Zibeline n°68 novembre 2013
Zibeline n°68 novembre 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°68 de novembre 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 9,8 Mo

  • Dans ce numéro : comment l'État aide la presse ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 78 - 79  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
78 79
Numérique : le bon grain et l’ivraie Les structures Alphabetville, Zinc et Leonardo/Olats ont accueilli en résidence à Aix Stephen Kovats et Bernard Stiegler, dans le cadre du parcours d’arts numériques e-topie, programmé par MP2013. L’occasion de croiser les points de vue de ces deux théoriciens sur les enjeux de la numérisation du monde 78 P H I L O S O P H I E STEPHEN KOVATS Qu’est-ce qui vous a amené à participer à cette résidence ? La Fondation Vasarely ! C’est le lieu le plus significatif d’Aix-en-Provence, étonnamment peu mis en valeur. Plus sérieusement, je suis toujours en recherche de partenaires qui travaillent aussi sur les sociétés en crise, sur les moments où tout va changer, sans que l’on sache comment. Il y a des opportunités intéressantes dans le vide, le presque sans lois, lorsque personne ne sait ce qu’il est possible de faire ou pas. Ainsi à Berlin après la chute du Mur, ou bien aujourd’hui au Soudan du Sud, l’État le plus jeune du monde. Vous travaillez là-bas sur le numérique ? Le Soudan du Sud a très peu d’infrastructures, une grande pauvreté, un très bas niveau d’éducation. Avec la paix et l’indépendance il va falloir tout construire, et il n’y aura pas de futur sans cet aspect technologique, qu’on le veuille ou non. La question est donc : est-ce que vous voulez l’impérialisme de Microsoft, ou décider de votre avenir par vous-mêmes ? Nous montrons qu’il y a des alternatives, que l’on peut renforcer son indépendance face aux gouvernements, aux multinationales, en utilisant les systèmes libres, et pas seulement les logiciels mais les structures, les méthodologies appliquées à d’autres secteurs d’activités. C’est une discussion technologique certes, mais surtout conceptuelle et philosophique. Qui vous soutient dans cette démarche ? Les structures comme l’ONU ou l’UNICEF sont déjà sensibilisées. L’UNESCO consacre un département entier à ces réflexions, la Knowledge Societies Division. La force de l’Open Source c’est son faible coût : on a le choix entre bâtir un modèle d’éducation, de partage des savoirs pour presque rien, face à un système de contrats très cher et pas meilleur. Or la connaissance de ces alternatives n’est pas prioritaire pour les gouvernements qui veulent vendre leurs logiciels ! En Afrique, où cette culture est déjà très forte, existe un réseau informel qui essaie de défendre ces arguments au niveau international : la Free Software and Open Source Foundation for Africa. Au Soudan du Sud, Nyandeng Malek Dielic, seule femme à gouverner l’un des 10 états du pays, est très motivée par l’Open Source, séduite par ces aspects de collaboration et d’autonomie. Cela pourrait représenter un modèle de développement pour le reste du monde, y compris l’Europe. BERNARD STIEGLER Quelle est votre position sur le numérique ? La société hyper-industrielle a commencé comme le web, en 1993. Tout s’industrialise, la vie affective, l’éducation, tout fait l’objet de technologies de contrôle, avec l’internet des objets et les puces RFID. Le numérique fait exploser le droit, la fiscalité, la vie privée, entraîné par les cavaliers de l’apocalypse : Google, Facebook, Apple et Amazon. Le capitalisme se casse la figure, c’est un modèle insolvable, qui détruit la psyché des individus et l’environnement. L’Europe pour des raisons historiques est encore préservée, mais on peut prédire d’ici 10 ans l’effondrement du modèle économique occidental : le chômage va exploser, les travailleurs seront remplacés par des machines. Ce sera la fin du salariat et par conséquent celui du pouvoir d’achat. Que préconisez-vous ? En faire une force, utiliser cet otium, ce loisir, comme une liberté de faire ce que l’on veut vraiment. Mais il va falloir se remonter les manches. Il faut que la conjuration des imbéciles cesse. Prenez les écologistes, par exemple. Un boulevard s’ouvrait à eux, et par paresse et ambition personnelle ils ont tout ruiné, en essayant de fourguer le consumérisme « vert », qui est toujours du consumérisme ! La réponse c’est l’économie contributive. Elle est solvable, ne repose pas sur la privation de savoir, mais au contraire sur la dé-prolétarisation, les retrouvailles avec le savoir-faire et le savoir-être. Fab labs, modèles énergétiques, de santé, re-territorialisation... Google est un faux système contributif tandis que les logiciels libres augmentent le savoir des individus, au lieu de le capter ou de l’encadrer. Et comment procéderiez-vous ? Je ne crois pas au grand nombre, plutôt aux individus incarnant des capacités d’individuation. Au XV e siècle au Japon, un groupe de samouraïs a décrété « ça suffit de faire la guerre », et ils ont inventé la culture zen. Tout ce qu’il y a de bien dans le monde, on le doit à des figures comme celles-là. C’est possible de changer, on peut imaginer que les goldens boys de la finance pourraient sortir de la vie pulsionnelle, seulement pour cela il leur faudrait trouver des figures d’identification. Aujourd’hui l’attention est captée par les grands médias, les industries culturelles qui la canalisent vers les marchandises, les marques. Personne ne veut arrêter de consommer, or il faut adopter un point de vue raisonné et délibéré pour se désintoxiquer. On a besoin d’artistes, de savants... mais ils doivent se politiser. GAËLLE CLOAREC Bernard Stiegler G.C. Stephen Kovats Gaëlle Cloarec Un blog a été créé à l’occasion des résidences Zanzibar : www.residencezanzibar.info Stephen Kovats était en résidence dans le cadre du parcours d’arts numériques e-topie du 17 au 19 octobre, Bernard Stiegler du 5 au 7 novembre
-:11 aaue.uampaW el op la ado.an3,1 op suonesmnio sap aasnW 3DWJ Assi, René Habermacher 10BONNES RAISONS, DE VENIR AUSSI AU MUCEM Plus qu’un simPle musée, c’est une cité culturelle qui ProPose rencontres et débats, cinéma et sPectacles 1 Goûter un grand moment de jazz avec le trio Aldo Romano, Louis Sclavis et Henri Texier. Le vendredi 15 novembre à 20h30. 6 Redécouvrir le grand cinéaste René Allio, à partir d’une rétrospective de ses films, avec quatre projections au MuCEM Les samedi 23 et dimanche 24 novembre. 2 Se laisser porter par l’immense film de Bernardo Bertolucci « Novecento », véritable fresque de l’histoire de l’Italie (5h20 de pur cinéma…). Le samedi 16 novembre à partir de 18h30. 7 Questionner les images d’archives à propos de ce moment-clef des « Accords de Camp David », en 1978, avec Henry Laurens, professeur au Collège de France et Emmanuel Laurentin, de France Culture. Le lundi 25 novembre à 18h30. 3 4 Apprécier « toutes les langues du monde », autour de la littérature et des traductions, avec Camille de Toledo, Abdelfattah Kilito et Omar Berrada. Le lundi 18 novembre à 18h30. S’interroger, d’hier à aujourd’hui, autour de la figure de Benito Mussolini et du projet fasciste d’une « Nouvelle Rome », avec l’écrivain Luciano Maroccu. Le jeudi 21 novembre à 18h30. 8 9 Partager l’imaginaire de ces deux artistes syriens contemporains, Kinan Azmeh et Kevork Mourad, à partir d’une performance audiovisuelle mêlant musique électro, vidéo et dessin live. Le vendredi 29 novembre à 20h30. Réfléchir, avec Georges Vigarello et Claude Boli, aux relations complexes entre « Sport et citoyenneté ». Le lundi 2 décembre à 18h30. 5 Passer toute une nuit au MuCEM autour d’une formidable programmation de courts métrages venus de toute la Méditerranée, « La nuit du court-métrage ». Le vendredi 22 novembre, de 22h à l’aube. 10 Additionnez les neuf autres raisons, et venir au MuCEM tout simplement pour le plaisir de s’y promener… Retrouvez le reste de la programmation sur MUCEM.ORG Retrouvez-nous sur :



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 1Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 2-3Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 4-5Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 6-7Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 8-9Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 10-11Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 12-13Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 14-15Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 16-17Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 18-19Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 20-21Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 22-23Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 24-25Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 26-27Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 28-29Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 30-31Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 32-33Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 34-35Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 36-37Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 38-39Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 40-41Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 42-43Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 44-45Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 46-47Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 48-49Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 50-51Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 52-53Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 54-55Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 56-57Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 58-59Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 60-61Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 62-63Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 64-65Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 66-67Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 68-69Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 70-71Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 72-73Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 74-75Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 76-77Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 78-79Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 80