Zibeline n°8 juin 2008
Zibeline n°8 juin 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de juin 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 10,8 Mo

  • Dans ce numéro : Jazz des cinq continents.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
58 LIVRES AGGLOPOLE MARTIGUES Vive la diversité ! Foisonnante, la 5 e édition de l’Odyssée des lecteurs à Martigues… Des propositions multiples aguichent, aiguisent la curiosité, dans une diversité de genres qui conforte le choix de la différence artistique, et de la confrontation d’idées. La littérature donne l’exemple ! L’écrit a la part belle au sein de l’Odyssée des lecteurs, manifestation qui, à propos du livre, invite les autres arts à la fête (voir Zibeline 7, et page 4, 19, 27, 41 et 71). Des écrits divers, qui rencontreront aussi bien un public d’adultes que d’enfants et d’ados. Trois maisons d’éditions seront représentées, et notamment Le Mot et le Reste à laquelle est donnée une carte blanche. La « petite » maison d’édition marseillaise créée en 1996 préfère la qualité à la quantité : en témoignent les ouvrages ardemment défendus qui émaillent leur catalogue. Ainsi, le 22 mai, les lycéens auront rendez-vous avec le géographe et historien Roland Breton, initiateur du terme et du concept d’ethnopolitique, et dont Le Mot et le Reste a publié Peuples et états, l’impossible équation et Horizons & Frontières de l’esprit. Autre auteur d’importance, Guillaume Ruffat, professeur de lettres modernes et d’histoire des arts, membre fondateur de l’association B-Side Rock viendra présenter son tout nouvel ouvrage (parution le 16 mai), Révolution musicale, les années 67, 68, 69 de Penny Lane à Altamont, (le 23 mai avec les lycéens et le 24 pour tous publics). Emmanuel Loi, enfin, romancier et essayiste, présentera Spooky Tooth/Two, ce pou qui tousse, du nom du groupe britannique de rock progressif anglais de la fin des 60’, tout nouvellement paru (le 24 mai). Mais les rencontres ne s’arrêtent pas là, loin s’en faut ! Le romancier italien Giovanni Cattabriga, alias Wu Ming2, dialoguera avec son traducteur, qui est aussi auteur de romans policiers, Serge Quadruppani (le 24 mai) ; le neurobiologiste Jean-Didier Vincent vous fera voyager au centre du cerveau (le 22 mai) ; et le généticien Jacques Testart donnera une conférence sur la standardisation du vivant (le 23 mai). Du côté du public jeune, place à un invité d’honneur, le graphiste et auteur de livres pour enfants Katsumi Komagata (les 22, 23 et 24 mai) ; Zaü, qui animera un atelier autour de son livre Je serai les yeux de la Terre (éditions Rue du monde) ; sans oublier les mangas, représentés par trois auteurs, Clément Baloup, membre fondateur de La maison qui pue, collectif d’auteurs issus des Beaux- Arts d’Angoulême, Julien Blondel, scénariste de B.D. et Kalon, dessinatrice et co-scénariste de la série Love I.N.C. (le 24 mai). Les Prix du Concours de planches Mangas du Jacques Testart Ramirolle Concours de nouvelles seront remis le 25 mai. Si tout ça ne donne pas l’eau à la bouche des dévoreurs de livres… SARA LYNCH Odyssée des lecteurs du 22 au 25 mai 04 42 44 31 51 04 42 49 01 98 Lire à plusieurs Les livres et la littérature vous invitent à Lire Ensemble sur le territoire d’Agglopole Provence. Une troisième édition axée sur les Femmes en Méditerranée, et le conte Sur le vaste territoire autour de Salon de Provence, durant une quinzaine de jours, toutes les disciplines artistiques seront sollicitées pour mettre en avant les richesses de la Méditerranée, à travers de nombreux portraits de femmes. Réelles ou fictives, elles étonnent souvent, séduisent parfois, interrogent la plupart du temps. Et, comme tous les ans, Lire Ensemble donnera également l’occasion de découvrir le patrimoine de chaque commune : les bibliothèques bien sûr, mais aussi les jardins, les châteaux de La Barben et de Salon, les salles de spectacles… Invité d’honneur cette année, le conte : il s’épanouira un peu partout, et pas seulement dans sa version pour enfants, même si le jeune public est particulièrement chouchouté. Sénas accueille par exemple Moussa Lebkiri qui inaugurera la manifestation, le 23 mai au Théâtre de l’Eden, avec Le jardin des roses et des soupirs d’après des contes arabes des XIII e et XV e siècles ; à Berre, invitation au voyage dans