Zibeline n°70 janvier 2014
Zibeline n°70 janvier 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°70 de janvier 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 8,5 Mo

  • Dans ce numéro : 2013... l'heure des bilans.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
60 A U PRO G R A M M E Les yeux encore plus grands… C’est la cinéaste Dyana Gaye qui ouvrira les 27e Rencontres Cinéma de Manosque, le 4 février, avec Un transport en commun, voyage en musique de Dakar à St Louis et son dernier film, Des Étoiles qui suit les parcours de la diaspora sénégalaise. Des rencontres placées sous le signe de la diversité des regards, toujours singuliers ; des films d’aujourd’hui, mais aussi d’hier que Pascal Privet prend le risque de montrer parce qu’on ne les a pas vus souvent, et qu’ils méritent le détour, ou parce qu’ils sont encore fragiles. Qui connait, par exemple, Jacques Baratier ? Un hommage est rendu à ce cinéaste poète dont le film Goha le simple (1958) adapte un chef-d’œuvre égyptien, et dont Jean- Luc Godard a dit que sa beauté était aussi maladroite que belle sa maladresse. Sa fille, Diane sera présente pour parler des films de son père, La Ville bidon, Eves futures, mais aussi des siens, Portrait de mon père et L’Avenir de la mémoire, de l’argentique au numérique. Mémoire encore : Des yeux plus grands que les oreilles, documentaire tourné en 16 mm par Jean Arlaud en 1989 qui présente des métiers aujourd’hui disparus aux Salins d’Hyères. Et deux anciens élèves du Lycée Esclangon qui Des Etoiles de Dyana Gaye Haut et Court reviennent à Manosque, Dominique Dattola avec Les trois vies du chevalier qui raconte l’évolution de la liberté de penser depuis le siècle des Lumières jusqu’à aujourd’hui et Alain Ughetto avec Jasmine qui remodèle son histoire d’amour, tout comme Dominique Cabrera a filmé durant dix ans sa famille, cherchant les fils qui relient dans Grandir. Claire Simon qui avait présenté Coute Que Coute, Sinon Oui… revient elle aussi à Manosque pour présenter Gare du Nord avec Nicole Garcia et Reda Kateb ainsi que son documentaire, Géographie humaine. Il ne faudra pas rater Révolution Zendj, Grand Prix-EntreVues/Belfort 2013, de Tariq Teguia, dont on avait apprécié Rome plutôt que vous et Inland. Prenons aussi le risque de voir des premiers films : celui d’Emir Baigazin, un film du Kazakhstan, sur le système de violence inhérent à la nature humaine, Leçons d’harmonie ; Sopro du Brésilien Marcos Pimentel et Of Horses and Men de l’Islandais Benedikt Erlingsson. Et d’autres encore que vous découvrirez. ANNIE GAVA Rencontres Cinéma de Manosque du 4 au 9 février Théâtre Jean Le Bleu et cinéma Le Lido 04 92 70 35 05 www.oeilzele.net C I N É M A Des Lumières et du Polar Du 8 au 16 février, se tient, au cinéma Les Lumières de Vitrolles, Polar en Lumières, parrainé cette année par Jean-Pierre Mocky, avec comme invité d’honneur, Richard Bohringer à qui est consacré la journée du 10. Films, concerts, débats et rencontres au programme de cette 5 e édition. En ouverture, le 8 à 19h, après un concert et un buffet, projection de Le Renard jaune, en présence de Jean-Pierre Mocky qui participe aussi, le lendemain à 17h, à une table ronde avec Richard Bohringer, avant la projection de deux de ses films dont Dors mon lapin à 21h. Le 11 fév, on partira à Porto-Vecchio, avec Les Apaches, en présence de son réalisateur Thierry de Peretti alors qu’on passera la journée du 13 dans l’univers de Daniel Pennac avec la projection d’Au bonheur des ogres de Nicolas Bary et la pièce de théâtre Monsieur Malaussène par la Cie Le Théâtre Populaire Nantais. Le lendemain, soirée blues et concert improvisé sur Fantômas (1913) de Louis Feuillade. Le 15, embarquement pour le Venezuela avec Pierre, papier, ciseaux en présence de son réalisateur Hernan Jabes, précédé d’une rencontre autour du polar sud-américain. Les « petits » ne sont pas oubliés : le 12 ils ont droit à un ciné-goûter : Jack et la mécanique du cœur de Mathias Malzieu et Stéphane Berla. Hipótesis de Hernán Goldfrid Eurozoom Pour terminer, le 16 fév, après un concert du trio Borsalino, projection du thriller argentin de Hernán Goldfrid avec Ricardo Darín, Hipótesis, qui met en scène un prof de faculté persuadé que son élève est coupable d’un effroyable meurtre. ANNIE GAVA Polar en Lumières du 8 au 16 février Cinéma Les Lumières, Vitrolles 04 42 77 90 77 www.cinemaleslumieres.fr
Made in courts Pour le démarrage de la 3 e édition du Jour le plus Court, l’association chargée de son organisation, Scénario au long court, avait choisi Marseille, dans le cadre de MP 2013, et a invité le public à une soirée à la Friche de la Belle de Mai, la veille du solstice d’hiver. Un événement organisé avec la collaboration de la Scam, l’Agence du court métrage, MP 2013, La Friche la Belle de Mai, Short Film Circuit et Lobster Films. Pour commencer la soirée, un programme a rendu hommage aux 11 pays qui organisent leur Jour le plus court. Pour l’Espagne, Contracuerpo, un des courts de la trilogie d’Eduardo Chapero-Jackson mettant en scène une jeune femme (Macarena Gómez) qui va jusqu’aux limites de son corps ; un superbe film qui aborde la question du corps des femmes et de l’anorexie. Treffit (Le Rendez-vous) du Finlandais Jenni Toivoniemi, raconte l’histoire d’une rencontre entre trois personnes et deux chats