Zibeline n°66 septembre 2013
Zibeline n°66 septembre 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°66 de septembre 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 7,2 Mo

  • Dans ce numéro : la culture... c'est pas primaires.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
58 l i v r e s Solange à Hollywood Où l’on retrouve l’héroïne de Clèves bien loin de son pays basque natal… loin de son adolescence rebelle et quelque peu trash. Vingt ans après, Solange vit sur les hauteurs de Bel Air. Actrice reconnue, elle fréquente George (Clooney), Steven (Soderbergh) et les autres. Le nouveau roman de Marie Darrieussecq n’a pourtant rien d’une chronique de l’univers « luxe, coke et mondanités » des artisans de l’usine à rêves. Il faut beaucoup aimer les hommes… Ce titre superbe, emprunté à Marguerite Duras, est tout un programme. Car ce roman, aussi superbe que son titre, c’est d’abord l’histoire d’un amour, racontée a posteriori selon le point de vue de Solange. Autopsie d’une passion en cinq parties comme les actes d’une tragédie annoncée, avec un début électrique, puis l’attente « comme une maladie chronique », puis insensiblement la fin. L’homme dont elle est éprise (au sens le plus fort, et que la langue de Darrieussecq sait rendre avec une acuité remarquable), cet homme a une grande idée, bien plus forte que la tendresse d’une femme. Kouhouesso Nokwam, citoyen canadien d’origine camerounaise, a décidé d’abandonner ses seconds rôles de flic ou de dealer et de réaliser LA version cinématographique d’Au cœur des ténèbres de Conrad. En Afrique. Solange au Congo… Il y a des pages inoubliables sur la moiteur, la forêt, les aléas d’un tournage en Afrique. Ce roman, qui commence par un « Générique », se clôt sur « The end » et propose même un « Bonus », devient donc aussi l’histoire d’un film. Et l’histoire de l’impossible communion. Malgré l’amour. FRED ROBERT Marie Darrieussecq sera présente aux Correspondances de Manosque du 25 au 29 septembre Ce que je sais de Maria Cristina Après Vera Candida, voici Maria Cristina et une nouvelle « trajectoire fortuite » imaginée par Véronique Ovaldé. À nouveau l’histoire d’une vie de femme, écrivaine à succès cette fois, la trentaine, résidant à Santa Monica, ce que le joli titre La grâce des brigands ne laissait guère deviner (le sens n’en sera dévoilé que dans les toutes dernières lignes du roman) mais on connaît la malice d’Ovaldé et son art de piéger le lecteur. Cette existence est relatée par une voix dont on ne saura rien, si ce n’est qu’elle a rencontré la jeune femme sur le tard et qu’elle se permet un certain nombre de remarques décalées, de digressions et de distorsions de la chronologie. Le récit progresse ainsi chez Ovaldé, à coups de retours en arrière, d’arrêts sur images, d’instantanés, de bribes dont on saisit en fin de compte (de conte ?) l’intrication. Maria Cristina donc, ou l’histoire d’une fuite et d’une libération. « Il y a toujours ce moment parfait où vous détachez les cordes qui étaient nouées à vos poignets, les cordes y laissent longtemps leurs marques et leurs brûlures et elles y laisseront longtemps leur marque et leur brûlure mais quel plaisir de pouvoir regarder vos poignets, de le faire plusieurs fois par jour et de n’y voir que la trace du cordage et pas le cordage lui-même », pense l’héroïne (commente la voix ?). Et puis il y a aussi ces personnages masculins improbables : le vieil écrivain Claramunt, son chauffeur surnommé Judy Garland (mais dont le nom véritable est Oz Mithzaverzbki !), le jeune Peeleete… Un univers à la fois contemporain et intemporel. Envoûtant. F.R II N ut beaucoup aimer les hommes MARIE DARRIEUSSECQ Il faut beaucoup aimer les hommes Marie Darrieussecq POL, 18 euros La grâce des brigands Véronique Ovaldé L’Olivier, 19,50 euros Véronique Ovaldé sera à Manosque durant Les Correspondances. 1u11fOLU+o4fP1Gl ri1) 00r154 ! LW(f w. [[f 11 G.1.]{flf.. 11"11A WWW RENCONTRFÇ+FYERR(1ES NET — Penser la Méditerranée au XXIe siécle'UM-ChM : 1:1tiüTY11,15Mi[C V.'.41r, W 1111L1 [1f.lqa PW3Ir14 111LjilY 1.QF 28 NOVEMBRE AU 11R DÉCEMBRE 2013 MARSEFLEE I AUDITORIUM â PALAIS DIS ARTS DU PARC CHANOI 181 1f 5 CONFERENCES 15 TABLES RONDES L ECTURES [CONCERTS 1 PROJECTIONS..111lll 4M4r.11+Ip111+ moss u1LT11Ti1R41L1 OM IN 111 r111 en c ontr,es eft ro es
Celle qui n’aimait pas Emma… À 12 ans et même à 15, Agnès Desarthe n’avait pas lu Proust (qui l’eût cru ?), de Flaubert ne prisait qu’Un Cœur Simple qui l’avait émue à son insu, bien malgré elle d’ailleurs et elle ne pouvait imaginer que Madame Bovary enrichirait la troupe des « Mmes B. » qui ont fait son bonheur ! C’est dire à quel point le « je n’aime pas lire » qui constitue le paradoxe fertile de ce récit à la première personne peut à première vue agacer et faire soupçonner un brin d’imposture chez l’auteure, entrée à Normale Sup quasiment vierge, affirme-t-elle, de littérature française… Mais non, mais non rassurons-nous point trop de coquetterie ici : construit comme un thriller palpitant (qui aura réussi à pénétrer par effraction l’imaginaire de cette jeune fille rétive et pourquoi ?) agrémenté d’un humour franc du collier, ce manuel de savoir lire se détourne de la leçon à donner pour caracoler gentiment sur les chemins tortueux de l’analyse de symptôme. Peu à peu, le refus d’être nourrie par les lettres françaises de cette fine « anolexique » prend le sens que l’écriture lui donne au fil des dévoilements biographiques où l’on apprend que l’exil sournois se tapit sous la langue et qu’être l’une des quatre filles de l’école de garçons constitue un traumatisme durable. N’oublions pas que Louis XI enfermait ses ennemis dans des « fillettes » … mot peut-être intraduisible en anglais (?). La liberté sera donc offerte au-delà de la lecture et de l’écriture de fiction par l’exercice de la traduction que pratique activement Agnès Desarthe. Joli miroir tendu aux lecteurs qui s’adonnent sans réflexion à ce vice toujours impuni. Comment j’ai appris à lire rappelle que le désir peut se développer dangereusement « en cachette de soi-même » ! MARIE JO DHÔ Ignk. I leurrl+ ; Comment f91 vpY15 Comment j’ai appris à lire Agnès Desarthe Stock, 17 euros -VILLE DE LA VALETTE-DU-VAR MARELIOS SAISON 201.141 OUVERTURE DE SAISON SAMEDI 5 OCTOBRE 2013 A 19H AVEC LE CONCERT DU GROUPE BRATSCH A LA TOMATE ESPACE CIJLTIJRELALEERT-CAMUS LA COUPIANE 04 94 23 62 06 et www-lavalette83.tr Des lieux, des histoires Plutôt que comme un écrivain voyageur (il n’aime pas la littérature de voyage pure), Jean Rolin aime à se définir comme un « écrivain qui voyage ». Et, de lieu en lieu, de récit en récit, il fait voyager ses lecteurs au cœur de fictions improbables, à la poursuite de personnages aux contours flous, mystérieux. C’est le cas de Wax, le « héros » quasi absent de son dernier opus Ormuz, dont le nom - « cire » en anglais- évoque bien le caractère incernable, modelable à l’infini. Fragile aussi. Car cet homme plus tout jeune a décidé de franchir le détroit d’Ormuz à la nage. Et il a chargé le narrateur d’effectuer les repérages nécessaires à la réalisation de cet exploit (de cette folie ?), puis de le relater. En résulte un roman palpitant (en dépit de la minceur apparente du propos), où le fantomatique Wax cède vite la place au personnage principal de l’histoire, le détroit. Ormuz. Un théâtre géostratégique extraordinaire, par lequel transite près du tiers des hydrocarbures qui alimentent le monde et que Rolin connaît bien pour l’avoir passé plusieurs fois lors de reportages. Un lieu de passage et de tensions surtout depuis la guerre Iran/Irak. Un espace étrange, propice à l’élaboration de tous les mythes. Que nulle carte n’accompagne mais que la magie de la langue suscite. Riche en incises, en parenthèses, en comparaisons inattendues (souvent cocasses), la phrase de Rolin se développe comme à l’aventure. Et propose un voyage subtil dans les noms, de lieux, d’oiseaux, d’espèces en voie de disparition. Un état du lieu avant… ? FRED ROBERT Jean Rolin sera présent aux Littorales en octobre. Pour parler, entre autres, de son expérience de marcheur sur le GR 2013. JEAN ROLIN Ormuz Jean Rolin POL, 16 euros il f A{. P4..i,cCa -YpGp- fYrmPrz4 M + : entrée libre bijou IwV vA.c.,E- mobilier Iurninaire décoration fojet insolite céramique ! vêterrent 11. peint e Gd marse1 l l e pergolas du COURS JULIEN



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 1Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 2-3Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 4-5Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 6-7Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 8-9Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 10-11Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 12-13Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 14-15Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 16-17Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 18-19Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 20-21Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 22-23Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 24-25Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 26-27Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 28-29Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 30-31Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 32-33Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 34-35Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 36-37Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 38-39Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 40-41Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 42-43Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 44-45Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 46-47Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 48-49Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 50-51Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 52-53Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 54-55Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 56-57Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 58-59Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 60-61Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 62-63Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 64-65Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 66-67Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 68-69Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 70-71Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 72-73Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 74-75Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 76-77Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 78-79Zibeline numéro 66 septembre 2013 Page 80