Zibeline n°7 mai 2008
Zibeline n°7 mai 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de mai 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 10,3 Mo

  • Dans ce numéro : Aix, Miramas... les nouveaux élus parlent culture.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
28 MUSIQUE FESTES D’ORPHÉE BAROQUES GRAFFITI ST LAURENT Réjouissances baroques Le 25 mars à Saint-Victor, le groupe les Festes d’Orphée a ranimé une œuvre oubliée du compositeur aixois Claude Mathieu Pelegrin (1682-1763) D’emblée, la découverte du Benedictus de Pelegrin combla les sens des auditeurs, enveloppés par la rondeur de la sonorité de l’ensemble instrumental baroque, étonnés par la souplesse rythmique de la composition, par les hémioles, ces brèves incursions de ternaire dans un ensemble binaire, chères à l’époque baroque. Leur bonheur n’a pas faibli au fil de cette partition traitée d’un seul tenant, et accordant une belle place aux solistes. L’association originale des voix était pondérée par une alternance rapprochée des symphonies, airs et chœurs. Cette écriture en mosaïque, très colorée, offre une forme compacte, mais extrêmement variée. Pergolèse et Duras L’ensemble Baroques-Graffiti a offert, vendredi 4 avril à Notre-Dame du Mont, un concert associant la musique et la parole La foi se transmet par l’oreille, disait Saint-Paul. Musique et parole sont deux vecteurs artistiques que Jean-Paul Serra a réussi à associer avec, pour fil conducteur, la voix et l’oud (luth) de Tarek Abdallah. Ses interventions improvisées ont constitué une base, reliant en douceur la Baroques-Graffiti X-D.R Le concerto pour violon et hautbois BWV 1060 de J.S. Bach, nettement plus connu, apporta une respiration bienvenue, grâce au talent de Flavio Losco (violon) et de Philippe Delzant (hautbois). Puis on apprécia pleinement un somptueux motet préfigurant le fameux Messie : l’Anthem n°11 de G.F. Händel « Let got arise ». Là aussi la variété d’écriture a offert aux chœurs et aux solistes la possibilité d’exposer une habile circulation des voix, pour un contrepoint au service d’un texte aux images fortes et contrastées. Une soirée jubilatoire ! ANNE BENCE rigueur musicale du Stabat Mater de Pergolèse, révisé par Bach, et la monodie narrative parfois abrupte de La mort du jeune aviateur anglais de Marguerite Duras. Mélangeant audacieusement les genres, les artistes ont habilement mis en chiasme et en parfaite concordance la haute spiritualité musicale et la sobriété du texte. L’oud a proposé une narration contrapunctique, une nécessaire respiration poétique à la danse de la comédienne Anne Levy. Jean-Paul Serra nous a invité à reconsidérer le texte de Duras comme un rappel à l’incarnation, au réalisme douloureux, et simultanément à un exercice spirituel. L’absurde mort d’un enfant, le dernier jour de la guerre, Duras le crie… sans bruit ! « La mort baptise aussi » écrit-elle dans ce même recueil. Si le style oscille entre parole et écriture, ce désordre structurel fut, tout au long du concert, tempéré par les beautés sonores de Pergolèse, les qualités de l’ensemble Baroques-Graffiti et la belle voix de Caroline Gerber s’accompagnant à la viole d’amour. ANNE ET PIERRE BENCE Conte stellaire et pianos métissés Après les charmants concerts de l’ensemble Baroques-Graffiti dans des œuvres de Dowland, Purcell et Haendel, la Compagnie Chatôt-Vouyoucas poursuit ses co-réalisations de spectacles musicaux sur le plateau de la Belle de Mai Le quatrième roi mage est à voir en famille (enfants à partir de 10 ans). Jean David, accompagné de son luth, évoque l’histoire de ce 4 e roi (imaginé entre autres par Michel Tournier) qui aurait également vu et suivi l’Étoile pour Bethléem. Le chansonnier/conteur, au gré de mélopées, de comptines populaires, d’antiennes sacrées, en français ou en hébreu, narre ce récit biblique apocryphe (le 13 mai à 10h30 et 20h30, le 14 mai à 14h30). Pianos croisés (remplace A dos pianos, Vamos ! prévu initialement) réunit la tradition classique de la musique savante et celle des Antilles françaises, improvisée, chaloupée, petite sœur du jazz afro-américain… Les pianistes Hélène Nidam et Bibi Louison, mis en scène par François Lamy, mixent leurs mains, leur talent, fouillent les traditions orales autant que la culture de l’écrit, et s’enrichissent l’un l’autre de leurs différences (le 23 mai à 20h30). J.F. Théâtre Gyptis 04 91 11 00 91 ww.theatregyptis.com Scarlatti Clérambault X-D.R Douleur et espérance Judicieux choix que celui du trio Bénédicte Pereira (soprano), Madeleine Webb (mezzo) et Frédéric Isoletta (orgue) pour cette heure de musique sacrée, le 18 mars, à l’église romane de Saint-Laurent ! La douleur de la Mère au pied de la Croix, dans le Stabat mater à deux voix de Scarlatti, trouve son expression idéale lors de la semaine de Pâques, et se prête à l’atmosphère de pénitence associée à cette période. De fait, les voix, frottant l’une contre l’autre leur souple tracé mélodique, en homophonie ou en imitations subtiles, ont contribué à la réussite d’un clair-obscur baroque. Grâce à l’habile cortège sonore de l’organiste (notre collaborateur !), au judicieux choix des registres (d’un instrument qui aurait grandement besoin d’être restauré… ou du moins accordé !), les tuyaux se sont harmonieusement mariés aux solistes, à l’image d’un chœur ou d’un petit ensemble de vents... Au final, chez Scarlatti, comme chez de nombreux musiciens qui ont mis en musique ce texte évangélique, les vocalises et ornements ont pris le pas sur l’expression épurée et sombre du début douloureux : c’est que la Passion du Christ reste porteuse de l’espérance de la Résurrection. Le trio a fait goûter au public combien cette musique, inspirée, dit l’indicible douleur de la perte autant que l’élan de l’amour divin. En début de programme, le public a découvert un rare triptyque de motets du temps pascal de Clérambault adoptant le même trajet ombre/lumière. JACQUES FRESCHEL
MUSIQUE SACRÉE AUTOUR DES CLAVIERS MUSIQUE 29 Fresques sacrées Le Festival de Musique Sacrée débute le 16 mai par la fresque évangélique Le Messie de Haendel. C’est un spécialiste de ces répertoires Kenneth Montgomery qui dirige l’opus duquel est issu le fameux « Alléluia », 24 choristes et un ensemble instrumental approprié, sélectionnés parmi le Chœur et l’Orchestre de l’Opéra de Marseille. Quatre jeunes et talentueux Kenneth Montgomery Marco Borggrevesolistes s’y produisent : Hélène Guillemette (soprano), Lucie Roche (alto), Olivier Dumait (ténor) et Nicolas Testé (Basse). Suivent trois concerts de l’excellent Chœur National Dumka de Kiev. Avec l’Orchestre Symphonique de la Philharmonie Nationale d’Ukraine, on entend le magnifique oratorio Paulus de Mendelssohn (le 20 mai), la Messe en ut majeur op.86 de Beethoven (le 22 mai), alors qu’a cappella, ces voix de l’Est interprètent des « Chants orthodoxes russes » (21 mai). Pour la suite, on attend : La Création de Haydn ou le Stabat mater de Rossini… mais on y reviendra ! JACQUES FRESCHEL Festival de Musique Sacrée du 16 mai au 13 juin Concerts à 20h30 à l’église Saint- Michel Location Opéra 04 91 55 11 10 www.mairie-marseille.fr Round around piano Cette année, pour sa deuxième édition, l’abbaye de Saint Pons accueille, dans son cadre naturel et historique, le festival Autour des claviers Le pianiste François René Duchâble aime imaginer, avec son compère le comédien et metteur en scène Alain Carré, des spectacles qui renouvellent l’approche classique du récital. Depuis quelques années déjà, ils mêlent leurs talents pour des spectacles qui font se croiser la littérature et la musique dans Détail piano X-D.R une forme théâtrale épurée. Qui mieux qu’Hector Berlioz pouvait se prêter à leur jeu, lui qui se plaçait autant du côté des mots et des notes ! C’est au travers de ses remarquables écrits (Correspondance et Mémoires) que le duo retrace L’Histoire de ma vie, un « concert épistolaire » (donné Salle Pleyel en octobre 2007) rythmé par des opus de Beethoven, Chopin, Liszt et... Berlioz lui-même ! (le 18 mai à 18h30). Le festival se poursuivra les deux dimanches suivants avec le Quintette à vents de Marseille (et piano) pour des œuvres de Mozart, Tomasi et une création de Lucien Guérinel (le 25 mai), puis avec le duo de pianistes Clara Kastler et Hubert Woringer dans Bach, Debussy, Mozart, Moussorgski (le 1er juin). J.F. Autour des claviers Abbaye de Saint Pons, Gémenos du 18 mai au 1er juin 04 42 669 666 www.autourdesclaviers.com Au programme Œuvres contemporaines pour galoubet-tambourin par Maurice Guis/académie de tambourin (le 13 mai) et Petits concerts spirituels (Campra, Gilles) par l’ensemble vocal soliste des Festes d’Orphée (le 22 mai). Aix. Concerts à 19h. Chapelle des Oblats 04 42 99 37 11/www.orphee.org Récital de pianoforte par Miren Exteniz (Mozart/Beethoven), dans le cadre des Petites histoires de claviers (Marseille. Le 26 avril à 18h - Urban Gallery) et Sonates pour viole de gambe de Bach pour une Étape allemande à Köthen par Victor Aragon (viole) et au clavecin Jean-Paul Serra. (Aix. Le 15 mai à 20h30 – Oblats/Marseille. Le 16 mai à 20h30 – Urban Gallery). Baroques-Graffiti. 04.91.64.03.46/www.baroquesgraffiti.fr.st Les concerts inter-établissements du Festival choral académique se déroulent de mai à juin dans les quatre départements de l’académie, avec cette année une création Couleur des sons d’Emmanuel Touchard en hommage à Olivier Messiaen. www.ac-aix-marseille.fr Concert Mondonville, Pergolèse par le chœur Opus 13 (dir M.H. Coulomb) avec Laure Florentin (soprano), Madeleine Webb (mezzo), Philippe Martin (baryton). Solliès-Ville. Le 27 avril à 17h30 avec orgue (Frédéric Isoletta) Aix. Eglise du Saint-Esprit, le 16 mai à 21h avec l’Orchestre de chambre de Toulon et du Var Marc Badin et Patrice Barsey (hautbois) Hervé Issartel (basson), Jean-René da Conceiçao (contrebasse), Christine Lecoin (clavecin) jouent Fasch, Heinichen, Schein et Zelenka Marseille. Ensemble Besozzi, le 25 avril à 20h30 Bastide de la Magalone. 04.91.39.28.28/www.citemusique-marseille.com Après la lecture-performance de son livre Solo à 18h30, Emmanuel Loi invite Jean-Marc Montera et Antonio Negro (guitare), David Clot (piano), MohamedBellal (percussions) pour un concert de musique improvisée. Marseille. Le 24 Avril, à partir de 22h30 au Pelle-Mêle 04 91 54 85 26 Mozart : les 2 Quatuors avec piano par les Musiciens d’Hêlios. Aix en musique. Le 24 avril à 12h15 à l’Hôtel de Ville. 0 892 68 36 22/www.aixenmusique.fr Jazz Biréli Lagrène et Sylvain Luc (guitares) en concert dans le cadre de Luberon Jazz Festival. Cavaillon. Le 26 Avril à 20h30 Scène nationale : 04.90.78.64.64/www.theatredecavaillon.com Sandrine et Gabriel Tacchino (piano), Nathalie Cerda et François Castang (récitants) jouent Bizet Jeux d’enfants, Ravel Ma mère l’Oye, Saint-Saëns Le Carnaval des animaux (le 27 avril à 11h) avant l’ouverture de la 13 e édition du formidable Jazz in Arles (du 13 au 17 mai). Arles. Méjan 04 90 49 56 78/www.lemejan.com Sophie Alour (sax), Laurent Coq (clavier), KarlJannuska (batterie) et Yoni Zelnik (contrebasse). Concerts d’Aix. Le 15 mai à 20h30. Théâtre du Jeu de Paume 04 42 63 11 78/www.concertsd’aix.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :