Zibeline n°7 mai 2008
Zibeline n°7 mai 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de mai 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 10,3 Mo

  • Dans ce numéro : Aix, Miramas... les nouveaux élus parlent culture.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
26 MUSIQUE OPÉRA : MARTIGUES TOULON MARSEILLE ep Figaro d’école Le Barbier de Séville de Rossini a fait salle comble les 3 et 4 avril à Martigues : une mise en scène venue de l’Est, un peu scolaire, pour un succès populaire ! Le Barbier de Séville a été créé en 1816 et l’action se passe, comme dans la comédie de Beaumarchais à… Séville ! Pour peu qu’on l’oublie, le metteur en scène de cette production polonaise l’a inscrit en grosses lettres bleues sur un rideau de fond représentant précisément… la ville de Séville… en 1816 ! Bon ! Il est vrai que le programme prévenait le spectateur en quête d’audace scénique : « point de transposition, ni de relecture fantaisiste » … Certes ! Mais la fidélité au livret justifiet-elle à ce point l’absence d’imagination ? Côté décors, trois blocs amovibles ceignent tantôt le pas du domicile de Bartolo tantôt son salon intérieur. Tout y est attendu, jusqu’au moindre accessoire, et les costumes cliché complètent l’imagerie d’Epinal ! On se console en pensant que le néophyte peut ainsi découvrir l’œuvre dans une version d’école… La troupe expérimentée de l’Opéra de Chambre de Varsovie, fondée en 1961, ne manque cependant pas de qualités. L’orchestre et le jeune plateau vocal ont fait montre d’un réel métier. Ce soir-là on a entendu une vraie mezzo dans le rôle de Rosine, un Almaviva élégant, un Figaro tonique, un Bartolo et un Basile bouffons à souhait… Et la musique de Rossini a fait le reste : de l’irrésistible trio du faux cours de musique aux multiples ensembles à l’implacable mécanique d’horloger… Un dernier bémol cependant ! Quitte à se montrer didactique, pourquoi ne pas avoir usé de sur-titres comme cela se fait communément ? De nombreuses fantaisies du livret ont sans doute échappé à ceux qui ne connaissent pas bien l’œuvre, ou ignorent l’italien. JACQUES FRESCHEL Attention chef-d’œuvre ! À la mort de Bizet, Massenet se trouve être quasiment le seul héritier de l’opéra français de Meyerbeer, Berlioz et Gounod. Ses deux chefs-d’œuvre voient le jour à la fin du XIX e siècle : Manon et Werther. Le premier, inspiré du roman de l’abbé Prévost est créé en 1884 et demeure le plus grand succès à l’Opéra Comique après Carmen. La musique allie l’insouciance festive à la passion violente, des mélodies d’une merveilleuse inspiration à une orchestration chatoyante, mêle ballet pastiche et arias virtuoses ou pathétiques, dialogues parlés et chœurs Jaho Ermonela X-D.R X-D.R multiples…. Plusieurs motifs récurrents renforcent la solide construction dramatique autant que la psychologie des deux amants : de la duplicité ambiguë de la belle Manon à la ferveur innocente du chevalier des Grieux… Renée Auphan et Yves Coudray ont en commun d’avoir mené une double carrière de chanteur et de metteur en scène. Ils ont scruté les motivations des personnages, les multiples « non-dits », si bien soulignés par la musique de Massenet, et nous livrent leur vision de « l’éternel féminin » que représente Manon Lescaut. Pour incarner justement ce personnage mythique, ils font appel à la soprano albanaise Ermonela Jaho (entendue dans La Traviata en 2005) et, pour lui donner la réplique, au ténor Roberto Saccà pour une première invitation à Marseille. L’orchestre et les chœurs de l’Opéra sont dirigés par Cyril Diederich. J.F. Manon de Massenet les 29 avril, 2, 7 et 9 mai à 20h et le 4 mai à 14h30 Opéra de Marseille 04 91 55 11 10 www.mairie-marseille.fr/vdm/cms/culture/opera Effroyable b drame à Toulon ! Elle tue son bourreau, assiste au meurtre de son amant et se jette dans le vide ! … C’est devant une salle comble, à l’Opéra de Toulon le 16 avril, que le drame de Tosca s’est joué une nouvelle fois ! Pas d’Ouverture symphonique, mais une clé trouvée au pied d’une statue ouvre le mélodrame… et entraîne la chute de ses protagonistes. Tosca est un monument et son 2 e acte un sommet ! Seuls de rares artistes peuvent s’y tenir et respirer. On se doit pourtant d’oublier Callas, Gobbi ou Björling… Si Monique Mc Donald est une soprano puissante et Sergey Murzaiev un auguste baryton verdien, ils touchent tous deux leurs limites scénique et vocale dans l’acte de bravoure lorsque le chantage, la passion, les doutes, le désir, la douleur, la honte, la violence se mêlent sans limite, ni respiration… Seul le Vissi d’arte de Floria sert d’escapade intemporelle, mais l’Américaine au souffle court en gâche la fin ! Son jeu est souvent outrancier, fondé essentiellement sur deux registres : la sauvagerie et le pathos… et son imposante silhouette la rend peu crédible en diva désirable. De même la palette de Scarpia exige d’autres couleurs, plus amples, que celles fournies par le Russe. Et si le ténor Alfredo Partilla emporte l’adhésion du public ce n’est pas par la qualité de son médium, assez ingrat, mais pour des aigus absolument exceptionnels ! Dans une mise en scène excluant toute transposition, Sylvie Auget a imaginé un décor unique (Alexandre Héraud) : un portique en fausse perspective s’ouvrant au final sur un horizon fatal, des colonnes à la verticalité douteuse et aux chapiteaux doublés, un plateau très pentu à s’en tordre les chevilles, soulignent avec pertinence l’instabilité psychologique des personnages. Mais c’est dans la fosse que beaucoup de choses se disent chez Puccini : on salue le travail de Marco Balderi, et d’un orchestre (à l’exclusion de deux cordes peu au diapason juste avant E lucevan le stelle) au pupitre de vents avantageux. J.F. Cyrille Sabatier Opérettes Coïncidence… Le Théâtre de l’Odéon à Marseille et l’Opéra de Toulon annoncent, aux mêmes dates, La Route Fleurie de Francis Lopez ! Auparavant est représentée à l’Opéra d’Avignon La belle Hélène d’Offenbach. Vous prendrez bien un peu d’opérette ? J.F. Marseille. Les 17 et 18 mai à 14h30. Odéon 04 96 12 52 70/www.mairie-marseille.fr Toulon. Le 17 mai à 20h et 18 mai à 14h30. Opéra 04 94 93 03 76/www.operadetoulon.fr Avignon. Le 10 mai à 20h30 et 11 mai à 14h30 Opéra 04 90 82 42 42/mairie-avignon.fr
le SEmaphore Port Sous Chapiteau de Bouc *K tis G aphpC 4e- s au l Ma'‘i.\fage de'Bottai ti 42 p6 9 00 Four e (à partir de 14 ans) Cie Attention fragile Vendredi 16 Mai 14h30 Samedi 17 Mai 20h30 lit90^ Prweree Nma CdM dasvi Le tout nous {à partir de 12 ans) l'Apprentie Compagnie Mardi 20 Mai 20h30 Mercredi 21 Mai 15h00 QORT vc BQ[JC ORAC QACA Tarif : 20/17 € L'Usine : 04 42 56 02 21 Points de location habituels WWW.SC EN ES ETC I N ES. FR N LICENC E SPECTACLE 3-1PPIIOI Les 13 et 14 mai 2008 Le quatrième roi mage Jean David et son Luth Le23mai2008 Pianos croisés Bibi Louison et Hélène Niddam AUTOUR DES I 008 LAMIERS 18 mai RENSEIGNEMENTS RESERVATIONS Site Web : www.auteurdesdariers.com E-mail : cnntact(autourdesclariurs-tom (piano) 04.42669.666 I8H30 25 mai PLANETE MUSIQUE Vallon des Gardes route du Tholonet 13 100 Aix en Provence t8H30 Les 18 et 25 mai - Tard A 20 EII S E * Le I er juin - Tarif 8 : 15 En E * Ier juin Du a 181130 3) 1711171. Abonnement aux trois concerts 45 E Places non numérotées Lee concerts commencent N IE11Oo Priosn En eu 6vnempcnes repN prévu préasron le jar du tance:% théâtre danset abonnements réservations 04 91 11 00 91 www.theatregyptis.corn 136 rue Laubon 13003 Marseille photo R. L ? ilbi (- bik el boo k îha noni unm ee,oumnue pr le anse dqaneme.nl de S1inl-MS 5 71 NSEII] : i i eh Ras dxcés i l'Pb6ee de Sam Fons Gémenos 31 eéléchar=caNe cm- le me intnrtse[



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :