Zibeline n°64 juin 2013
Zibeline n°64 juin 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°64 de juin 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 8,3 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... cerveau indisponible.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 90 - 91  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
90 91
Construire sa vie 90 R E N C O N TR E S La fête pour la remise du 9e Prix littéraire des lycéens et des apprentis de la Région Paca s’est déroulée dans une atmosphère festive, électrisée par le groupe Kabbalah. Cette année les élèves de 26 établissements scolaires, dont un CFA, ont participé à l’aventure grâce à l’investissement de leurs enseignants et des animateurs de 29 librairies et 23 bibliothèques. Tout au long de l’année ils ont rencontré et questionné des écrivains et des auteurs de bandes dessinées, découvrant ainsi des aspects insoupçonnés de la création contemporaine. Les auteurs apprécient ces contacts directs dans les établissements, les questions inattendues qui les obligent parfois à un nouveau regard sur leur création. Et les enseignants s’y retrouvent quand ils voient l’année suivante des élèves aller plus spontanément au CDI et prendre plus facilement la parole. La fête a donc battu son plein autour des réalisations artistiques préparées par les élèves sur les contenus des livres de la sélection, avec l’attention de leurs enseignants et des artistes associés. Le développement de la créativité est en effet un des buts essentiels de cette action, avec la lecture ! Enfin la remise des Prix est faite par Cécile Helle et Gaëlle Lenfant, respectivement Vicesprésidentes de la Culture et de la Jeunesse au Conseil régional. Les lycéens ont effectué un choix surprenant, qui ne relève ni de légèreté ni de sentimentalisme : les récits de Laurent Mauvignier et Gilles Rochier sont des coups de poing qui bouleversent et dérangent (voir Zib’57 & 60). La misère, la violence et la mort y sont présentes avec l’injustice et la révolte ; néammoins ils ont été choisis. Preuve que les lycéens portent un regard aigu sur notre société malade et qu’ils ont au coeur non seulement une exigence de justice, mais une ambition de vie meilleure. Chapeau ! CHRIS BOURGUE Chris Bourgue Chris Bourgue Chris Bourgue La remise des prix s’est tenue au Dock des Suds le 23 mai Prix du roman : Ce que j’appelle oubli Laurent Mauvignier Éd. de Minuit, 7 € Prix de la BD : TMLP-Ta mère la pute Gilles Rochier 6 pieds sous terre, 16 € Comment naissent les révolutions Pierre Serna et Michel Vovelle n’ont après tout « qu’un an de retard sur l’horaire prévu », puisque leur intervention prévue en avril 2012 au Lycée Saint-Exupéry avait été reportée... en raison d’un fait divers sanglant dans le quartier, bouclé par la Préfecture. Les deux brillants universitaires se succèdent au micro, dans ce qui ressemble fort à une joute amicale commencée lorsqu’ils étaient encore maître et disciple. Un jeu que les historiens affectionnent, celui des étiquettes : des différents épisodes insurrectionnels que le monde a connus depuis le XVII e siècle, lesquels sont une révolte, une émeute, une simple guerre d’indépendance ? On pardonnera aisément à Michel Vovelle sa petite pointe d’orgueil lorsqu’il place notre Révolution nationale dans la catégorie hors concours, d’autant qu’il accorde avec humour aux mouvements arabes contemporains un accessit : « Nous pouvons donner à ces révolutions actuelles, dans l’état où elles sont, parfois désespérant, du temps. Somme toute, 2 ans après le début de la nôtre, en 1791, après la tentative d’évasion manquée du roi, on le rétablit dans ses prérogatives. » Du temps, c’est aussi ce que réclame un membre du public lorsqu’il prend la parole : « Je suis professeur d’histoire dans le secondaire, et je Pierre Serna et Michel Vovelle Gaelle Cloarec crois que le gouvernement a peur des révolutions. La Révolution Française est reléguée à la fin du programme, on ne parle plus de la Commune, la révolution russe n’est traitée qu’à partir de Staline, et on veut nous faire enseigner la « morale laïque » à la place, pourquoi ? Pour rendre nos élèves gentils ? » Que voilà une bonne question à poser, avec à l’arrière plan les vertigineux enjeux d’une nécessaire culture historique en matière d’éveil de l’esprit critique ! Pierre Serna le confirme : « Un processus révolutionnaire ne naît que si les gens descendent dans la rue, prêts à en découdre. Et pour cela il faut qu’ils aient l’impression que le réel peut changer. » GAËLLE CLOAREC La conférence-débat de Pierre Serna et Michel Vovelle a eu lieu le 6 juin au Mémorial de la Marseillaise, Marseille À lire Pour quoi faire la révolution Agone, 15 €
Science, politique et société : le paradoxe démocratique. Quels rapports science et société entretiennent-elles ? La science est-elle un bien commun ? C’était en substance le débat auquel invitait l’association Les petits débrouillards au Point de bascule mardi 14 mai. Au siècle des Lumières, la science promettait d’être source de vérité et d’objectivité absolues, en refusant la domination des préjugés populaires et le joug de l’ignorance : elle incarnait des valeurs libératrices. Aujourd’hui encore s’en maintient une représentation fantasmatique : elle est censée produire du vrai incontestable, au cœur de tout progrès et de tout savoir… c’est du moins l’idée qui se dégage du débat, largement entretenue par les scientifiques eux-mêmes quand ils évoquent leurs méthodes et leurs pratiques. On peut dès lors s’interroger sur l’existence d’une alliance naturelle entre l’objectivité de la connaissance scientifique et la démocratie… et on se trouve confronté à un apparent paradoxe : vouloir convaincre par la preuve laisse assez peu la place au débat démocratique, puisqu’ainsi on attend des sciences qu’elles guident la démocratie en garantissant la victoire de la vérité, de l’égalité et de la justice. Mais le paradoxe n’est finalement qu’apparent car à y regarder de plus près, à l’ère des technosciences où les problèmes scientifiques sont plus que jamais contextualisés, si les sciences produisent des résultats utiles, les avis des experts sont multiples. La science n’est donc pas cette source sacrée et infaillible de vérité théorique ! Il suffit pour s’en convaincre de se rappeler les crises sanitaires, alimentaires et environnementales répétées, qui ont remis en cause, en matière de politique scientifique et technique, le schéma de décisions fondées sur une science neutre et objective. S’il est clair que nul ne remet en cause la capacité de la science à produire -par ses méthodes- des résultats valides, il n’en va pas de même quant à la pertinence de ces mêmes résultats, au choix de ses orientations et aux formes de son organisation. Un nouveau modèle de gouvernance délibératif semble vouloir émerger, laissant leur juste place aux dimensions socio-politiques, socio-économiques et environnementales. Mais là encore -dans les discussions et dans les faits- prévaut l’idée qu’il faut être compétent scientifiquement pour se prononcer sur les Souk des sciencesC.M orientations « sociales » de la science. La surreprésentation des scientifiques, médecins et experts au sein du Comité Consultatif National d’Éthique, chargé « d’éclairer les progrès de la science, soulever des enjeux de société nouveaux et poser un regard éthique sur ces évolutions… », est de ce point de vue éclairante. Pourtant, comme le défend Jean-Marc Lévy-Leblond 1 : « L’exigence… qui voudrait que chacun soit, sinon expert, du moins compétent en sciences, techniques et médecine avant qu’il puisse légitimement donner son avis en ces matières, est en définitive absolument contraire au postulat fondamental de l’esprit démocratique. C’est que la démocratie est un pari risqué : le pari que la conscience prévaut sur la compétence (énoncé de Blandine Barret-Kriegel). » Loin d’écarter la nécessité d’un développement du niveau de culture scientifique de nos concitoyens, l’épistémologue souligne que « devant nous prononcer en relative méconnaissance de cause, la démocratie, c’est le pari que la « moins pire » des solutions est de le faire collectivement et d’assumer ensemble les risques de ces décisions ». Mais, avant d’avoir envie d’en débattre, sans doute est-il nécessaire d’abord de s’intéresser aux questions scientifiques. Hassane Bitar (AMU) a proposé il y a déjà 10 ans d’aller à la rencontre du plus large public pour parler de science autour d’étals de marché. Le Souk des sciences, labellisé MP2013, s’est ainsi installé quartier Belsunce le 22 mai pour le plus grand plaisir des passants venus nombreux parler mathématiques, cristallisation, parfums, climat et plantes, matériaux et… zététique ou « art du doute » : de quoi inspirer les veilleurs de demain ! CHRITINE MONTIXI 1 Jean-Marc Levy-Leblond est invité à l’École Nationale des Mines de Gardanne, site Georges Charpak, pour le congrès de l’AMCSTI sur le thème des médiations [Arts et Sciences] du 1 au 3 juillet (voir ci-contre) J AGENDA Arts et Sciences L’Association des Musées et Centres pour le développement de la Culture Scientifique, Technique et Industrielle (AMCSTI) tiendra son 31 e Congrès à Gardanne, sur le thème des médiations [Arts et Sciences]. Seront présents le physicien et épistémologue Jean-Marc Levy-Leblond, la sémiologue Judith Larnaud-Joly, l’écrivain François Bon et la plasticienne Martina Kramer. Jean-François Chougnet, directeur de MP2013, interviendra également. du 1er au 3 juillet École Nationale des Mines, site Georges Charpak, Gardanne 06 82 72 12 99 www.amcsti.fr/Délices botaniques à Digne Pour sa 4 e édition, le festival de la biodiversité Inventerre a choisi un thème aussi léger que plaisant, inspiré par un ouvrage du botaniste Jean-Michel Groult : des plantes à délices et des plantes à malices. Conférences, films, balades, expositions, ateliers, plus un salon du livre et un forum sont programmés lors de ce festival de culture scientifique entièrement gratuit et accessible à tous. du 11 au 14 juillet Digne-les-Bains, divers lieux www.festival-inventerre.com L’épopée des couleurs Pour découvrir Les couleurs de l’Univers depuis le Big Bang il y a 13,7 milliards d’années, une exposition gratuite et tout public proposée par le CG13 en coproduction avec l’Institut Pythéas et MP2013, permettant d’aborder les sciences de l’univers à travers de multiples animations (cabinet de curiosités, films, outils numériques). Chercheur référent : Michel Marcelin, Directeur de recherche au CNRS. jusqu’au 29 septembre Maison de la Sainte-Victoire, Saint Antonin sur Bayon 04 13 31 29 47 91 S C IE N CE S



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 1Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 2-3Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 4-5Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 6-7Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 8-9Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 10-11Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 12-13Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 14-15Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 16-17Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 18-19Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 20-21Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 22-23Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 24-25Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 26-27Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 28-29Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 30-31Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 32-33Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 34-35Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 36-37Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 38-39Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 40-41Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 42-43Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 44-45Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 46-47Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 48-49Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 50-51Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 52-53Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 54-55Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 56-57Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 58-59Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 60-61Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 62-63Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 64-65Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 66-67Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 68-69Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 70-71Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 72-73Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 74-75Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 76-77Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 78-79Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 80-81Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 82-83Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 84-85Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 86-87Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 88-89Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 90-91Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 92-93Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 94-95Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 96