Zibeline n°69 décembre 2013
Zibeline n°69 décembre 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°69 de décembre 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 10,8 Mo

  • Dans ce numéro : Méditerranée, mer de notre avenir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 78 - 79  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
78 79
78 R E N C O N T R E S Se donner le temps du théâtre L’opération TryAngle a commis son Final Showing. Avec neuf propositions en trois jours, mais aussi une rencontre qui éclairait les enjeux de ce laboratoire européen. Quelques extraits explicitent la quête d’un autre temps de production au théâtre Pierre Judet de la Combe Le théâtre aujourd’hui travaille par projet, par contrats, les institutions demandent de prévoir les retombées avant de faire, ce qui est absurde. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas de retombées, mais qu’il est absurde de demander aux artistes de les prévoir avant… La théâtralité, c’est un moment où un désordre se crée, une cassure, un dérapage dans le temps. Quelque chose bascule, et rétablit un autre équilibre. C’est porté par une présence, une voix, c’est un suspens, une chute, qui crée un état nouveau. Michel Cerda Une des raisons qui m’avait intéressé dans le projet TryAngle, c’est qu’on me demandait de venir sans projet. Si on n’arrête pas d’agir et de fabriquer des choses, on ne va jamais se demander pourquoi on fabrique des choses. Comment faire autrement ? On a choisi cette fois de sortir des théâtres, changer d’espace, parler de comment faire un spectacle… Comment changer nos outils dans un monde qui change sans cesse ? Marie-Josée Malis Il faut exercer un frein contre la locomotive qui se met en route dès que l’on est sur une scène. Le théâtre vient très vite, on prend très vite les habitudes du vieux théâtre, et nous on veut créer une nouvelle joie de vivre avec un nouveau théâtre. TryAngle crée un nouvel espace où, au ras des conditions premières de notre pratique, on peut se calmer sur la question du contenu, du spectaculaire, pour expérimenter autre chose. Sans la sobriété, on risque de rater la petite porte entrouverte à une réflexion sur le médium. Or le théâtre n’est pas là pour conforter le vieux monde. Mais cette question est obscurcie par le fait que du nouveau, en ce moment, on nous en vend tout le temps. La question du vrai nouveau reste posée : la seule manière d’échapper à la nouveauté hystérique, répétée, est de nous exercer dans une discipline. Pour trouver une nouveauté qui cherche une joie de vivre. Avec des méthodes, de la connaissance, du travail, pas avec l’attente de la grâce. François-Michel Pesenti Pourquoi quand je répète je me dis ça c’est bon, et je le garde, et ça c’est pas bon ? Le spectacle est une peau collective qui à un moment se met à vibrer, et qui dissout le temps, qui fait qu’on ne le sent plus. D’où l’importance du temps de répétition. Parfois avoir des temps très courts de répétition, trois semaines pour monter un spectacle, oblige à l’invention, parce qu’il oblige à sauver sa peau pour fabriquer des dramaturgies sauvages. Parfois, dans les institutions, on a trop de temps, on va au-delà du point où le théâtre est là. AGNÈS FRESCHEL Vous pouvez écouter de larges extraits de la rencontre du 24 novembre sur Webradio Zibeline : www.journalzibeline.fr/politique-dutemps-lecart-du-theatre TryAnngle, lour 10 TryAn:le Marseille An:e, our 4r Anale TryAngle, Jour 10 TryAngle Marseille TryAngle, jour 4 TryAngle Marseille Ceci n’est pas une conférence Il entre en scène, silhouette longiligne, vêtu d’une blouse blanche, tenant à la main une longue baguette, semblant se demander ce qu’il fait ce dimanche 24 novembre à la Villa Méditerranée… Cette caricature de scientifique rêveur, c’est Laurent Petit de l’Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine (ANPU) qui sillonne la France pour soigner les névroses des villes et présente des conférences sur un ton loufoque mais s’appuyant sur un réel travail d’enquête. Avant d’aborder le « vide » du sujet, il rappelle quelques bases de psychanalyse et ses méthodes de travail : rencontres d’experts dans les cafés, opérations divans permettant aux populations de répondre au questionnaire chinois, arbre généalogique de la ville pour qu’elle puisse guérir de ses névroses urbaines avant 2060 ! Il précise ensuite les méthodes qu’il utilise, morpho cartographie et crypto linguistique ; explique le « syndrome îlien » dont souffrent les deux villes qu’il vient de traiter, Marseille et Alger. L’histoire de la fondation de Marseille revisitée par ses outils est particulièrement croustillante et expliquerait la tendance de la ville à la transgression. De même, pour Alger où le concept de l’île serait fondateur. La « dimension traumatique » est très importante pour ces villes qui ne parviennent à couper le cordon ombilical qui les relie encore : leur relation fusionnelle s’expliquerait par le syndrome de Stockholm, paroxystique avec le massacre de Sétif et les accords déviants (d’Evian). Cette partie de la conférence, très documentée et analysée, est particulièrement riche en pseudo lapsus et calembours. Le propos se termine sur un traitement thérapeutique global, schémas à l’appui, aussi farfelus qu’une mer intérieure dans le Sahara pour libérer Alger du pétrole ou l’installation d’une île en forme de langue dans la baie (l’abbé) d’Alger pour que la ville puisse retrouver sa langue et la tirer à la France ! L’ensemble, réjouissant, rappelle à propos des points d’histoire de la ville, mais certains jeux de mots « lacaniques » sont plus lourds qu’à Cavaillon ou Martigues. Est-ce ce poids que Laurent Petit a voulu faire ressortir ? ANNIE GAVA La conférence spectacle Marseille-Alger : destins croisés, destins chargés de l’ANPU a eu lieu le 24 novembre à la Villa Méditerranée, Marseille ANPU A.G
- fe vais te prouver qu'ouu peut s'offrir une œuvre d'art sans jamais parler d'argent ! LA BANQUE POPULAIRE PROVENÇALE ET CORSE AIME LE OFF Tout au long de l'année capitale, la Banque Populaire Provençale et Corse a soutenu Marseille 2013 Off. En tant que Financeur de l'économie régionale, elle s'est impliquée dans ce grand rendez,-vous en offrant â de jeunes pousses aussi bien qu'à des talents confirmés un espace d'expression. www.bppc.fr BANQUE POPULAIRE PROVENÇALE ET CORSE BANQUE & ASSURANCE ep., d fal 16 DÉCEMBRE 2013 DOCKS DES SUDS, MARSEILLE 0" 1 TROCADANCE Dans une salie de 2 SOO m2 plus de 100 oeuvres de la scène marseillaise sont prësentëe5Le public pourra, si une pièce l'interpelle, proposer un troc sur un post-it qu'l collera ensuite autour de l'eeuvreDès 2111, la salle se transfurne progressivement en dancefloor pour clôturer l'année 2013. Pour en savoir plusui la programmation de Marseille 2013 Off, rendez-vous sur marseiile2013.com Moque PU4nelaerrYrMYri(okt144rM Se:eNl Anonyme iiz0erere de _,:rt_X e{1I`iI]:4'a1I]dlt. régie tVrkiaeeltktL:I1 2 {I euWam4slu [w1e W[=frz,:sr.o. : ttlYvuteohLe dite 7txuerTlltrlfaanxilanquesPblvWlm rF molllabheeeeneotFdiecredrl üCS[aatxJYk@E6d d'JmnaarltrlturcmautYlsdtl'Urxuuemtpoorkirprrredike.m.Im2deurerrn aiivaaotealVJ4I,4SI L✓ 44.1663 ;



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 1Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 2-3Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 4-5Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 6-7Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 8-9Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 10-11Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 12-13Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 14-15Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 16-17Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 18-19Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 20-21Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 22-23Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 24-25Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 26-27Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 28-29Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 30-31Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 32-33Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 34-35Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 36-37Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 38-39Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 40-41Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 42-43Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 44-45Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 46-47Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 48-49Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 50-51Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 52-53Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 54-55Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 56-57Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 58-59Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 60-61Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 62-63Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 64-65Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 66-67Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 68-69Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 70-71Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 72-73Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 74-75Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 76-77Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 78-79Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 80