Zibeline n°9 juin 2008
Zibeline n°9 juin 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de juin 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 10,8 Mo

  • Dans ce numéro : politique culturelle... Marseille s'explique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
46 ARTS VISUELS MUSÉE ZIEM MUSÉE DE L’EMPÉRI Ziem mon amour ! Deuxième volet pour Le Musée Ziem a cent ans : le 19 e siècle de Ziem parachevé avec une création contemporaine d’Isa Barbier Van Gogh l’enviait pour ses couleurs : « Je voudrais pouvoir faire des bleus comme Ziem qui ne bougent pas tant que les autres. » Mais une des préoccupations majeures de Félix Ziem était déjà la restitution de la lumière et de ses effets annonçant ainsi les recherches impressionnistes une trentaine d’années plus tard. Le premier volet de cette programmation 2008 présentait l’œuvre du peintre. Le second, le 19 e siècle de Ziem, s’intéresse à ses contemporains et souhaite situer son œuvre dans le contexte artistique de l’époque comme en déterminer la part singulière. L’exposition est conçue comme un parcours chronologique et stylistique dans lequel sont présentées un choix d’œuvres de Félix Ziem en vis-à-vis de ses maîtres (Rembrandt, Claude Lorrain), professeurs et amis de la première heure (Emile Loubon, Prosper Grésy, Gustave Ricard), compagnons d’expérimentation (Isabey, Corot, Rousseau ou Millet) puis Eugène Boudin et Claude Monet pour les périodes préimpressionniste et impressionniste, Auguste Renoir aussi qui se rendit à Martigues pour saisir tous les enjeux de l’œuvre du maître. Plus complexe qu’on a voulu le reconnaître d’ailleurs, insiste Lucienne Delfuria, conservatrice du musée, lorsqu’on observe la facture de ses tableaux où la touche se libère peu à peu pour annoncer les modalités lumineuses de l’impressionnisme, ou ailleurs encore, lorsque sa palette s’intensifie et préfigure les « outrances » du fauvisme. Le parcours se conclut avec une commande faite à Isa Barbier pour l’évènement. En complément des esquisses et dessins préparatoires, un film retrace le processus de conception, le travail de préparation et d’installation de cette œuvre vouée à l’éphémère. Un livret concernant le travail d’Isa Barbier et le catalogue de l’exposition sont tous deux édités chez Images En Manœuvres, bientôt disponibles. Et n’omettons pas de rappeler qu’à l’heure où les subsides publics, pour la culture en particulier, se réduisent comme peau de chagrin, on ne peut qu’apprécier le « confortable » coup de pouce financier apporté par la ville de Martigues pour rendre nécessaire la réussite de ce projet ambitieux. Mais est-ce tenable à long terme ? Et plus généralement, quelles collectivités locales pourront ainsi se le permettre ? C.L. Le 19 e siècle de Ziem et une installation d’Isa Barbier jusqu’au 21 septembre Musée Ziem 04 42 41 39 60 www.ville-martigues.fr Catalogue Le XIX siècle de Ziem textes de Nathalie Bertrand coédition musée Ziem - Images en Manœuvres Editions L’art aux créneaux L’art contemporain à l’assaut du musée de L’Empéri ? Vingt-quatre artistes contemporains ont été choisis par Claude Darras et mis en photo dans leur atelier par Maurice Rovellotti pour le livre éponyme. Tous reliés par le Sud Méditerranéen L’exposition propose au visiteur un choix personnel d’un amateur passionné et engagé. Claude Darras a suivi ses coups de cœur sans imposer une règle esthétique restrictive à son projet de rassembler les œuvres d’artistes possédant leur atelier dans le sud méditerranéen. Deux années ont été nécessaires à son élaboration d’autant qu’il se concrétise par un bel ouvrage édité par la toute nouvelle maison d’édition David Gaussen, installée à Marseille. La sélection des vingt-quatre artistes est logiquement très éclectique comme peut l’être un cabinet d’amateur. Nous rencontrons des noms reconnus comme Bernard Dejonghe, Jean-Jacques Surian ou Julien Blaine avec d’autres créateurs dont la notoriété est en devenir. Les techniques utilisées, comme leurs modalités d’expression, varient selon chaque personnalité, offrant ainsi un riche éventail d’esthétiques. Pêle-mêle : les sculptures corrodées de Noortje Piccer, les images bariolées façon art brut chez Raymond Reynaud ou Maurice Fanciello, les peintures de Jean-Marie Zazzi évoquant Fautrier, les graphies hétérogènes sur grand format élaborées par Alain Grosajt, les encres blanches biomorphiques de Carole Challeau, les photos de Virgil Brill habitées par un éros velouté… Alexandre Gabriel Decamps, Vue prise de Hollande. Béziers, musée des Beaux-Arts Carole Challeau, sans titre, encre blanche/papier, 2003 Et pour entrer plus avant dans l’univers de chaque créateur, le livre, qui fait suite au premier ouvrage Ateliers du Sud - l’esprit des lieux, paru chez Edisud en 2004, saura être un guide précieux par les jeux de connivence et d’intimité évidente entre les textes de Claude Darras et les œuvres servies par une iconographie que l’on doit pour l’essentiel à Maurice Rovellotti, complice de la première heure. Peut-être encore pour un troisième volet prévu en 2010, en réunissant cette fois-ci les deux rives du mare nostrum pour un partenariat avec l’Algérie. L’aventure intérieure sait se partager ! C.L. Ateliers du Sud, l’aventure intérieure jusqu’au 14 juillet Musée de l’Empéri 04 90 44 72 80 www.salondeprovence.fr Ateliers du Sud, l’aventure intérieure textes de Claude Darras, photographies de Maurice Rovellotti Editions Gaussen, 2008
GRANET VÉLICKOVIC Du Granet à moudre ARTS VISUELS Réveillé avec l’exposition Cézanne, le musée Granet prend goût aux grands évènements estivaux. Rétrospective logique et nécessaire pour l’enfant du pays Alors que le musée de Martigues rend hommage tout au long de l’année à son peintre emblématique, Aix-en-Provence vise une lisibilité d’envergure internationale -comme il est désormais d’usage de s’exprimer en terme de communication. Dans le grand sud, Montpellier avait donné le ton avec la rénovation de fond en comble du musée Fabre et le rafraîchissement de sa programmation. Les musées de province ne veulent donc plus rougir (depuis belle lurette) de leur ancrage local face au pouvoir central. On ne peut que s’en réjouir. Les retombées en terme d’image et d’économie ne sont pas négligeables non plus. Bilbao en sait quelque chose. Pourtant, bien des acteurs culturels et d’observateurs s’inquiètent de la tournure que prennent les politiques culturelles décidées en haut lieu. Parfois localement aussi. On peut se demander par exemple, en regard de « grands » évènements comme celui-ci, ou à venir tel Cézanne-Picasso en 2009, quels bénéfices reviennent aux communes de la Communauté du Pays d’Aix ? Comment l’événementiel et le durable en matière culturelle peuvent-ils être profitables ? Mais ne boudons pas notre plaisir puisque les valeurs immatérielles véhiculées à travers les œuvres d’art ne souffrent pas les décomptes. Certains y ont consacré une vie entière. Granet est de ceux-là. Ce sont près de deux cent vingt pièces, peintures, aquarelles et dessins qui permettront de mieux situer l’importance de cet artiste encore trop méconnu dans l’art du XIX e siècle. Le parcours suit sept thématiques : Granet peintre de Rome, Granet peintre des peintres, d’histoire, de genre, caricaturiste ; les aquarelles et les lavis ; méditation sur la vie et la mort. Sans oublier une sélection d’œuvres issues de sa collection personnelle léguée au musée d’Aix en 1849 comprenant quelques trois cent peintures, en particulier italiennes et flamandes. D’entre François-Marius Granet, rival pour un temps de Jacques-Louis David, néo-classique parmi tous les néo-classiques, l’histoire nous fait F.M. Granet, Couvent Saint Bonaventure a travers une arcade du Colisee, (huile sur toile, 61 x 48 cm) Musee Granet - CPA, cliche B. Terlay retenir le second. Pourtant, lorsqu’on regarde Averse dans la vallée du Tibre (huile sur papier) on pense à Turner, ou dans Pièce d’eau des Suisses à Versailles (aquarelle de 1842) c’est un peu Cézanne qui s’immisce dans l’espace. Granet déjà un peu... moderne ? C.L. Granet une vie pour la peinture du 5 juillet au 2 novembre Musée Granet 04 42 52 88 32 www.museegranet-aixenprovence.fr 47 F. M. Granet, La Piece d'eau des Suisses a Versailles (1842). Aquarelles, 19 x 26 cm Musee Granet - CPA, cliche B. Terlay catalogue François-Marius Granet 1775-1849 une vie pour la peinture Denis Coutagne 368 pages Editions Somogy, 2008 conférence Granet, une vie pour la peinture par Denis Coutagne, conservateur en chef du patrimoine lundi 7 juillet à 17h Feux et Corbeaux Après une (trop) longue absence Vladimir Vélickovic expose à Aix, très simplement Dans Karton (éditions Thalia, 2006), Michel Onfray commentait ainsi les œuvres de Vladimir Vélickovic : « Les Hommes creusent leurs charniers ; le peintre se contente de les éclairer de sa lumière noire… » Et cette semiobscurité semble n’avoir jamais cessé de hanter ses peintures dès le moment où un regard a pu croiser ses coureurs pantins mutilés ou ses chiens effarés écorchés en courses folles. La mémoire serait-elle impitoyable ? Une exposition en diptyque à La Non- Maison présente des petites toiles, lithographies et collages, tandis que le 200rd 10 à Vauvenargues accueille des toiles de plus grand format. Sans jamais se départir d’un sentiment de grande gravité, les créations récentes de Vélickovic tendent aujourd’hui à moins de tragique : est-ce aussi un signe d’apaisement pour l’homme ? C.L. Feux, Corbeaux Vladimir Vélickovic du 19 juin au 14 août Galerie La Non-Maison 06 24 03 39 31 www.lanonmaison.com du 15 juin au 6 juillet 200rd 10 Lieu d’art contemporain Les Lamberts/Vauvenargues 04 42 24 98 63



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 1Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 2-3Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 4-5Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 6-7Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 8-9Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 10-11Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 12-13Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 14-15Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 16-17Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 18-19Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 20-21Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 22-23Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 24-25Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 26-27Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 28-29Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 30-31Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 32-33Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 34-35Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 36-37Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 38-39Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 40-41Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 42-43Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 44-45Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 46-47Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 48-49Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 50-51Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 52-53Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 54-55Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 56-57Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 58-59Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 60-61Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 62-63Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 64-65Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 66-67Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 68-69Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 70-71Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 72-73Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 74-75Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 76-77Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 78-79Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 80