Zoo n°64 jan/fév 2018
Zoo n°64 jan/fév 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°64 de jan/fév 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Arcadia Media

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 10,4 Mo

  • Dans ce numéro : l'homme gribouillé.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
46 Yu 2014/KADOKAWA CORPORATION La vie est tranquille sur cette petite île japonaise un tantinet dépeuplée. Il y a bien la guerre, au loin sur le continent, mais ça ne semble pas trop influer le quotidien de la toute petite poignée dÊélèves de la seule classe de la communauté. Un nouveau chérubin transféré en cours dÊannée formule tout de même la potentialité du trauma de guerre par opposition mutique, mais cÊest encore trop abstrait pour une bande de gamins insouciants et déconnectés qui continue à voleter de problèmes amicaux en circonvolutions scolaires. La situation ne semble pas pouvoir sÊéterniser et le gouvernement décide soudainement dÊinstaurer à la va-vite des cours dÊentraînement militaires et un tirage au sort hebdomadaire destiné à sélectionner qui parmi les bambins⁄ ira au front. PIRE QUE LES MATHS UN VENDREDI SOIR Rien nÊaurait pu préparer lecteurs et protagonistes à un tel revirement. Absurde ! crieront les plus désemparés. Absolument ! Cette révélation abrupte, sans pincettes, en totale rupture avec le doux rythme dÊémois adolescents, nÊest destinée, a priori, quÊà générer cette exclamation précise. Cette perturbation brutale de la situation établie, qui prend de court quiconque sÊempare sans préparation de lÊalbum, sert autant dÊélément déclencheur que de dénonciation. M angas & A sie Les derniers jours DES CONDAMNÉS L’Europe a son décompte final, le Japon a maintenant sa Dernière heure, une série en quatre tomes de Yû, publiée chez Akata, qui prouve ainsi que sa collection critique peut la jouer subtile. LÊutilisation dÊenfants remodèle nos réactions face à des comportements pourtant établis et connus chez les adultes en temps de conflit. Deux jeunes apprenants sont subitement déclarés inaptes à cette obligation militaire. Pourquoi ? CÊest un mystère qui, comme celui de la mobilisation soudaine, ne sera révélé quÊen climax tardif, laissant au lecteur le temps de gamberger et de tenter de tout justifier dans un subtil réveil de conscience. Métamorphosant la classe en une véritable répétition de société adulte, la défiance et la frustration attisées par une telle annonce promettent de nombreuses prises de bec dès les prémices de la série. Soutenir et mourir pour son pays nÊen devient pas plus reluisant, mais pourtant presque enviable quand la culpabilité du survivant et la jalousie des appelés sÊen mêlent. OPINION TRANCHÉE Le récit nÊépargne personne ni nÊoublie de polémiquer discrètement sur des sujets critiques, prenant régulièrement le contre-pied du cheminement rationnel quÊil semblait emprunter sans heurts. LÊauteur enrobe son histoire – à la fois pour minimiser toute politisation et pour multiplier les révélations choc sans trop en faire sur les sujets mortifères de la guerre – dÊune chape de science-fiction qui atténue lÊhorreur du liant scénaristique guerrier tout en le gonflant de questions plus globales sur un futur potentiel dÊune humanité irresponsable et angoissée. Quand dÊaucuns se perdent à dépeindre un énième ennui adolescent, La Dernière Heure joue avec des troubles différents et nouveaux, comme une maturation morbide forcée ou le délitement social lors dÊune situation de crise, tout en maintenant, comme lÊaime le nouveau lecteur de psychologie prépubère, un rythme placide et centré sur la psychologie des êtres qui se croisent. LA PEUR AU FUSIL La série se conclut avec ce quatrième tome, creuset des révélations qui auront le mérite de proposer une tentative de dénouement rafraîchissant, à défaut par exemple dÊun bouquet final nihiliste qui aurait mis tout le monde dÊaccord. La série mélangera jusquÊau bout une poignée de genres amenant à un traitement global très différent des histoires de guerres affriolantes dont semblent raffoler les lecteurs nippons, et se permet une critique acerbe sous couvert plus ou moins délicat de fiction. LA DERNI˚RE HEURE, T.4 de Yû, Akata, 192 p.n&b, 7,95 € ALEX MÉTAIS Yu 2014/KADOKAWA CORPORATION
HATARAKU SAIBO Akane Shimizu/Kodansha Ltd. CALMES DEN DRITIQU ES Cellules présentatrices d'arrligene thargees d'alerter el d'attirer sur le sire de ion les cellules de delense de l'organisme. Takashi Nagasaki est lÊauteur secret derrière les acclamés Monster, Pluto, 20 th Century Boys et Billy Bat. Vous reconnaissez ces séries ? Son rôle auprès dÊUrasawa est complexe à retracer autant quÊà expliquer, mais il semblerait que cet éditeur de la Shogakukan, rarement crédité officiellement, nÊen soit pas à son premier co-scénario. Il revient cette année avec un polar fantastique aux allures dÊenquête archéologique gonflée aux attentats terroristes. Il renoue ainsi avec ses thèmes de prédilection que sont lÊétude scientifique du passé (quÊil avait déjà bien développé dans deux très bonnes séries, Dossier A et Master Keaton) et le polar de grande ampleur. CAÏN-CHAOS La menace cette fois-ci est autant biblique que séditieuse. Un virus rappelant le mythe de Caïn et transformant les humains en bêtes féroces est distillé à travers la planète par un marchand de mort qui le vend aux organisations terroristes les plus motivées (lÊIRA, Al-Qaïda, tous y passent). Un groupe dÊenquêteurs est chargé de retrouver un mystérieux M angas & A sie Un esprit sain dans un corps... qui tente de suivre Les Brigades immunitaires d’Akane Shimizu revitalisent l’ambiance vieillissante d’Il était une fois la vie en injectant au concept une grosse dose d’adrénaline en intraveineuse. Que la cure de jouvence commence dans la joie et l’extermination de virus. Caïn-caha King of Eden, du duo Ignito/Nagasaki, édité chez Ki-oon, nous offre un polar international fantastique sur base d’archéologie mythologique aux saveurs prometteuses. Votre corps est un temple, paraît-il. Votre corps serait plutôt une métropole bondée à lÊactivité incessante. Cette métaphore relativement aisée se révèle rapidement dÊune efficacité imparable tandis que le lecteur sÊimmerge dans lÊintense agitation cellulaire anthropomorphe en découvrant les mésaventures de globules rouges, blancs et autres cellules spécialisées face aux aléas du corps humain. Invasion de microbes, déshydratation, menue blessure, tout prend rapidement des proportions cataclysmiques et demande un sacré savoir-faire dÊune multitude de petits travailleurs microscopiques. MISE À JOUR ANTIVIRUS jeune homme coréen, dont la présence a systématiquement été constatée sur les lieux des crimes, tout en démêlant les origines du virus. LE CAS CAÏN CORROBORÉ Takashi Nagasaki base son récit sur la nécessité de la découverte dÊéléments tangibles (et donc réalistes) dans une enquête qui La série puise sa force dans un double décalage constant  : elle alterne en premier lieu enfantillages et scènes dÊune violence extrêmes, jouant à la fois sur des jaillissements improbables de litres dÊhémoglobine et des situations de simili-vie réelle incongrues. La série adapte avec brio des réactions totalement organiques à une vie civilisée et technologique, rendant chaque péripétie bien plus riche quÊelle ne le semble. Une fois pris au jeu de la recréation dÊun environnement humain, elle se lâche ensuite et se permet les plus grandes extravagances (cellules amatrices de thé en gobelet ou adeptes du style gothiclolita, par exemple) sans que cela nÊaffecte la justesse de son propos. Profitant ainsi dÊune grande liberté de ton, elle intercale constamment informations détaillées, précises et enrichissantes dans des scènes totalement inattendues. Une merveilleuse façon dÊapprendre dans une allégorie qui, même sans ça, brille par son efficacité en tant que récit dÊaction. ALEX MÉTAIS LES BRIGADES IMMUNITAIRES, T.4 dÊAkane Shimizu, Pika, 170 p.n&b, 6,95 € évolue dans un environnement concrètement contemporain et appréhende dÊemblée scientifiquement une contamination a priori surnaturelle. Le mélange se fait divinement bien, tandis que le prodigieux Ignito fusionne urbanisme précis et morphotypes à la Urasawa. ALEX MÉTAIS KING OF EDEN, T.1 de Takashi Nagasaki et Ignito, Ki-oon, 208 p.n&b, 7,90 € HATARAKU SAIBO Akane Shimizu/Kodansha Ltd. 2015 Takashi Nagasaki, IGNITO/Haksan Publishing Co., Ltd. 47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :