Zibeline n°70 janvier 2014
Zibeline n°70 janvier 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°70 de janvier 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 8,5 Mo

  • Dans ce numéro : 2013... l'heure des bilans.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 T H É Â TR E D A N SE C I R Q U E Des usages de la production journalistique Une odeur de papier, une masse informe dans la pénombre… peu à peu on distingue un amoncellement invraisemblable de journaux froissés. Au sommet, quelqu’un tente de lire des fragments, bribes rapidement rejetées dans la mer houleuse des feuilles. Des ailerons de requin passent, de curieux périscopes arpentent les vagues caduques… des êtres s’extraient progressivement des flots tandis qu’une poupée de papier, danseuse, nymphe, sirène qui par l’abandon de sa voix est dotée de jambes, déité étrange, se dresse, devient spectatrice de ce monde qui semble s’animer pour elle. Clowns irrésistibles, élégants acrobates aux cordes, jongleur monté sur une échelle droite aussi à l’aise que s’il était au sol, experte des cerceaux, musiciens acharnés et cocasses… une contrebasse arrive à être jouée par sept archets !!! On rit, jamais bêtement, les spectateurs, tous Andre Elbing âges confondus, sont transportés dans cet univers onirique, émus par cette esthétique de l’émergence, de l’étonnement, qui sait avec un dosage subtil alimenter notre curiosité et notre capacité à nous laisser porter par l’imagination et la poésie. Quelle est donc cette mirifique troupe s’impatiente le lecteur ! Dirigée par Frédéric Zipperlin -qui a travaillé trois ans dans la mythique formation du Cirque du Soleil-, la troupe du Cirque Bouffon offrait à La Croisée des Arts de Saint-Maximin un spectacle à la fois exigeant et délicieux d’humour poétique, Solvo, « solution » en Espéranto. En effet, l’art de la chute était remarquablement servi ! MARYVONNE COLOMBANI Solvo a été joué les 20 et 21 décembre à la Croisée des Arts, Saint-Maximin Objectivisme poétique La force du destin - - - Écrivain associée au Théâtre Durance, Sonia Chiambretto s’entoure d’artistes du monde du théâtre ou de la danse pour une mise en espace de ses textes. Décembre voyait la création de POLICES ! avec le danseur et chorégraphe Rachid Ouramdane. Sonia Chiambretto s’inscrit dans la lignée du très beau film de Chris Marker, Le fond de l’air est rouge, en en reprenant pour son texte le montage discontinu. Le papier épais au grain lourd, dessine autour des mots de larges espaces de respiration, une blancheur où les phrases sont mises en scène, trouvent dans leur disposition un ton, un rythme, un sens plus soutenu, listes, répétitions, termes comme écartelés, ainsi ce « au secours » avec le r et le s détachés, chute vertigineuse en fin de page. À l’instar de Charles Reznikoff, l’auteure pratique l’objectivisme poétique : témoignages, documents sont choisis, orchestrés, nous apportant ainsi une sensibilité, une perception nouvelle. POLICES ! nous entraîne de l’époque moderne à la rafle du Vel d’Hiv en passant par le 17 octobre 1961. Il y a les faits, mais aussi leur traitement médiatique, la force d’imaginaire qu’ils véhiculent. Le livre (éditions Grumeaux) est un véritable poème symphonique. On aurait aimé retrouver cette réorganisation lyrique dans sa transcription sur scène avec la musique de Jean-Baptiste Julien. On n’oubliera pas cependant la participation festive des enfants du conservatoire Olivier Messiaen, et de personnes issues du territoire (40 environ) qui apportaient leur fougue et leur passion. Une expérience collective exceptionnelle et ne serait-ce que pour elle, le travail du Théâtre Durance doit être salué ! M.C. PedroMachado POLICES ! a été joué le 14 décembre au Théâtre Durance, Château-Arnoux X-D.R 0 D’abord un long cri, une plainte, dans le noir. Et puis le cadavre d’un homme, tête renversée. Et un chant, rauque : « Lève toi Ô maître, lève toi » ! Nous sommes à la cour du roi d’Écosse, du président de la République tunisienne Habib Bourguiba et de Zine el-Abidine Ben Ali par la magie du théâtre de Lotfi Achour qui transpose Macbeth de Shakespeare dans la Tunisie contemporaine. Pari audacieux et totalement réussi de puiser dans les rouages de « la pièce écossaise » pour évoquer les luttes intestines des familles dirigeantes, critiquer le pouvoir totalitaire, dénoncer le culte de la personnalité ou tenter, pour la première fois, de « regarder notre histoire récente et sortir de la sacralisation de l’Âge d’or ». Avec habileté et sans jamais tomber dans un sentimentalisme dégoulinant, Lotfi Achour croise tous les personnages shakespeariens : les sorcières (elles accueillirent le retour victorieux de Macbeth), Lady Leila (aussi ambitieuse que son illustre aînée), MacZine (qui tient son peuple avec une main de fer), les courtisans et les partisans qui courbent l’échine. Cette version revue et corrigée aurait pu s’arrêter là, mais le metteur en scène, virtuose, jongle avec tous les artifices de la scène pour créer des scènes métaphoriques : jeux de lumière, trompe l’œil, marionnettes, libre circulation entre le chant, la danse et le théâtre ; et avec toutes les images de la réalité pour dénoncer la main qui a donné le bâton, la vengeance, les complots, l’épée qui tranche sans hésiter : archives sonores et visuelles, documentaires, témoignages, où l’on entend la parole de Bourguiba, de Ben Ali, de philosophes, historiens, chefs religieux, prisonniers. Car le théâtre -ce lieu sacré de la fiction- est aussi le lieu de souvenirs indigestes et la caisse de résonance des révolutions arabes. MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Macbeth : Leila and Ben, a Bloody History a été joué le 11 janvier au Théâtre Liberté, Toulon 0
MJCEM Musée des rJvi#isaiians de l'Europe et de la Méditerranée'1* : vokq xS0O L - i T F ± -" 7 #.c }'i :'a +f,µ " _. i *, - f x tiLeti _L, -.y'+'``] 'ICn, p., e`a 1a$ 11 00.$6, N,0 00, ` 5,', 1C _'^- -` f + -+. -17'."...1111 -7. « Mais aussi parce que c'est l'un des taut premiers pays dans l'histoire âe rh urnarsité aû l'homme est devenu humain... » Farouk A+tardarnBey En partenariat avec Ce. a11dt



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 1Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 2-3Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 4-5Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 6-7Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 8-9Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 10-11Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 12-13Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 14-15Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 16-17Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 18-19Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 20-21Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 22-23Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 24-25Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 26-27Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 28-29Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 30-31Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 32-33Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 34-35Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 36-37Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 38-39Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 40-41Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 42-43Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 44-45Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 46-47Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 48-49Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 50-51Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 52-53Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 54-55Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 56-57Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 58-59Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 60-61Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 62-63Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 64-65Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 66-67Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 68-69Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 70-71Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 72-73Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 74-75Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 76-77Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 78-79Zibeline numéro 70 janvier 2014 Page 80