Zibeline n°8 juin 2008
Zibeline n°8 juin 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de juin 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 10,8 Mo

  • Dans ce numéro : Jazz des cinq continents.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
28 ARTS DE LA RUE MARSEILLE GAP Subvertir la ville Nous étions une quarantaine, vêtus de blanc, au rendez-vous secret fixé par Lieux Publicssamedi 17 mai à 18h, sur la Canebière. En quelques minutes trois artistes nous expliquent les gestes à accomplir. Tous subversifs, mais sans aucune agressivité. Prendre la pose d’un mannequin devant ceux d’un grand magasin. Aller regarder tous ensemble à nantes, vives, nombreuses. Celle du groupe improvisé aussi : très vite une complicité se crée, on invente un Flash Rue de plus, spontané, sur les Vélib’arrêtés… le groupe, pris au jeu, poursuit les flashs sans ses guides, et applaudit spontanément l’arrivée du tramway, s’amuse, s’étonne... puis retourne à l’Espace Culture et prend rendez-vous travers la vitrine d’une banque. pour le prochain. Vous voulez en être ? Transformer le Vieux Port en piste d’atterrissage, attirer l’attention vers le ciel, manquer d’espace… Le but, inavoué mais explicite : provoquer l’étonnement, Inscrivez-vous par mail ou téléphone, et vous recevrez les consignes. Plus on est de fous, plus on subvertit ! AGNÈS FRESCHEL mettre les règles de l’espace public en question, et susciter des pourquoi. Qui fusent… C’est pour passer à la télé ? ça va pas bien ? mais qu’est-ce que vous faites ? vous êtes des fous ? je peux venir ? ça sert à quoi ? et surtout Mais pourquoi vous faites ça ? y a rien à voir… Prochains flashrue le 31 mai à 11h le 14 juin à 11h le 28 juin à11h 08 72 73 35 24 www.flashrue.net Les réactions des passants sont éton- Agnès Mellon Vocabulaire restreint Jérôme Thomas a créé un spectacle qui lui ressemble peu : renonçant à la virtuosité du jonglage, qui a fait la réputation et l’excellence de ses précédents spectacles, il tente avec Libellule et Papillons une incursion dans la danse pure. Avec une première partie où lentement, très lentement, il sort de sa chrysalide sur des suites pour violoncelle de Bach. La deuxième partie, sur des morceaux divers de Stravinsky d’esthétiques variées, repose sur un procédé chorégraphique unique : sa troupe, montée en permanence sur rollers, fait naître de très belles images, grâce à des costumes transformables qui les métamorphosent en êtres hybrides, ailés, glissants insectes asymétriques, lépidoptères chatoyants… Mais si les patins donnent vitesse et fluidité aux déplacements ils empêchent, hélas, tout mouvement du bas du corps : une heure de battements de bras et tournoiements de têtes, de tableaux d’ensemble avec changements de costumes incessants, finit malheureusement par faire penser à Holiday on Ice. Fugitivement bien sûr : les images sont beaucoup moins racoleuses ; teintées d’ironie, elles fabriquent un bestiaire bizarre. Mais quel dommage de se priver à la fois, par parti pris, du jonglage, du saut, et du corps à corps ! AGNÈS FRESCHEL Libellule et papillons a été crée à la Passerelle (Gap) les 16 et 17 mai, dans le cadre de Cité Cirque X-D.R Forain Les Carboni installent pour dix jours leur Posada au Panier, pour leur festival annuel. Au programme la reprise de Un de la Canebière, des cabarets, une kermesse, les contes de Jean Guillon (Cie du théâtre volant) et la création de Scapino. Une compagnie qui n’a pas renoncé à l’esprit de troupe et au théâtre de tréteaux, qui tisse et entretient des liens avec le public des villes et quartiers qu’elle traverse, et vient régulièrement revoir… Les 13 Paniers du 5 au 14 juin 04 91 90 33 52 www.lescarboni.com Festif Le collectif Tatem organise au square de La Capelette un temps d’art citoyen : cette première édition de Terri Terra donne rendez-vous aux habitants à 19h le 31 mai, pour des installations, performances dansées, contes urbains… autour de la mémoire du quartier, en particulier de l’Usine Nestlé. Avec pique nique, grand feu de joie, et, à la nuit, un concert de la fanfare Samènakoa… 06 63 60 83 40 www.tatem.fr
29 Arts complémentaires Le Théâtre de la Passerelle poursuit la programmation de Cité cirque dans les Alpes, où jusqu’au 1er juin se succèdent spectacles de théâtre de rue et de cirque Dans les commerces de Gap, les comédiens de la cie Trio Mineur se baladent, s’installent dans un bar, une mercerie, une librairie, chez l’épicier, le boucher ou dans la salle des Mariages de la mairie le temps de saynètes saisissantes… Ils vont soudain se mettre à raconter leur vie, prenant à partie les habitués, les clients qui vont profiter de ces fragments de vie touchants, rocambolesques, émouvants et tellement vrais ! Puis l’Ensemble Télémaque et Bernard Kudlak, metteur en scène du Cirque Plume, installent leur Cabaret des Valises, mariage improbable de cirque et de musique contemporaine, composée et dirigée par Raoul Lay. La mémoire collective est ici convoquée, et avec elle une souffrance contenue… dans des valises. Monsieur, collectionneur de cris enregistrés - « surtout ceux qu’on ne voudrait plus entendre » -, voudrait s’en libérer, mais sans oublier. Ni les guerres, ni les souvenirs. Musiciens, acteurs, circassiens s’entremêlent, donnant au cabaret une amertume qui donne à réfléchir. Et à rire, tout en Les Boutiques Casper de Vries se demandant pourquoi on rit. Le Cirque Plume, enfin, fera d’une fuite d’eau le prétexte à un spectacle épatant. Plic Ploc, cirque aérien et fantaisiste, est déréglé par un climatiseur qui ne veut plus fonctionner et se met à goutter, jusqu’à inonder scène et artistes au-delà de l’imaginable… Le son se fait musique, la musique fait s’envoler parapluies et musiciens, les saltimbanques se contorsionnent et s’ébrouent, et les métronomes battent en mesure… Ingénieuse et débridée partition, pour ce Plic Ploc qui inaugurera par la même occasion l’Espace culturel polyvalent de Gap. Le succès de cette manifestation ne se dément pas, qui rassemble dans la rue et les théâtres un public toujours plus nombreux. SARA LYNCH Le Cabaret des valises Agnès Mellon Le Cabaret des Valises Ensemble Télémaque le 25 mai Théâtre de la Passerelle Les Boutiques Cie Trio Mineur les 23 et 24 mai commerces de Gap Plic Ploc Cirque Plume du 28 mai au 1er juin Espace culturel polyvalent 04 92 52 52 52 Rendez-vous au bandonéon Du 6 juin au 25 juillet, Marseille se pare de couleurs argentines : ses rues tanguent, les couples s’enlacent, tendent l’échine et arquent la nuque, et les regards se font ardents… et noirs ! Toutes les associations de tango de Marseille se donnent le mot, et occupent la rue : Bal Tango devant le Gymnase le vendredi soir (à partir du 6 juin), devant l’Opéra tous les jeudis, projections, cours gratuits, démonstrations… et beaucoup de musique ! A.F. La Rue du Tango 0870 406 464 http://laruedutango.fr Les Trottoirs de Marseille 04 91 48 09 29 Exposer dans la rue L’art est depuis longtemps sorti des musées et des expositions officielles, pour migrer vers des galeires indépendantes, voire aujourd’hui, de plus en plus, vers des restaurants, des bars et des galeries… commerciales. Et voilà qu’aujourd’hui les plasticiens, et même les peintres et les sculpteurs, veulent devenir des artistes de rue ! Mouv’art, pour sa première édition, propose de mener vers l’intérieur des galeries (Galerie Mourlot, Galerie Asakusa, Galerie du Pharos, Rive Neuve…) un public qu’elle irait chercher sur la place publique, grâce à des performances plastiques ou chorégraphiques (Ballet d’Europe), pour l’emmener ensuite vers des œuvres plus statiques, à l’intérieur des galeries. Voire à une vente aux enchères, organisée par Leclerc le 18 juin au Palais de la Bourse ! A.F. Mouv’Art Place aux huiles, Marseille du 17 au 21 juin



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 1Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 2-3Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 4-5Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 6-7Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 8-9Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 10-11Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 12-13Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 14-15Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 16-17Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 18-19Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 20-21Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 22-23Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 24-25Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 26-27Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 28-29Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 30-31Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 32-33Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 34-35Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 36-37Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 38-39Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 40-41Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 42-43Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 44-45Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 46-47Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 48-49Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 50-51Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 52-53Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 54-55Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 56-57Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 58-59Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 60-61Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 62-63Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 64-65Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 66-67Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 68-69Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 70-71Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 72-73Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 74-75Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 76-77Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 78-79Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 80