Zibeline n°64 juin 2013
Zibeline n°64 juin 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°64 de juin 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 8,3 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... cerveau indisponible.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
XVI F E S TI V A LS M US I Q U E L’été du grand-Aix Don Giovanni Pascal Victor - Artcomart On n’oublie pas que le Festival d’Aix affiche une « ouverture » lyrique intéressante en juin : après des manifestations autour du cinquantenaire Francis Poulenc, on découvre une série de concerts consacrés à Mozart et Britten (centenaire oblige !) par les « Jeunes voix lyriques » de l’Académie Européenne de Musique. Le chœur multiculturel Ibn Zaydoun et les voix corses d’A Filetta s’invitent également au prélude, quand l’événement le plus attendu reste l’« Opéra pour chœur d’enfants » Brundibár d’Hans Krása (1899- 1944). Une fable d’autant plus chargée d’émotion qu’elle fut créée en 1943 au camp de concentration de Terezin ! Elle est symboliquement représentée les 21 et 22 juin sur le site-mémorial du Camp des Milles, lieu de passage, d’internement et de déportation d’artistes et intellectuels qui y « créèrent pour résister » à l’horreur nazie. On ne manque pas non plus la désormais traditionnelle Parade[s] qui, sur le Cours Mirabeau, offre gratuitement aux aixois, en 2013, des airs célèbres de Rigoletto (30 juin). Cinq opéras En dehors du controversé Don Giovanni (pour la mise en scène de Dmitri Tcherniakov/production 2010 du Festival), on découvre quatre autres opéras, vitrines de la manifestation lyrique, dont un populaire Rigoletto mis en scène par Robert Carsen pour une luxueuse coproduction avec les Opéras du Rhin, Genève, du Bolchoï et de La Monnaie. À l’Archevêché, Mozart et Verdi sont servis par le London Symphony Orchestra. Dans l’écrin du Jeu de Paume on profite d’un « Dramma per musica » écrit au XVII e siècle par Francesco Cavalli… et plus représenté depuis ! Elena, inspiré librement de l’histoire de l’antique et sensuelle Hélène est dirigé par Leonardo García Alarcón. C’est un autre mythe grec, mis en musique par Richard Strauss (qu’on a pu apprécier aussi cette saison à l’Opéra de Marseille) qui attire particulièrement l’attention. D’abord pour la puissance expressive d’Elektra, mais aussi une affiche exceptionnelle au Grand Théâtre de Provence. Cette coproduction de La Scala, du Met, des Opéras d’Helsinki, du Liceu de Barcelone et du Staatsoper de Berlin est mise en scène par Patrice Chéreau quand l’Orchestre de Paris est dirigé par Esa-Pekka Salonen. La distribution vocale est à la hauteur de l’événement avec Evelyn Herlitzius, Waltraud Meier, Adrianne Pieczonka et Mikhail Petrenko dans les quatre principaux rôles. On se dirige enfin vers le Grand Saint-Jean pour assister à la création contemporaine du festival. Né en 1977, le compositeur Vasco Mendonça compose The house taken over « texte pour musique » d’après La maison occupée de Julio Cortázar. Les concerts L’Orchestre de Paris, dirigé par Alain Altinoglu avec la mezzo Nora Gubitch et le violoniste Vadim Repin (12 juillet), par Esa- Pekka Salonen avec la basse René Pape (18 juillet), le London Symphony Orchestra dirigé par Gianandrea Noseda avec le ténor Ian Bostridge (17 juillet), offrent les grands moments symphoniques du festival au Grand Théâtre de Provence. Jean-Marc Aymes aux claviers, avec la soprano Maria Cristina Kiehr (16 juillet), ou en solo (24 juillet), occupent l’Eglise Saint-Jean de Malte pour de la musique italienne du Seicento, quand la musique de chambre résonne au Théâtre du Jeu de Paume grâce au Quatuor Jerusalem (10 & 12 juillet) ou au Camp des Milles avec le Quatuor Bela (8 juillet). L’Orchestre des Jeunes de la Méditerranée (dir. Kristjan Järvi) et le Groupe Grenade de Josette Baïz unissent leurs talents pour une chorégraphie du Roméo et Juliette de Prokofiev augmenté de textes de Frédéric Nevcherlian (26 & 17 juillet au GTP). JACQUES FRESCHEL Festival International d’art lyrique jusqu’au 27 juillet Aix-en-Provence 0820 922 923 www.festival-aix.com/fr Sauver de l’oubli Le 8 e Festival Musiques Interdites, dans le cadre de MP2013, propose trois créations, dont deux dans la Cour de l’Hôtel de Préfecture, à Marseille, capitale de l’exil durant le dernier conflit mondial. On découvre Die Kathrin versus Zone Libre dernier opéra de Korngold (non créé en 1938 du fait de l’envahissement de l’Autriche par les nazis), dans une adaptation, actualisation de la partition originale et du livret, interprétée par des solistes de l’Opéra de Vienne et l’excellent Orchestre Symphonique de la Garde Républicaine (6 juillet). L’opéra The Barrier versus Le Mulâtre de Jan Meyerowitz (musicien sauvé de l’internement au Camp des Milles par le réseau de Varian Fry) fut créé dans deux versions américaine et italienne. Il traite de la ségrégation raciale. On assiste à sa création/adaptation en France par des musiciens venus d’Afrique du Sud et la basse Nicolas Cavallier (11 juillet). Des opus augmentés d’installations plastique et vidéo ! Depuis 2004, l’équipe de Michel Pastore réhabilite des œuvres dites « dégénérées », générique sous lequel les responsables culturels nazis mirent à l’index, dès 1933, des compositeurs importants du début du siècle. Qu’ils aient disparu en déportation ou dans l’anonymat de l’exil, ces musiciens n’ont toujours pas retrouvé la place qui devrait être la leur dans la vie musicale de notre temps. De surcroît, le Festival initie une programmation de créations contemporaines en synergie avec les recréations d’œuvres interdites, comme l’opéra-ballet Equinoxe de Karol Beffa (Victoire de la Musique 2013) d’après l’Amérique (Le Disparu) de Kafka mis en scène par Laurent Festas avec l’Ensemble Contraste dirigé par Johan Farjot (9 juillet à St-Cannat les Prêcheurs). J.F. Festival Musiques Interdites les 6, 11 et 9 juillet Marseille 06 87 71 42 82 www.musiques-interdites.eu Alexandra Reinprecht, soprano, dans Die Kathrin versus Zone Libre Markus Tordic
Wagner & Verdi à l’antique Il n’y aura pas de 2 e représentation du Vaisseau Fantôme au Théâtre antique d’Orange cet été : plutôt navrant en ce bicentenaire Wagner ! On se précipite donc sur l’unique spectacle du 12 juillet mis en scène par Charles Roubaud avec l’Orchestre de Radio-France (dir. Mikko Franck) et les Chœurs des Opéras de Région. Une co-production avec l’Opéra de Marseille et une distribution wagnérienne triée au rayon héroïque par l’équipe de Raymond Duffaut ! Pour le bicentenaire Verdi, on conserve, au pied du célèbre mur vauclusien, un principe binaire de représentations. Un bal masqué est mis en scène par Jean-Claude Auvray, Ode à la méditerranée ! accompagné par l’Orchestre National de Bordeaux (dir. Alain Altinoglu) et les chanteurs de nos Opéras de Région. Les solistes, de Kristin Lewis à Ramón Vargas, sont des experts du genre (les 3 et 6 aout). Toujours du grand spectacle populaire au théâtre de pierres ! Les concerts On attend deux beaux récitals de piano avec la star chinoise Lang Lang dans Mozart et Chopin (le 11 juillet), comme un grand pianiste français François Frédéric Guy pour un programme de transcriptions virtuoses tirées d’opéras de Wagner et l’Hammerklavier de Beethoven (le 15 juillet. Cours St-Louis). Au cœur du patrimoine Aixois, de la Chapelle des Oblatsau Musée Granet en passant par le Pavillon de Vendôme, le Festival Côté Cour construit une nouvelle programmation sur le thème des « Chants de la méditerranée ». Au rythme de l’impressionnante viole de gambe et du théorbe, l’ensemble Dulcisona interprétera avec douceur les airs baroques de Nicolas Saboly et d’André Campra (9 juillet). Passionnés et amateurs pourront admirer la voix puissante de la jeune andalouse Rocio Marquez, l’une des étoiles montantes du chant flamenco (13 juillet). L’ensemble Concert de l’Hostel Dieu présentera un programme autour la Ciaccona, une danse née dans l’Italie du XVII e siècle dont la rythmique a inspirée aussi bien les musiques savantes comme les folies de Monteverdi que les musiques plus populaires avec les célèbres tarentelles (24 juillet). Enfin, pour la première fois depuis sa création, le festival proposera des chants polyphoniques corses. Enco de Botte & C° (28 juillet), un groupe mixte et atypique composé de connaisseurs de jazz, de chants des Balkans ou encore de musiques brésiliennes, a trouvé une unité autour du répertoire corse pour offrir un véritable moment de grâce ! ANNE-LYSE RENAUT Festival Côté court du 9 au 28 juillet Chapelle des Oblats, Pavillon de Vendôme et Musée Granet, Aix-en-Provence 06 83 60 19 80 www.festival-cotecour.org Icinosa X-D.R Ensemble Dulcinosa X-D.R Le Quatuor Didier Pallages Francois Frederic Guy X-D.R Alors, comme tout va par deux sur cette côte du Rhône, on goûte aussi, sans modération, à un double duo lyrique : Anna Caterina Antonacci et Roberto Alagna livrent des airs italiens courant du bel canto de Bellini au vérisme de Cilea (le 19 juillet), quand Patrizia Ciofi et Festival estival Place à l’humour en ouverture du Festival estival 2013 de Toulon et sa région avec la tournée d’adieu (?) du Quatuor(Danseurs de Cordes, le 25 juin à 22h. Châteauvallon) et Les Pianotokés (Le match de piano, le 28 juin à 21h30. Faron/Théâtre de Verdure) ! Le seul concert symphonique de la manifestation affiche le violoniste Valeriy Sokolov et l’Orchestre de l’Opéra de Toulon dans Mozart et les britanniques Elgar et Berkeley (le 29 juin à 21h30. Toulon/Tour Royale). Le traditionnel duo François-René Duchâble (piano) & Alain Carré (récitant) trace Le roman de Venise en mêlant la musique de Chopin à la correspondance de Musset et George Sand (le 2 juillet à 21h30. Toulon/Tour Royale). Après cette page romantique on file sur les traces d’Alphonse Le Sage et de Calenda Maia… Musique des palais et du désert, d’un dialogue entre orient et occident, rêve d’une humanité réconciliée autour du bassin méditerranéen aux sons de l’oud, des ney et duduk, de l’inusable Leo Nucci chantent La Traviata et Rigoletto (le 5 aout). JACQUES FRESCHEL Les Chorégies d’Orange du 11 juillet au 5 août 04 90 34 24 24 www.choregies.fr f la lire et des flûtes, le tout conduit par Jordi Savall dirigeant Hespèrion XXI (le 4 juillet à 21h. Six-Four/Eglise Ste-Anne). C’est ensuite La Follia… Le violon virtuose à l’époque baroque (sujet au programme du bac option musique en 2013 et 2014 !) qu’on écoute en variations par les archets acrobates d’Europa Galante dirigés par Fabio Biondi (le 6 juillet à 21h. Six-Four/Eglise Ste-Anne). Le Quatuor Psophos et la violoncelliste Emmanuelle Bertrand jouent le beau Quintette de Schubert ainsi que deux pièces romantiques de musique de chambre peu courues de Théodore Gouvy (partenariat avec le Palazzetto bru Zane – Centre de musique romantique française, le 9 juillet à 21h. Six-Four/Eglise Ste-Anne). Retour enfin à Toulon pour Rhapsodies… Liszt et les Tziganes avec le pianiste roumain Ferenc Vizi accompagné de cymbalums hongrois de l’Ensemble Cziffra pour des Rhapsodies et Csardas de Franz Liszt (le 11 juillet à 21h30. Tour Royale). J.F. Festival estival de Toulon et sa région du 25 juin au 11 juillet 04 94 93 55 45 www.festivalmusiquetoulon.com XVII F E S TI V A LS E M U S I Q U



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 1Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 2-3Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 4-5Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 6-7Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 8-9Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 10-11Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 12-13Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 14-15Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 16-17Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 18-19Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 20-21Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 22-23Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 24-25Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 26-27Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 28-29Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 30-31Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 32-33Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 34-35Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 36-37Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 38-39Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 40-41Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 42-43Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 44-45Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 46-47Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 48-49Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 50-51Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 52-53Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 54-55Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 56-57Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 58-59Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 60-61Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 62-63Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 64-65Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 66-67Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 68-69Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 70-71Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 72-73Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 74-75Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 76-77Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 78-79Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 80-81Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 82-83Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 84-85Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 86-87Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 88-89Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 90-91Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 92-93Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 94-95Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 96