le quartier du Panier, à Marseille, avec la cie Les racines du vent et leur Entre deux rives (le 27 mai) ; côté jeune public, de belles propositions avec Layla Darwiche qui présente Petite lentille et autres histoires douces et cruelles à Saint-Chamas (le 28 mai) et Vernègues (le 31 mai), ainsi que Kan ya ma kan à Salon (le 1er juin) et Le voyage de Messaouda à Charleval (le 5 juin) ; ou encore la cie de la Hulotte et un Vite fées, bien fées avec Sandrine Marneux (Eyguières, le 28 mai) et La fille d’argile avec Fatiha Capron (Aurons, le 1er juin). Par ailleurs, Dominique Sigaud, journaliste, essayiste et romancière, animera, à Charleval, des ateliers d’écriture pour ados et adultes sur le thème du voyage au cours de la vie d’une femme (les 26, 27, 29 et mai). Et puis, le 7 juin, au Château de l’Emperi, à Salon, aura lieu la journée de clôture -en présence de l’illustrateur Rachid Koraïchi et de l’auteur MohamedKacimi- qui augure de belles rencontres : spectacles, expositions, apéritif littéraire, dédicaces d’auteurs, tables rondes… On ne saurait trop vous conseiller de vous y rendre ! S.L. Lire ensemble Agglopole Provence du 23 mai au 7 juin 04 90 44 85 85 www.agglopole-provence.fr La Bouqala, chants des femmes d'Alger, editions Thierry Magnier - Illus. Rachid Koraïchi
FESTIVAL LA MANGROVE HISTOIRE LIVRES 59 Ultramarines Pour « donner son plein sens au mot intégration (…) et affirmer l’universalité de la création et l’appartenance de tous à la nation des hommes », comme l’a déclaré sa directrice Marie-Christine Oberfinkels-Elie. Pour sa biennale 2008, qui célébrait aussi sa dixième année d’existence, La Mangrove, festival des Arts de la Caraïbe, du Pacifique et de l’Océan Indien, a accueilli à Marseille et à Aixen-Provence de nombreux acteurs de la scène culturelle d’outremer. Du côté de la littérature, des spectacles de théâtre contemporain, et deux temps forts à l’Alcazar, autour de deux grandes figures de la poésie caribéenne et internationale. La réalisatrice martiniquaise Euzhan Palcy, dont on se rappelle l’émouvant Rue Cases- Nègres, a proposé un documentaire en trois épisodes, Aimé Césaire, une voix pour l’histoire, hommage vibrant au poète martiniquais récemment disparu. Le comédien et metteur en scène Jean-Michel Martial est, lui, venu présenter ses premières réalisations cinématographiques, consacrées au poète guyanais Léon-Gontran Damas. Rencontre intéressante avec ce personnage intense, impétueux, dont on ignore trop souvent qu’il fut, avec Senghor et Césaire, à l’origine de la notion de Négritude. Le premier documentaire de Martial invite à suivre le chemin de Damas : condisciple de Césaire au lycée de Fort-de-France, disciple de l’ethnologue Mauss, ami de Desnos, député de la Guyane, professeur de littérature africaine aux Etats-Unis, le nègre fondamental a écrit une œuvre d’une modernité frappante. Le deuxième film, Paroles de Damas, met en lumière la vitalité de ses poèmes proférés, chantés, rappés par de nombreux artistes guyanais contemporains, qui disent se retrouver dans sa démarche militante. Rythme syncopé, riches assonances, images fulgurantes, le cri de Damas résonne aujourd’hui encore avec une insolence sauvage et revigorante. On regrette alors d’autant plus que ses textes soient quasi introuvables en librairie. À l’issue de la projection, J-M Martial a évoqué le grand œuvre qui l’absorbe depuis deux ans : promouvoir et éditer le répertoire littéraire caraïbéen. Soutenu par l’état français, il s’est attelé à la tâche de rendre à la littérature caribéenne la lisibilité qui lui est due. FRED ROBERT Pigments, de Leon Gontran Damas Le Festival La Mangrove s’est déroulé à Aix et à Marseille du 5 au 17 mai A lire : Léon-Gontran Damas : Pigments ; Névralgies (poèmes) ; Retour de Guyane (récit) ; L-G Damas a également recueilli et traduit des contes traditionnels créoles VARIAN FRY « Livrer sur demande... u Duand'es sit isles. fies dissidents et Ins hill losient les nazis PitMae. I9IQ1911t liar ru/neelHa. Livrer sur demande Varian Fry Trad. Édith Ochs Ed. Agone, 23 euros Désobéissance civile « Parce que vous protégez les juifs et les antinazis » répond le responsable de la police de la région Marseillaise interrogé par Varian Fry sur les raisons de l’acharnement des autorités françaises contre lui Arrivé à Marseille en Août 40, Fry est envoyé par l’Emergency Rescue Committee (ERC) suite à l’indignation suscitée dans le mouvement ouvrier américain par la Convention d’Armistice qui prévoit que la France [livre] « sur demande tout ressortissant désigné par le gouvernement du Reich. » La mission de Varian Fry à Marseille est donc de venir en aide aux réfugiés qui espèrent trouver une issue vers les Etats-Unis à partir de la zone libre. Il découvre une ville où se côtoient familles jetées sur les routes de l’exode par l’avancée allemande, militaires en quête de démobilisation après la débâcle et réfugiés politiques fuyant le nazisme. De son témoignage, publié par Agone, émerge la volonté d’un homme décidé à mettre tout en œuvre pour sauver de l’arrestation, souvent synonyme de déportation, le plus grand nombre de réfugiés : son action repose sur une surprenante lucidité politique. Ainsi, sous la façade sociale du Centre Américain de Secours, Fry reçoit d’anciens responsables politiques de la gauche allemande, des syndicalistes, intellectuels et artistes, des juifs chassés de leur pays, devant discerner l’urgence des situations. Avec son équipe, il leur fournit des visas légaux et illégaux, trouve des filières de sortie, « planque » les réfugiés les plus menacés. Cette résistance avant l’heure, dans un pays encore aveuglé par la figure paternelle du vieux maréchal, se heurte à une administration vichyste déjà aux ordres de la Gestapo. Le témoignage de Fry nous éclaire aussi, de façon plus inédite, sur les ambiguïtés de la politique américaine, tant face au gouvernement Pétain que dans l’accueil restrictif de réfugiés choisis. Enfin, au-delà de son incontestable valeur historique, ce texte, tardivement connu en France, donne à découvrir de grandes figures (Victor Serge, André Breton...) confrontées à des situations surréalistes, ou tragiques, dans Marseille affamée. JEAN-PHILIPPE DELL’ANNO



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 1Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 2-3Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 4-5Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 6-7Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 8-9Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 10-11Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 12-13Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 14-15Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 16-17Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 18-19Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 20-21Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 22-23Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 24-25Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 26-27Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 28-29Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 30-31Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 32-33Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 34-35Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 36-37Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 38-39Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 40-41Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 42-43Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 44-45Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 46-47Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 48-49Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 50-51Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 52-53Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 54-55Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 56-57Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 58-59Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 60-61Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 62-63Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 64-65Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 66-67Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 68-69Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 70-71Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 72-73Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 74-75Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 76-77Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 78-79Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 80