Zibeline n°67 octobre 2013
Zibeline n°67 octobre 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°67 de octobre 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 9,0 Mo

  • Dans ce numéro : une culture citoyenne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 78 - 79  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
78 79
78 H I S T O I R E Sauvé des eaux Exceptionnelle à plus d’un titre l’extension nouvelle du Musée Archéologique d’Arles a ouvert ses portes au grand public le 5 octobre. Y est exposée la fameuse épave Arles-Rhône 3, dont les étapes de découverte ont rythmé ces dernières années. Aventure aussi bien scientifique et technique qu’humaine, dont les grands moments sont rapportés par le film projeté en boucle dans un renfoncement de la nouvelle aile du musée. C’est une véritable course contre la montre qui est ainsi présentée, les impératifs de calendrier liés à MP13, aux conditions climatiques, aux caprices du fleuve, au parcours obligé des pièces avec la durée incompressible du traitement des bois… tout est à flux tendu dans une dramatisation digne des meilleures œuvres de suspens ! « C’était un pari insensé » souligne Claude Sintès, conservateur du musée bleu. Jamais on n’aurait pu penser réussir un tel exploit en si peu de temps : trois ans pour un travail qui dans des conditions classiques en aurait pris trente ! Et surtout, il s’agit d’une première mondiale dans ce type de travail. « Il n’y avait pas de modèle de référence » rappelle-t-il. Divers secteurs de compétences ont dû apprendre à travailler ensemble, des équipes de plongée à celles de l’atelier de conservation Arc-Nucléart. Les 10 tonnes de bois gorgé d’eau ont nécessité trente cycles de lyophilisation pour sécher ! Le bateau lui-même, long de Épave Arles-Rhône 3, Musée archéologique d’Arles M.C 31 mètres, est unique par son remarquable état de conservation, il dispose encore de son mât de hallage ainsi que sa pelle de gouverne ou les aménagements internes ! Sans doute, les pierres du chargement ont permis à l’embarcation de se sceller rapidement au limon du fleuve, ce qui l’a protégée pendant 2000 ans ! Une belle mise en situation permet de voir le bateau comme s’il était encore à quai. Autour, les thèmes de la navigation, du commerce fluvio-maritime, des métiers du port, sont traités avec des pièces choisies parmi les milliers de vestiges arrachés au fleuve (900 m3 de sédiments fouillés)… poteries, amphores comportant un corpus épigraphique unique, fragments de statues, jusqu’à la pièce votive du navire. Le tout dans un environnement climatisé digne des Beaux-Arts ! Enfin, les humbles qui travaillaient apparaissent dans un musée avec leurs outils, comme ce chiffon rempli de cailloux pour passer la poix qui calfeutre la coque… Que de témoignages précieux mis en évidence ici. L’archéologie reste une fantastique aventure ! MARYVONNE COLOMBANI La barge du Rhône sera l’objet d’un reportage sur l’émission Des racines et des ailes le 6 novembre Exposition permanente Musée Archéologique d’Arles 04 13 31 51 03 www.arles-antique.cg13.fr L’artiste et le gardien Fin des années 30 : bon nombre d’artistes et intellectuels opposants au régime nazi sont venus se réfugier en France, et particulièrement en Provence. De septembre 1939 à juin 1940, les ressortissants du Reich et autres étrangers, considérés comme sujets ennemis par l’État français, sont internés au Camp des Milles, camp de transit ou de rétention, avant que cette ancienne tuilerie ne devienne un point de départ pour les camps de la mort (cf. Zib’56). La reprise d’une activité industrielle sur le site dès 1947 n’a pas effacé les traces d’un tel passé, les fresques dessinées par les prisonniers, les graffitis gravés sur les poutres... Ont été préservées aussi un certain nombre d’œuvres rassemblées aujourd’hui par la commissaire Juliette Laffon dans l’exposition Bellmer, Ernst, Springer, Wols Des artistes au Camp des Milles. Les dessins et aquarelles réalisés par ces quatre hommes au cours de leur détention, ou en rapport avec elle, sont accompagnés d’un travail précieux de documentation accompli par Bernadette Caille (sachant que la recherche archivistique du Mémorial est loin d’être menée à bien). Mettre en regard les obsessions de Hans Bellmer, corps morcelés, mis à nu, le style renaissance italienne Ferdinand SPRINGER Sommeil du prisonnier, 1939-1940 Technique mixte sur papier Collection particulière Jean Bernard de Ferdinand Springer, appliqué à des activités du quotidien comme l’évacuation du « seau à merde », les courriers désespérés adressés par Max Ernst à sa galeriste parisienne, et les feuillets arides de l’administration, souligne à la fois le processus implacable qui amenait les gens dans les camps, et l’irrépressible force vitale des détenus s’exprimant ainsi par la création. Alain Chouraqui, Président de la Fondation du Camp des Milles, rappelle que le fait de déployer une dimension culturelle dans un lieu de déportation n’est jamais une évidence, même si le site des Milles n’était pas un camp d’extermination où « l’on ne peut que se taire, essayer de sentir, c’est tout ». L’enjeu du cycle d’expositions intitulé Créer pour résister est de souligner avec force et délicatesse à la fois que « l’art peut faire reculer l’indicible », là où la raison atteint ses limites. Il est clair que découvrir ces œuvres ici n’a pas le même impact que dans un musée des Beaux-Arts. GAËLLE CLOAREC Bellmer, Ernst, Springer, Wols jusqu’au 15 décembre Site-Mémorial du Camp des Milles 04 42 39 17 11 www.campdesmilles.org b À lire Bellmer, Ernst, Springer, Wols au Camp des Milles Flammarion
MUSÉE D'HISTOIRE DE MARSEILLE UN MUSÉE UNIQUE EN EUROPE 1 t 4 ; I ! It 34 0 Site Archeologlique de fa Bourse Puri Antique r Rue Henri Barbusse 13001 Marseille OtiII d'y mike Coirrkivien VW& maifi. J.-C. iIIft de is Bourse Ca.11(Clanrrivsee d'HIszahre de Marseille. TIMM TR= =1 NW...WI, 1.11.e* MELIZI E) CON5/11I."- GENERA. ill fi PA (A MARSEILLE ivrew ri.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 1Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 2-3Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 4-5Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 6-7Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 8-9Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 10-11Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 12-13Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 14-15Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 16-17Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 18-19Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 20-21Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 22-23Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 24-25Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 26-27Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 28-29Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 30-31Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 32-33Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 34-35Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 36-37Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 38-39Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 40-41Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 42-43Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 44-45Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 46-47Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 48-49Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 50-51Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 52-53Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 54-55Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 56-57Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 58-59Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 60-61Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 62-63Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 64-65Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 66-67Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 68-69Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 70-71Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 72-73Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 74-75Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 76-77Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 78-79Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 80