Zibeline n°8 juin 2008
Zibeline n°8 juin 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de juin 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 10,8 Mo

  • Dans ce numéro : Jazz des cinq continents.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
36 MUSIQUE GRAND THÉÂTRE DE PROVENCE Le Grand Théâtre danse ! La première saison du GTP a accueilli de grands spectacles de danse… La seconde surenchérit ! Round around Mozart C’est autour de Mozart que s’articule la prochaine saison musicale du GTP et mis en scène par le couple Macha Makeïeff et Jérôme Deschamps, ceux de La Chambre Philharmonique d’Emmanuel Krivine et de Christian Zacharias à la tête de l’Orchestre des Champs-Élysées. SteveReich Evening X-D.R Dominique Bluzet peut se réjouir, à juste titre, du succès de sa première saison : 80% de remplissage, 50 000 spectateurs pour une saison qui n’a commencé qu’en décembre… Il attribue ce succès à plusieurs facteurs : la synergie entre les trois théâtres qu’il administre (voir page 10), et la proximité d’un des plus grands chorégraphes du monde, qui a formé la culture chorégraphique des Aixois. On pourrait y ajouter le Festival d’Aix, qui commence à être fréquenté par un peu plus d’habitants de la région, et le travail du GTP autour des enfants, et du public familial, qui s’étoffe encore cette année. Mais c’est sans doute la danse qui, cette année encore, attirera le plus facilement les 1200 spectateurs nécessaires pour remplir la grande salle. Elle sera d’ailleurs très musicale ! Outre la création de Josette Baïz autour de Fred Astaire, il y aura Anne Teresa de Keersmaker dans son SteveReich Evening, un spectacle d’une intelligence musicale exceptionnelle ; Montalvo/Hervieu dans un hommage à Gerschwin et… la grande création d’Angelin Preljocaj, son Blanche Neige pour lequel il réunit pour la première fois ses 26 danseurs, plonge dans l’univers troubles des contes, dans le romantisme de Malher, au milieu des pommes, des mères qui tue et qui meurent, et des rois qui s’en lavent les mains… AGNÈS FRESCHEL Cadmus et Hermione X-D.R L’orchestre Les Siècles fondé en 2003 par François-Xavier Roth s’adapte à tous les types d’instruments (anciens ou modernes) et a acquis en peu de temps une belle notoriété. On l’entend dans une série de concerts thématiques, de mois en mois : Mozart et la voix (Nathalie Gaudefroy), La famille Bach et Mozart, Mozart et la clarinette (Paul Meyer), le Requiem, Mozart et Beethoven, Mozart et le piano (Jean-François Heisser), la Gran Partita, Mozart et Haydn, Mozart et la flûte (Juliette Hurel)… et la harpe (Marie-Pierre Langlamet). Lassant ? Exclusif ? Sans doute, mais c’est Mozart… Ce fil conducteur est enrichi par différentes productions, comme le pastiche mozartien en forme d’opéra One short cuts imaginé par Laurence Equilbey (artiste toujours associée) Des stars La saison est ponctuée de récitals « phare » permettant au public d’entendre de grands interprètes à la renommée internationale. Ainsi on note les venues du violoniste Vadim Repin (accompagné par le pianiste Itamar Golan), du pianiste Boris Berezovsky en solo, et du contreténor Andreas Scholl dans Vivaldi. L’ensemble vocal Accentus revient pour chanter ses fameuses « Transcriptions » de Lieder ou de pièces symphoniques, ainsi que le Requiem allemand de Brahms (accompagnement deux pianos : Brigitte Engerer et Nicholas Angelich). Et le TrioWanderer joue les deux Trios avec piano de Schubert. Symphonique ou baroque ? À coté de l’Orchestre des Jeunes et de la Méditerranée (voir page 73), on retrouve à plusieurs occasions l’Orchestre Français des Jeunes (dir. Dennis Russel Davis) qui accompagne Laurent Korcia dans le Concerto pour violon de Tchaïkovski. On attend également l’Orchestre National de France dans la 4 e symphonie de Brahms (dir. Daniele Gatti) et 04 42 91 69 69 www.legrandtheatre.net Accentus Agnès Mellon
37 60 ans… mais loin de la retraite ! Le festival d’Aix fête son jubilée avec confiance, après une passation de pouvoir réussie, et une 59 e édition au taux de fréquentation record… Bireli Lagrène X-D.R Emmanuel Krivine dirigeant la Symphonie fantastique de Berlioz. Un seul véritable opéra est annoncé, mais cette production du Théâtre national de l’Opéra-comique du Cadmus et Hermione de Lully par Le Poème Harmonique de Vincent Dumestre devrait faire mouche (mise en scène Benjamin Lazar) ! Les Arts Florissants, dirigés par Paul Agnew, chantent Le jardin des voix, alors que Le Concert d’Astrée d’Emmanuelle Haïm interprètent l’oratorio de Haendel : La Résurrection. Jazz, chanson et spectacles musicaux En guise d’épices pimentant un programme richement assaisonné, on attend le jazz manouche du guitariste Bireli Lagrène, le quartet du batteur Aldo Romano et le saxophoniste Stefano di Battista. Après ses acrobaties à la guitare, Thomas Dutronc propose un tour de chant, tandis que Christina Branco clame son traditionnel fado. Enfin, quatre jours durant, la comédie musicale tirée du film mythique Fame est donnée en français sur la scène aixoise. Le pianiste Alexandre Tharaud, la chanteuse Juliette et le comédien François Morel imaginent un « spectacle gymnopédique » autour d’Erik Satie, quand Heiner Goebbels met en scène les chanteurs du Hilliard ensemble pour un concert scénique en trois tableaux… à découvrir ! JACQUES FRESCHEL L’opéra a le vent en poupe ! Alors que les 35-50 ans l’ont historiquement déserté, les plus jeunes y reviennent. Et à Aix comme ailleurs, des places abordables aux bourses moyennes, sinon modestes, existent. Pour peu justement que vous soyez jeune, ou Aixois… Et pour peu que vous acceptiez de n’être pas très bien placés, ou d’aller plutôt aux concerts qu’à l’Opéra, où les places restent très chères (350 euros pour Wagner), vous pourrez aller au Festival d’Aix. Fidèle à Mozart, le 60 e festival d’Aix affiche un traditionnel Cosi fan Tutte sous la baguette du spécialiste du baroque Christophe Rousset. Quant à Zaïde, opus inabouti et posthume du Salzbourgeois, il est mis en scène par l’inventif Peter Sellars et dirigé par Louis Langrée. Ces deux ouvrages sont joués au Théâtre de l’Archevêché quand L’Infidelta delusa est représenté à l’Hôtel Maynier d’Oppède : de fait, on ne s’éloigne guère de Mozart avec cette réjouissante comédie de Haydn. Le troisième volet de la Tétralogie de Wagner est donné au Grand Théâtre de Provence… avec toujours Sir Simon Rattle et le Berliner Philharmoniker ! C’est Ben Heppner qui incarne Siegfried dans une mise en scène de Stéphane Braunschweig. D’où le prix des places ! Dans ce même théâtre on entend un oratorio rare de Haendel. Le récit biblique fondé sur l’histoire de Belshazzar est dirigé par René Jacobs. Pour la création contemporaine de l’été, le festival a passé commande au compositeur Pascal Dusapin : Passion est à découvrir au Théâtre du Jeu de Paume. Les concerts Surtout, ne négligez pas les formidables concerts qui sont donnés en parallèle des productions lyriques. Les Talent lyriques de Christophe Rousset et le Chœur Les Éléments s’unissent pour un concert Campra, Rameau, Charpentier. L’Orchestre Zaïde X-D.R Zaïde X-D.R Philharmonique de Berlin joue la 3 e symphonie de Brahms, Le Mandarin merveilleux Bartok, le Concerto de Dvorak avec Andras Schiff au piano, Ma Vlast de Smetana, trois Symphonies de Haydn… Roger Muraro et Sylvain Cambreling interprètent la terrible Turangalila-Symphonie de Messiaen et Karita Mattila vient donner un récital lyrique. Ajoutez à cela d’alléchants concerts de musique de chambre, Messiaen à l’orgue par Olivier Latry, des chants de la Méditerranée avec Françoise Atlan ou les concerts de l’Académie européenne dès le 20 juin… et William Christie dirige The Fairy Queen de Purcell ! Un festival « senior » certes… mais plein d’avenir ! Même si on peut noter que, dès fin juillet, une fois les portes du Festival refermées, le Grand Théâtre de Provence reprend la main de sa programmation, avec des concerts de l’Orchestre des Jeunes de la Méditerranée dans un programme Bach, Barber, Dvorak (le 31 juillet, voir page 73) et de l’Orchestre Français des Jeunes (Bernstein, Korngold, Dvorak, le 11 août). Concerts gratuits pour la plupart, ou pour les places les plus chères, à 20 euros… JACQUES ET AGNÈS FRESCHEL Festival d’Aix 04 42 17 34 34 www.festival-aix.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 1Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 2-3Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 4-5Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 6-7Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 8-9Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 10-11Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 12-13Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 14-15Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 16-17Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 18-19Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 20-21Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 22-23Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 24-25Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 26-27Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 28-29Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 30-31Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 32-33Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 34-35Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 36-37Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 38-39Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 40-41Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 42-43Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 44-45Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 46-47Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 48-49Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 50-51Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 52-53Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 54-55Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 56-57Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 58-59Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 60-61Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 62-63Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 64-65Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 66-67Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 68-69Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 70-71Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 72-73Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 74-75Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 76-77Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 78-79Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 80