Zibeline n°7 mai 2008
Zibeline n°7 mai 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de mai 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 10,3 Mo

  • Dans ce numéro : Aix, Miramas... les nouveaux élus parlent culture.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
34 MUSIQUE GTP TOURSKY MACHINE À COUDRE Baker’s back Le Grand Théâtre de Provence accueillait le 28 mars la Revue de Jérôme Savary rendant hommage à Joséphine Baker Auditionnée au côté de près de trois cents prétendantes aux Etats-Unis par Savary lui-même, Jersey Nicolle Rochelle a conquis l’auditoire provençal, charmé par ses talents de chanteuse et de danseuse. Elle incarnait Joséphine Baker, la coqueluche des années folles qui provoqua scandale et admiration au théâtre des Champs-Elysées lors du passage de la Revue Nègre en 1925, personnage qui constitue le fil conducteur de ce grand spectacle à numéros, élaboré dans la tradition des revues d’antan. Une revue sur fond d’images du passage dévastateur de Katrina à la Nouvelle Orléans : l’ouragan servait à la fois de décor et de genèse, puisqu’un zodiac X-D.R situé dans la fosse d’orchestre figurait un lieu narratif flottant sur la ville engloutie… Le spectacle se voulait historique et édifiant, enchevêtrant l’histoire du jazz, de l’esclavage, des images du Klu Klux Klan, des discours de Martin Luther King, et la condition actuelle des afro américains. Ce qui relevait bien sûr d’un sentiment louable mais rendit parfois inégal et confus le spectacle, qui perdait de vue la belle Joséphine… Celle qui a étudié le swing de la ceinture de bananes et les chansons de la vénus d’ébène pour s’approprier le rôle gratifia pourtant un public (conquis) de l’incontournable J’ai deux amours, sans oublier l’exotique Tonkinoise. L’enchaînement réussi des tableaux permit finalement de retrouver l’esprit Revue, grâce à l’humour et aux qualités chorégraphiques de la troupe, très à son aise sur les planches aixoises. Tout à fait prête à défiler au Casino de Paris en mai, pour le point final d’une tournée débutée en Louisiane en 2006 ! Ça va découdre ! La programmation de la scène marseillaise de la Machine à coudre fait qu’on s’intéresse de près à cette petite salle marseillaise de la rue Jean Roque. Une fanfare peut en cacher une autre : après les Moldaves de Vagabontu, voici la fanfare opulente survitaminée marseillaise Wonderbrass (le 18 avril). Le lendemain, punk jazz avec Artisanal sound club et funk rock psychédélique pour The thirsty selenits band. Place ensuite au flamenco d’Antonio Negro (le 24 avril), puis au cabaret à météo variable de Laure Chaminas suivi de la chanson belge déglinguée de Stella Pyre (le 25 avril). Les allemands de Boonaraaas, les australiens de Digger and the pussycats et les marseillais de Vaginal liquid boucleront le mois dans un poétique garage punk (le 26 avril). Étirements et assouplissements conseillés le jour de la fête du travail pour aborder en pleine possession de ses moyens le show détraqué et assaisonné à la Butthole Surfers des 25 et le rock bien trempé de FRÉDÉRIC ISOLETTA Les musiques du Toursky Richard Martin accorde une place prépondérante à la musique sur la scène du Toursky… à toutes les musiques ! Après le pianiste Michel Bourdoncle dans le cadre du Festival russe et La poésie crie au secours avec l’Orchestre Philharmonique de Marseille (voir p31), on attend l’auteur/compositeur Jacques Mandrea (chanson française, le 2 mai), le guitariste Seydina Insa Wade (Nuit du conte Cameroun & Sénégal, le 6 mai), et la nouvelle création délirante du groupe Quartiers Nord (La Revue marseillaise, les 16 et 17 mai). Mais les amateurs ressentent déjà les vibrations annoncées par José-Luis Gomez pour le 4 e Festival International Flamenco… peut-être le climax populaire de la saison ! Le groupe Chispa Negra revient au Toursky avec son nouveau spectacle : la guitare, les percussions, la basse se mêle Théâtre Toursky Spectacles à 21h (sauf 20 et 21 mai) 0 820 300 033 ou 04 91 02 58 35 www.toursky.org V.milvsffp QUARTIERS NORD Les Évades de l'Alc.azar Revue Rock 0.1zuseillaise au « cante jondo » et à la danse rituelle (le 20 mai à 20h et le 21 mai à 19h). Le Tremplin découvertes offre une opportunité aux artistes qui pratiquent passionnément et confidentiellement le flamenco d’exprimer leur talent (le 22 mai). Le Festival s’achève avec une création originale de la Compañia En Klave Flamenca dirigée par le percussionniste Isaac Vigueras. C’est ici la sensualité et la puissance des deux extraordinaires danseurs, Manuel Liñan et Maria Del Mar Martinez, qui font trembler la scène (les 23 et 24 mai). J.F. THE BOONBilifidiL. X-D.R Myra Lee (le 1er mai). Le week-end sera tendre avec le passage anarchoromantico-punk des italiens Kalashnikov (le 3 mai), histoire d’être en forme avant de se frotter au garage punk primitif de The Hatepinks et des Kung Fu Escalator (le 9 mai) puis au punk rock allumé des Ynodible et Les Jolis (le 10 mai). F.I. La machine à coudre 04 91 55 62 65 www.lamachineacoudre.com
BABEL MED BSIDE MUSIQUE 35 Le tour de Babel Retour sur Babel Med Music, trois jours de musiques et de rencontres cosmopolites au Dock des Suds Rabat joie à Babel Méd ? Pour faire le tour du monde en musique il fallait se rendre au Dock des Suds et traverser les 90 pays représentés. Des Caraïbes à l’Iran en passant par le Mali ou la Serbie, il y en avait pour tous les goûts, toutes les oreilles et toutes les cultures lors des trois soirées épicées donnant au Dock un air de Fiesta avant l’heure. Mais Babel Med Gong Linna X-D.R SIDE BY SIDE La seconde édition du festival électro-rock B-SIDE organisé par l’association marseillaise In the Garage bat son plein ! Si vous avez raté ces derniers jours Scenario Rock, Heidi, Naive new beaters, Zombie Zombie, Black Lips, Aggravation et Partyline, c’est impardonnable ! Bien que vous puissiez vous rattraper avec le mix électro-rock des canadiennes de Duchess says et Lesbian on Ecstasy (le 29 avril au Cabaret Aléatoire). Ondulations du Music n’est pas seulement un festival de musique du monde, c’est aussi un marché de professionnels de la musique qui a réuni pour l’occasion 600 organisateurs et producteurs, une soixantaine de labels, 200 agents ou impresarios et près de 200 festivals. Le salon, véritable souk musical, a rythmé les trois journées au son de rencontres, de tissages et d’échanges. Entre musique et projections ou débats, et déambulation conseillée entre des partenaires indispensables comme la Sacem, les radios FIP, Grenouille ou France musique, on ne s’ennuie pas ! Il n’est pas toujours évident de savoir où vous en êtes au Dock, tant les allées sans fenêtres grouillent de monde qui écoute, boit, mange et change d’endroit comme de chemise. La multiplicité des salles permet ce touche-àtout qui offre la possibilité de goûter, collé serré, à toutes les saveurs de ce cocktail sonore. Hélas, quand tout le monde décide tout à coup de se déhancher sur les rythmes soutenus de Mamar Kassey, la suffocation guette ! Il faut dire qu’il y a foule, 12000 spectateurs en trois jours, c’est 2000 de plus que l’an dernier ! La programmation est pleine de découvertes : c’est la marque de fabrique de Babel Med, qui se garde des têtes d’affiche et fait venir le monde, et la Méditerranée, à Marseille. La musique se veut éclectique, et demeure donc quelque peu inégale. Le 29 on y a vu… la confondante chinoise Gong Linna, le DJ malien Mo en agité des platines, le métissage relevé mêlant Bretagne, Tzigane et Iran d’Erik Marchand, Titi Robin et Keyvan Chemirani… On ne sait plus où donner des oreilles, emportés dans la déambulation de la fanfare moldave Vagabontu ! On reste néanmoins sceptique, hésitant entre sourire et dépit à l’écoute de quelques sets comme les reprises improbables et impayables de Smoke on the water, Llosing my religion ou Like a virgin des Turcs du Dolapdere Big Bang. FRÉDÉRIC ISOLETTA bassin sur le dance floor pour accueillir comme il se doit la DJ Jennifer Cardini, nouvelle star de la scène électro minimaliste, qui sera accompagnée de Sébastien Bromberger, Poni Hoax et Dondolo (le 3 mai au Cabaret Aléatoire). Deux concerts à ne pas rater ! F.I. www.myspace.com/inthegarage13 La Troba Kung-Fu Jep Brengaret Première soirée le 27 mars. Tout de suite en entrant des voix étonnantes surgissent de la première salle : les six femmes de La Mal Coiffée entonnent des chants occitans dont on ne sait, dans le mystère de leur impossible déchiffrage, s’ils touchent notre nostalgie ou notre joie. Vertu de la musique que de révéler les profondeurs de notre âme ; catharsis sereine. Immanence de la tradition ? Tiens, des sons de guitare orientale dans la salle la plus intime et reculée : la chanteuse kabyle Nadia Cachaouit ne fait pas vibrer son public, et ne dispense rien qui donne envie de rester dans ces chants traditionnels. Parce qu’ils touchent peu l’âme des Européens profanes ? Ça bouge un peu plus après les occitanes mal coiffées. On accourt : fausse joie ! Le groupe En chordais ensemble ne donne pas à mon âme (pourtant grecque) l’envie de sautiller… Ah ! Ça se précise dans la grande salle, du latino, ça bouge : c’est La troba kung-fú ! Un guitariste, un bassiste et une jeune fille à la batterie ; premier solo de guitare, la salle s’enflamme ; solo de basse, ça secoue encore plus ; puis la batterie : la jeune batteuse est époustouflante, elle fracasse les cymbales et les caisses, et les têtes dans la salle battent la mesure. Musique gringos par excellence, mélange bigarré entre dub, rock, rumba et reggæ ton aussi. On s’est régalés ! Et en fin cette fameuse trompette d’Ibrahim Maalouf ; c’est assez rare ces sons orientaux qui sortent d’une trompette, et c’est très beau ; dommage que l’artiste soit aussi à l’aise sur scène qu’un éléphant dans une maroquinerie… Bon, finalement deux ou trois beaux moments dans une soirée c’est pas mal ; pour les autres concerts ce sera trop tard. Tant pis pour les Ska Cubano, au nom si évocateur ; deux heures du matin, est-ce bien raisonnable ? RÉGIS VLACHOS La Mal Coiffée Mathias Briechle Babel Med s’est déroulé au Dock du 27 au 29 mars



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :