Zoo n°66 jui/aoû 2018
Zoo n°66 jui/aoû 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°66 de jui/aoû 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Arcadia Media

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 8 Mo

  • Dans ce numéro : la fuite ou la vie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
26 zoom bd us Batman  : Gotham by Gaslight, d'Augustyn, Mignola et Barreto Quand Bruce Wayne rencontre Freud à Vienne, et si Batman affronte Jack l'éventreur, c'est qu'il s'agit d'une réalité alternative. L'histoire imaginée par Augustyn et dessinée par Mignola inaugurait la collection ÿ Elseworlds Ÿ chez DC, série idéale pour sortir les super-héros de leur époque et du contexte habituels. Barreto en dessinera la suite presque immédiate sur un scénario moins inspiré du même Augustyn. Mignola s'est certainement amusé avec cette évocation victorienne de Gotham, et l'encrage de Craig Russel contribue beaucoup à l'efficacité de ce récit. En prime, un DVD du dessin animé adapté de cette histoire. Urban Comics, 120 p.couleurs, 20 € MICHEL DARTAY Punisher, d'Aaron et Dillon Après son run magnifique avec Garth Ennis, le regretté SteveDillon avait repris le personnage sur des histoires de Jason Aaron, remarqué sur le splendide Scalped chez Vertigo. Celui-ci confronte davantage le Punisher aux personnages connus de l'univers Marvel qu'à de simples mafiosi anonymes, On retrouve donc avec plaisir le Caïd (the Kingpin en VO), le tueur à gages Bullseye et Elektra, en guise de garde du corps... rapprochée ! Un peu moins d'humour noir qu'avec Ennis, mais palpitant et glauque à souhait... plutôt pour adultes donc ! Passionnant pour ceux qui voudraient prolonger l'expérience de la série à succès Netflix ! Panini, 504 p.couleurs, 36 € JEAN-PHILIPPE RENOUX Inhumans, LÊIntégrale 1975-1984, collectif Après un premier volume nous proposant les débuts des différents membres des Inhumains dans plusieurs publications, ce deuxième tome rend compte de lÊimplantation définitive de ce groupe très étrange au sein de lÊunivers Marvel, notamment avec le premier titre qui lui fut entièrement consacré, Inhumans #1 à #12 parus entre 1975 et 1977 (mais on pourra aussi lire dÊautres histoires publiées jusquÊau début des années 1980). Du grand spectacle avec les Krees et les Skrulls dans la guerre des Trois Galaxies, et lÊimmense plaisir de retrouver George Pérez ou Gil Kane. Panini Comics, 312 p.couleurs, 35 € CECIL MCKINLEY Image Comics  : 8 ; Ad vOIL.ele%1À8P P7O 31.6011:.1 aP zued et ap Teuft.p vesuov unupeio 5non çyqdwo.Jd 5rild ô8p5nno.P3 581, friOA.Srieikrtet un 81,driOd 94CA zrrzTeJa saJzne snae ys Quand Hickman verse dans la SF (East of west, Manhattan Projects), cÊest cool. Quand il sÊattaque aux super-héros (Dark Reign, Avengers), cÊest chouette. Mais quand il se laisse aller au véritable travail dÊauteur en liberté (The Nightly News, Pax Romana), alors là ça devient magistral ! CÊest bien dans cette dernière ÿ catégorie Ÿ que sÊinscrit Black Monday Murders, fluvre très critique et fantasmatique mélangeant fiction et faits réels dans un contexte narratif et graphique à tiroirs qui demande aux lecteurs de prendre en compte des éléments en marge de la bande dessinée afin de remettre en perspective le sens de lÊfluvre – dans ces espaces annexes, Hickman prend un malin plaisir à nous tournebouler le cerveau à force de digressions et de provocations nous forçant à réfléchir et à... réagir. Hickman est un scénariste génialement pervers quÊil est urgent de lire en cette période de règne des ÿ fake C omics PAYÉS AU BLACK Avec Black Monday Murders, Jonathan Hickman revient à ce qu’il fait de mieux  : l’œuvre personnelle engendrant le trouble afin de réveiller les lecteurs, dans une narration riche et complexe. La cible ? La finance. Parce qu’il le faut. news Ÿ et des ÿ théories du complot Ÿ, car il nÊa pas son pareil pour nous réveiller et nous faire reprendre nos esprits... L’ENFER DU FRIC Ici, Hickman sÊen prend donc au monde de la finance et à ses dérives en imaginant une conspiration de puissantes familles ayant prêté allégeance à Mammon, prince de lÊenfer incarnant la richesse. Ce côté satanique de lÊargent est un symbole fort de la folie de la finance ayant comme religion le marché boursier (le nom de la banque Caïna est sans ambiguïté). Du krach de 1929 à la crise financière de 2008, lÊauteur nous fait plonger dans les méandres obscurs du monde de lÊargent jusquÊà lÊenquête de lÊinspecteur Dumas en 2016 qui pourrait révéler la face cachée de ce qui meut lÊéconomie – et définit nos sociétés. Les dessins réalistes de Coker et les couleurs plutôt rabattues de Garland donnent une dimension digne de ce nom, envoûtante, à ce polar fantastique remarquablement agencé et dont les personnages sonnent vrai – la qualité des dialogues y est pour beaucoup. Et puisquÊon parle dÊargent  : comme cela arrive parfois, Urban Comics propose un premier tome de série à découvrir à un prix plus que démocratique ; il faudrait être fou pour passer à côté de celui-ci à 10 €  ! CECIL MCKINLEY BLACK MONDAY MURDERS, T.1 GLOIRE ¤ MAMMON de Jonathan Hickman et Tomm Coker, Urban Comics, 240 p.couleurs, 10 € Image Comics
Mœbius/& TM Marvel & Subs. Valiant el-LEE, LE geeeeveNT COMME Ed KEN ! ine5. Gle LA VIF FIN 4ELMRTEte Péfflf)Ail En préambule, disons que Britannia ne se situe pas dans les enjeux de lÊunivers Valiant, les frères Anni-Padda, les ÿ psiotiques Ÿ, etc. CÊest donc parfaitement accessible. Les bases du tome 1 sont parfaitement expliquées dans les premières pages. Pas dÊinquiétudes à avoir. DÉTECTIVE PRIVÉ EN TOGE Antonius Axia est enquêteur à Rome. DÊun genre⁄ spécial. Formé par les prêtresses vestales, il use C omics Psychologie et malédiction La BD franco-belge donne à voir la Rome antique depuis bien longtemps. Alix, Murena, ont marqué leur époque et les esprits. Le comic-book a décidé à son tour de s’attarder sur ces lointains « ancêtres ». Le Britannique Peter Milligan revient pour un deuxième récit à la croisée entre péplum et polar psychologique. dÊune compréhension des humains unique en son genre. Il doit résoudre le meurtre de jeunes patriciens dont les proches de Néron accusent ses protectrices. Un empereur qui semble sombrer de plus en plus dans la folie. Un privé à Rome, Peter Milligan nous surprend en rendant lÊexercice vraiment pertinent. Britannia nÊest pas une BD historique, lÊantiquité est un cadre à son histoire. Il sÊamuse à créer un détective/psy avant que les concepts psychologiques ne soient développés. Tout lÊalbum interroge ce qui relève de la croyance Cette nouvelle importante résulte des difficultés actuelles du grand diffuseur Presstalis, qui a récemment choisi de durcir ses conditions vis-à-vis des éditeurs. Début juillet, Panini profite de lÊévénement ÿ Marvel Legacy Ÿ pour proposer un énième relaunch (on reprend la numérotation à 1) de ses revues, en modifiant leur présentation qui sera désormais proche de celle de ses livres (couvertures semicartonnées à rabats, à la ÿ 100% Marvel Ÿ), ce qui amène également une réduction du nombre de titres proposés (quatre mensuels de 112 pages à 6,50 € , plus quatre bimestriels plus épais de 128 pages à 6,90 € ). La distribution sera désormais confiée à Hachette. Comme le résume lÊéditeur sur sa page Facebook  : ÿ Les comics quitteront le linéaire presse pour sÊinstaller dans celui consacré aux livres Ÿ. Vous ne trouverez donc plus votre dose de comics VF chez le kiosquier, au bureau de tabac ou au rayon presse de votre supermarché. Si vous résidez en zone rurale, il vous faudra trouver un magasin Relay chez lÊhumain, de ses erreurs de perception et de la réalité. Mâtiné dÊaction et dÊune pointe de gore, cela accroche le lecteur qui ne refermera le livre quÊà la dernière page. UNE AMBIANCE GRAPHIQUE MALAISANTE Pour accompagner un fond violent, il fallait un dessin au diapason. Juan José Ryp excelle dans la représentation du gore. Mais il travaille aussi tout particulièrement sur les visages des personnages, leurs attitudes. Ce faisant, il met en scène leur violence intérieure, leur folie. Ce qui amène à avoir régulièrement peur pour les personnages, tant le monde qui les entoure semble hors de maîtrise. Britannia ravira donc les amateurs de thrillers psychologiques et sanglants. Et si ce tome 2 vous convainc, nul doute que vous aurez très envie dÊaller découvrir ce que peut recéler le premier volet. YANECK CHAREYRE BRITANNIA, T.2 de Peter Milligan et Juan José Ryp, Bliss Comics, 112 p.couleurs, 15 € La fin des comics Marvel en kiosques Ceux qui avaient l’habitude de faire un crochet par le kiosque à journaux pour s’approvisionner en comics devront désormais se fournir dans les rayons librairies. de Hachette, une Fnac, un Cultura ou un Point- Presse possédant un rayon librairie. UNE AUBAINE POUR QUI ? Les libraires spécialisés en comics (surtout situés dans les grandes villes) devraient bénéficier de ce changement, tout comme les sites de vente par Internet, où les collectionneurs sont exigeants sur la solidité du colis, ainsi que sur les frais de port. Pour faire passer la pilule, Panini offre des stickers dans les premiers numéros, et un peu plus de rédactionnel sur un papier de meilleure qualité. Le Strange de 88 pages à 6,50 francs de 1982 (soit presque un euro) semble remonter au déluge ! ¤ lÊheure où les spectateurs se ruent par millions en salles pour apprécier les films de super-héros, il est dommage quÊon ne puisse plus trouver leurs comics à proximité immédiate ! MICHEL DARTAY 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :