Zibeline n°68 novembre 2013
Zibeline n°68 novembre 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°68 de novembre 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 9,8 Mo

  • Dans ce numéro : comment l'État aide la presse ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
60 A U PRO G R A M M E A RT S V IS U EL S Au-delà de l’image de presse À l’heure où les nouvelles technologies et les réseaux sociaux témoignent en direct de l’histoire en marche, neuf artistes prennent leur distance avec l’image de presse pour poser un regard subjectif sur les faits historiques passés ou présents. Ils usent de la photographie ou de la vidéo pour traquer ses traces et ses blessures. Certaines encore à vif. Oliva Maria Rubio, directrice artistique à La Fábrica à Madrid et commissaire générale du festival PhotoEspaña de 2001 à 2003, a choisi « seulement neuf artistes car tous travaillent sur des séries, ils construisent l’image, c’est-à-dire qu’ils font appel à cette faculté de faire des images et se définissent comme artiste ou narrateur. La situation de crise actuelle nous donne à réfléchir sur notre histoire pour ne pas la reproduire ». Ce ne sont ni des reporters de guerre ni des photojournalistes, même si certains, comme Éric Baudelaire, brouillent les codes en reproduisant la réalité dans un tableau fictif ô combien « vivant » ! C’est la guerre comme au cinéma, fabriquée dans les studios de Los Angeles, qui questionne non seulement la véracité des images mais aussi leur statut et leur diffusion par les médias. Souvenons-nous des émeutes de Clichy-sous-Bois en 2005 qui La Liberté raisonnée, 2009 Cristina Lucas avaient fait la Une de l’actualité télévisée : MohamedBourouissa s’en est inspiré pour créer une série « d’allégories photographiques » sur la vie quotidienne des jeunes des banlieues. Images tellement vues et revues qu’elles paraissent presque banales… sauf que grâce à ses talents de peintre et de dessinateur, les scènes sont composées à la manière des tableaux d’histoire, avec une parfaite maîtrise des perspectives, de la lumière et des regards tendus comme des flèches. Autre guerre, autre temps avec Shai Kremer qui archéologie les stigmates du conflit israélo-palestinien dans le paysage sous forme de « compositions méthodiques apparemment innocentes et poétiques » : camps d’entrainement, avions abattus… Paysage, encore, avec Paola De Pietri qui croise mémoire familiale, archives et lectures dans un travail photographique in situ, sur les traces des combattants morts de froid, de faim, au combat durant la Première guerre mondiale. Revenue à la source du malheur, elle photographie les paysages d’hier devenus des lieux touristiques et familiaux, mais perclus de trous d’obus. Eduardo Nave revient lui aussi sur les lieux du crime selon un protocole photographique qui redonne la parole à l’événement : même jour, même heure, même endroit que les attentats perpétrés par l’ETA, seuls les titres revendiquent l’histoire vécue. C’est l’état brut des choses oubliées, d’une mémoire fragile. À chacun, donc, son évocation des chocs du monde, de ses fissures, et des cicatrices laissées aux générations suivantes. Cristina Luca -qui avait fait mouche dans l’exposition Mappamundi- réactualise l’histoire française en mettant en mouvement le célèbre tableau de Delacroix La Liberté guidant le peuple dans une vidéo au souffle puissant. D’autres se réapproprient l’histoire en réinventant la réalité jusque dans ses moindres détails : Paolo Ventura met en scène des personnages, des accessoires et des objets miniaturisés dans des situations purement imaginaires… Tous posent la question de la mémoire officielle et de la mémoire intime et nous interrogent : quelles relations l’homme entretient-il avec son histoire ? MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Histoire, regards d’artistes jusqu’au 5 janvier Hôtel des arts, Toulon 04 83 95 18 40 www.hdatoulon.fr Talents à suivre Accueilli pour la troisième fois à la Maison de la Photographie à Toulon, le Prix HSBC pour la photographie agit toujours comme un révélateur de talents. Deux jeunes artistes ont tiré leur épingle du jeu face à 778 concurrents, bénéficiant durant un an de quatre expositions et d’une première édition monographique chez Actes Sud. Sans compter les rencontres professionnelles Les Égarements Cerise Doucede à Arles, Paris Photo ou Vérone… « Un vrai tremplin et un accompagnement complet » apprécié par Cerise Doucède qui expose dans sa ville natale Les Égarements, clins d’œil à sa famille et à ses proches mis en scène dans un décor fabriqué à la main, où les objets fétiches suspendus racontent un peu de leur intimité. De leurs pensées envolées. Entre ces portraits sensibles et Cavity Noémie Goudal les travaux de Noémie Goudal, le dialogue reste ouvert car elles abordent également la photographie par le biais de l’installation. Métaphore des relations entre l’homme et la nature, la série The Geometrical Determniation of the Sunrise sème le trouble en jouant sur l’ambivalence paysage réel-paysage inventé. Parfois même, un élément insolite vient briser l’harmonie du paysage, lui-même construit et reconstruit. Ce face-à-face souligne leur trait d’union (la photographie plastique, l’installation) et leurs singularités : « Ce sont deux manières différentes de regarder la photo, explique Noémie Goudal. On n’a pas le même usage mais on est toutes les deux impliquées dans le temps car c’est un travail de longue haleine ». Leur quête de la perfection est le résultat d’un travail d’orfèvre. M.G.-G. jusqu’au 11 janvier Maison de la Photographie, Toulon 04 94 93 07 59
Les petits cailloux de Georges Tony Stoll Georges Tony Stoll, sans titre (le calme), 2009, 00x67 cm Courtesy Jérôme Poggi L’intervention pérégrine de l’artiste marseillais Georges Tony Stollau Musée Granet devrait, selon les commissaires d’exposition, construire « un dialogue singulier entre les images, entre peinture et photographie, rendant perméables les codes de l’une et de l’autre pour recomposer, de signes figuratifs en terrain abstrait, un réel imaginaire ». Sans contester la qualité de son œuvre photographique qui conduit vers ses « territoires de l’abstraction », la question du dialogue reste entière : ses interventions invitent au mieux à jouer à cache-cache avec les collections, au pire à partir à la chasse aux traces, aux signes. Car ses photographies se comptent sur les doigts de deux mains quand les salles regorgent de peintures et de sculptures. Il faut garder l’œil averti pour les débusquer et la majorité des visiteurs passent devant sans même leur jeter un regard… Dommage, quand l’enluminure photographique L’Éclaireur (1997) se joue d’un compagnonnage illustre et d’un jeu de regards obliques avec le Portrait de Granet peint par Ingres ; quand le triptyque Achab tiré de la série Moby Dick (1994/2000) tire le portrait en pied d’un corps entravé par un ruban adhésif, habilement accroché entre un Orphée dénudé sculpté par Paul Aubert en 1893 et un Paysan du Danube ceint à la taille d’une peau de bête (Henri Vidal, 1892 env.). Ce n’est donc pas l’emplacement des photographies qui est à déplorer car il fait sens à tous les coups, c’est leur nombre a minima, le manque de signalisation et d’outil pédagogique pour que le dialogue soit activé, et fécond ! D’ailleurs seuls les espaces habités par Cézanne sont exempts de toute présence stollinienne, et l’on s’interroge : volonté de l’artiste de ne pas polluer l’espace sacré ou du directeur du musée pour ne pas troubler les visiteurs venus spécialement pour le maitre aixois ? On se prend aussi à regretter l’absence « des formes indomptables » de G.T. Stoll dans les escaliers menant aux diverses salles, comme le fait si judicieusement la Collection Lambert à Avignon qui aime prolonger l’épopée homérique d’un artiste jusque dans ses coursives… MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Ulysses est là ! 1,abao'jusqu’au 12 janvier Musée Granet, Aix-en-Provence 04 42 52 88 32 www.museegranet-aixenprovence.fr 61 A U PRO G R A M M E A RT Une collection démocratique En janvier 2011, Zibeline 1 évoquait le programme Les Nouveaux collectionneurs mis en place par le Conseil général 13 avec le Bureau des compétences et désirs, visant à constituer une collection publique d’art contemporain. Avec, en lieu et place de collectionneurs avertis, des collégiens béotiens responsables des acquisitions et des budgets ! Deux ans plus tard et 14 collèges concernés, non seulement l’objectif est atteint mais la collection s’expose au grand jour selon une scénographie pyramidale originale, thématique 2 et pédagogique, conçue par Raphaëlle Jeune et l’agence d’architecture Freaks pour rendre compte du cheminement des collégiens. Hôtel, Épisode 1, vidéo d’animation Benjamin Nuel Leurs choix, leurs questionnements, leur connaissance de l’art, tous médiums confondus, acquis durant les visites d’ateliers, de musées et de galeries et leurs rencontres avec les artistes et les professionnels. Cet accrochage éclaire -au sens littéral du terme- chaque section au fur et à mesure du parcours, et incite le visiteur à découvrir la pluralité des écritures et des formes dans un va-et-vient constant avec les textes informatifs contrecollés sur le mur d’entrée. 57 artistes figurent dans la collection, confirmés ou émergents, dont 50% sont issus de la région, preuve de la richesse du territoire et de la grande acuité de leurs regards… L’exposition, en forme de point d’orgue, annonce des temps heureux puisque le projet se poursuivra en 2014 avec deux classes, et ce même si « chaque étape a été un combat ». Aujourd’hui Véronique Traquandi, chargée de mission arts visuels à la direction de la culture, réfléchit à la meilleure manière de faire vivre le fonds : « Il faut qu’il soit d’abord acté, ensuite il devra trouver son autonomie en tournant sur le département ou en trouvant un lieu qui lui soit entièrement dédié ». Ce sera le combat de demain. M.G.-G. 1 Voir Zib’37 in Cahier jeunesse 2 Apparence et réalité, Contraintes et libertés, L’Architecture, Entre réalité et fiction, Jeux de détournements, La Mort et la dérision, Construction/Destruction, Portraits de femmes : entre image et identité, Fragilité de l’existence, jeunes et agités, L’Instant, étrange beauté, Face cachée, Paradoxe Les Nouveaux collectionneurs au collège jusqu’au 16 février Galerie d’art du conseil général 13, Aix-en-Provence 04 13 31 50 70 www.culture-13.fr S V IS U EL S



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 1Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 2-3Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 4-5Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 6-7Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 8-9Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 10-11Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 12-13Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 14-15Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 16-17Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 18-19Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 20-21Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 22-23Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 24-25Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 26-27Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 28-29Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 30-31Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 32-33Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 34-35Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 36-37Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 38-39Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 40-41Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 42-43Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 44-45Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 46-47Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 48-49Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 50-51Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 52-53Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 54-55Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 56-57Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 58-59Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 60-61Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 62-63Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 64-65Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 66-67Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 68-69Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 70-71Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 72-73Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 74-75Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 76-77Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 78-79Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 80