Zibeline n°7 mai 2008
Zibeline n°7 mai 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de mai 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 10,3 Mo

  • Dans ce numéro : Aix, Miramas... les nouveaux élus parlent culture.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 ARTS DE LA RUE MARTIGUES SIRÈNES Voyage initiatique L’Odyssée des lecteurs est une manifestation pluridiscilinaire qui, depuis 8 ans, bouleverse vraiment la vie des Martégaux pendant quatre jours Le Dit du Bambou à Aubagne Agnès Mellon Toute la journée et le soir les propositions d’activité se succèdent : spectacles, conférences, lectures, expositions, projections… Les parcours sont doubles : pour les adultes d’un côté, ou le tout public, et pour les enfants de l’autre, en séances scolaires, ou libres. L’idée, généreuse, est d’offrir à chacun, quel que soit son âge et les domaines qui le passionnent, un moment, un endroit, où son intérêt sera éveillé, où il entrera en culture. Les invités sont pour la plupart des auteurs : il s’agit d’une manifestation pour les lecteurs ! Mais c’est aussi une Odyssée. À côté des classiques lectures et rencontres, les auteurs se mettent en jeu, répondent aux sollicitations et, surtout, amènent avec eux des horizons divers : la culture y est comprise au sens large, comme quelque chose qui enrichit, s’adresse à tous, s’offre gratuitement, et met la tête en fête. Dans la Halle donc, toute la journée à partir de 9h, des libraires s’exposent : Alinéa, L’Argonaute, Bull’image… Raoul Hébréard propose son installation, et Nickel Krome un parcours ludique. De nombreux ateliers, sensoriels, d’écriture, plastiques, scientifiques, ludiques sont proposés aux enfants… Sur l’aire extérieure le Souk de la Parole, de la compagnie Caracol : une installation-spectacle poétique et drôle, qui aime les mots et propose un parcours aléatoire où le verbe se cache et guérit (voir Zibeline 3, Le Souk de la Parole à Aubagne). Vers 14h des rencontres organisées par les éditions le Mot et le reste avec des auteurs jeune public, des essayistes, des historiens, des scientifiques, des romanciers, des auteurs de BD, de mangas (31 auteurs seront présents, dont Jacques Testard, Serge Quadrupani, Christian Epanya, Maurice Attia…). Le soir, vers 18h, la Halle se fera plus spectaculaire, avec des lectures bilingues théatralisées (Le pain d’Abdelkader Alloula, Le Facteur de Neruda d’Antonio SKARMETA), des contes (Abdoulaye Diop Dany), des concerts (Lucia Recio dans un récital de nouveau flamenco)… Et bien sûr le théâtre des Salins, voisin de la Halle, participera au voyage : en accueillant des contes dans sa petite salle, et en programmant la création L’amour Fou, de Ricardo Montserrat, mis en scène par Michel André, les 23 et 24 mai… Zibeline reviendra donc, dans son prochain numéro, sur le détail de cette manifestation, dans les diverses rubriques concernées. Mais réservez déjà ces quatre jours, pour aller faire un tour dans les rues et la Halle de Martigues… AGNÈS FRESCHEL L’Odyssée du lecteur du 22 au 25 mai Halle et rues de Martigues 04 42 44 31 51/04 42 49 01 98 e:ï If$f 1ii). marsPiile provence :. tQ13 1 ; " La rue assourdissante autour de moi hurlait La sirène de L’éléphant vert (Des sirènes pour Bout’rue, le 2 avril), pour une fois, n’a pas enthousiasmé la foule. Pourtant politique, revendicative… mais justement, elle prenait le Parvis de l’Opéra pour une agora primitive, lieu de harangue et non de poésie, lieu de discours et non de fable. Et parfois le discours assourdit, et les confettis lancés au vent, les masques, les cotillons ne suffisent pas à transformer un discours en spectacle… Le projet de Bernard Cavanna est lui aussi politique. Le compositeur, invité également du festival du GMEM, est parti de la nature sonore des sirènes, et de leur fonction d’alerte : car il est sensible au sort des caissières du Carrefour Grand Littoral, dont les récentes grèves, infructueuses, ont montré la misère, le courage et l’impuissance, face aux policiers, et à des patrons restés… sourds. Ce sont justement les tympans de ces patrons du CAC40 que Bernard Cavanna veut réveiller : en surajoutant aux sirènes impuissantes un concert de saxophones, et beaucoup d’électroacoustique… A.F. C-Ktre Sirène au carrefour pour une caissière virée Bernard Cavanna le 7 mai à 12h Parvis de l’Opéra de Marseille www.lieuxpublics.fr PHILIPPE DECOUF 1111111111110 www.theatre-des-salins.fr Claude Le Jeune, Le Printemps The last words Virginia Woolf wrote Christophe Bertrand, Kamenaia - L Cinq Rechants 15 mai music i (i:leconcert 20h Direction Roland Hayrabedian Marseille Temple Grignan fr 15, rue Grignan ter it Réservations 04 91 00 91 31
AUBAGNE LIEUX PUBLICS ARTS DE LA RUE 25 Essais transformables Cette année Arts/Rue/Essai a manqué de bol ! Après une première journée sous la pluie battante, et un booming (interventions urbaines participatives) un peu déserté, les Aubagnais et quelques autres se rendirent aux rendez-vous sous le soleil retrouvé, le samedi 19 avril… C’était sans compter sur d’autres aléas propres aux arts de la rue ! Des cloches nuptiales qui carillonnèrent à tout va, longuement, à trois reprises, pendant que le comédien de la Cie du Soliloque s’époumonait, puis perdait sa voix… Deux gamins turbulents, que les parents laissèrent déambuler puis tonitruer au milieu de l’aire de jeu pendant toute la performance de Transphalt (on ne va pas prévoir un service d’ordre pour les performances de rue… mais comment faire quand les comédiens, et les spectateurs, sont visiblement gênés ?). Malgré tout, les Tatoueurs de rue de Transphalt se révélèrent pleins de promesses : leurs « travaux poétiques » consistent à peindre la chaussée avec des outils sonorisés, des machines en ferraille, filiformes, astucieuses et fascinantes. La performance est jolie, inattendue surtout au niveau sonore, même si elle manque encore d’épaisseur et de propos. Mais c’est le principe de la manifestation Arts/Rue/Essais, qui permet aux compagnies d’essayer, en situation, c’est-à-dire dans l’espace public, de nouveaux spectacles. Bienvenue à la Colonie de la Cie du Soliloque s’empêtrait exactement dans le défaut inverse : la proposition était très ambitieuse dans son propos, puisqu’il s’agissait de dire le récit de Kafka, La Colonie Pénitentiaire, et d’en faire non un monologue adressé mais une véritable pièce de théâtre, et cela dans les conditions du spectacle de rue (avec les enfants, les cloches, le soleil qui tape un peu trop sur les nuques, et fait plisser les yeux…). Pour réussir, il aurait fallu des comédiens exceptionnels, une scénographie inventive, et beaucoup de répétition. Visiblement tout cela manquait… AGNÈS FRESCHEL ` Arts Rue Essai a eu lieu à Aubagne les 18 et 19 avril Soliloque Richard Melka Au programme de Lieux Publics Le printemps revient et les arts pointent à nouveau leur nez dans l’espace collectif. La richesse de la programmation de Lieux Publics, Centre National des Arts de la Rue, en témoigne. En dehors de la Sirène offerte à Bernard Cavanna (voir cicontre), il y aura un Flash Rue le 17 mai : il s’agit de regrouper un nombre maximum de gens, prévus au dernier moment par SMS et Internet, pour leur faire accomplir en masse une action commune dans l’espace public, à un point de rendez-vous révélé au dernier moment. Cette nouvelle sorte de happening, collectif et participatif, est très salutaire, en ce qu’il sort les participants, mais aussi les passants, de leurs gestes automatiques, et révèle qu’une autre réalité est possible dans l’espace commun lui-même : le métro, les centres commerciaux ne sont pas que des lieux de passage et de consommation, et peuvent devenir des lieux de résistance poétique… Si vous voulez participer vous devez vous inscrire au 08 72 73 35 24 (contact@flashrue.net), et vous rendre disponibles le 17 mai… Le concert de rue composé par Marianne Suner, écrit et mis en scène par Brigitte Cirla, sera tout aussi subversif : il s’agit de s’attaquer à la rue Saint-Férreol, temple marseillais de la consommation déambulatoire, du commerce à la chaîne, aseptisé et normatif, et de la Réclame. Le terme, désuet, est le titre de ce concert de rue donné par trois cents mètres de chanteurs tout au long de l’artère, rendue piétonne il y a quelques dizaines d’années pour favoriser l’appétence d’achat. De la Préfecture à la Bourse (quels symboles !), coincée entre la représentation de l’État et l’antichambre du Commerce, une clameur de slogans publicitaires mêlés éclatera… Réclame ! 300 mètres chanteurs rue Saint-Ferréol le 10 mai à 19h30 et à 20h15 04 91 03 81 28 www.lieuxpublics.fr ESPACE CULTUREL BUSSERINE LE PRINTEMPS E LA AMME une proposition de rAPECB et la Mairie des 13-14 INFOS ; 04 91 58 09 27 30 AVRIL A 20H30 1b MAI A 20H30 4. Hilt INARIA11011... » II1w-HsP NtllSiUM -1 Comédie charegraphque, -3 Cie 13cercle coupé décaiê... Cie les Ambianceuses 20 MAI À 20H30 A Nos MORTS » 1 Hommage Hip-Hop aux tirailleurs des colonies. Cie Mémoires Vives/Z sV4 i



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :