Zibeline n°67 octobre 2013
Zibeline n°67 octobre 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°67 de octobre 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 9,0 Mo

  • Dans ce numéro : une culture citoyenne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
60 L I V R E S Marie Darrieussecq et Maya Michalon, Correspondances de Manosque 2013 François-Xavier Emery Fantasmer l’espace Au cours d’un dialogue passionnant, Yannick Haenel et Philippe Vasset ont rappelé le lien qui se tisse entre lire, écrire et marcher. Tous deux arpentent Paris. En exergue à ses Renards pâles, Haenel a placé la phrase de Walter Benjamin « vaincre le capitalisme par la marche à pied » ; un programme auquel il adhère car « marcher aujourd’hui dans Paris, c’est continuer à piétiner ce qu’on a voulu occulter. » De fait, le XXe arrondissement de la capitale lui apparaît comme un lieu très chargé (des Communards ont été mis à mort au Père- Lachaise) ; c’est donc logiquement dans un bar de Belleville que la première apparition du renard pâle aura lieu (voir site). Le narrateur de La conjuration, dont Vasset reconnaît qu’il lui ressemble beaucoup, est lui en quête d’« un lieu hors de l’espace urbain balisé », comme le sont les zones noires, celles qui sont floutées sur les plans. Un lieu qui renvoie à des lectures, un « écran à fantasmes ». Le Paris de leurs romans est donc une ville palimpseste, pleine des échos d’ailleurs spatio-temporels, comme l’est le Louveplaine de Cloé Korman (voir p.63). Les lieux que mettent en scène Marie Darrieussecq et Céline Minard apparaissent également comme des espaces fantasmés, nourris de rêves, de lectures et de films. La Solange de Darrieussecq est un peu son alter ego ; et si elle l’expédie en Californie dans Il faut beaucoup aimer les hommes (voir Zib’66), c’est parce qu’elle-même rêvait d’Amérique quand elle était ado. Et puis dans Solange, on entend Los Angeles. Hollywood, l’Afrique, Darrieussecq fait voyager son héroïne. Une façon pour elle de jouer avec les clichés que ces noms véhiculent, et de les démonter. Comme elle démonte le mécanisme de la passion qu’elle qualifie d’ailleurs de « lieu inhabitable ». Dans son huitième roman, Faillir être flingué, Céline Minard arpente l’espace mythique de la plaine américaine, au gré de la déambulation de divers personnages en quête d’un endroit où s’installer (voir p.63). Et si elle rappelle sa dette envers Fenimore Cooper et les westerns américains, elle affirme aussi sa volonté de reprendre le genre pour le « réactiver », sans en faire un pastiche, en jouant sur l’écart. De retravailler le mythe de l’Ouest, en écrivant un « roman à la frontière, avant que le monde bascule ». Regarder l’autre Florence Seyvos raconte sa quête de Buster Keaton à Hollywood, pour extraire des traces biographiques les analogies avec son frère Henri, handicapé. Pour dire avec une pudeur à la fois tendre et douloureuse, la difficulté d’aimer un être inadapté, de savoir quel soutien lui apporter sans intrusion, quelles bêtises accepter sans colère. Les analogies entre Buster et Henri sont toutes de tristesse, de brisures imposées, d’abandons et de reniements. D’une voix timide qui oblige à tendre l’oreille, avec son amie Noémie Lvovsky, l’auteur scénariste a lu son Garçon incassable comme un murmure intérieur. Le contraire du cinéma. Le Don du passeur de Belinda Cannone parle aussi d’un être inadapté : son père. Socialement étrange, différent, sans qu’on comprenne exactement en quoi, pourquoi il reste à côté du monde. Visiblement très émue pendant la rencontre, elle a parlé finement de la forme de son récit -en cercles d’approches-, un portrait plutôt qu’une biographie, qui transforme une personne « qui n’est personne » en personnage… Mais elle s’est un peu mise en retrait lorsqu’il fut question de sa fragilité, de sa porosité au monde qu’elle nomme idiotie dans son récit, innocence parfois, affirmant durement qu’il a raté sa vie, qu’il est violent de vivre avec un être si fragile, mais qu’il lui a transmis les affects qui l’ont façonnée… Alain Veinstein - Correspondances Chris Bourgue Alain Veinstein - Correspondances Chris Bourgue Lieux artificiels Alain Veinstein, quant à lui, nous propulse dans l’ère de Twitter. Asticoté par sa fille, l’auteur s’est créé un compte. Pas très à l’aise dans l’espace social il a observé la contrainte des Cent quarante signes en la détournant pour « essayer de faire de la littérature avec ça, des coqs à l’âne... », les blancs jouant le rôle des silences radiophoniques ; n’oublions pas que Veinstein anime des émissions littéraires sur France Culture. Il dit s’amuser à jouer sur le temps par l’immédiateté de l’écriture. D’autres se regardent et se racontent dans des premiers romans. Si l’on est terrifié par la précipitation dans le néant de Boris Razon et le récit dans Palladium de ses hallucinations dûes au Fentanyl, médicament au pouvoir analgésique quatre-vingt fois supérieur à celui de la morphine, c’est parce qu’on imagine ses douleurs, sa détresse absolue et celle de ses proches suite à une terrible maladie qui terrasse durant des mois sans certitude de guérison. On se sent beaucoup moins concerné par le récit de la tentative de sortie de l’addiction au Produit de Kevin Orr. FRED ROBERT, AGNES FRESCHEL et CHRIS BOURGUE Les Correspondances de Manosque ont eu lieu du 25 au 29 septembre
Mots en musique Dandy décontracté, musicien lettré, Bertrand Belin avait choisi pour cette édition 2013 de rendre hommage au poète Christophe Tarkos, disparu en 2004. Pas vraiment étonnant. La recherche d’une parole autre, faite de rumination, le travail toujours recommencé sur la « pâte-mot », la fabrication concrète, charnelle, d’une poésie écrite pour être dite ne pouvait que parler à l’amoureux des mots qu’est Belin. Bouleversé par le recueil Caisses (POL 1998), il en a offert, avec son air de ne pas y toucher, quelques extraits puissants, qu’il a mêlés à ses textes mi-parlés mi-chantés, certains issus de Parcs, son dernier album. Une performance émouvante et drôle, éclairée discrètement ou brutalement par sa guitare électrique. Le concert de Joseph D’Anvers balada dans un Los Angeles de clichés, un road movie qui laissait le public très extérieur. En revanche la présentation de son dernier roman par Arnaud Cathrine, entrecoupé des solos de guitare de son complice Florent Marchet et de chansons en duo, a créé un climat intimiste séduisant. Les premières pages du retour dans la bourgade normande de l’enfance du narrateur réveillent ses souvenirs d’adolescence et provoquent des interrogations : Je ne retrouve personne. F.R. etC.B. Traduire Peu de littérature étrangère cette année à Manosque, mais la rencontre avec Elias Khoury et sa traductrice fidèle Rania Samara affirma l’importance du traducteur « meilleur lecteur de l’œuvre » selon l’écrivain libanais. Comment rendre la forme grammaticale du « duel » quand le français ne possède que le singulier et le pluriel ? Être deux, c’est aussi être dédoublé dans la poésie islamique… Comment traduire le trouble, le « tremblé », des nombreux mots polysémiques ? Quant aux temps, comment déjouer la simplicité de l’Arabe, qui ne possède que l’accompli et l’inaccompli, Jouer le soir À Manosque, à 20h30, on se retrouve dans la grande salle de Jean le Bleu, pour des propositions plus théâtrales. Ainsi Jacques Gamblin nous a fait découvrir un Charles Bukowski loin des Contes de la folie ordinaire, ou du Journal d’un vieux dégueulasse. Dans sa Correspondance, il livre des souvenirs déchirants de son enfance maltraitée, des considérations sur le travail ouvrier, et le long poème qui conclut le spectacle est sublime. L’acteur, extraordinaire, porte ses mots comme si la douleur était la sienne, et même les considérations sur les femmes passent mieux… La lecture de la Correspondance de Robert Walser par Micha Lescot est moins convaincante. Mal choisies, banales, ses lettres ne nous disent que son attrait morbide pour la soumission, parfois drôle, souvent pitoyable… Mis en scène à trois voix, Heureux les heureux de Yasmina Reza dans la langue française qui jongle avec des nuances complexes de passés ? « Elias Khoury écrit des récits enchâssés, parfois il m’arrive de devoir reprendre la traduction du début pour que la subtilité de leurs rapports apparaissent… » Elias Khoury conclut en disant que l’écrivain est lui-même un traducteur, et que bien sûr un livre traduit « perd » par rapport à l’original. 40% avança-t-il. Mais il ajouta : « Si un livre ne supporte pas la perte de ces 40%, c’est qu’il ne vaut pas la peine d’être traduit ! » A.F. offre un véritable spectacle. Des dix-huit personnages de son roman choral elle a gardé cinq récits : Edouard Baer brosse une scène de drague entre deux sexagénaires juifs avec une grande drôlerie, et Josiane Stoléru incarne avec beaucoup d’émotion une mère qui voit son fils se prendre pour Céline Dion. Les histoires de couples sont quant à elles plus conventionnelles… Le dialogue de Charlotte Rampling restituant la parole de Sylvia Plath, poète américaine suicidée à l’âge de 30 ans, et de Sonia Wieder-Atherton au violoncelle interprétant les Suites 2 et 3 de Benjamin Britten a créé un moment de suspension qui touchait au sacré. L’instrument et la voix se passaient le relais et se mêlaient parfaitement, les coups d’archet se faisant l’écho des consonnes mises en valeur par la diction parfaite de la comédienne. A.F etC.B. Découverte Les amis de Giono ont offert la lecture de l’échange inattendu de trente lettres entre Henry Miller et Giono de 1945 à 1951, retrouvées il y a à peine 2 ou 3 ans. On est surpris de découvrir l’admiration totale de Miller pour ce français dont il aimait tout et regrettait que les américains n’y comprennent rien. Miller admire tout autant Que ma joie demeure que la traduction de Moby-Dick. L’échange entre les comédiens Jean-Christophe Quenon et Philippe Lardaud a été un moment de pur bonheur.C.B. Livre et numérique Les Littorales ont commencé en avance, par une de ces rencontres quotidiennes au Pavillon M animées par MP2013 à 17h, et souvent passionnantes. Il était donc question le 9 octobre de la chaine du livre mise en péril par le numérique, avec deux romanciers, Karine Tuil et Metin Arditi, et deux éditrices et libraires, Jeanne Laffitte et Katia Imbernon. Si les deux romanciers nous ont livré quelques secrets de fabrication sur la naissance de leurs personnages et leur façon d’écrire, l’échange sur le numérique fut déséquilibré, et peu objectif. Katia Imbernon, éditrice de livres d’architecture et libraire à la Cité Radieuse, rappela justement que tout un pan de l’édition avait déjà disparu : les livres scientifiques en particulier, dont le contenu est adapté à la consultation numérique. Elle rappela aussi que les savoir-faire de l’impression des beaux livres se perdaient, que le métier de photographe était en grand danger. Jeanne Laffitte fut plus radicale : selon elle, pas de salut dans la révolution numérique en cours inexorable. Les livres se vendent moins et les enfants ne lisent plus que sur tablette, le rapport émotionnel avec l’objet livre disparaît… Metin Arditi eut beau rappeler que le livre n’était pas le disque et que sa réalité palpable le gardait d’une totale disparition, et que les difficultés des libraires indépendants n’étaient pas plus grandes que celles des petits commerces, l’éditrice brossa derechef un tableau entièrement négatif. Pourtant le numérique permet de faire de substantielles économies dans la chaine du livre ! L’impression numérique, les relectures, l’élaboration de la maquette, sont considérablement réduits : il y a 15 ans un roman devait se vendre à 20 000 exemplaires pour être rentable, aujourd’hui 5 000 suffisent souvent. D’où la pléthore de romans (excellents d’ailleurs cette année…) de la rentrée. Toutes les études le disent : les jeunes ne lisent pas moins, mais différemment. Multipliant les supports, empruntant aux bibliothèques, achetant sensiblement autant de livres que leurs aînés. Moins chers, sans doute. Mais ils sont moins riches. AGNÈS FRESCHEL Les Littorales du 18 au 20 octobre Cours d’Estienne d’Orves, Marseille 04 96 12 43 42 www.leslittorales.com 61 P L OI VL RI ET SI Q U E CULTURE L L E



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 1Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 2-3Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 4-5Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 6-7Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 8-9Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 10-11Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 12-13Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 14-15Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 16-17Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 18-19Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 20-21Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 22-23Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 24-25Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 26-27Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 28-29Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 30-31Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 32-33Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 34-35Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 36-37Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 38-39Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 40-41Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 42-43Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 44-45Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 46-47Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 48-49Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 50-51Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 52-53Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 54-55Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 56-57Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 58-59Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 60-61Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 62-63Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 64-65Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 66-67Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 68-69Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 70-71Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 72-73Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 74-75Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 76-77Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 78-79Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 80