Zibeline n°67 octobre 2013
Zibeline n°67 octobre 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°67 de octobre 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 9,0 Mo

  • Dans ce numéro : une culture citoyenne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 É V É N E M E N T S La Méditerranée autrement Du 22 octobre au 3 décembre, le cycle L’Histoire autrement donnera une vision différente des médias sur les révolutions du monde arabe passées et actuelles. De nombreux documentaires permettront aux spectateurs de voir des images inédites et de revivre des moments clefs de la révolte. Il y aura notamment 18 jours (le 22 octobre), un film collectif de 10 cinéastes qui témoignent à travers 10 courts métrages, filmés dans l’urgence, de l’occupation de la place Tahrir au lendemain de la chute d’Hosni Moubarak. Une séance de radio live sera à nouveau organisée le 26 octobre par Aurélie Charon et Caroline Gillet, productrices de l’émission Welcomme, nouveau monde sur France Inter. Cette fois-ci l’émission XXI : notre siècle, nos printemps s’intéresse aux récentes révolutions du Caire et de Tunis et revient sur celles d’Algérie en 1988 ou Tel Aviv en 2011. Le public assistera le 15 novembre à la rencontre musicale entre le compositeur libanais, Zeid Hamdan et la chanteuse égyptienne Maryam Saleh connue pour avoir repris les chants révolutionnaires de l’égyptien Sheikh Imam. À travers le documentaire de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige, The Libanese rocket society, c’est l’extraordinaire aventure spatiale libanaise qui reprend vie, avec des témoignages et des archives qui raniment le rêve des années 60 (le 19 novembre). De l’Espagne aux États-Unis, c’est toute l’évolution du mouvement des indignés qui sera traitée dans le documentaire collectif intitulé Dormiamos, despertamos (le 10 Zeid Hamdan & Maryam Saleh Alaa Minawi novembre). Enfin, dans 74, reconstitution d’une lutte (2012), les réalisateurs Rania et Raed Rafei font revivre aux spectateurs l’occupation The Lebanese Rocket... X-D.R par sept étudiants du bureau du directeur de l’Université américaine de Beyrouth en 1974. À noter que pendant le tournage, les comédiens ont souvent laissé place à l’improvisation et sont en réalité de véritable « acteurs politiques engagés dans des luttes présentes » (le 12 novembre). Voir aussi les annonces musique en p.48. ANNE-LYSE RENAUT Villa Méditerranée, Marseille 04 95 09 42 52 www.villa-mediterranee.org Homo urbanicus Trois jours de rencontres, débats, balades et propositions artistiques pour mettre La ville à l’épreuve de la démocratie, c’est ce que propose le collectif Pensons le matin du 25 au 27 octobre sur le site de La Friche. À l’automne d’une année capitale qui soulève forcément nombre d’interrogations, l’heure des premiers bilans a sonné, et un questionnement politique et citoyen sera le bienvenu pour réfléchir aux liens entre culture, gentrification et ségrégation urbaine. On pourra aussi « penser avec les pieds » lors de balades révélant les dégâts sociaux de certaines opérations immobilières, s’instruire en lisant la revue Faire Savoirs conçue par des chercheurs en sciences sociales, s’interroger sur le service public de la culture à Marseille, dialoguer avec une philosophe (Joëlle Zask) et un architecte (Aykut Köstal), ou bien rêver à un monde meilleur avec le groupedunes sur le toit-terrasse. Surtout, on ne s’en remettra pas à ceux qui sont supposés savoir, pour réfléchir à notre place. Comme le rappelle Philippe Foulquié, ancien directeur des lieux : « tout le monde est penseur ». GAËLLE CLOAREC du 25 au 27 oct La Friche la Belle de Mai, Marseille 04 95 04 95 04 www.lafriche.org Autour des Rencontres La 20 e édition des Rencontres d’Averroès s’apprête à Penser la Méditerranée au XXI e siècle. En amont, on pourra voir une installation vidéo du collectif Le Nomade Village sur les vitrines de l’Espace Culture (angle Canebière/rue de Rome, vernissage le 2 novembre). Toutefois pour marquer cet anniversaire, la programmation culturelle Sous le signe d’Averroès a été resserrée autour des quatre journées de tables rondes, de façon à gagner en visibilité. Au pied de l’auditorium du Parc Chanot, une grande carte de la Méditerranée représentée sans frontières sera installée, œuvre propice à la réflexion de Sabine Réthoré. Lectures des élèves de l’ERAC dans le cadre du projet de Dramaturgie arabe contemporaine porté par la Friche, projections de documentaires, concerts et accompagnements musicaux (de Rachid Taha à Guylaine Renaud, en passant par l’Odyssée pour violoncelle et chœur imaginaire de Sonia Wieder Atherton), le public des Rencontres n’aura que l’embarras du choix... G.C. Alain Moreau Window IV Collectif NomadVillage H Alain Moreau Les 20 e Rencontres d’Averroès du 28 nov au 1er déc Parc Chanot, Marseille www.rencontresaverroes.net Window IV Collectif Nomade Village
Place aux artistes Michel Kelemenis fait en cette année 2013, souvent oublieuse des artistes de la région, une place de choix à la création chorégraphique qui s’élabore ici Ses Questions de danse ont débuté le 8 octobre par une soirée sud africaine témoignant de liens artistiques profonds tissés entre Marseille et Johannesburg. Le danseur Fana Tshabalala avait travaillé son magnifique solo, Une Rupture, au KLAP, pour le danser également en Afrique du Sud. Il y met clairement en jeu les liens de servitude, l’histoire d’un joug installé par l’Europe, chantée par Brigitte Fontaine, sur son propre corps d’Africain, superbe, entravé. Chaque mouvement est d’une grâce et d’une force rarement alliées. Son duo Between us avec son compatriote Thulani Chauke est en cours de création (et s’oriente vers d’autres voies : celles du dialogue entre deux corps différents -Thulani Chauke est plus petit et plus nerveux) qui cherchent à s’imiter et communiquer. Des moments de parodie s’esquissent, et de belles rencontres, des affrontements aussi, qui déjà interrogent… La cie Ex Nihilo a travaillé avec Dala, collectif Sud-Africain, mais la performance qu’ils ont présentée devant le KLAP n’en semblait pas affectée : on y retrouve la même danse, urbaine, sporadique, et les mêmes regards appuyés entre les interprètes qui attendent avant de se jeter dans le mouvement comme dans une bagarre… Où sont les vigiles sud-africains dont il était question dans le projet, sinon sur des vidéos volontairement illisibles ? En Une rupture, de Fana Tshabalala Agnès Mellon revanche l’installation dans le hall du KLAP, conçue avec les Pas perdus (voir également p.68), parle immédiatement des corps absents… Le 10 octobre deux autres compagnies régionales, emmenées par des femmes, prenaient le relais. On eut le plaisir de retrouver l’écriture de Christine Fricker, chorégraphe marseillaise qui faute de moyens se produit peu, ou que l’on a cantonnée dans des projets participatifs ou pour enfants (une femme ?). Le malentendu éclate en découvrant le début de One+one : Christine Fricker aime les corps non normés et divers, mais elle sait écrire le mouvement. Dans l’espace, le geste, et surtout dans le temps, en construisant une progression, avec un vocabulaire qu’elle emprunte à ses interprètes et réécrit pour en faire des phrases chorégraphiques. Huit jours de répétitions avec 5 danseurs amateurs fidèles ont déjà permis de faire jaillir un propos, la singularité des êtres apparaissant lorsque leurs corps si différents exécutent les mêmes mouvements… Une chorégraphe encore : Caroline Bô a rencontré le poète Maxime Guidot-Déjoux et ils racontent, l’une dansant et parlant un peu, l’autre poétisant et dansant pas mal, l’histoire d’un couple. Qui se trouve, jubile, se distend, s’affronte, puis jubile à nouveau. Un temps l’homme attaque de ses mots la femme au centre d’un vortex. Un temps ils dansent ensemble, dans des jolies poursuites, des portés charnels. Les mots du poète sont rugueux et faits de rapprochements surprenants, ce qui permet à Dévortex d’échapper à toute la banalité de ce type de duo. AGNÈS FRESCHEL Question de danse jusqu’au 30 oct 04 96 11 11 20 www.kelemenis.fr 0 17 P É OV LÉ NI ET MI QE UN ET S CULTURE L L E À la hauteur ! Les 8 e Rencontres à l’Échelle, temps fort annuel invitant des artistes des rives de la Méditerranée à confronter leurs pratiques artistiques, animent Les Bancs Publics jusqu’au 16 nov. Au programme : lecture Congo d’Eric Vuillard par Julie Kretzschmar et Thomas Gonzales (20 oct, inauguration des Plateaux de la Friche), solo dansé Dead dog/Vision par l’Egyptien Mounir Saeed (12 et 13 nov), performance Quand les poèmes colonisèrent notre pays de Lénaïg le Touze (12 nov), Al Atlal (les Ruines) de Sharif Andoura (14 et 15 nov), Touch me Taste me par Gurshad Shaheman (15 nov), et l’œuvre amplifiée et spatialisée Chœur Tac-Til, jouée dans le noir (16 nov). À voir jusqu’au 27 oct, à la Friche Belle de Mai, l’exposition du photographe Bruno Boudjelal, Jours intranquilles, Chroniques algériennes d’un retour (1993- 2003). Un récit autobiographique et une quête identitaire sur les terres natales de son père, l’Algérie, en 5 volets. Rencontre entre l’artiste et Christian Caujolle (20 oct à 16h), et lecture avec le journaliste Sid AhmedSemiane dans Correspondances (22 oct à 19h). DE.M. Rencontres à l’Échelle Jusqu’au 16 nov 04 91 64 60 00 www.lesbancspublics.com www.lesrencontresalechelle.com Bruno Boudjelal - Agence VU’



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 1Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 2-3Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 4-5Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 6-7Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 8-9Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 10-11Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 12-13Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 14-15Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 16-17Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 18-19Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 20-21Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 22-23Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 24-25Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 26-27Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 28-29Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 30-31Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 32-33Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 34-35Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 36-37Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 38-39Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 40-41Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 42-43Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 44-45Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 46-47Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 48-49Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 50-51Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 52-53Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 54-55Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 56-57Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 58-59Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 60-61Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 62-63Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 64-65Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 66-67Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 68-69Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 70-71Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 72-73Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 74-75Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 76-77Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 78-79Zibeline numéro 67 octobre 2013 Page 80