Zibeline n°8 juin 2008
Zibeline n°8 juin 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de juin 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 10,8 Mo

  • Dans ce numéro : Jazz des cinq continents.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 DANSE Les femmes et le plain chant Sidi Larbi Cherkaoui a réinventé L’Origine du monde, et lui a donné un contrepoint contemporain En choisissant de faire cohabiter deux mondes, le chorégraphe belge, d’Origine marocaine, construit un propos ambivalent : d’un côté une image du paradis, où en tous les cas d’un idéal antérieur. Un monde musical, féminin puisque toute la musique est composée par des femmes (des chants d’Hildegarde von Bingen, religieuse du Moyen Âge, des chants paléo-byzantins, composés par des femmes, et des chants traditionnels maronites et syriens réservés aux femmes), singulièrement plan et anharmonique, puisque toute la beauté de ces chants repose sur la mélodie et ses infinis ornements. Un monde religieux aussi, ou mystique, où la beauté plane au-delà, au-dessus des têtes. À ce monde plan s’oppose, coté jardin, une marionnette longue et noire, isolée dans la pénombre, présence immobile et rigide, rappel permanent de la mort. Au milieu, l’univers des corps : il est mixte, d’humeur changeante, parfois comique et parfois déchirant, et cosmopolite ; un Japonais, une Américaine, Audacieux Le Nuevo Ballet Español n’est pas une troupe de flamenco classique. Depuis une dizaine d’années, les chorégraphes et danseurs Carlos Rodriguez et Angel Rojas qui en sont les fondateurs, renouvèlent le genre sans en trahir l’esprit, insufflant du sang neuf au flamenco en s’ouvrant à la danse contemporaine. Avec El Alma, qui fête le 10 e anniversaire de la troupe, Japonaiseries Après le Jardin Peint, la Cie Teatro di Piazza o d’Occasione revient avec un spectacle interactif pour tout petits : une installation plastique dans laquelle les cinq danseurs se promènent et déclenchent des… japonaiseries sonores et visuelles. Un monde réllement enchanté… Le Jardin Japonais du 27 au 30 mai Théâtre de l’Olivier, Istres 04 42 56 48 48 www.scenesetcines.fr une islandaise et un Africain du Sud se partagent la scène. Il est aussi fortement habité d’objets contemporains, d’images projetées, d’ombres trompeuses, et de cloisonnements. La scène se divise en quatre espaces individuels verticaux, séparés, carrés, atones. Les unissons sont rares, fortuites, et chaque danseur est tour à les créateurs espagnols offrent une sélection de chorégraphies qui ont jalonné leurs spectacles, auxquelles s’ajoutent deux créations : De la Cenizas, signée Carlos Rodriguez qui aborde-là le thème du désamour, et Tierra, pièce dans laquelle Angel Rojas revendique la nécessité absolue d’un monde meilleur. S.L. Koen Broos tour l’objet, le souffre douleur, l’ombre, le fou de l’autre. Dans cet univers se construisent des oppressions palpables, un manque, un vide, auquel la beauté des chants semble répondre comme un remède. Et la danse, même si elle est douloureuse, devient fluide, sans violence, comme si chacun avait déjà renoncé à El Alma Angel Rojas et Carlos Rodriguez le 23 mai Théâtre de la Colonne, Miramas 04 90 58 37 86 www.scenesetcines.fr Cie Teatro di Piazza o d’Occasione cet univers du réel, et entendait les sirènes immatérielles des Origines : celles des mélodies premières, des mères, de l’Orient, du Moyen Age. De Dieu ? AGNÈS FRESCHEL Origine, de Sidi Larbi Cherkaoui, a été interprété le 14 mai à l’Olivier, Istres Around Variations Jean-Claude Gallotta vient présenter à Istres une version raccourcie de My Rock (voir Zibeline 6). Un spectacle fondé sur l’idée que la danse contemporaine est née en même temps que le rock, qui explore leur mémoire commune depuis les années 50. C’est le groupe d’insertion professionnelle Moniell, du Centre National Chorégraphique dirigé par Gallotta, qui inteprète cette version et propose au public, à la fin du spectacle, de les rejoindre sur scène pour danser un bal contemporain. Des Variations, donc, autour d’un spectacle déjà mythique que Gallotta créa en 2004. My Rock variations Jean-Claude Gallotta le 7 juin Théâtre de l’Olivier, Istres 04 42 56 48 48 www.scènesetciné.fr Guy Delahaye
25 Délicieuses mises en bouche Avant son munificent programme de juillet, Châteauvallon accueille trois programmes de danse qui valent le détour… "AL Tout d’abord le Songe du Minotaure de Blanca Li (les 30 et 31 mai). La chorégraphe a cherché dans les mythes grecs, mais aussi dans la statuaire, les céramiques et les fresques, une nouvelle source d’inspiration, et créé une pièce pour trois couples autour du monstre hybride, mais aussi de Narcisse et des festivités Dyonisiaques. Le Songe du Minotaure, créé en 1998 pour la Biennale de Lyon, sera repris au théâtre couvert par le Ballet de l’Opéra de Toulon, qui produit cette nouvelle version. Béatrice Massin viendra à Châteauvallon pour la deuxième fois de la saison : la chorégraphe présente sa nouvelle création, pour 5 danseurs, un chanteur et deux musiciens. La danse de Cour y mêlera cette fois ses élans joyeux aux noirceurs des Folies d’Espagne de Marin Marais. Car Béatrice Massin sait allier avec subtilité la danse baroque à une forme contemporaine, l’élan vital et ses arrêts soudain. (Un air de Folies, Cie Fêtes Galantes. Le 14 juin à 19h30). Enfin le Ballet du Grand théâtre de Genève viendra danser une pièce courte de Jiri Kylian, Jours étranges de Bagouet, et Para-Dice de Saburo Teshigawara. Un programme magnifique, dansé par un ballet au sommet de son art (le 14 juin à 22h). AGNÈS FRESCHEL Châteauvallon, Ollioules (83) 04 94 22 02 02 www.chateauvallon.com Quels programmes ! La danse dans tous ses états a commencé un peu partout dans la ville : avec les expos du Frac et du Mac (voir page arts visuels), et les démonstrations de l’Ecole Nationale Supérieure. Démonstrations fort longues (près de quatre heures…) mais qui ont montré une fois de plus l’excellence de l’école dans tous ses cycles… Et puis, à l’Opéra, le BNM a repris son programme Kelemenis, Duato, Forsythe, tout entier passionnant : Tattoo commence comme un regard contemporain, critique mais fasciné, sur les carcans classiques et les pointes ; le pas de deux Lascombes/Lestel est épatant de virtuosité assumée sans douleur, dans la maturité d’un art possédé ; et la pièce de Nacho Duato est une véitable merveille : recréant une Espagne baroque telle que le patrimoine pictural la laisse imaginer, le chorégraphe a écrit une pièce toute en asymétries, en pénombres et en odeurs lourdes ; les danseurs, malicieux, rapides, y laissent éclater leur joie et leurs désirs puis, sur la fin, une nostalgie douloureuse qui prend le temps de s’alanguir… Le Ballet National poursuit son festival avec les Métamorphoses, la nouvelle pièce de Frédéric Flamand, les 23 et 24 mai. La pièce est très belle, plastiquement, chorégraphiquement, esthétiquement, musicalement (voir Zibeline 3) : allez la voir ! Et retrouvez Forsythe et Kelemenis à l’Astronef le 13 juin, avec Somewhere de Julien Lestel, une pièce dans laquelle le subtil danseur du Ballet fait preuve d’un vrai - BLanca Li Ali Mahdavi talent de chorégraphe, et débarrasse ses interprètes du côté m’as-tu-vu de la danse néoclassique. Tout en maitrisant vraiment, jusqu’au bout des phalanges, chacune de ses techniques… A.F. Les Indes ravissantes Après le Flamenco le Toursky accueille le 27 mai le nouveau spectacle de Patrick Gleise et Nirmala. Indanse poursuit leur exploration commune de la danse indienne, revisitée par les techniques et des formes temporelles issues de ladanse classique occidentale. Une rencontre entre deux mondes qui a souvent ravi les spectacteurs du Toursky, d’autant que des spécialités indiennes leur sont proposées sur le terrasse… Théâtre Toursky 0 820 300 033 www.toursky.org Ballet National de Marseille 04 91 32 72 72 www.ballet-de-marseille.com Nacho Duato Agnès Mellon



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 1Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 2-3Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 4-5Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 6-7Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 8-9Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 10-11Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 12-13Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 14-15Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 16-17Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 18-19Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 20-21Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 22-23Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 24-25Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 26-27Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 28-29Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 30-31Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 32-33Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 34-35Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 36-37Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 38-39Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 40-41Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 42-43Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 44-45Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 46-47Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 48-49Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 50-51Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 52-53Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 54-55Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 56-57Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 58-59Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 60-61Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 62-63Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 64-65Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 66-67Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 68-69Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 70-71Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 72-73Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 74-75Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 76-77Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 78-79Zibeline numéro 8 juin 2008 Page 80