Zibeline n°7 mai 2008
Zibeline n°7 mai 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de mai 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 10,3 Mo

  • Dans ce numéro : Aix, Miramas... les nouveaux élus parlent culture.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
36 MUSIQUE CD DVD Syncrétisme pulsé Drunksouls On verra plus tard www.drunksouls.com Chansons textuelles 1]ll[Ill[]ll Maquerelle Images de jours, détails du soir/Mosaïcmusicdistribution Une touche de punk rural Laids Crétins des alpes Keskonvafair laidscrétinsdesalpes.free.fr L’album autoproduit des Drunksouls On verra plus tard est sans aucun doute la bonne surprise du printemps musical qui s’annonce. Un cd autoproduit, qui en plus réserve de très belles promesses, a besoin du coup de pouce nécessaire pour s’afficher et s’imposer chez nos lecteurs. Partisans d’un style punk rock lors de leur formation en 2002, le virage artistique des dunksouls s’est opéré en douceur, transitant vers le groove et le reggae sans pour autant délaisser les racines rock des débuts. Cet alliage original, et surtout réussi, est à découvrir d’urgence aussi bien pour ses titres bien trempés comme Pain of life que pour les balades épurées façon Comme Louise et Thelma. C’est l’un des groupes les plus populaires de Jamendo, et les 13 titres rock’n reggae de l’album valent le détour : le titre n’est justement pas à prendre au pied de la lettre ! F.I. Melting pot Dépaysement et déhanchement assuré avec la sortie de l’album Shlomo du groupe cosmopolite Kabbalah. S’inspirant de la tradition Klezmer, d’où l’influence majeure de musique d’Europe centrale et de l’est, les 9 titres de l’album accueillent volontiers un cocktail sonore ambitieux mais heureux : spoken word, hip-hop, rock, oriental, jazz, classique… les textes aussi sont colorés mêlant anglais, russe et yiddish sur une instrumentation s’avérant originale et éclectique (saxophone, violon, contrebasse, xylophone, percussions, mandoluth). Ce métissage hybride donne le tournis entre Orient et Occident, rythmé et cadencé à souhait parfois à la manière d’une transe alternant avec l’émotion mélancolique propre à la musique slave. Un mélange détonnant et accompli ! F.I. Kabbalah shlomo La meson/Mosaïc distribution www.kabbalahmusic.net « La poésie ne prend son sexe qu’avec la musique » disait Léo Ferré dont l’influence musicale et poétique est palpable chez les Tourangeaux de Maquerelle dans ce premier album intitulé Images de jours, détails du soir. La rencontre des musiques de Pierre Mottron et des textes du chanteur Hugo Bon souligne également la filiation directe avec Noir Désir pour un résultat étonnant. Les textes sont travaillés et soignés, pour être ensuite dilués en spoken word, ou projetés de manière accrue et martelée. Un léger soutien électro façon trip hop ambiant teinté de mélopées au saxophone ténor donne un côté poético cadencé alternant suspension planante et pulsation enivrante. Un premier opus à découvrir ! F.I. Piano royal Qu’est-ce qui fait que la musique de Brahms et Schumannaime autant Nicholas Angelich, au point que le jeu de ce dernier, dans ces répertoires, semble si naturel, somptueux, éblouissant… Peut-être que l’expression passionnée, la virtuosité d’écriture de ces compositeurs, ceinturée dans une facture « classique », s’accordent idéalement à la personnalité du pianiste, réservée et fougueuse à la fois. Le 1er concerto du jeune Brahms trouve là une interprétation magistrale (en complément les Danses hongroises à 4 mains avec Frank Braley). J.F CD VIRGIN CLASSICS 518998 Nicholas Angelich s’est produit à l’Opéra de Marseille le 29 mars et à la Société de Musique de Chambre le 22 avril Laids crétins des alpes dont de retour avec un second album drôle et rythmique intitulé Keskonvafair. Certes, il ne faut pas s’attendre à du Ronsard déclamé sur un accompagnement bossa nova, et pour une fois on ne va pas s’en plaindre ! Enfin de la bonne humeur, du second degré et des textes complètement décalés sur une musique entraînante, dynamique, toute fraîche et brute de décoffrage. Ces chansons crétines punkifiées pleines d’humour atterrissent tel un ovni sur une planète sonore se prenant trop souvent eu sérieux. Enlevés sur une rythmique ska bien soutenue, Les doryphores sont de retour et autres Ours polaires en colère ou grizzlis malpolis peuvent non seulement provoquer un tortillement du bassin, mais aussi un bon rictus. Entre une Levrette story et une Chasse au dahu digne des fameux VRP, militons pour la chanson punk déglinguée, festive et sautillante de nos crétins alpins au mook ravageur ! F.I. Doppel Brahms Erika Geldsetzer (violon), Sascha Frömbling (alto), Konstantin Heidrich (violoncelle) et Dirk Mommertz (piano) ont choisi un nom français, mais le Quatuor Fauré est absolument germanique ! Si le répertoire pour quatuor avec piano est moins conséquent que celui pour cordes, il comporte cependant de précieux bijoux, comme les deux Quatuors op. 25 et 60 de Brahms. L’ensemble, fondé à Karlsruhe en 1995, les interprète dans une esthétique typiquement allemande, basée sur l’ampleur des phrasés, de l’expression et du legato. J.F. CD DEUTSCHE GRAMMOPHON 476 6323 Le Quatuor Fauré a joué à la Société de Musique de Chambre de Marseille le 25 mars
37 Lumineux Vivaldi CD ZIG-ZAG TERRITOIRES ZZT 070902 Schmelzer nicht vergessen R] OH.1NY i{EIN1W:H SCH.Wi11E:R Tarer. CD ALPHA 109 Ballades romantiques CD HARMONIA MUNDI HMC 901943 III SI.II.MEIT"]'Pour fêter ses 10 ans, Zig-Zag publiait en 2007 un enregistrement consacré à Vivaldi. L’Ensemble 415, emmené par la violoniste Chiara Banchini, jouait des Concerti à quatre violons tirés du célèbre Estro Armonico. Après des compositeurs plus confidentiels comme Geminiani ou Valentini, la violoniste affirmait toute sa science en matière d’école de violon baroque italien. Les palettes de couleurs et d’ornements, les croisements virtuoses des lignes mélodiques, les dynamiques savamment dosées se dévoilaient, rendus par la prise de son probante de Franck Jaffrès. J.F. On a pu entendre Chiara Banchini au GTP le 20 mars, et en ouverture de Mars en baroque le 26 mars Lamentations Les Lamentazioni sont à l’Italie ce que les Leçons de Ténèbres sont pour la France. En vogue au XVII e siècle, elles étaient célébrées aux offices de la semaine pascale. Marie Christine Kiehr et le Concerto Soave dirigé par le claveciniste Jean-Marc Aymes puisent dans les cycles de Leçons du Manuscrit de Bologne. Les pièces de Carissimi, Frescobaldi, Marcorelli sont très rares au disque, voire inédites. Le timbre diaphane et androgyne de la chanteuse rend à la mélodie sa nécessaire austérité, nuancée par les clairs-obscurs du continuo. Le tout ponctué de Toccatas opportunes. J.F. JohannHeinrich Schmelzer fut un violoniste exceptionnel qui vécut à la cour de Vienne au cœur du XVII e siècle. Ses recueils de sonates marquèrent l’art instrumental de son temps dans les domaines de la vélocité, de la conduite de l’archet, de la scordatura… Hélène Schmitt, musicienne au jeu fervent et animé, fait revivre l’art de ce musicien oublié à travers un choix de Sonatae a violino solo suavement colorées du « souffle pincé » d’un hybride claviorganum, des cordes du chitarrone et du grave violone. J.F. Hélène Schmitt a joué dans le cadre du festival Mars en baroque le 27 mars Bach au naturel La violoniste Amandine Beyer réunit autour d’elle des musiciens issus d’ensembles baroques renommés pour des concertos de Jean-Sébastien Bach, opus considérés autrefois comme de parfaits préludes à des récitals virtuoses. L’aspect chambriste (un instrument par pupitre) met en exergue le naturel des phrasés de la soliste, la pureté de la ligne mélodique d’essence vocale, l’élégance des coups d’archet, les pulsations dansantes et les traits véloces, sans une once de caricature dans les attaques ou les dynamiques. J.F Chopin au XIX e siècle compose quatre opus qui portent le titre inédit de Ballades. Ces formes libres correspondent au lyrisme et à la posture poétique des romantiques. Quelques années plus tard, le jeune Brahms reprend ce terme pour quatre pièces inspirées d’un vieux poème écossais, Edward. Cédric Tiberghien, lancé sur les plateaux de concerts depuis son 1er Prix au Concours Long-Thibaud (1998), confronte ces œuvres éponymes. Le résultat est heureux, tant du point de vue technique que de l’opulence sonore, du contraste des couleurs que de la beauté plastique… J.F. Cédric Tiberghien a joué à Aix au Jeu de Paume le 1er avril Manon… Natalie et Rolando En complément de la production marseillaise de Manon de Massenet, on découvre cet enregistrement filmé à Barcelone. Le couple Dessay/Villazon s’y était donné rendez-vous pour une première sur un plateau lyrique. Ils crèvent l’écran ! Natalie Dessay est époustouflante, criante de vérité et Rolando Villazon, somptueux, donne comme de coutume tout ce qu’il a dans les cordes vocales (il devra prendre du repos à la suite de ces représentations). Les décors et costumes de « fête galante » libertine, contribuent au succès du spectacle. J.F.r. CD HARMONIA MUNDI HMC 901952 Marie Christine Kiehr et Jean-Marc Aymes se sont produits en clôture du festival Mars en baroque le 1er avril COMM ; R YIOLINO CERrRTOe..10a1.e0ae.y5.iy6.+✓



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :