Zibeline n°69 décembre 2013
Zibeline n°69 décembre 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°69 de décembre 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 10,8 Mo

  • Dans ce numéro : Méditerranée, mer de notre avenir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
28 T H É Â TR E Tartufferie et « Misèrethon » Ce n’est plus la bigoterie qui étouffe ce Tartuffe, réactualisé par Jean- Pierre Pelaez « à la manière de Molière » et mis en scène par Gérard Gelas, mais « l’humanitaire » et la déroute politicienne. Les deux compères s’en prennent, avec une impertinence et un plaisir évidents, comme un joyeux canular tristement réaliste, aux hypocrites contemporains « qu’ils aient leur compte en Suisse ou en France », développant l’idée qu’aujourd’hui « la Tartufferie est devenue une véritable institution, la boîte à outils indispensable des nouveaux carriéristes ». Même personnages (aux noms remaniés) et rebondissements que l’original, égales bouffonnerie et « bien-pensance » dévote, florilège d’alexandrins et rimes -percutants ou attendus-, pour s’attaquer à la charité universelle… et à la bêtise humaine. Lee Fou Messica pour le Pole Média Entre joints fumés par une bonne colombienne « à l’accent d’une vache espagnole » qui reste la plus lucide, des enfants « irresponsables » qui lisent Marianne et s’angoissent d’avoir à travailler, des femmes qui « manquent d’agissement » mais fondent des associations « Désir re'w, a21be de changement », Kruger (Jacky Nercessian, simple et efficace), ce nouveau tartuffe en chemise blanche cloué à son portable, détonnant parmi la troupe de 9 acteurs en habits caricaturaux du XVIIe, ne s’intéresse qu’à la célébrité (et aux femmes). Derrière son intérêt pour la misère du monde, le manipulateur moderne rêve d’entrer au ministère. L’imposteur trompe à la perfection son monde avec son charity-business et son futur « Misèrethon animé par Drucker », et profite du naïf François/Orgon (impeccable Damien Remy sur qui repose en grande partie les ressorts de la pièce) totalement aveuglé et à la botte du « grand homme ». Sa femme infidèle Elmire/Irène bafouée dans son « honneur » renversera la vapeur et fera éclater la comédie ! Une farce vivace et effrontée… qui donne, bien sûr, envie de relire Molière. DELPHINE MICHELANGELI Le Tartuffe Nouveau a été joué du 14 au 24 novembre au théâtre du Chêne Noir, Avignon Henri VI, eda, aabe un « terrain de jeu » de 16 heures C’est « l’ennui, la solitude et le désespoir amoureux » qui ont conduit Thomas Jolly à se plonger dans la lecture des pièces historiques de Shakespeare ; le désir, irrépressible, s’allume avec Henri VI : « Une œuvre monumentale qui ne répond pas aux canons de logique de production et de diffusion ». Ancien élève du TNB, directeur de la Piccola Familia, l’« entremetteur en scène » trentenaire -comme il se définit pudiquement- évoquait avec passion, à La FabricA, la trilogie montée en intégralité au Festival 2014. 16 heures de théâtre pour relater un demi-siècle de l’histoire d’Angleterre, 3 pièces découpées en 2 cycles et 4 épisodes, 15 actes, 10 000 vers, 200 personnages pour 21 comédiens (dont 6 femmes)... un projet démesuré « où l’organicité reprend le pas autour d’une communauté éphémère ». Convaincu Thomas Jolly (au centre), la FabricA, 13 nov 2013 DE.M par « la force fédératrice de rassemblement du théâtre » et affirmant « qu’un spectateur perdu une minute est perdu à jamais », Thomas Jolly tentera de rendre limpides les enjeux, portant avec impétuosité la question du pouvoir face à l’humanité et la dégénérescence d’un monde au plateau, et transmet son enthousiasme avec gourmandise. S’appuyant sur la traduction versifiée de Line Cottegnies, sans toucher (hormis quelques adaptations pour gagner en suspense et en narration), ni couper, au texte, « sinon ça n’est plus qu’une course à la couronne entre deux familles », il donne à voir « le basculement d’un monde aux origines de notre culture. Depuis 6 siècles, les choses n’avancent pas beaucoup… Shakespeare entremêle tous les registres, tragédie, polar, comédie, romance, tout ce que le théâtre peut offrir, un vrai terrain de jeu ». Depuis 4 ans, cette « grande saga » (jamais montée en France) se construit morceaux par morceaux, le public suit chaque épisode avec délectation. C’est ainsi que cette aventure au long cours a été imaginée « grâce à sa structure narrative proche du cinéma américain et des ressorts dramatiques qu’on suit comme une très bonne série ». En glissant des entractes à des endroits clés et des rebondissements tous les quarts d’heure, « une instantanéité de théâtre, très shakespearienne, contre laquelle on ne peut pas aller » se crée. Une expérience collective, à vivre en compagnie d’une génération qui en chasse une autre, en pleine guerre des Deux Roses, et d’un roi qui connaitra l’un des règnes les plus sanglants de l’histoire d’Angleterre, courageuse, fédératrice et appétissante ! DE.M. Thomas Jolly était invité le 13 novembre par le Festival d’Avignon D Variations Gainsbourg Inspiré par l’œuvre indémodable de Gainsbourg, y mêlant avec d’infinies délicatesses sa propre histoire, Octavio de la Roza offre une interprétation dansée très personnelle, sans dresser pour autant d’Hôtel particulier au Gainbsbarre provocateur. Entouré de deux partenaires, généreuses dans leurs corps-à-corps voluptueux, le danseur étoile de Béjart, chorégraphie et invente son faune « gainsbourien » en liberté. Il offre avec ce Voulez-vous danser, Gainsbourg qu’il invite à rentrer dans sa transe, une réappropriation étonnante, voisine d’une décadanse poétique et sensuelle, des ritournelles incontournables, pleines de fougue et de désir, du chanteur disparu. Chopin, bien sûr, accompagne en filigrane le trio amoureux qui invente, sans Melody, sa propre romance, et les arrangements remplis de fêlures de Mr Qwertz, auxquels se mêle la voix de Serge et un environnement sonore remanié désarçonnant au premier abord, finissent par embarquer le spectateur dans l’univers intense de ces enfants de la chance. Un ballet sensible et attachant ; plus proche de la grandeur que de la décadence de l’Homme à la tête de chou, pour un hommage poétique et original. DE.M. Voulez-vous danser, Gainsbourg s’est joué les 29 et 30 novembre au théâtre du Balcon, Avignon
MJCEM Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée René Habermacher PLEIN FEU SUR LA PROGRAMMATION DE FIN D’ANNÉE JEU 12 DÉC 18H30 « Lawrence Durrell, dans l’ombre du soleil grec » Découvrez ou redécouvrez l’œuvre du célèbre écrivain britannique Lawrence Durrell sous le regard de Corinne Alexandre-Garner, spécialiste de la littérature anglaise. L’occasion d’évoquer la vie de l’auteur du Quatuor d’Alexandrie qui, né aux Indes en 1912 et décédé à Sommières en 1990, fut poète, peintre et voyageur, et dont l’œuvre s’est nourrie des paysages méditerranéens, des mythes grecs et de philosophie orientale. Lawrence Durrell Imposed with Sculptors Bettmann/CORBIS VEN 13 DÉC 20H30 Concert de Raimundo Amador Figure phare de la scène flamenco en Espagne, le chanteur et guitariste Raimundo Amador a rapidement quitté les trottoirs de Séville pour fonder le mythique groupe Pata Negra (avec son frère Rafael Amador Fernandez), et croiser sur sa route Björk ou le légendaire guitariste et compositeur américain B.B. King avec lesquels il a joué. C’est dire si sa venue au MuCEM est un must ! Raimundo Amador droits réservés LUN 16 DÉC 18H30 « Saluons l’artiste Albert Cossery » Albert Cossery, écrivain égyptien de langue française, aurait eu 100 ans cette année. Assistez à une conversation complice entre son éditrice et amie Joëlle Losfeld, et sa traductrice américaine Alyson Waters. Un moment privilégié pour revisiter son œuvre et son écriture qui « met en perspective une philosophie et un way of life qui séduisent, déstabilisent, questionnent et viennent inévitablement bousculer les évidences et nos préjugés. » Cette rencontre sera suivie à 20h d’une lecture du roman Mendiants et orgueilleux par l’actrice Nathalie Richard. Albert Cossery droits réservés JEU 19 DÉC 18H30 Mahmoud Darwich le galiléen Une occasion poétique d’écouter les lectures musicales en arabe et en français des écrits de Mahmoud Darwich, qui célèbre sa patrie la Méditerranée. Avec Dominique Devals (comédienne), Farouk Mardam Bey (éditeur chez Actes Sud) et Elias Sanbar (Ambassadeur de Palestine auprès de l’UNESCO, écrivain et traducteur de Mahmoud Darwich en langue française). Cette rencontre sera suivie à 20h30 de la projection du documentaire Mahmoud Darwich, et la terre comme la langue de Simone Bitton. Mahmoud Darwich droits réservés Retrouvez les tarifs et le reste de la programmation sur MUCEM.ORG Retrouvez-nous sur : flO.C5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 1Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 2-3Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 4-5Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 6-7Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 8-9Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 10-11Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 12-13Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 14-15Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 16-17Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 18-19Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 20-21Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 22-23Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 24-25Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 26-27Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 28-29Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 30-31Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 32-33Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 34-35Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 36-37Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 38-39Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 40-41Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 42-43Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 44-45Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 46-47Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 48-49Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 50-51Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 52-53Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 54-55Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 56-57Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 58-59Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 60-61Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 62-63Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 64-65Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 66-67Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 68-69Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 70-71Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 72-73Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 74-75Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 76-77Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 78-79Zibeline numéro 69 décembre 2013 Page 80