Zoo n°67 sep/oct 2018
Zoo n°67 sep/oct 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°67 de sep/oct 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Arcadia Media

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 9,9 Mo

  • Dans ce numéro : cyberfatale...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 fi rhfi zoom HSM Beagle, Aux origines de Darwin de Jérémie Royer & Fabien Grolleau En 1831, le jeune Darwin, passionné d’histoire naturelle, vient de terminer ses études à Cambridge lorsqu’il embarque sur le HSM Beagle, qui va cartographier les côtes d’Amérique du Sud. Parti pour deux ans, celui qui se destine à devenir pasteur (! !) va effectuer un voyage de cinq ans qui va révolutionner sa conception de la vie et la nôtre aussi. Passionnant et inspiré de son journal intime, cet album romancé nous montre son cheminement de pensée, comme ses idées humanistes et sa capacité à sortir de « sa zone de confort ». Un des albums de la rentrée, qui démonte pragmatiquement les théories bibliques de création (chacun sait que Dieu n’a pas créé l’univers  : Chuck Norris l’avait fait la veille !). Dargaud, 176 p., couleur, 21 € HÉLÈNE BENEY Une vie avec Alexandra David-Néel T.3 de Fred Campoy & Mathieu Blanchot Première occidentale à être entrée dans Lhassa, l’érudite Alexandra David-Néel a parcouru l’Asie durant la première moitié du XX e siècle… jusqu’à ses 78 ans ! A l’occasion des 150 ans de sa naissance, le troisième tome de cette BD biographique retrace ses premiers périples mais aussi son retour postmortem en Inde. Dans les pas de Marie-Madeleine Peyronnet, venue disperser ses cendres dans le Gange, le lecteur découvre le fossé qui sépare l’Inde de 1970 de celle qu’a découverte l’exploratrice lors de son premier voyage en 1894. Un retour émouvant dans les pas d’une passionnante voyageuse, dont la volonté fascine encore aujourd’hui. Grand Angle, 80p., couleur, 18,90 € LINE-MARIE GÉROLD B ande D essinée PETITE PRINCESSE DEVIENDRA IMPÉRATRICE Cela faisait longtemps que Matthieu Bonhomme rêvait d’une collaboration avec le brillant scénariste Fabien Nury. Leur rencontre aboutit à la description douloureuse et passionnante du destin de la princesse Charlotte de Belgique. Matthieu Bonhomme alterne les albums en solo, dont les remarqués Esteban et L’Homme qui tua Lucky Luke, avec la mises en images d’histoires de scénaristes réputés, Fabien Vehlmannet Lewis Trondheim, notamment. Sous la houlette de Fabien Nury, il s’attache à la vie de Charlotte de Belgique, moins connue que sa belle-sœur Sissi. De Visconti à Peckinpah Son histoire commence presque comme un conte de fées  : adolescente, elle rencontre de puissants prétendants, mais ses aimables dialogues et promenades sont espionnés… Elle inira par choisir le frère cadet de l’empereur François Joseph, Maximilien de Habsbourg, qui partage avec elle le goût de l’équitation et de la musique. Cependant Fabien Nury, qui multiplie les effets narratifs, n’aime pas les belles histoires romantiques. Basé sur des faits historiques, son récit montre la triste succession de déconvenues, chagrins et illusions qui attendent l’innocente Charlotte qui deviendra l’impératrice du Mexique… Prévue sur quatre albums, cette saga s’ouvre dans de somptueux palais à Bruxelles, Vienne et Miramar, non sans rappeler l’ambiance assez glamour de certains ilms de Visconti. Tout cela devrait basculer dès la seconde partie de la saga qui se déroulera dans le Mexique agité des indépendantistes et des révolutionnaires, lorgnant du côté des westerns de Sam Peckinpah. Le dessin de Matthieu Bonhomme, harmonieux et paisible, se révèle plus réaliste que dans Esteban. De nombreux plans rapprochés permettent de saisir les inesses d’expression des physionomies imposantes aux allures très civilisées, mais de magniiques cases plus larges immergent le lecteur dans ces magnifiques décors, magniiées par le travail de la coloriste Isabelle Merlet. Son travail contribue aux effets de rupture souhaités par les auteurs, dont les icelles nous ont été présentées par Matthieu Bonhomme. Comment vous êtes-vous documenté ? Matthieu Bonhomme  : C’est surtout Fabien qui s’est chargé des recherches historiques. Pour les
recherches iconographiques, j’ai eu de la chance puisque l’on trouve sur cette période des grands tableaux et les premières photos. Cette histoire est un mélange de réalité historique et de iction, puisque l’on présuppose certaines choses non visibles dans les manuels d’Histoire. L’historien donne une charpente, mais nous sommes des raconteurs d’histoires et allons à l’intérieur des personnages. Les personnages et les intentions des B ande D essinée auteurs conditionnent l’histoire, l’accession d’une jeune femme à l’autonomie et à la maturité. En Belgique, la royauté est toujours importante pour l’identité du pays et Charlotte reste très populaire. Elle est un peu la Sissi belge inalement… Comment gérez-vous cette intensité dramatique ? Le rythme d’une histoire peut venir de ses contrastes, chaque séquence a son impact et Fabien fonctionne parfois par soubresauts narratifs  : il s’agit d’impliquer le lecteur et d’éviter la monotonie. Je trouve intéressant de voir comment certaines personnes protégées réagissent face à l’adversité. En dépit de leur apparence civilisée, les puissants de cette époque sont capables d’une grande violence entre eux ou vis-à-vis de leurs subalternes. Le frère de Charlotte répond à la violence psychologique par la violence physique. Au il du temps, Charlotte se rendra compte qu’elle doit gérer les guerres et les souffrances de la population. À la in du premier album, c’est une femme qui commence à maîtriser son destin. Bien souvent, le principe d’une histoire consiste à placer une personne normale en situation anormale, ce qui permet de révéler sa personnalité. Ici, on met une personne très sensible dans des événements cruels, à la recherche de réactions humaines. L’histoire doit être dessinée et son dessinateur ne fait pas que la mettre en images, il la raconte. Il y a de la complicité et de l’amitié entre moi et mes scénaristes (Gwen de Bonneval, Fabien Vehlmann, Lewis Trondheim, Fabien Nury). Moi qui cherche à progresser, j’apprends avec eux beaucoup de choses utiles et sors de mes zones de confort. JEAN-PHILIPPE RENOUX CHARLOTTE IMPÉRATRICE T.1 de Fabien Nury & Matthieu Bonhomme Dargaud, 72 p., couleur, 16,95 € FUTURE GRANDE SAGA SF ? Dans un futur proche, le Bolchoï, réseau mondial de réalité virtuelle, a remplacé Internet et pris le dessus sur le monde réel. Un Ready Player One, version française et en BD ? Il y a aussi dans Bolchoï Arena une pincée de Summer Wars de Mamoru Hosoda et une esthétique proche d’Ulysse 31. Sans oublier de nombreuses références aux classiques de la SF et de la pop culture, dont les classiques Star Wars, Stargate et consorts. Boulet et Aseyn se sont ainsi assuré un cadre visuel, culturel et scénaristique solide pour une histoire qui pourrait passionner les fans de jeu vidéo, de réalité virtuelle, mais aussi d’astronomie et de sciences. Un public large, car la science passionne, comme le prouvent les aventures très médiatisées de Thomas Pesquet, l’astronaute français, l’Exoconférence d’Alexandre Astier, ou encore Mars Horizon et L’espace sans gravité de Florence Porcel, spécialiste de la planète Mars. Jeux vidéo et enjeux sociétaux Avec Bolchoï Arena, Boulet et Aseyn réussissent à créer un univers familier inspiré visuellement des années 70/80 et des personnages cohérents, une trame rythmée, plusieurs intrigues à tiroir à suivre pour un prochain tome. Avec notamment cette grande inquiétude  : quand le virtuel est si réaliste et merveilleux, comment éviter les risques d’addiction pour les personnes les plus fragiles ? Et si ce monde virtuel devient la norme, qui voudra se déconnecter et revenir au réel ? Quels dommages pour le cerveau ? Autant de questions importantes alors que se développent, parallèlement à l’essor de la réalité virtuelle, la robotique et l’intelligence artiicielle. Et si les robots prenaient le contrôle de notre monde pendant que nous sommes connectés à un monde virtuel ? Skynet n’est pas loin… LOUISA AMARA ➫ BOLCHOÏ ARENA T.1 de Boulet & Aseyn, Delcourt, 23 € 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :