Zoo n°67 sep/oct 2018
Zoo n°67 sep/oct 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°67 de sep/oct 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Arcadia Media

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 9,9 Mo

  • Dans ce numéro : cyberfatale...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
32.'i.trglir., il', Mr.F ; 14  : 1F-71)CeneerFere."4 dei «, r'emeir.17.1,1 « en,r01597,15taree,Iltegiren V11 r "'Tqlrerni5r:'... I.'Cr'r _e, ILS SONT 11E RETMIR C  : (C 41 ; b Dk PARUS RIO 1. LI3. BOUCHERS ESPRIT 041 VENT S. LES CE le FUSILS IMPITUYABLES ET DÉCRIES NOUVEAU TE NOLArLAILTIE 2. LE FILS DE MONSIEUR HOWARD 1C. LA PISTE SANS RETOUR 50:riTLFt.E SEPInfmrer SOI TIF1LE 94TifinélE am,— n tirBge collrector i ii CilOiX Offrit peer rechat rke 2 aiberrs lie ha eareeion 001.41Rile «.4"14 ! 111 ? -k-1:>la 14Jel."-'11 4 i-"Y_4.`1'*:ee-.1FlUgs CCIUMWO I + ww,forel Istoo s p I u re r
4101,101> b h iiiiSiTfalm.11 4 4 d Wu C omics UNE ŒUVRE MONSTRE Moi, ce que j’aime, c’est les monstres d’Emil Ferris est indéniablement l’un des comics les plus remarquables de la décennie. Une merveille de plus de 800 pages dont la première moitié vient de sortir. La vie d’Emil Ferris a été jalonnée de drames qui ont finalement trouvé leur catharsis dans la création de My Favorite Thing is Monsters. Née à Chicago en 1962, elle a une scoliose sévère qui l’empêche de marcher jusqu’à l’âge de trois ans. Elle copie des bandes dessinées que lui donne sa mère, mais aussi des tableaux que son père l’emmène voir à l’Art Institute. À 8 ans, les médecins lui disent qu’aucune opération n’est possible et qu’elle ne vivra pas audelà de 30 ans. À l’hôpital, elle côtoie la maladie et la mort, et dans son quartier d’Uptown la violence est partout  : agressions sexuelles, suicides, défenestrations, morts par armes à feu... Emil s’accroche à la vie, devient adulte, enchaîne divers boulots dont illustratrice et conceptrice de jouets. Certes, elle a dépassé les 30 ans, mais le jour de son quarantième anniversaire, elle est piquée par un moustique qui lui inocule une forme grave du virus du Nil occidental. Elle a une méningo-encéphalite, est en chaise roulante, ne peut plus se servir de sa main droite, et les médecins lui disent qu’elle ne marchera plus jamais. Mais à nouveau, Emil s’accroche à la vie, à sa ille âgée de six ans. Elle scotche un stylo à sa main pour tenter de redessiner, puis va étudier à l’Art Institute. C’est pendant cette période de convalescence et de nouveau départ qu’elle va réaliser durant six ans ce monumental roman graphique de plus de 800 pages dessiné au stylo à bille... à raison de seize heures par jour. Les monstres sont partout S’il n’est pas une autobiographie, ce récit à tiroirs n’en reste pas moins une émanation ictionnelle de l’existence de l’autrice, dont le support même (pages perforées à marge rouge et lignes bleues) évoque le journal intime. L’héroïne, Karen (que Ferris considère comme son relet), jeune fille de dix ans vivant à Chicago et adorant les monstres au point de s’imaginer être un loup-garou, incarne le sentiment de différence ressenti par l’autrice dans son enfance. Ferris explique d’ailleurs que pour elle, « le cœur même de l’idéologie du monstre » réside dans ces « gens brisés par la vie puis qui ont entrepris de se reconstruire dans le seul but de devenir plus extraordinaires et plus puissants en leur for intérieur ». Outre les monstres de cinéma et de comics dont Karen se sent si proche, la monstruosité a ici différents visages  : dans la dangerosité du quartier où elle vit, avec ses violences sexuelles, dans la promiscuité avec des êtres peu recommandables, et bien sûr le suicide de la belle voisine Anka sur lequel va enquêter Karen, découvrant son passé dans l’Allemagne nazie... Première œuvre, coup de maître Graphiquement, esthétiquement, cette œuvre hisse l’underground vers l’excellence. D’un simple carnet de notes, Emil Ferris fait émerger un extraordinaire journal intime dessiné, dans une liberté totale de narration séquentielle et faisant preuve d’un talent inouï pour la technique du stylo à bille dont les exceptionnelles hachures, noires ou colorées, créent des spectacles de clairs-obscurs fascinants. Notamment les portraits d’Anka et les « retranscriptions » de tableaux célèbres sont époustouflants de beauté. Tout le monde s’est trompé sur Emil Ferris  : les médecins qui avaient annoncé à l’enfant qu’elle ne vivrait pas, ceux qui ont annoncé à l’adulte qu’elle ne remarcherait plus, et... les 48 éditeurs qui ont refusé cette première œuvre, aujourd’hui considérée comme un chef-d’œuvre, jusqu’à ce que celle-ci soit publiée chez Fantagraphics. À ce niveau-là, ce n’est plus de la résilience, c’est l’expression d’une extraordinaire puissance de vie. Vive Emil Ferris. CECIL MCKINLEY MOI, CE QUE J’AIME, C’EST LES MONSTRES T.1 d’Emil Ferris Monsieur Toussaint Louverture, 416 p., couleur, 34,90 € 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :