Zoo n°68 nov/déc 2018
Zoo n°68 nov/déc 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°68 de nov/déc 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Arcadia Media

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 17 Mo

  • Dans ce numéro : à la croisée des mondes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
50 4 Pachamama de Juan Antin zoom Aussi intrépide qu’égoïste, Tepulpaï rêve de devenir le chamane de son village perché dans les Andes. Le sort le jette sur la route d’un percepteur qui a confisqué l’idole de sa tribu pour l’offrir à l’empereur inca alors que la rumeur de l’arrivée de monstres de métal gagne la vallée de Cuzco. Pachamama raconte, avec subtilité et à hauteur d’enfant, l’invasion du Pérou par le conquistador Francisco Pizarro au XVI e siècle. Son mélange de personnages 3D sur des aplats 2D donne lieu à des tableaux mouvants au service d’un message beau et limpide sur le respect de l’univers nourricier mis à mal par la folie cupide d’une civilisation s’estimant supérieure. Toujours bon à prendre par les temps qui courent. Film d’animation, 70 minutes, sortie le 12 décembre 2018 JULIEN FOUSSEREAU Un homme est mort d’Olivier Cossu L’histoire est connue  : celle de la mort du syndicaliste Edouard Mazé, tué d’une balle en pleine tête par la police lors d’une manifestation en 1950, à Brest alors en pleine reconstruction. De cet assassinat, le cinéaste René Vautier réalisera Un homme est mort, film militant. Kris et Davodeau avaient raconté cette aventure humaine dans une BD. Oliver Cossu, sous la houlette du studio Les Armateurs, en a tiré un film d’animation, diffusé en juin dernier sur Arte. Grâce aux Editions Montparnasse, cette jolie perle engagée et, au fond, toujours actuelle, parait aujourd’hui en DVD avec, toujours intacte, cette force émotionnelle et enragée. On recommande sans réserve. Disponible en DVD, aux Éditions Montparnasse JULIEN FOUSSEREAU C inéma L’IRRÉDUCTIBILITÉ EN HÉRITAGE En optant intelligemment pour une histoire originale concoctée par ses soins, Alexandre Astier parvient avec Astérix et le secret de la potion magique à se réapproprier pleinement le mythe des irréductibles Gaulois. Une mauvaise chute pendant la cueillette ancestrale du gui et c’est toute la foi en l’avenir de Panoramix qui s’assombrit. Le vénérable druide du village d’irréductibles Gaulois résistant encore et toujours à l’envahisseur craint de ne plus pouvoir assumer les tâches qui lui incombent. La nouvelle se propage dans toute l’Armorique, jusqu’à pousser Sulfurix, un ancien camarade druidique aigri, à sortir de son exil pour se venger. Pendant ce temps, Astérix et Obélix sillonnent toute la Gaule avec Panoramix dans l’espoir que ce dernier puisse choisir un héritier suffisamment doué pour lui transmettre le secret de la potion magique. Nectar remis au goût du jour N’y allons pas par quatre chemins  : la réussite du Domaine des dieux, sorti en 2014, reposait davantage sur les épaules de Louis Clichy. Co-réalisateur du film avec Alexandre Astier, Louis Clichy mettait tout son savoir-faire d’animateur (démultiplié par son passage formateur chez Pixar) pour donner vie au dessin rondelet et bouffon d’Albert Uderzo. Ce rêve devenu réalité était amoindri par l’écriture en retrait d’Astier. Comme si s’attaquer à un tel monument en empêchait sa pleine digestion. Qu’à cela ne tienne, l’homme au bagout que n’aurait pas renié Audiard a préféré confectionner son propre cadre narratif. Bien lui en a pris car Astérix et le secret de la potion magique confirme que l’esprit bagarreur et cocardier pour rire selon Goscinny est intemporel et propice aux réactualisations. La transmission par la (prise de) confiance D’emblée, Astérix et le secret de la potion magique transpire la prise de confiance d’Astier de plus en plus à l’aise avec son sujet, notamment dans sa distillation d’une verve retrouvée. L’anachronisme verbal qui faisait tout le sel de sa série Kaamelott s’insère enfin parfaitement dans l’univers de Goscinny et Uderzo. Mieux, il ose par moments la transgression des règles établies par ce dernier pour mieux se les réapproprier. Le pari s’avère être gagnant par son sens du burlesque nerveux, pour ne pas dire « méta », que Louis Clichy se charge d’amplifier par une mise en scène ambitieuse et un sens du gag visuel aussi inattendu qu’hilarant hérité des plus grands. Pas de doute, la dernière cuvée de potion magique cuisinée par le duo démontre qu’Astérix et Obélix seront immortels tant qu’il y aura des artistes à même de les comprendre pour mieux les réinventer. encra ; ekeita)aeque'kt: » Amin te JULIEN FOUSSEREAU ASTÉRIX ET LE SECRET DE LA POTION MAGIQUE de Louis Clichy & Alexandre Astier Animation, 1h35, Sortie le 5 décembre 2018 0 4 3
« « tout a commencé par une souris... » (e)Aviesteio Les plus belles histoires de MICKEY + 9O secrets pages de BD En vente chez votre marchand de journaux Disney



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :