Zoo n°63H6 nov/déc 2017
Zoo n°63H6 nov/déc 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°63H6 de nov/déc 2017

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Arcadia Media

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 10,7 Mo

  • Dans ce numéro : se barre à Zanzibar.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
48 Borg/McEnroe de Janus Metz Pedersen BORG l'AGEN ROEbt zoom Les amateurs de tennis à tempes grisonnantes se souviennent avec émotion de la finale mythique opposant John McEnroe et Björn Borg. Soit lÊaffrontement entre le feu et la glace. Si la dramaturgie propre au tennis peine à se couler dans le moule cinématographique dégoupillé par Pedersen, Borg/McEnroe est peut-être le premier film à appuyer la dimension psychologique et solitaire que rencontre le tennisman professionnel, en particulier avec Borg, impressionnante cocotte-minute. Sortie le 8 novembre JULIEN FOUSSEREAU Message from the King Un Sud-Africain débarque à Los Angeles pour enquêter sur la disparition de sa sflur⁄ avant de mettre à jour une conspiration criminelle. De cette trame on ne peut plus classique, le Belge Fabrice Du Welz tire un récit élégant ponctué dÊexplosions de violence sèche. Il est aidé par un Chadwick Boseman convaincant. Et si le dernier tiers accuse une baisse de régime, Message from the King recèle des qualités documentaires sur le compte-rendu contemporain des quartiers les plus chauds de la Cité des Anges. Un DVD M6 Vidéo JF Wallace et Gromit  : Cflurs à modeler Rasé de près et Un sacré pétrin, les deux derniers courtsmétrages à ce jour mettant en scène Wallace et Gromit, ressortent dans des copies restaurées. LÊoccasion de redécouvrir lÊaffirmation de la griffe Nick Park, constituée dÊune inventivité formelle délirante et dÊhommages bien sentis au cinéma populaire de qualité. Les têtes blondes constateront à quel point Shaun le mouton était déjà caractériel lors de sa première apparition, tandis quÊune noirceur inédite dans Un sacré pétrin rappelle les plus beaux films noir de lÊâge dÊor. Sortie le 8 novembre JF Nanar Wars, de Vincenot et Prelle Déjà responsables de la rigolote Anticyclopédie du cinéma, le duo Vincenot et Prelle se penche cette fois-ci sur les contrefaçons exotiques et nanardes des plus grands succès du cinéma hollywoodien. Les Dents de la mer, Star Wars, Indiana Jones, Harry Potter, etc., revisités à la sauce mexicaine, espagnole, sri-lankaise ou turque, donnent lieu à des descriptions souvent hilarantes, grâce à leur bonne plume, de nanars improbables ne respectant rien, quÊil sÊagisse du minimum de bon goût syndical ou du copyright. Éditions Wombat, 160 p.couleurs, 20 € JF La respiration des séries télévisées a cette spécificité par rapport à celle du cinéma de pouvoir sÊajuster sur la durée  : là où un film contient à lui seul un monde dans lequel sa réussite dépend de son bon déploiement pour que la magie puisse opérer, une série dispose dÊun temps étendu pour pouvoir trouver son rythme, voire son identité. Ainsi, certains shows mal engagés ont miraculeusement su corriger le tir par quelques ajustements adéquats. BoJack Horseman de Raphael Bob-Waksberg est de ceuxlà, un ÿ slow-burner Ÿ pour donner dans le jargon. Dans un paysage audiovisuel qui sÊest progressivement saturé de séries animées américaines visant un public adulte en quête dÊimpertinence, la première saison de BoJack Horseman tâtonnait tant elle était empêtrée dans sa couche bizarroïde environnementale où humains et animaux anthropomorphiques coexistent⁄ un grand zoo inter-espèces à la sauce californienne qui semblait être un simple prétexte pour illustrer littéralement des expressions anglophones idiomatiques (et souvent intraduisibles) convoquant nos amis les bêtes. Alors que BoJack Horseman est simple comme un miroir aux alouettes. LA FERME (HOLLYWOODIENNE) DES ANIMAUX C iné & D VD UN NÉVROSÉ NOMMÉ CHEVAL BoJack Horseman est un des rares spécimens de série animée qui a su gagner en qualité et en cohérence au fil des années. Alors que la quatrième saison est accessible depuis un mois sur Netflix, un retour sur cette série pas comme les autres se justifie. Au siècle dernier, BoJack Horseman, acteur cheval de son état, était la star incontestée de Galipettes en famille, sitcom familiale fictive dÊune niaiserie à faire passer La Fête à la maison pour un monument de subversion. Pendant neuf ans, il était le roi dÊune fête hollywoodienne sans fin rythmée par les beuveries, les rails de cocaïne et les brèves romances⁄ jusquÊà lÊarrêt de la série. Depuis 15 ans⁄ rien, une gueule de bois permanente pour ainsi dire. BoJack a laissé tomber lÊhorrible crinière mulet, pris de lÊembonpoint et vit en reclus dans sa demeure cossue sur pilotis dans les collines surplombant Los Angeles. Rongé par lÊamertume et la haine de soi, BoJack pourrit la vie de son ami Todd Chavez, glandeur lunaire squattant chez lui, enrage de constater que la sitcom du labrador, Mr. Peanutbutter, son meilleur ami et ennemi, est toujours à lÊantenne. BoJack rumine – ce qui nÊest pas banal pour un cheval – et estime que le vide existentiel quÊil se trimballe en permanence disparaîtra sÊil revient sous le feu des projecteurs. Il sÊadjoint les services de Diane Nguyen, intellectuelle et féministe, pour être le nègre littéraire de sa biographie. LÂCHER LA BRIDE Au fil des saisons, BoJack Horseman a su conserver sa part de loufoquerie. On pense notamment à la sortie de retraite de J.D. Salinger, le célèbre romancier reclus, pour réaliser un talk-show particulièrement stupide. Cependant, la noirceur a progressivement envahi la série afin de mettre en exergue le fait que les happy ends nÊexistent quÊau cinéma, car le comeback et la reconnaissance artistique de BoJack dès les saisons deux et trois – incontestablement les meilleures jusquÊà présent – ne sont quÊune fuite en avant. La plus grande réussite du show réside à la fois dans les sentiments contradictoires que peuvent susciter BoJack, de lÊattachement au dégoût en quelques secondes, et ses idées de mises en scène culottées, comme cet épisode très émouvant en milieu subaquatique et quasi muet, ou encore celui, bouleversant, sur les origines de la mère acrimonieuse de notre héros. Plus quÊune simple satire hollywoodienne, BoJack Horseman est surtout lÊhistoire très contemporaine dÊindividus suffocant dans leur solitude ontologique, meurtris par leurs traumas et leur immense difficulté à les surmonter pour enfin être heureux. Rarement une telle ménagerie nÊest apparue aussi humaine. JULIEN FOUSSEREAU BOJACK HORSEMAN SAISON 4 de Raphael Bob-Waksberg, série animée, Netflix Netflix
TOUTE LA BANDE DESSINÉE 8>10DÉCEMBRE2017 AU CŒUR DE PARIS HALLE DES BLANCS-MANTEAUX EXPOSITIONS DÉDICACES RENCONTRES MASTER CLASS ATELIERS Invités d'honneur EDMOND BAUDOIN PHILIPPE SOH ET StripoIogie..oni EXPERTS TV *iledeFrance nbliqUeart, PROAUC"P. E La BD SUISSE à Paris. BDFIL 60 exposants 150 auteurs 48 rue Vieille-du-Temple - Paris 4e- Métro Hôtel de Ville Entrée libre Programme complet et inscription sur www.sobd2017.com Focus AUTO et MICRO-ÉDITION 17.271 la sa if 5orla CLI _Crédit:à'Mutuelfi Clairefontrsine



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :