Zibeline n°64 juin 2013
Zibeline n°64 juin 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°64 de juin 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 8,3 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... cerveau indisponible.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 82 - 83  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
82 83
82 L IT T É R A T U R E D’une Wilderness à l’autre « Je voulais écrire la plus belle histoire qui soit sur un chien. » Le chien est bien là, mais pas tout seul, dans ce premier roman époustouflant de Lance Weller. Car en parallèle de ce travail d’écriture, l’auteur avait « entamé une passion pour la guerre de Sécession », qui le mena bien vite à envisager l’ampleur d’une histoire. Il y mettra en scène un vieil homme, Abel Truman, vétéran de cette guerre, dont le centre de gravité, lieu des réminiscences de « toutes les émotions de son âme » est la bataille de la Wilderness, lieu d’un des plus sanglants et décisifs combats de cette guerre qui fit des États-Unis une nation. Autour de lui des hommes, des femmes, qui jalonnent le récit, maillage indispensable à la compréhension d’une quête vitale qui lie les deux histoires, la sienne et celle de son pays. Lance Weller Do.M Qui est donc Abel Truman ? Un vieil homme au corps cabossé qui vit seul dans une cabane faite de bois flottés avec son chien, au bord de l’océan pacifique, et que les souvenirs déchirent. Qui vont le pousser à prendre la route, tout laisser derrière lui, pour un ultime voyage. Rapidement le cours des choses va déraper lorsque deux hommes volent son chien, le destinant à des combats. Abel, ne craignant plus personne, ni la mort, se lance à leur poursuite… Lance Weller prend tout son temps pour déployer le récit, le décompose en séquences qui font alterner le temps présent (1899), et les scènes de guerre (1864), d’une beauté à couper le souffle, Lance Weller ayant mêlé aux scènes de combat ultra-réalistes des images de toute beauté d’une nature tout aussi souffrante. Il scrute l’esprit d’Abel pour en comprendre les blessures, entre errance et compassion, espoir et rédemption. Et c’est au cœur de la nature que le récit prend toute sa dimension, dans sa longue et solitaire pérégrination ou lors des combats. Une nature intimement liée à son histoire, qui lui permettra de faire son deuil de la Wilderness (littéralement « Les espaces sauvages »), et de la sauvagerie des hommes. Gageons que le deuxième roman de lance Weller, dont l’écriture est en cours et pour lequel il a d’ores et déjà dévoilé un petit aperçu (deux jeunes hommes en route pour l’Ouest américain durant la guerre américanomexicaine) confirmera ce talent. DOMINIQUE MARÇON Lance Weller Do.M Lance Weller était invité par la librairie Goulard, à Aix, le 21 mai WILDERNESS Wilderness Gallmeister, coll. Nature Writing, 23,60 € Jeux d’eaux Le rendez-vous des Eauditives s’installe vraiment dans les coutumes des festivités de juin, pour leur cinquième édition, le succès est au rendez-vous, « il y a même des gens que l’on ne connaît pas ! » se réjouissent Claudie Lenzi et Éric Blanco, la présidente et le directeur artistique des éditions Plainepage, à l’origine du projet. Deux fois deux journées sont consacrées dans deux villes du Var, Brignoles et Barjols. Leur point commun : l’eau des fontaines autour desquelles s’orchestre le thème. Poètes, plasticiens, rêveurs, sculpteurs de temps, de mots, d’espaces, accordent leur force créatrice pour des instants où l’art se partage avec une qualité d’écoute et de convivialité rare. Coralie Barthélémy se transforme en Douche au rond-point créée par Christian Nironi à la fontaine du Caramy ; Patrick Sirot s’emporte dans ses lipogrammes et les jeux où le poème éponge les sens qui se catapultent avec jubilation ; Antoine Simon s’adonne aux miracles des ondes ; Alain Freixe nous entraîne dans une poésie plus lyrique teintée d’un « bleu d’encre fine » alors que les « odeurs cuirassent l’air ». Dans l’ombre de la cour du musée, Micheline Simon présente avec pertinence les poètes : Maxime Hortense Pascal qui offre en lecture des extraits de Nostos, inspiré par les Ulysse de la littérature, où l’on « coud les mots avec les vents », et Pierre Guéry, qui livre avec Deuil d’œil, une interprétation où les mots deviennent scansion rythmique. Au Pôle Culturel des Comtes de Provence l’exposition Délits de l’eau rassemble deux artistes : Christian Nironi aime, dit-il, la force suggestive des objets, qui tous sont porteurs de mémoire, il se plaît à les réintroduire avec d’autres, leur donnant ainsi une seconde vie. Il propose du rêve, rarement des titres, le spectateur doit faire une partie du chemin… Claudie Lenzi joue sur les décalages, les glissements de sens, les homophones, les incertitudes le la matière, ses œuvres se délitent, travail de l’eau sur le savon, reste la trace, souvenir de la matière… Poésie transcrite dans les choses, dans leur renouvellement, comme cette eau qui nourrit les paroles miellées des poètes. MARYVONNE COLOMBANI Les Eauditives ont eu lieu les 7 et 8 juin à Brignoles et les 14 et 15 juin à Barjols À lire Nostos Maxime H. Pascal, 10 € Deuil d’œil Pierre Guéry, 3 € L’os à la bouche Sophie Braganti, 7 € Éditions Plainepage M.C
Un fonds MuCEM à la sauce libraire Tous ceux qui s’intéressent aux livres et à la Méditerranée connaissent Molly Fournel. Pendant plus de vingt ans, après de nombreux voyages et des métiers divers, cette historienne de formation a pris la direction de la librairie Regards, à la Vieille Charité. Très active au sein des associations de libraires, elle a organisé dans sa librairie des rencontres mémorables, soutenu les événements importants liés au livre et au pourtour méditerranéen. Cette époque est révolue. Regards a fermé. On est loin aujourd’hui des années 1990 : à la Vieille Charité, les expositions de haut vol sont rares, les horaires d’ouverture des musées aléatoires. Rien qui permette à une librairie de survivre. Mais Molly Fournel ne pouvait pas partir à la retraite sans transmettre son savoir faire : sollicitée par le directeur de Maupetit, Damien Bouticourt, pour constituer le fonds de la toute nouvelle librairie Actes Sud du MuCEM, elle a dit oui. Zibeline : Pourquoi Damien Bouticourt a-t-il fait appel à vous ? Molly Fournel : Sans doute à cause de mon expérience de Regards. La librairie était spécialisée dans l’histoire et les cultures du pourtour méditerranéen. J’étais tout indiquée pour m’occuper du fonds du MuCEM. Par ailleurs, durant ma vie personnelle comme professionnelle, j’ai beaucoup circulé en Méditerranée et j’y ai tout un réseau. Je connais beaucoup d’artistes, d’auteurs, d’éditeurs des pays méditerranéens. Ma connaissance de ce territoire n’est donc pas seulement livresque. Comment avez-vous procédé pour constituer ce fonds très spécialisé ? Comme quand je cuisine ! J’ai d’abord rassemblé les ingrédients avant de chercher à les marier. C’est aussi comme cela que j’ai appris à travailler pendant mes études d’histoire : l’analyse d’abord, la synthèse ensuite. Dans un premier temps, j’ai voulu avoir une idée de ce qui allait se passer dans cet espace, en termes d’expositions et d’animations, et j’ai collecté tous ces éléments. Dans un musée de civilisation, on ne peut pas ignorer l’histoire et la création anciennes ; il faut partir des origines pour aller jusqu’à la société contemporaine. Ensuite, j’ai repris ces éléments par blocs de pays afin d’en repérer les constantes. C’est à partir de cela que j’ai constitué les bibliographies. J’ai souhaité éviter le cloisonnement, je voulais que la librairie propose une vision d’ensemble, en accord avec ce qui allait être montré dans le musée, de façon permanente ou temporaire. Satisfaite du résultat ? Le lieu est beau et grand, plus de 200m 2, et on y propose environ 12 000 titres, ce qui est bien. Damien Bouticourt en a confié la gestion à Carole Mir, qui ajustera au fur et à mesure. Ce qui me paraît essentiel, c’est que cette nouvelle librairie soit accessible à tous les publics du musée. Chacun doit pouvoir y trouver un livre qui lui convienne, en termes de contenu comme de prix. Une librairie de musée se doit de ne pas exclure les visiteurs. D’où la diversité des ouvrages proposés. PROPOS RECUEILLIS PAR FRED ROBERT Agnès Mellon FONDATION VINCENT VAN GOGH ARLES ELIZAETH PEYTON.L" crr Jr. lr.rr. J : mart dAdrs 46Jr1n-14 j,llet fC,UILLAUME EAU ÈRE CaIO M PORommarycr ai amthes d- w*roidwr VAN GOGH LIVE - i LJ. 0b/J f 14.07 Ttrrmoac Pi.. ! urJullId1-180G purTarrauF.er. : 2814ih -31ddi1 f GRRRF2 Numbinu'.I5n7iL.25 NC d.L,celwrFantdn 14 Jolr9ldlkk Ljoun 6. } PAUL MçCARTHY araYc+hn lay dd. orwrrar. ! Km 211.dr 1. Lhrii 4 hrild1818.udld, -2249 f é t {PRÉLUDE Â L'OUVERTURE EN 2014 » Q di.r.nZ F=M I-1=n..11u- d...rra do Y./Fibh.ur. uL 13.1 La.d di }1r.r.r1. tiXr4MH+ MI Salagun, flllJ:së$ et jardins www.niilsee-de-salegan.tam MANE - ALPES DE HAUTE-PROVENCE CONSEIL -UM MONUMENT, UN HUSEÉ, DES JARDINS NÉRAL Renseignemar.t=- : 04 92 75 70 50, un.,wr:r+,rauee+ci vrnx.faiLehook.ton}fr.u:.eesalagnn



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 1Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 2-3Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 4-5Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 6-7Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 8-9Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 10-11Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 12-13Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 14-15Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 16-17Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 18-19Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 20-21Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 22-23Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 24-25Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 26-27Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 28-29Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 30-31Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 32-33Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 34-35Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 36-37Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 38-39Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 40-41Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 42-43Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 44-45Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 46-47Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 48-49Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 50-51Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 52-53Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 54-55Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 56-57Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 58-59Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 60-61Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 62-63Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 64-65Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 66-67Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 68-69Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 70-71Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 72-73Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 74-75Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 76-77Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 78-79Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 80-81Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 82-83Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 84-85Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 86-87Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 88-89Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 90-91Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 92-93Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 94-95Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 96