Zibeline n°9 juin 2008
Zibeline n°9 juin 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de juin 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 10,8 Mo

  • Dans ce numéro : politique culturelle... Marseille s'explique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
44 ARTS VISUELS ST-REMY P’SILO VIEILLE CHARITÉ Couple moderne Après la belle exposition monographique Joseph Alessandri, le musée Estrine offre ses espaces à René et Jacqueline Dürrbach, lui peintre et sculpteur, elle maître licière, tous deux modernes Il y a eu parmi les couples d’artistes célèbres du XX e siècle Sonia et Robert Delaunay ou bien Sophie Taeuber et Jean Arp, Niki de Saint Phalle et Jean Tinguely. On connaît moins le duo Jacqueline et René Dürrbach. Pourtant leurs travaux respectifs, comme leur collaboration, ont compté dans l’art moderne français. Auteur de nombreuses tapisseries, Jacqueline Dürrbach contribua après la seconde guerre mondiale au renouveau de cet art-artisanat et mit son expérience au service d’artistes renommés comme Fernand Léger, Delaunay ou Picasso qui la sollicita en 1955 pour transposer Guernica. Ou encore Les Demoiselles d’Avignon dont les cartons originaux seront visibles dans l’exposition avec les tapisseries d’Albert Gleizes, Jacques Villon. L’autre parcours est celui de son alter ego artistique et compagnon, peintre, sculpteur, dessinateur, auteurs de cartons de tapisseries et vitraux, dont l’œuvre est habitée souvent d’un fort sentiment religieux. Conversations, invite à la (re)découverte d’un couple d’artistes inscrits dans la modernité de leur temps. En 1972, les Dürrbach avaient choisi de s’installer à Saint-Rémy-de-Provence. Qui le leur rend bien. CLAUDE LORIN René et Jacqueline Dürrbach, Conversations jusqu’au 14 septembre Musée Estrine, Saint-Rémy 04 90 92 34 72 www.ateliermuseal.net Conférence Albert Gleizes et le décor mural par Christian Briend, Conservateur du Patrimoine vendredi 20 juin à 18h René Dürrbach, Sans Titre, disque en bronze, D.18cm, Collection particulière René Dürrbach, Sans titre, gouache sur papier, 37 x 28 cm, Collection particulière Tête, René Dürrbach,c.1960, Gouache sur papier, 38 x 28 cm, Collection particulière Films expérimentaux à Marseille P’Silo organise la 8 e édition du festival international de vidéo expérimentale : Images Contre Nature qui se déroulera du 19 juin au 7 juillet 2008 à Marseille Cette année le thème commun a pour titre : Le mal des hommes. Les 66 films sélectionnés viennent de tous les pays et s’organisent dans six programmes : espace, identité, mouvement, perception, sens et temps. En ouverture le 1er juillet, Raw urgency with a webcam de Véronique Duhaut. L’ensemble des programmes est projeté aux Lices. Les vidéos reçues, 238 au total, peuvent être vues à la vidéothèque sur grand écran pendant le festival. Vous pouvez aussi visionner les films sélectionnés comme expérimentaux lors des sept précédentes éditions, soit 522, à la vidéothèque P’Silo, ouverte toute l’année au Vidéodrome (www.videodrome.fr) A.G. Raw urgency with a webcam de Véronique Duhaut www.p-silo.org 04 91 42 21 75 Des Ocres en vagabondage Une association de 7 plasticiens s’installe sous les arcades de la Vieille Charité. Depuis 2004 ils utilisent un matériau-phare : l’ocre, et investissent les espaces qu’on leur propose. La force et la beauté imposantes de l’architecture du monument, la puissance du lieu ont donné l’échelle et la structure des installations proposées dans ce lieu chargé de mémoire. Parallèlement, le peintre et théoricien d’art Camille Saint-Jacques signera 2 de ses derniers livres à la librairie Regards à 17 heures.C.B. Ocre-Vagabonds du 28 juin au 2 août Centre de la Vieille Charité et librairie Regards
ARTS NUMÉRIQUES GALERIE PORTE AVION ARTS VISUELS 45 Arts multimédia Depuis Nam June Païc bidouillant la vidéo ou Vera Molnar outillée d’un ordinateur, le flux des nouvelles technologies ne se lasse pas de nourrir les imaginaires artistiques, incitant aux croisements et métissages de toutes formes. Avec le théâtre, pour Judith Nab qui installe le visiteur du Château d’If dans une cellule d’isolement, seul, six minutes dans l’obscurité face à ses propres surgissements hallucinatoires visuels et sonores. Le pire : c’est le visiteur lui-même qui décide d’appuyer sur le bouton ! Le meilleur : de savoir qu’on peut en réchapper, Monte Christo dixit. Autre satisfaction. Depuis que Seconde Nature a confirmé sa fusion, l’offre de programmation s’est sérieusement étoffée et diversifiée, très orientée musiques électroniques sans pour autant sacrifier les arts visuels. Nombreuses sont les collaborations, en particulier avec les structures en région comme récemment pour le festival de deux jours à la Cité du Livre d’Aix-en-Provence avec d’expérimentales et/ou poétiques propositions (Akousmaflore de Gregory Laserre et Anaïs Met Den Ancxct, installation du collectif Arts-Terres, LS/SL de Locus Sonus utilisant les potentialités d’Internet), et Zinc/ECM de la Friche de la Belle de Mai à Marseille (delay d’Etienne Rey, projet vibratoire de son, d’eau et lumière). À l’approche de la période estivalefestivale,SecondeNatureprogramme les installations participatives de l’Australienne Lynette Wallworth au Musée des Tapisseries dans le cadre du Festival d’Art Lyrique, et le travail de Thomas Köner à partir des usages de la vidéosurveillance, à l’écart du festival d’Avignon dans la rassérénante architecture de la Chartreuse. CLAUDE LORIN Nightshot If Judith Nab jusqu’au 15 octobre Marseille-Château d’If www.theatreespace.nl/if Installations Lynette Wallworth Musée des Tapisseries, Aix du 27 juin au 23 juillet 04 42 64 16 50 www.festival-aix.com Pneuma Monoxyd Thomas Köner jusqu’au 30 septembre Chartreuse de Villeneuve-Lez-Avignon 04 90 15 24 24 www.chartreuse.org www.secondenature.org Juste avant la chute À la galerie Porte Avion les propositions de Laurent Le Forban et Marie Bovo sont limite. Et ça va péter le 27 juin Arman avait ses colères, Weiss et Fischli enchaînaient les catastrophes. Laurent Le Forban installe les conditions de tension annonçant un prochain déchaînement. Neuf radios portables noires en fonctionnement sont prêtes à gicler au mur blanc, tendues par les larges élastiques de latex bleu et retenues au sol par des filins d’acier gris. Quelques enroulements de ruban adhésif parfont ces catapultes minimales. Tout est en attente. L’évènementiel est déjà potentiellement contenu dans le dispositif : au niveau sonore (car la radio c’est aussi fait pour informer (déformer ?) ) et visuel, on s’attend à un jaillissement possible. Mais de quelle intensité ? Quel sera l’impact ? Quelles déformations du contenant (l’objet radio) comme du contenu plus important (le son, l’information ?). Il faut donc tester le tirant des élastiques pour évaluer la capacité de puissance (nuisance ?) : à la fois souple et suffisamment étiré pour créer un certain relâchement, mais pas akousmaflore X-D.R Marie Bovo - Laurent Le Forban X-D.R trop. Lors du dévernissage il est prévu de rompre les amarres. Attendons ! En face, sur le mur sont collées quatre photographies couleur tirées sur papier grand format. On y distingue des empilements de livres. Les images sont biffées par des traces qui suggèrent des flous de bougé. Impossible de savoir assurément si cela provient du passage d’un élément perturbateur ou plutôt d’un geste prélevant un de ces ouvrages superposés. C’est l’hypothèse la plus vraisemblable. Telles des tours de Babel ou du onze septembre, la chute est proche. Chaque geste évoqué tend au sabotage. Les photographies de Marie Bovo possèdent cette capacité contenue de suggestion du précaire, de l’effondrement annoncé des choses qui se construisent -comme l’architecture et la culture. Nécessaires et fragiles. C’est la force d’une forme métaphorique ouverte aux exégèses de la catastrophe qui appellent la vanité des Babel ou la mécanique de l’erreur telle la Parabole des Aveugles de Peter Bruegel : deux sont déjà dans la chute, les quatre autres prêts à suivre. Quatre photographies de Marie (Bovo) sont (encore) au mur. Pas pour longtemps : en guise de décrochage, elles seront arrachées. Détruites. Le 27 juin. Que restera-t-il à voir jusqu’au 5 juillet ? Les poèmes maladifs de Nicolas Gilly, artiste invité, qui déroulent à l’infini leurs litanies sur l’écran vidéo au fond de la galerie… près des livres.C.L. Marie Bovo/Laurent Le Forban jusqu’au 5 juillet Galerie Porte Avion 04 91 33 52 00 www.galerieporteavion.org Évènement le vendredi 27 juin



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 1Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 2-3Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 4-5Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 6-7Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 8-9Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 10-11Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 12-13Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 14-15Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 16-17Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 18-19Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 20-21Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 22-23Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 24-25Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 26-27Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 28-29Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 30-31Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 32-33Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 34-35Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 36-37Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 38-39Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 40-41Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 42-43Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 44-45Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 46-47Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 48-49Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 50-51Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 52-53Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 54-55Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 56-57Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 58-59Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 60-61Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 62-63Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 64-65Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 66-67Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 68-69Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 70-71Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 72-73Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 74-75Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 76-77Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 78-79Zibeline numéro 9 juin 2008 Page 80