de sexe opposé... alors que Flamingo pride relate les aventures d’un flamant rose, seul oiseau hétéro dans un essaim de flamants homosexuels qui est tombé amoureux d’une cigogne femelle… Ce film d’animation de fin d’études de Tomer Eshed, qui a nécessité trois années de travail et une équipe de 30 personnes, est un petit bijou visuel. Autres films d’animation très réussi, Ab Ovo de la Polonaise Anita Kwiatkowska-Naqvi, qui présente le corps d’une femme pendant la grossesse, modelant Ab Ovo d’Anita Kwiatkowska-Naqvi PWSFTviT avec poésie changements, plissements, gonflements… sans oublier le fameux Tram, comédie érotique de Michaela Pavlátová, réalisatrice d’origine tchèque, inspirée par le quotidien d’une conductrice plantureuse, qui se laisse emporter par ses fantasmes, érotisant le véhicule, le tout souligné par une petite musique signée Petr Marek, qui rythme admirablement le film. Les courts métrages présentés dans ce programme « Jeunesse d’ailleurs » étaient de qualité, mais le public n’était pas au rendez-vous. Date mal choisie ? Made in friche ne commençait que le lendemain… Communication insuffisante ? Quoi qu’il en soit, on ne peut que regretter que des projections de courts métrages, gratuites, n’aient pas attiré plus de spectateurs. ANNIE GAVA Le Jour le plus Court a eu lieu le 20 décembre à la Friche la Belle de Mai, à Marseille 01 44 84 38 11 www.lejourlepluscourt.com Tralala-i-ou « Le jour de l’ouverture des soldes, la culture ne fait pas le poids » se désole l’ouvreur de l’auditorium Germaine Tillon en ce mercredi de début d’année, devant une salle quasiment vide. Pourtant la poignée d’enfants présents, accompagnés par des mamans nostalgiques, se régale à la vision d’un film de 1952 réalisé par Luigi Comencini avec des acteurs non-professionnels dans les rôles principaux. Heidi dégage un charme désuet mais toujours efficace, emportant les jeunes spectateurs à la poursuite d’un troupeau de chèvres sur de magnifiques alpages sépias. Le destin de la petite orpheline, séparée de son grand père bourru à souhait interprété par Heinrich Gretler, étreint toutes les poitrines. Lorsqu’elle se retrouve en ville, sous la coupe d’une gouvernante des plus névrosées (succulentes scènes où une portée de chatons terrifie cette dernière), on voit avec un pincement au coeur son mal du pays s’intensifier. Compagne de la jeune fille de la maison, une charmante infirme Heidi Splendor Films à laquelle elle redonne le goût de marcher, mais contrainte d’apprendre les bonnes manières et même à lire (au grand dam de son ami d’enfance, le petit Pierre pâtre et illettré), Heidi s’étiole. Cependant tout est bien qui finit bien, dans les montagnes suisses où l’éternelle fillette aux jolies nattes peut retourner chanter à pleins poumons sa joie de vivre sur la Crête de l’Écho. GAËLLE CLOAREC La projection de Heidi a eu lieu le 8 janvier au MuCEM, Marseille 61 P C OI NL ÉI MT AI Q U E CULTURE L L E



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 1Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 2-3Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 4-5Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 6-7Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 8-9Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 10-11Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 12-13Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 14-15Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 16-17Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 18-19Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 20-21Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 22-23Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 24-25Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 26-27Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 28-29Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 30-31Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 32-33Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 34-35Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 36-37Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 38-39Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 40-41Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 42-43Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 44-45Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 46-47Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 48-49Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 50-51Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 52-53Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 54-55Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 56-57Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 58-59Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 60-61Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 62-63Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 64-65Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 66-67Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 68-69Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 70-71Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 72-73Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 74-75Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 76-77Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 78-79Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 80