Zoo n°68 nov/déc 2018
Zoo n°68 nov/déc 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°68 de nov/déc 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Arcadia Media

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 17 Mo

  • Dans ce numéro : à la croisée des mondes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
42-, ?.uirw% te li... - i zoom Black Clover Vol.15 de Yuki Tabata Asta est né sans magie mais pas sans énergie ni sans ambition. Qu’à cela ne tienne. Armé d’une détente à toute épreuve et d’une épée d’anti-magie, il affrontera tout ce que la vie mettra sur son chemin, dans l’optique de devenir le prochain Empereur Mage. La question de la relève est une interrogation importante pour le lecteur comme pour l’éditeur  : qui reprendra le flambeau des grands classiques maintenant terminés ? Et s’il existait une série qui mélangeait joyeusement des éléments de Fairy Tail, Naruto et Seven Deadly Sins ? Une créature de Frankenstein décatie ? Plus maintenant, comme nous le prouvent ces 15 tomes desquels émergent résolument une identité propre et des personnages attachants. Kazé, 192 p., n&b, 6,79 € ALEX MÉTAIS Haikyu ! ! Les As du volley Vol.31 de Haruichi Furudate On ne demande généralement pas grand-chose à un manga sportif adolescent. Une finesse sentimentale à la Adachi étant généralement inenvisageable, on s’oriente rapidement vers de l’action à fond les ballons. Un peu de spectaculaire, des oppositions franches, un jeune talent qui ne demande qu’à s’épanouir… Qu’importe le sport, voilà le cocktail. Sur ces points, Haikyu ! ! ne démérite jamais. La série a définitivement la niaque, à tel point qu’il n’est même pas nécessaire d’être amoureux du volley pour accrocher aux matchs intenses de la petite pile électrique qui voulait sauter plus haut que quiconque et de son binôme, le génie hautain en pleine réhabilitation. Kazé, 192 p., n&b, 6,79 € ALEX MÉTAIS MAÎTRE GIMS SE MET AU MANGA AVEC SON FRÈRE Devil’s Relics, plus qu’un manga  : un rêve de gosse banlieusard qui se réalise pour le célèbre chanteur Maître Gims. Mais aussi le début d’une saga sombre et captivante, crée à 8 mains. L’intrigue de Devil’s Relics s’ouvre lors d’une mise à prix d’un objet très convoité pour lequel de nombreux protagonistes sont prêts à se battre… Né sous une bonne étoile, ce manga a été conçu par Maître Gims et son frère Darcy, entourés d’une équipe chevronnée  : Yoshiyasu Tamura au graphisme et Jean-David Morvan au scénario. « Il y a environ 15 ans, Maître Gims [32 ans aujourd’hui] et son frère Darcy ont décidé de réaliser leur rêve d’enfant  : créer leur premier manga. » C’est ce qu’annonce la promotion autour de ce premier tome, dessin d’origine à l’appui. Leur univers ? Ken le Survivant rencontre Mad Max, dans un monde plongé « dans un chaos sans nom et sans lumière » précise le synopsis. Une atmosphère volontairement sombre, où chacun lutte pour sa survie dans un contexte de violences policières et de corruption. Un shônen inspiré Les frères Djuna, alias Maître Gims et Darcy, sont issus d’un milieu très modeste. Arrivés en France très jeunes mais sans papiers, ils ont connu une enfance très compliquée, ce qui rend d’autant plus appréciable leur réussite aujourd’hui. Mais c’est avec humilité qu’ils se lancent dans l’écriture de ce manga, en choisissant de s’entourer de professionnels aguerris. Ils mettent M anga cependant à l’honneur des valeurs qui ont guidé leur parcours dans Devil’s Relics  : la combattivité, la détermination et la solidarité. Leur héros, Kaïs, orphelin qui n’a jamais connu son père, vit avec sa tante. Pour survivre, il accepte de se battre pour l’argent, contre des adversaires toujours plus forts, qu’il arrive à terrasser grâce à une force herculéenne inexpliquée (pour l’instant). Mais il n’en tire aucune gloire, au contraire. Il déteste la violence et se méprise de ne réussir à vivre et aider les siens que grâce à ses poings. Un personnage plutôt complexe se dessine au fil des pages même si les dialogues restent le point faible du récit. Heureusement les personnages secondaires, une jeune femme et un ado qui épaulent le héros, sont pas mal développés. Leurs aventures communes devraient plaire autant aux ados qu’aux adultes, notamment ceux et celles qui ont grandi avec le Club Dorothée... LOUISA AMARA DEVIL’S RELICS VOL.1 de Maître Gims, Darcy, Jean-David Morvan & Yoshiyasu Tamura Glénat Manga, 192 p., n&b, 6,90 €
RAJA PRÉSENTE L'ART DE L'EMBALLAGE FESTIVAL INTERNATIONAL DE LA BANDE DESSINÉE RICHARD CORBEN franceetv Konbinr Le Pointnnminutes bdangouteme.com PASS & BILLETTERIE SUR bdangouleme.com**et autres points de vente habituels #FIBD2019 Ventes et informations dans les gares, boutiques SNCF, par téléphone au 3635, auprès des agences de voyages agréées SNCF. 43 Richard Corben/9 e Art



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :