Zibeline n°65 jui/aoû 2013
Zibeline n°65 jui/aoû 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°65 de jui/aoû 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 17,6 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... économie et culture.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
Points o de vue du Panorama 36 A U PRO GR A M M E E X P O S IT I O N S Parfois les expositions ne sont pas là où elles devraient être. Prenons l’exemple de L’Atelier Van Lieshout, l’équivalent du blockbuster Le Grand Atelier du Midi pour l’art contemporain, qu’on attendait voir déployer son manifeste utopiste dans les travées du [Mac]… et bien non, c’est à la Tour Panorama que ce laboratoire de pensées fait le buzz et attire la presse nationale et internationale ! Rebelote avec l’exposition des lauréats de la Fondation d’entreprise Ricard, Les Archipels réinventés (2), qui peine à trouver son rythme dans les galeries voutées du Centre de la Vieille Charité, inadaptées à la présentation d’installations qui nécessitent une vision distanciée et à la projection de vidéos qui requièrent une vraie insonorisation. D’autant qu’il sera difficile de déplacer les foules sur le seul nom des 15 artistes lauréats 1, pour certains émergents pour d’autres confirmés, même si le Centre national d’art et de culture Georges- Pompidou y est associé puisque leurs œuvres figurent dans ses collections… La présentation des œuvres primées par la Fondation d’entreprise Ricard entre 1999 et 2012 relevait plus du Cartel, justement, que des missions d’un musée. À moins que le [Mac], tout entier occupé par Le Pont (Zib’64), n’ait pu l’accueillir, alors qu’il présentait en 2009 les lauréats du Prix HSBC pour la photographie… Sauf qu’à force d’acheter des expositions « clef en main », on finit par y perdre son âme. Même surprise avec le Centre national des arts plastiques qui déploie une partie de sa collection photographique à la Tour Panorama à Exposition Empreintes et passages a l'acte - Extrait de La Gabbia (La Cage), installation video de Romina de Novellis presentee dans l’exposition Empreintes et passages a l acte MGG-Zibeline Exposition Empreintes et passages a l'acte - Extrait de La Gabbia (La Cage), installation video de Romina de NoveIlis presentee dans l'exposition Empreintes et passages a I acte MGG-Zibeline L'Atelier Van Lieshout - Au premier plan, Table with Mexican Crokery dessinee pour la salle du conseil de Slave City, Atelier Van Lieshout MGG-Zibeline l’invitation de La Friche et de MP13 : quand son directeur Richard Lagrange déclare « être heureux d’aller à la rencontre d’un public plus diversifié avec un médium plus accessible », on comprend que sa présence ici est inhabituelle et que ses partenaires traditionnels sont les musées et autres sites patrimoniaux. De là à rêver du musée Cantini ! Certes on ne boudera pas notre plaisir, car pour déplacer une partie du fonds photographique (676 œuvres sur 11 000) et imaginer d’autres regards sur les œuvres, le CNAP a fait appel à l’artiste Patrick Tosani et au scénographe Pierre Giner. Le résultat est une invitation à réfléchir sur notre manière physique d’appréhender la photographie, dans une vraie proximité grâce à des plans inclinés, avec un déroulé sans début ni fin et un ordre alphabétique « qui exclut les arrangements entre artistes ». Sur deux plateaux, Des images comme des oiseaux raconte en pointillés la force des courants de la photographie des XX e et XXI e siècles à travers une sélection qui donne la priorité aux images plus qu’aux artistes, aux notions d’échelles et de rapports au corps. Ce qui fait tout son suc. AVL en figure de proue L’Atelier Van Lieshout est la colonne vertébrale d’une programmation orchestrée par Le Cartel (réseau des six structures 2 arts visuels de La Friche à l’origine de sa première venue à Marseille) sous le titre générique New Orders. Son regard prospectif sur les comportements humains et les sociétés modernes sert de point d’appui à la revue web Additionnaldocument.org de documentsd’artistes.org qui tire les fils de la réflexion en intégrant diverses contributions d’auteurs, philosophes, sociologues, artistes, chercheurs sur la notion de « qualité dystopique du monde ». Son œuvre, qui fait exploser les frontières de l’art, irrigue aussi Empreintes et passages à l’acte conçue par Mehdi Brit : réunissant les éléments constitutifs à la performance, cet art de la représentation, du geste, de l’accessoire et du corps mis en jeu, les propositions des 14 artistes interagissent selon un processus lié à la mixité et à l’autocritique. Le point d’orgue est son exposition monographique The Butcher dont le volet le plus intéressant est Slave City, projet écrit de 2005 à 2008 basé sur la critique d’un univers rationaliste où le profit est le pivot central. Un monde qui tourne en boucle sur lui-même. Et le plus surprenant celui consacré à Blast Furnace (Haut fourneau) réalisé à l’échelle du dernier étage du Panorama, œuvre monumentale dans ses proportions qui bouleverse les notions de sculpture et tente -vainement- de réunir l’humain et la machine… Mais AVL n’a pas dit son dernier mot puisque Le Dernier cri l’invite à son projet de sérigraphies Seven Prints ! et Art-O-Rama dévoilera l’œuvre de commande Excrementorium, espace de discussion composé de toilettes assemblées autour d’un cercle. Enfin, en miroir aux thématiques qui lui sont chères (la nourriture, l’autonomie, les rituels, les cultures), l’exposition No Fear, No Shame, No Confusion réunira les travaux de Liz Magor, Jean Marie Appriou, Andrea Büttner et Laure Prouvost. Rendez-vous est pris en octobre. MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
1 1 Lauréats de 1999 à 2012 : Didier Marcel, Natacha Lesueur, Tatiana trouvé, Boris Achour, Matthieu Laurette, Mircea Cantor, Loris Gréaud, Vincent Lamouroux, Christophe Berdaguer & Marie Péjus, Raphaël Zarka, Ida Tursic & Wilfried Mille, Isabelle Cornaro, Benoît Maire, Adrien Missika, Katinka Bock 2 Astérides, le Dernier cri, Documents d’artistes, Art-O-Rama, Sextant et plus, Triangle France À voir The Butcher Atelier Van Lieshout jusqu’au 31 décembre Empreintes et passages à l’acte Exposition et performances jusqu’au 15 septembre Excrementorium Atelier Van Lieshout Cycle de discussions du 30 août au 1er septembre Exposition du 30 août au 7 septembre Seven Prints ! Projet de sérigraphies du Dernier cri du 30 août au 7 septembre No Fear, no Shame, no Confusion du 11 octobre au 2 février 2014 www.cartel-artcontemporain.fr et Des images comme des oiseaux Une traversée dans les collections du CNAP jusqu’au 29 septembre à la Friche la Belle de mai, Marseille 3e www.lafriche.org Les archipels réinventés (2) Prix fondation d’entreprise Ricard Centre de la Vieille Charité, Marseille 2e 04 91 14 59 18 www.culture.marseille.fr À lire Des images comme des oiseaux Édition bilingue français-anglais Coédition CNAP et Loco, 35 € Les archipels réinventés Coédition Centre Pompidou et Fondation d’entreprise Ricard, 19,90 € Douce France… L’œil rieur de Jacques Henri Lartigue est d’une fraicheur insubmersible. Par tempête ou sous le soleil, amis, famille, célébrités, enfants sont photographiés avec la même élégance sur les plages de Normandie, du Pays Basque ou de la Côte d’Azur où il s’est éteint en 1986 à 92 ans. Ce sont Les amies de ma mère en goguette à Etretat en 1910, Kees van Dongen en peignoir de bain et bonnet, Florette dont on ne distingue que les ongles carmin s’aspergeant le corps, Bibi, sa femme, qui paraît bien frêle dans le port de Marseille en 1928… En ce temps là, sur les plages, les « bourgeois » discutaient, jouaient au cerf-volant ou lisaient The Discovery of India de Nehru ! Images instantanées ou apprêtées, c’est le temps des loisirs et de l’insouciance que Lartigue surprend avec ce sens exquis de la pose, des cadrages impeccables, des dégradés de noirs au blanc sublimes. Comme s’il regardait le monde avec légèreté et bonheur : les voiles des goélettes flottent au vent comme les jupes des demoiselles ! Ses photos ressemblent à des tableaux mis en scène avec des acteurs (ses proches et sa famille), quand ce n’est pas le Photographie Jacques Henri Lartigue/Chou Valton, plage de la Garoupe. Juillet 1932 Ministère de la Culture – France/AAJHL Photographie Jacques Henri Lartigue/Chou Valton, plage de la Garoupe. Juillet1932 Ministère de la Culture - France/AAJHL — tableau qui s’y glisse comme lorsqu’André Haguet peigne sur le motif au Cap du Dramont en 1919. Mais le plus surréaliste est la série sur le tournage du film Les aventures du Roi Pausole pour lequel des dizaines de naïades alanguies jouaient les figurantes… Bien avant les sulfureuses icônes de Helmut Newton ! M.G.-G. Rivages jusqu’au 29 septembre Maison de la Photographie, Toulon 04 94 93 07 59 www.toulon.fr À voir aux Rencontres d’Arles (voir p38), Bibi, dans la Chapelle des Trinitaires (jusqu’au 25 août). E la nave va… Antoine Boudin est un homme de la mer même s’il est né en Avignon ! La canne de Provence est passée entre ses mains de designer et il n’a d’yeux que pour elle : l’herbe est légère, flexible, imputrescible, naturellement vernie et étanche. Idéale pour construire un Gaubeja en Mar avec une « fine équipe de bons amis », et laisser à Jean-Baptiste Warluzel le soin de filmer l’assemblage dans, dessus et sous l’eau. Un vrai miracle ! Diplômé de la prestigieuse École cantonale d’art de Lausanne en 2008 et lauréat de Vue de l'exposition arundo e estrambord de Antoine Boudin au Moulin, La Valette, 2013 Guillaume Guillet-Le Moulin la bourse Agora en 2011, Antoine Boudin, en résidence à la Villa Noailles à Hyères, a investi l’Espace d’art Le Moulin transformé en « capitainerie » le temps de l’exposition arundo e estrambord. Aux couleurs sang et or de la Provence. Il a reconstitué et posé à terre Gaubeja en Mar dont on peut suivre la performance en vidéo, installé à ses côtés une embarcation réalisée pour l’occasion, Quieu Bagna II. Merveille de simplicité, métaphore du ventre de la baleine… Il dévoile les coulisses de son atelier d’habile artisan où sont soigneusement rangés outils, croquis (fac-similés de ses carnets de notes) et objethèque. Alignés au cordeau la Famille de bilboquets Pitchoun h en canne de Provence, cuir et soie, bientôt éditée par l’atelier petith-hermès, partenaire de la bourse Agora, des lampes de lecture, des chaises en lamelles d’agave ou de canne, une planche de surf… La traversée se termine par une installation en hommage à Joseph Beuys, version kit de survie en mer de sa pièce culte The Pack. M.G.-G. jusqu’au 29 septembre Espace d’art Le Moulin, La Valette-du-Var jusqu’au 31 octobre Jardin remarquable de Baudouvin, La Valette-du- Var 04 94 23 36 49 www.lavalette83.fr 37 A U PRO GR A M M E E X P O S IT I O N S



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :