Zoo n°66 jui/aoû 2018
Zoo n°66 jui/aoû 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°66 de jui/aoû 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Arcadia Media

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 8 Mo

  • Dans ce numéro : la fuite ou la vie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
36 zoom actu bd Kill my Mother, de Jules Feiffer En 1930, en pleine Grande Dépression, Annie Hannigan passe son adolescence échevelée à haïr sa mère, Elsie. Aucune raison si ce nÊest que cette dernière a survécu à son père ! De son côté, Elsie, courageuse et intelligente, tente de retrouver le meurtrier de son mari en travaillant pour Neil Hammond, détective I privé flemmard, alcoolique et misogyne. Un jour, une mystérieuse cliente dÊHollywood vient pour retrouver une amie⁄ Entre pastiche de film noir et hommage aux grands polars des années 30, Feiffer sÊenvole dans lÊimaginaire dans le premier tome (parfois décousu et fouillis) de cette trilogie. Fourmillant et inventif, ce titre ravira les amateurs de graphisme et de roman noir. Actes Sud, 160 p.n&b, 25 € HÉL˚NE BENEY LÊÉté fantôme, dÊElizabeth Holleville ¤ chaque vacances dÊété, Louison et sa grande sflur viennent passer leurs congés III chez leur grandmère avec leurs cousines. Mais ce moment de détente va virer à lÊétrange quand, décalée de par son jeune âge des préoccupations de ses aînées, Louison va trouver une meilleure amie particulière. CÊest sa grand tante, décédée enfant dans la propriété, qui va jouer avec ses perceptions et tenter de la garder près dÊelle⁄ Entre rêve et réalité, ce one-shot soulève la question des secrets de famille, du passage de lÊenfance à lÊadolescence et du côté surnaturel de toute vie ! Un conte étrange et doux comme une belle nuit dÊété. Glénat, 256 p.couleurs, 25 € HÉL˚NE BENEY QuÊest k Globules & Conséquences, de Catherine Pioli Peut-on imaginer tomber gravement malade à 34 ans ? Du SIDA, oui, mais penset-on au cancer, et à lÊune de ses formes, la leucémie ? CÊest une fluvre poignante que nous laisse lÊauteur Catherine Pioli. Toutes les étapes, du diagnostic aux traitements lourds, sont expliquées avec pédagogie et même humour. Au point quÊon se prend à espérer avec elle quÊelle va sÊen sortir, même diminuée, vivre et reprendre le cours de sa vie, de ses dessins. Il y a du Margaux Motin chez elle, dans le style et lÊautodérision, même dans lÊépreuve. On comprend pourquoi le don de sang, de plaquettes, dÊorganes, est si important. Bouleversant. Vents dÊOuest, 152 p.couleurs, 19 € LOUISA AMARA ce qui a bien pu pousser Marion Achard, romancière jeunesse, ancienne artiste de cirque, à se lancer dans une aventure pareille, une première BD sur un sujet aussi brûlant ? ÿ Un concours de circonstances, la rencontre avec le dessinateur Yan Dégruel. Il me demandait régulièrement si je nÊavais pas de scénario. JÊavais un texte écrit depuis plusieurs années sur les enfants soldats. Je le lui ai fait lire et je lui ai demandé sÊil pensait que ça valait le coup dÊen faire une BD Ÿ. La preuve que oui, car Tamba, lÊenfant soldat est un récit dÊune rare force. Tamba, huit ans, assiste au pillage de son village africain par une bande de rebelles qui lÊenlève avec dÊautres dont une petite fille, Awa. Un chef de guerre lÊépargne. Tamba devient peu à peu un enfant soldat qui tue mais finit par décider de sÊenfuir, de rejoindre de justesse un camp de réfugiés avec Awa qui a été violée et Aceyta, un autre camarade. Ces gamins, Marion Achard en a rencontré  : ÿ Je suis allé dans ces camps en Afrique dans les années 2000. Je faisais des ateliers sur les arts du cirque à des éducateurs et à des enfants. Parmi eux, il y en avait qui avaient fait la guerre. JÊétais en Guinée forestière avec des réfugiés qui venaient du Libéria et de la Sierra Leone Ÿ. DES COMMISSIONS DE VÉRITÉ Mais on ne dit pas pour autant à Marion que ces enfants ont été des Actu B d LA GUERRE N’EST PAS UN JEU D’ENFANT Les enfants soldats, en Afrique, des gamins, enlevés, conditionnés, drogués sont devenus des tueurs impitoyables, aujourd’hui encore. Dans Tamba, l’enfant soldat, Marion Achard raconte le destin de trois d’entre eux. Sans fioritures, en expliquant, en témoignant de la violence, de l’horreur mais aussi de la volonté de ces gamins de s’en sortir. Un électrochoc bourré d’émotions dessiné par YannDégruel d’un trait expressif et très humain.combattants  : ÿ Je les ai rencontrés dans les camps sans quÊon me précise leur passé. La plupart des témoignages recueillis ou lus montrait leur capacité de résilience, de surmonter leurs drames, ouverts à un avenir plus serein Ÿ. Tamba se retrouve à 16 ans devant une Commission de vérité et de réconciliation. Il va enfin parler, témoigner de son voyage au bout de lÊhorreur et de la folie. Des commissions qui ont bien existé, pour exorciser mais aussi faire acte de mémoire  : ÿ Il y a eu une quinzaine de ces commissions dans le monde, en Afrique du Sud, au Libéria, au Canada pour les peuples autochtones, en Asie. CÊest courant mais on en entend très peu parler Ÿ. Tamba se raconte face à un public où il y a des victimes de ses propres actions meurtrières. Il parle dÊAwa qui va accoucher dÊune petite fille, dÊAceyta qui repart au combat, incapable de se désintoxiquer à tout niveau. Marion Achard a voulu, sans situer précisément lÊaction dans un pays, ÿ traiter cette histoire en deux parties, celle où les enfants sÊenfuient du camp et celle où ils parlent dans les commissions. Que les deux se chevauchent pour faire un parallèle entre leur désir de revivre et lÊenfer vécu Ÿ. Il y a 150 000 enfants soldats toujours en activité, en guerre, la majorité en Afrique. ÿ Il ne faut pas penser que cÊest fini et que tout va bien. En Syrie, lÊÉtat Islamique sÊest ajouté à la liste Ÿ, continue Marion. Tamba se lit certes ému mais simplement, grâce aux qualités dÊécriture et du dessin réaliste, net, sans accroc de Dégruel. On est pris aux tripes. La réalité sÊexpose sans fards. Après Tamba, Marion Achard veut continuer son aventure BD  : ÿ JÊai envie de parler du cirque, ma première passion avant lÊécriture. JÊai une idée sur les contorsionnistes mongols. En Mongolie, la contorsion est un ascenseur social et impitoyable pour les petites filles Ÿ. Une autre BD témoignage comme pour Tamba, cet enfant revenu du pire. JEAN-LAURENT TRUC TAMBA LÊENFANT SOLDAT de Marion Achard et YannDégruel, Delcourt, 112 p.coul.,18,95 € Pétrimaux/GLÉ- Achard et Dégruel/DELCOURT
Morvan, Pierce, Vogel et Futaki/GLÉNAT Actu B d zoom actu bd RÉÉCRIRE L’HISTOIRE AVEC JULES BONNOT Curieux biopic que celui de La Bande à Bonnot, qui revient sur les faits d’armes des premiers criminels français à utiliser l’automobile. Jean-David Morvan, Laura Pierce, Stefan Vogel et Attila Futaki revisitent les quelques mois qui ont inscrit la bande dans l’imaginaire collectif, en prenant de très (trop) grandes libertés avec la réalité historique. Déconcertant. Si elle est plutôt classique, lÊidée de focaliser lÊintrigue de La Bande à Bonnot sur lÊinfluence de lÊanarchisme dans les exactions commises par cette association de malfaiteurs nÊen est pas moins pertinente. Les membres du groupe sont en effet tous issus de la mouvance anarchiste, active en France à partir des années 1880. Au début du XX e siècle, lÊusage des attentats périclite face à lÊefficacité de la police. Le mouvement se replie alors sur la publication de journaux et le développement du syndicalisme. Comme le montre bien lÊalbum, la terrible répression des grèves de 1908 va jouer un rôle primordial dans le changement de direction des anarchistes. Terminés le prosélytisme et lÊaction syndicale. Pour un grand nombre dÊentre eux, le temps est venu de frapper directement le bourgeois là où ça fait mal, au portefeuille. CÊest dans cette trajectoire, se confondant avec le gangstérisme pur et dur, que sÊinscrit La Bande à Bonnot. LÊalbum traduit parfaitement les enjeux de cette Belle époque finissante, et sÊamuse avec les zones dÊombres de ÿ lÊépopée Ÿ de Jules Bonnot. Les personnages de Judith, sa maîtresse, dÊAntoine Rusca et du commissaire Guichard sont ainsi étoffés de manière plus ou moins romancée. Un procédé scénaristique recevable, contrairement aux très nombreuses erreurs factuelles qui truffent le récit. AMALGAMES ET APPROXIMATIONS Outre le fait quÊil ne ressemble pas du tout à son modèle, le personnage de Jules Bonnot est présenté dans lÊalbum comme quelquÊun dÊapolitique, qui vit à Lyon avec sa femme et son fils tuberculeux (né en 1907), mort trois ans plus tard pendant que son père fait un passage en prison. Folle de douleur, son épouse lui reproche son absence et le quitte. En réalité, Bonnot est un militant et un syndicaliste de longue date, ce qui lui vaut dÊailleurs dÊêtre plusieurs fois renvoyé de ses emplois successifs. Et si sa femme le quitte, cÊest pour vivre avec son amant en Suisse. Le fils Bonnot, bien vivant (et né en 1904), suit sa mère et son beau-père, dont il prendra le nom à ses 21 ans. Si on trouve dans la bande dessinée les personnages réels de Platano et Octave Garnier (le véritable élément moteur de la bande), ils nÊont pas du tout le destin quÊon leur connaît. En outre, plusieurs faits sont amalgamés, qui plus est dans un ordre chronologique fantaisiste. DÊautres, pourtant majeurs, sont oubliés. Et lÊassaut final du pavillon de Choisy-le-Roi ne rend compte quÊimparfaitement des événements PERSONNE N'A ENVIE 1711.1N BILLET GRATLIM POLIR CAYENNE. (où sont les milliers de badauds qui assistent au siège ? Où est le matelas dans lequel Bonnot sÊenroule pour succomber ?). Une fois lÊalbum refermé, une question reste en suspens  : pourquoi avoir choisi la Bande à Bonnot et pas inventé un groupe fictif dÊanarchistes ? Cela aurait évité les approximations, les erreurs et les contresens. THIERRY LEMAIRE LA BANDE ¤ BONNOT de Morvan, Pierce, Vogel et Futaki, Glénat, 144 p.couleurs, 19 € Morvan, Pierce, Vogel et Futaki/GLÉNAT Les Descendants ou lÊappel de la Pampa, de Pauline Aubry Il est des LES DESCENDANTS pliANTiFA676 KID histoires de famille qui en font leur légende. Chez Pauline, cÊest lÊhistoire de ses arrière grands parents, ÿ aventuriers Ÿ qui se sont rencontrés sur le bateau pour lÊArgentine. Élevée dans le culte de ce souvenir glamour, lÊétudiante Pauline décide de partir sur les traces de ses aïeuls dans ce pays de cocagne quÊest lÊArgentine. Son but ? Rencontrer le prince charmant⁄ Un peu court comme but dans la vie ? Oui, sauf que son périple en Amérique du Sud va faire un peu bouger la mentalité de cette jeune fille bourgeoise désfluvrée. Même si on passe clairement à côté de beaucoup de réflexions sur lÊexil, la famille, ou lÊappartenance à un pays, ce one-shot reste sympathique à lire. Les Arènes BD, 168 p.couleurs, 20 € HÉL˚NE BENEY Guantanamo Kid, de Tubiana et Franc Attention, histoire authentique et édifiante ! Un jeune Tchadien part d'Arabie Saoudite vers le Pakistan, pour améliorer ses compétences en informatique et en anglais. Manque de chance, il arrive deux mois avant le 11 septembre 2001, donc par mesure de précaution, les autorités pakistanaises ont la mauvaise idée de le livrer à l'administration de Bush Junior. Direction Guantanamo. Suspecté d'appartenir à Al-Qaida, Mohammedn'a aucun nom de complice à révéler ! Ce gamin de 14 ans est obstiné, les interrogatoires et les privations finiraient bien par le faire craquer, sauf qu'un innocent n'a rien à dire ! Dargaud, 172 p.n&b, 19,99 € MICHEL DARTAY Sous les bouclettes, de Gudule et Melaka ÿ Un jour, Gudule tombe malade. Mélaka, sa fille, décide de l'accompagner au jour le jour, dans cette épreuve douloureuse. Ÿ 385 000 nouveaux cas de cancers estimés en France chaque année. Autant assumer, montrer, expliquer. Melaka a rassemblé les dernières planches de sa mère, et les siennes. Un récit à deux voix qui permet de voir Gudule, dÊabord une artiste brillante, drôle, passionnante, aimante et aimée, avant dÊêtre une femme condamnée par la maladie. CÊest lÊhistoire dÊune famille entière, de plusieurs générations dÊartistes. CÊest poignant, parfois cru, mais magnifique. Delcourt, 256 p.couleurs, 18,95 € LOUISA AMARA 37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :