Zoo n°68 nov/déc 2018
Zoo n°68 nov/déc 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°68 de nov/déc 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Arcadia Media

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 17 Mo

  • Dans ce numéro : à la croisée des mondes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
44 zoom Goodnight, I love you Vol.2 de John Tarachine La mère d’Ozora est morte. En fils sérieux, il a tout abandonné pour l’accompagner dans ses derniers moments, laissant sa propre vie de côté. La lecture des dernières volontés de sa génitrice est une sacrée surprise  : elle lui demande de voyager jusqu’en Angleterre pour annoncer la mauvaise nouvelle de son décès à des amis. C’est une tâche ardue qui va vite se révéler encore plus épineuse pour le jeune adulte sans aucune expérience extérieure. En effet, la route s’avèrera bien longue, d’ami en ami, de souvenirs en découvertes et en révélations. Se crée alors un deuil en forme de pèlerinage maladroit qui lui ouvrira les yeux sur la richesse du monde qui l’entoure et l’aidera à accepter son passé douloureux. Akata, 224 p., n&b, 8,05 € ALEX MÉTAIS Marion Vol.1 de Yuu Hikasa À l’aube de la Seconde Guerre mondiale, Marion est à la tête d’une bande de gamins des rues. Sauvée in extremis d’une maison de passe à son arrivée en ville, elle exècre les hommes. La jeune orpheline naïve, montée à Paris pour devenir chanteuse, s’est muée en véritable terreur détroussant les commerçants en ces temps de famine. Pourvue d’un grand cœur et d’un sens (tout personnel) du bien et du mal, Marion ne chante plus que pour elle. Jusqu’au jour où le directeur du Doelion lui propose d’être sa nouvelle star… Épopée romantique en deux volumes, le manga Marion est doté de cette héroïne forte qui inspirera les ados  : croire en ses rêves, s’en donner les moyens… mais sans faire confiance à n’importe qui ! Komikku, 196 p., n&b, 8,50 € HÉLÈNE BENEY LA STRATÉGIE DE L’ÉCHEC Avec l’excellent L’Homme sans talent, les éditions Atrabile rééditent le seul livre traduit en français 1 du mangaka Yoshiharu Tsuge (né en 1937), une autofiction à l’humour désespéré. Sukezô Sukegawa, le protagoniste des histoires ici réunies, a renoncé au métier de mangaka pour vendre des cailloux sous une tente au bord de la rivière. Enfin, il espère en vendre un jour… Il y a quelques temps c’était en effet la mode de collectionner les pierres rares, mais cet engouement est passé et de toutes façons les minéraux qu’il a récoltés sont tout à fait communs et insignifiants... Sa femme est désespérée par ce mari inutile « Ce que tu entreprends est chaque jour plus pitoyable ! ». Ce jugement est un peu injuste  : les efforts qu’il met en œuvre pour se placer en situation d’échec social et en difficulté financière sont impressionnants. Voilà un homme qui, avec discipline, se rend chaque jour à un commerce fantôme, à un endroit où ne passe personne et où assurément il ne peut rien gagner. On pourrait supposer que ce renoncement au succès serait le fruit d’un choix philosophique et que, tel un sage cynique, le personnage trouve dans cette démonstration une forme de plénitude… Mais il n’en est rien. Il s’aveugle lui-même sur ses chances de succès et s’efforce de se croire différent des autres marginaux qu’il fréquente. Autofiction ironique La préface explique que ces nouvelles furent extirpées à Yoshiharu Tsuge au milieu des années 80 par un éditeur passionné et insistant qui était venu le chercher dans sa retraite prématurée. Pratiquant ici une forme d’autofiction M anga (il abandonna lui-même le métier de mangaka pour tâcher de vendre des appareils photo d’occasion…), il jette un regard plein d’ironie et de lucidité sur l’entêtement de son alter ego à saborder son existence. Le personnage est-il un artiste incompris capable de déceler la beauté là où la plupart de ses semblables ne voient rien, trop rêveur et intègre pour l’époque prosaïque où il a échoué, ou n’est-il qu’un parasite, un irresponsable geignard et passéiste, se complaisant dans l’échec ? Ces histoires sont quasiment les dernières qu’a écrites Yoshiharu Tsuge, qui est ensuite retourné dans l’ombre à laquelle il aspirait, loin du marché À ce compte-là, tu seras bientôt porteur, tiens ! Ça t'ira bien ! de la bande dessinée. Ce retrait est à l’image de ses planches, sans rien de superflu et parfaitement équilibrées. À quoi sert d’aligner des livres sur les étagères, si on a déjà tout dit, et aussi efficacement ? VLADIMIR LECOINTRE 1 Les éditions Cornélius annoncent pour janvier 2019 un autre titre de Tsuge, inédit en français  : Les fleurs pourpres. Yoshiharu Tsuge L'Homme sans talent L’HOMME SANS TALENT de Yoshiharu Tsuge, Atrabile, 224 p., n&b, 22 €
M anga QUAND LE TORT EST ÉPÉE Vinland Saga poursuit son petit bonhomme de chemin chez Kurokawa. La série, publiée depuis 2005 au Japon, n’a visiblement toujours pas perdu de son mordant. Thorfinn, son héros, a pourtant fait bien du chemin. De petit garçon meurtri et enragé à père pacifiste responsable en passant par viking assoiffé de vengeance et aventurier, il a tout vu, tout fait, mais pas tout réparé. Il vit toujours sous le poids de ses fautes passées et a bien du mal à se dissocier de son histoire de guerrier. C’est pire encore lorsqu’autour de lui, tout le monde s’acharne à vouloir le voir reprendre les armes qu’il a maintenant reniées depuis bien longtemps. Makoto Yukimura, l’auteur du monument de science-fiction qu’est Planètes, n’a eu de cesse de nous balader. Après une intense aventure de huit tomes qui s’est avéré être un prologue, il a jeté aux orties toutes velléités belliqueuses et transfiguré son personnage principal. Malheureusement, le monde ne cesse pas de tourner et il est temps pour Thorfinnde remettre la main à la pâte. À la guerre comme à la guerre L’obligation de créer toujours plus de personnages affadit un peu le casting en y intercalant des entités dispensables aux psychés un peu clichées (un chien fou attiré par le combat à mort, par exemple) ou en usant jusqu’à la corde des personnages emblématiques. À l’inverse, les dilemmes et constants obstacles moraux du personnage principal sont toujours aussi prenants, voire poignants. De même, Makoto Yukimura continue à parsemer son récit de discrètes scènes d’anthologie. Bien sûr, les combats sont épiques, exaltants et montrés à la perfection mais c’est toujours en périphérie que l’auteur parvient à s’affirmer le plus, que ce soit dans des moments d’humour ou de philosophie. Le vingtième tome, pierre angulaire s’il en est, est de facture classique mais amène avec brio un revirement tragique que l’on ne pouvait s’empêcher d’attendre impatiemment  : le retour forcé aux armes. ALEX MÉTAIS ➫ VINLAND SAGA VOL.20 de Makoto Yukimura Kurokawa, 7,65 € Vinland Saga Makoto Yukimura/Kodansha Ltd. Monstress & 2018 Marjorie Liu & Sana Takeda. Tous droits réservés. 2018 Editions Delcourt pour la version française LA SÉRIE MULTI-RÉCOMPENSÉE ! MARJORIE R LIU SANA A TAKEDA A (2 HUGO AWARDS 2018 MEILLEUR ROMAN GRAPHIQUE MEILLEURE ILLUSTRATRICE (5 EISNER AWARDS 2018 MEILLEURE SÉRIE EN COURS MEILLEUR ALBUM POUR JEUNES ADULTES MEILLEURE SCÉNARISTE MEILLEURE ILLUSTRATRICE MEILLEURE ILLUSTRATRICE DE COUVERTURE (1 HARVEY AWARDS 2018 LIVRE DE L’ANNÉE TOME 3 LE 28 N NOVEMBRE I EN HBRAOME LIBRAIRIE DELCOURT y 45



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :