Zibeline n°68 novembre 2013
Zibeline n°68 novembre 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°68 de novembre 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 9,8 Mo

  • Dans ce numéro : comment l'État aide la presse ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
SAMEDI 23 NOVEMBRE LA GARDE [AiZT CONTEMPORAIN a PHILOSOPHIE] Oj'1 ESIF "AURORES" AUllhTU1I1JM JEAN MUIJIIM colloque 15h CYNTHIA FLEURY téedrionneur J.F Mattéi P.Grenaralo vernissage 16h SALLE GERARD PHILIPE service culturel OU € 1u Od rig 14/uam,ville=lagarde.fr exposition PLASTICIENS jusqu'au 1er déc. vil lmnche isécenibre isb di fitésenration : 04 s0 33 96 Bo Auditorium jean Moulin A uPitirrium Jc Ihouhn - Esiournns - 8-0 2S0 Lt Thor WWW.A RTSVIVANTSB4.FR r Novembre - Ddcembre 13 anse HIP-140P l'ambre de Coré Du 20 au 23 novembre S 14A0 FAKE MUSICALE a5 6 AM C h omrne qui rêvait d'être une gi rafe Mercredi 27 novembre A 18,00 TH IRE I DRAMATURGIE J(.14 12E COruEMpo1 ftj E N'enterrez pas trop vite Big Brother Mardi 3 décembre a 20:30 Bye Bye Lillo & Hello veut dire bonjour Mercredi 4 décembre A 19:00 - -.. ea Bore r Rang outeurs de Idet anSolls macs et festives MUSIQUE CIASSIGLIC VOrchestre de Chambre Pelléasw Vendredi 6 décembre.52130. IMMERSIOti Sot PJ A IME Fantôme, un léger roulement... Jeudi 12 &vendredi 13 décembre 1900 & 21:00 Samedi -14 décembre 15:00. 1700 & 19:00 a sere., p 4 92 2 2 2, Yep. du Forum Réservation : www.forurndebérre.com
Des changements dans le budget 2014 du ministère de la Culture et de la Communication ? Pas vraiment, sauf la baisse globale prévue de 2%, la fin des grands chantiers, l’absence du rééquilibrage Paris/Région annoncé et… une réduction des aides à la presse Comment l’État aide la presse Les journaux français vont très mal, on le sait, mais on sait moins à quel point ils sont sous perfusion Le MCC est depuis longtemps plus attentif à la Communication qu’à la Culture : sur 7,2 milliards d’euros du budget de 2014, 4,5 milliards sont affectés aux médias et aux industries culturelles, dont l’essentiel à l’audiovisuel public (3,8 milliards). Reste en 2014 plus de 450 millions d’aides à la presse écrite. Ce qui représente une baisse de 56 millions, puisqu’en 2013 ces aides s’élevaient à 506 millions. Pour comparaison, le budget que l’État consacre au spectacle vivant en 2014 s’élève à 355 millions. En fait la presse écrite coûte à l’État nettement plus cher que cela : en plus de ces aides directes et indirectes 1, la TVA « super réduite », à 2.1% 2, représente un manque à gagner pour les finances nationales, et une exception exclusive, ainsi que les tarifs postaux. Les journaux français, quotidiens ou magazines, bénéficieraient donc d’1.2 milliard par an de financements d’État. Les raisons en sont structurelles et historiques. La presse relève de l’économie privée, mais l’égalité d’accès des citoyens à l’information est une mission de service public : l’acheminement des journaux représente donc 276 millions sur les 456, le reste étant une dotation à l’AFP, des aides directes aux quotidiens nationaux, et surtout des fonds de modernisation qui concernent, depuis les États Généraux de la presse mis en place par Nicolas Sarkozy en 2008, toute la chaîne de la presse, de la numérisation des titres à leur diffusion. Des aides efficaces ? L’existence d’une presse diverse, accessible à tous, libre de tout contrôle de ses contenus, hors la déontologie qu’elle-même se fixe 3, est indispensable à la vie démocratique. La diminution importante des aides décidée par le MCC déséquilibre donc un système qui peinait déjà à survivre, et prenait l’eau de toutes parts : les ventes ne cessent de baisser, les kiosquiers de fermer, les distributeurs d’être sauvés in extremis de la faillite, et les titres de se concentrer dans les mains de quatre grands groupes dont les rédactions sont poussées à faire des Unes aguichantes, de la réécriture de dépêches AFP et de moins en moins d’enquêtes, d’analyses poussées et de critiques. L’État doit-il fermer le robinet ou changer les règles ? La défense de la pluralité de la presse nécessite qu’il ne mette pas le nez dans son contenu et affecte ses subsides sur des critères comptables, et non sur ses orientations politiques ou ses choix éditoriaux. Toute la difficulté de l’attribution de ces aides vient de là : tous les journaux payants, y compris les plus infâmes torchons, ou les magazines spécialisés dans l’auto, le foot ou la mode, perçoivent automatiquement des aides à l’acheminement, bénéficient de la TVA « super réduite », et bien souvent d’aides directes. Ainsi le PS arrivé au pouvoir s’est ému de voir qu’en 2011 des magazines télé 4 s’étaient taillé la part du lion, en dizaines de millions d’euros. Michel Françaix, député PS ayant commandé le rapport sur la presse, a fermement dénoncé ces dérives, et les a en partie corrigées : il n’est plus question aujourd’hui de distribuer des fonds à une revue médicale ou un magazine de tennis… Ils sont réservés à la presse payante IPG (Information Politique et Générale) et la presse magazine « récréative » en est exclue, la presse gratuite n’y ayant jamais eu accès. Par ailleurs, les « pure players » 5 vont bénéficier des mêmes aides et de la même TVA « super réduite » que la presse papier. Et si on changeait vraiment ? Mais les préconisations de 2013 sont loin de remplir les objectifs de 2012. Michel Françaix voulait favoriser la « presse citoyenne », appliquer une TVA pleine et des tarifs postaux normaux à des publications comme Voici… ce qu’il n’a pas réussi à faire. Il voulait aussi trouver des solutions durables à la mutation de la presse, compatibles avec le nouveau modèle de lecture. Car depuis Internet, personne ne cherche de l’info dans un journal papier : c’est son analyse que le lecteur de presse attend, l’esprit critique, l’enquête, la mise en perspective, la satire. Bref, l’indépendance et la prise de recul. Or les journaux français ont encaissé les fonds pour la modernisation sans se moderniser, et en s’amenuisant… Ils continuent en revanche à exercer des pressions : les commissions d’attribution des aides à la presse, ou de reconnaissance d’un organe de presse 6, sont composées… de professionnels de la presse d’IPG payante, qui n’admettent que leur modèle. C’està-dire centralisé, souvent dirigé par des hommes, réduisant les pages culture à une maigre cerise sur le gâteau et préférant les Unes sportives ou accrocheuses, parce que les ventes augmentent. Parlons de nous… S’il faut préserver la presse IPG, du Figaro (sans Madame Figaro ou les suppléments télé !) à l’Huma, il est temps d’admettre qu’il existe d’autres modèles. Des « pure players » comme Médiapart, des journaux indépendants et régionaux comme Le Ravi, mais aussi peut-être des gratuits qui se lisent ? Ainsi, si vous tenez Zibeline entre vos mains, sachez que vous ne lisez pas un journal : la Commission Paritaire ne reconnait pas l’existence des journaux gratuits, qui ne bénéficient d’aucune aide directe ou indirecte, payent la poste au tarif normal… et reversent 19.6% de leurs revenus publicitaires à l’État. Il est donc plus « citoyen » de vivre des aides de l’État comme TéléZ et de vendre Nabila, ou 343 salauds, que de se pencher sur la vie culturelle en toute indépendance. En revanche si vous nous lisez sur écran, vous êtes un vrai lecteur de presse, le site est agréé ! Comme à la radio, on y admet que l’information soit gratuite… AGNÈS FRESCHEL 1 Remboursement à la Poste des tarifs réduits dont la presse payante bénéficie 2 19.6% taux normal, bientôt 20%, 7 ou 5% taux réduit 3 Devoir d’informer, d’enquêter, de divulguer la vérité quelles qu’en soient les conséquences pour soi-même ou son employeur, de protéger ses sources, de ne pas inciter à la violence, de s’interdire le plagiat, de respecter la vie privée si elle n’affecte pas la vie publique… (Charte de Munich de 1971 régissant le journalisme européen) 4 TéléZ, TéléLoisirs, Télé 7 Jours et TéléStar 5 Site de presse n’existant qu’en ligne, comme Médiapart 6 Commissions Paritaires des Publications et Agences de Presse, dépendant du MCC 5I P O L I T I Q U E CULTURE L L E



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 1Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 2-3Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 4-5Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 6-7Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 8-9Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 10-11Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 12-13Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 14-15Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 16-17Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 18-19Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 20-21Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 22-23Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 24-25Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 26-27Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 28-29Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 30-31Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 32-33Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 34-35Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 36-37Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 38-39Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 40-41Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 42-43Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 44-45Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 46-47Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 48-49Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 50-51Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 52-53Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 54-55Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 56-57Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 58-59Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 60-61Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 62-63Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 64-65Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 66-67Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 68-69Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 70-71Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 72-73Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 74-75Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 76-77Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 78-79Zibeline numéro 68 novembre 2013 Page 80