Zibeline n°85 juin 2015
Zibeline n°85 juin 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°85 de juin 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 6,4 Mo

  • Dans ce numéro : les journées de l’histoire de l’Europe.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
62 Démythifier les héritages Depuis octobre dernier, Isabelle Laban-dal Canto est à la tête de l’ensemble complexe du prieuré de Salagon et ses jardins ethnobotaniques. Entretien. Zibeline : Pourquoi Salagon ? Isabelle Laban-dal Canto : Je suis à la fois conservatrice du patrimoine et spécialiste d’art contemporain, on m’a donc choisie sans doute dans l’optique de faire entrer l’art contemporain à Salagon, même s’il est déjà présent (vitraux d’Aurélie Nemours). Les jardins sont très aboutis, le monument est un véritable palimpseste d’occupations. Salagon est une très belle réussite, avec un énorme potentiel qui mérite un nouveau chapitre de développement. Comment ? Avec quels fonds ? Il y a un travail à faire dans la médiation, et la mise en valeur des paysages. Une campagne de travaux de rénovation des espaces d’exposition temporaires et des jardins, leur aménagement pour être accessibles à tous, est financée par le Département, maître d’ouvrage, et la Région. Le coût ? Un million d’euros. Je me dois de souligner que le Département, pauvre et en restrictions budgétaires, a choisi de ne rogner ni le budget de la culture ni celui de l’éducation. Une ambition de musée national ? Non, nous sommes trop petits ! Nous sommes déjà classés Musée de France, et être musée départemental a du sens avec notre ancrage territorial fort. La nouvelle exposition, C’est quoi, exactement, un musée d’ethnologie ?, propose un double mouvement d’exposition et d’interrogation sur elle-même. Une nouvelle perspective pour le musée ? Les musées de société sont en crise et peinent à trouver leur identité et donc des subventions. Comment redonner du sens ? Il est essentiel de partir de conclusions scientifiques et de les mettre en perspective, de les interroger. La première partie de l’exposition donne Salagon sur le modèle des ATP où personnages fantômes et tenues suspendues par fils de nylon M.C un aperçu historique, depuis l’hommage à Georges Henri Rivière, le fondateur des ATP 1, et son idée de musée des gens du peuple pour les gens du peuple, à la fermeture du Musée de l’Homme en 2009 et le passage de témoin au Musée Branly et au MuCEM. Une nouvelle conception ? On se situe dans l’invention d’un nouveau modèle. Il y a le fonds Albert Blanc qui a donné ses vêtements de travail, témoignage d’une société de non-consommation. Cela participe de la mythification du paysan, et des positions politiques, morales qui sont à discuter et éclairer. Cette idéalisation est à mettre en question. L’économie dont il est question était celle du manque, pas d’une volonté « éco-citoyenne ». Le contenu des Néo ! La nouvelle grande exposition temporaire du Musée de la Préhistoire de Quinson permet de comprendre le véritable tournant dans la Préhistoire que fut le Néolithique. Les chasseurs cueilleurs nomades deviennent agriculteurs éleveurs sédentaires. Le Néolithique marque un véritable tournant dans la Préhistoire. Le préhistorien Jean Courtin a largement contribué à la compréhension de cette période grâce à ses fouilles réalisées en Provence. Les découvertes effectuées sont exposées pour la première fois. Une occasion exceptionnelle de découvrir le quotidien ainsi que l’univers symbolique du Néolithique Provençal et Méditerranéen. Le jour de l’ouverture, le 29 mai à 18h, une conférence de Jean Courtin lui-même apportera un éclairage passionnant (à l’auditorium Jean Gagnepain, entrée gratuite dans la limite des places disponibles). M.C. Néo ! Marins-Bergers de la Provence, il y a 8000 ans, Fouilles Jean Courtin du 29 mai au 30 nov Musée de la Préhistoire de Quinson 04 92 74 09 59 www.museeprehistoire.com musées de société est vraiment à remettre en perspective et à analyser. Il y a pour le moins une ambiguïté à relever. Ainsi pour la première collecte de Pierre Martel avec l’Association Les Alpes de Lumière, on entend Péguy. Dans la muséographie, on a essayé de présenter les objets de façon esthétisante. Il s’agit aussi d’articuler ces objets, de la vie paysanne ou pastorale avec la société qui est la nôtre. Le travail des classes de primaire exposé en est une belle démonstration ! Il faut confronter le passé au monde contemporain. Ce sera le sujet de prochaines expositions. À la fois passionnant et beau ! Entretien réalisé par MARYVONNE COLOMBANI C’est quoi, exactement, un musée d’ethnologie ? jusqu’au 30 sept À venir Rendez-vous aux jardins les 6 et 7 juin de 10 à 19h Salagon, Musée et Jardins, Mane (04) 04 92 75 70 50 www.musee-de-salagon.com 1 ATP : Musée des Arts et Traditions populaires
LA RELIE CULTURELLE REGIONALE PRESENTE fl ° PLACE DE LA MAIRIE & CHATEAU 100 AR TTACLE ISTES 10 SPECS 1 GRAND BALÈTI Conçu ek réalisé par Région 1111H re égi cult urellerépioflaie icromrro., pipi. At.aA,W, www-paVs drigras sa-f r Commun aut-dag glomkati on-du- Rays-de-Grass et wormHID Provence-Alpes-Côte d'Azur www.larEqie-paca.com regiecalturelleregianala t tgregieculr www.mauans-sartoux.net la Ville-ge- Mouans - Sattouk t (ah,iouansSartoax



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :