoliation du patrimoine artistique africain par les autorités coloniales de l’époque, soulignant cette filiation avec les statuettes africaines exposées au Louvre depuis 2000 dans la galerie des Arts premiers. Un « migrant artistique » Mais chez Christian Lax, la complexité du monde est toujours présente. Dans Une Maternité rouge, c’est cette fois un jeune Malien qui B ande D essinée se rend volontairement à Paris pour faire don au musée français d’une précieuse sculpture en bois, afin de protéger l’œuvre de la furia destructrice des islamistes. Alou, « migrant artistique », remonte alors le continent africain comme des milliers de candidats à l’exil. Une odyssée dramatique, engagée sans savoir si la statuette date bien du XIV e siècle ou est l’œuvre d’un faussaire contemporain. Avec adresse, Christian Lax déroule une histoire autant politique qu’artistique, qui montre par ailleurs des aspects méconnus du Louvre (l’accélérateur de particules, pourtant installé dans les sous-sols du Louvre depuis 1987). Ou comment s’insérer dans une collection en régénérant le concept avec talent. THIERRY LEMAIRE ➫ UNE MATERNITÉ ROUGE de Christian Lax Futuropolis, 144 p., 22 € Chastel Lax Z.', UNE TERNITE ROUGE forum des images G Les samedis de la VR Chaque semaine, six séances 14h30 → 19h30 MAIRIE DE PARIS se,'forumdesimages.fr Un rendez-vous propulsé par DIVIRSION BNP PARKAS vsx.CCIa. (clodo* arte› Design graphique  : ABM Studio – Visuel  : Collection Christophel sauf masque Antoine Doyen et Virtual Virtual Reality TenderClaws 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :