Zibeline n°64 juin 2013
Zibeline n°64 juin 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°64 de juin 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 8,3 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... cerveau indisponible.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
Le Off, de la dévotion à la dévoration IV F E S TI 1258 spectacles, 8000 artistes et techniciens, 125 lieux… Chaque année, les chiffres du Off révèlent la dévotion théâtrale d’Avignon, dévoreuse de troupes ! V A LS T H ÉÂ T R E Des chiffres attendus lors de la conférence de presse avignonnaise du 28 mai, même si Paris, visité la veille, les avait déjà, forte des partenariats presse avec Mediapart, Marianne, Aujourd’hui en France, France TV… et même si la grande majorité du public du Off reste régionale ! Autre information évolutive, les dates de l’édition : du 8 au 31 juillet. Ou du 5 au 26. Voire du 6 au 30 selon les lieux… Le 26, une parade de Générik Vapeur devrait relancer la dernière semaine du « 1er salon du spectacle vivant » (le côté marché est clairement assumé), historiquement déserté après l’arrêt du In. Autres nouveautés ? une web-tv, l’ouverture d’une agence de billetterie, un « feuilleton » par France 3 sur 5 ou 6 troupes, une édition par la Librairie Théâtrale, un concours d’affiche à la Maison Jean Vilar, une cellule juridique du CNT, un atelier avec la plateforme de financement participatif Kisskissbankbank (une centaine de compagnies y a eu recours cette année), un hommage à Aimé Césaire le 17, la reconduction des rencontres dont le think tank culture médias Altaïr (15 et 16) au Village du Off. Le public pour sa majorité féminin (65%) et de plus de 50 ans (61%, mais les adultes de plus de 50 ans représentent… 58% des Français), retrouvera tous les services d’AF&C à l’école Thiers pour vérifier « l’extraordinaire succès du cœur battant du festival ». Agence de Fabrication Perpetuelle Delphine Michelangeli Delphine Michelangeli Faire et défaire L’annonce que « le spectacle vivant en France se fait dans le Off » est franchement crâne : certes 20% des ventes sont réalisées là, et 10% des 5000 créations françaises, mais le nombre de compagnies indépendantes qui repartent défaites ou moribondes reste off. AF&C, en menant des réunions en régions, tente de préparer les compagnies, mais la participation au festival est risquée, surtout pour les plus fragiles : 20 000 euros en moyenne par compagnie pour la location de la salle et le coût du séjour. Les artistes cherchent un idéal : jouer sur la durée, avoir un article de presse, rencontrer le public, tourner après… Pour le président d’AF&C Greg Germain « si une compagnie veut avoir toutes les prestations qu’elle mérite, il faut qu’elle paye pour ça ! ». Un salon, il le disait… Quant à la centaine de milliers de spectateurs, elle paye pour adhérer à AF&C (carte adhérent à 16 euros, pour 30% de réduction sur les spectacles), puis pour voir « les meilleures créations de notre pays et d’une vingtaine de pays dans le monde ». Tout comme les 1066 compagnies qui doivent adhérer pour apparaître dans le catalogue du Off, et accorder 30% de réduction à leurs spectateurs. Mais c’est surtout le coût du séjour avignonnais qui pèse sur les portefeuilles : au total, public et artistes s’en vont délestés, quand les commerçants, hôteliers et loueurs de garages font en juillet l’essentiel de leur chiffre… Que le spectacle commence Plus de 30 000 représentations seront accueillies cette année dans 10 lieux supplémentaires, dont la salle polyvalente de Montfavet avec la pianiste Laure Favre-Kahn et Charles Berling(en voix off). Greg Germain assure que chaque ouverture est encadrée par une commission de sécurité : « Il n’y a pas de taudis malsain… ». Soit, mais la liste prolifère, et il y a encore des salles indignes. De nombreux lieux accueillent, heureusement, des spectacles de qualité, à débusquer en tendant l’oreille, ou à repérer par leur constance. Les théâtres permanents regroupés dans les Scènes d’Avignon jouent, en plus d’accueillir une programmation choisie, leur création maison. C’est le cas au Chêne Noir, avec Le Lien d’Amanda Sthers (avec Chloé Lambert et Stanislas Merhar) par Gérard Gelas et un festival de têtes d’affiche : Ali Bougheraba, Zabou Breitman, Thierry Lhermitte, Patrick Timsit, Antoine Duléry... Aux Halles, deux créations d’Alain Timar : Ubu Kiraly version hongroise et Blanche Aurore Céleste avec Camille Carraz, et huit spectacles dont Illuminations de la Cie Madani, un King Lear revisité et la pièce Closer vue par Françoise Courvoisier. Chez Golovine, danse du monde et théâtre gestuel avec le Beijing Fringe Festival et Shadowrama des Eponymes, avec Yourik Golovine et Loulia Plotnivoka. Au Chien qui Fume, Moi, Dian Fossey signé Gérard Vantaggioli mais aussi Guy Carlier, Clémentine Célarié, Chris-
tophe Alévêque. Au Balcon, Serge Barbuscia donne sa Conférence des Oiseaux, et reçoit Philippe Person, Interface, Octavio de la Roza. Pas un Off sans aller au théâtre des Carmes (qui fête ses 50 ans le 15) avec l’Agence de Fabrication Perpétuelle qui monte 4 pièces courtes de Beckett (Souffle précédé de Cascando, Pas moi et Pas) sur une musique de Nicolas Chatenoud d’Archipass, ou les Carboni dans L’incroyable destin de René Sarvil. Blessé, Philippe Caubère ne jouera pas mais conserve une série de lectures de Memento Occitan de Benedetto (à Tavel). La TDOKompagnie présente à l’Atelier d’Art des performances, le Kronope reprend son Dindon au théâtre de l’Oulle, la clown-pianiste Anne Gastine crée Les Précieux Ridicules à l’espace Alya, et le théâtre des Doms, vitrine francophone belge, accueille 9 spectacles pour s’évader : allez-y les yeux fermés ! D’autres lieux savent dénicher des créations originales, les Hauts Plateaux avec la Cie Protéiformes, Pascale Henry ou le duo dansé franco-laotien Stylistic, l’Ajmi et ses concerts Têtes de jazz, l’Utopia avec La Passion selon Juette. À la Manufacture, un programme toujours novateur : Je deviens Jimi Hendrix d’Eric Da Silva, Italie Bresil 3 à 2 par la Cie Tandaim, Nadia Xerri-L. et le prochain directeur du Festival d’Avignon, qui présentera Miss Knife chante Olivier Py, une façon maline de relier In et Off (voir Zib 58). Le théâtre existe aussi hors Remparts, à L’Entrepôt, le théâtre de la Rotonde, la Fabrik théâtre, le chapiteau Kabarouf à la Barthelasse, consacré au partage culturel (cirque et musique). Et pour conclure, on peut suivre la chronique ironique d’un Festival hystérique dans Fuck Off saison 2 de Nicolas Maury à l’Etincelle. Une mise en abîme, hilarante, du Off et de son inévitable dévoration ! DELPHINE MICHELANGELI Festival Off, Avignon du 8 au 31 juillet Parade du Off le 7 juillet à 17h30 www.avignonleoff.com Le festival de tous les enfants Se dégourdir les jambes sous un brumisateur, créer des magnets, faire du théâtre, assister à un voyage sonore interactif, accéder aux œuvres grâce aux Souffleurs d’images (avec le CRTH) et surtout admirer les 12 spectacles proposés dès 6 mois par l’Éveil Artistique des Jeunes Publics. C’est dans un petit havre de paix à 200m des Remparts, une Maison du théâtre visitée à l’année par des centaines d’enfants et des dizaines d’activités, que le Festival Théâtr’enfants est devenu le plus grand rendez-vous jeunes publics du Off. Un lieu où se retrouvent enfants -et adultes-, qui apprennent la citoyenneté grâce à des pièces soignées et une démarche éco-responsable de respect de l’environnement. Au programme de cette 31 e édition : de la musique avec le récital Concert-Tôt ou le conte loufoque Le Papa-Maman d’Angelina Galvani, le concert d’histoires Shéhérazade ou la poésie d’André Minvielle dans L’ABCD’erre de la Vocalchimie. Et puis théâtre visuel avec la Cie Bout d’Ôm dans C’est aujourd’hui, demain ?, histoire dansée par La Grande Ourse, théâtre Papa est en bas Thierry Laporte À Salon, le début l’été est toujours synonyme de théâtre, lorsque le Château de l’Empéri, et ses deux cours si prestigieuses, accueille le festival Côté Cour. Pour cette 24 e édition, les cinq pièces proposées ont pour toile de fond cinq grands pays européens (la France, la Hollande, l’Italie, l’Allemagne et l’Angleterre) pris à diverses époques, à des moments stratégiques de leur histoire. La programmation fait la part belle aux textes de répertoire, toutes époques confondues. Les liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos fait l’ouverture (le 2 juillet), dans une mise en scène de Patrick Courtois qui, se reposant sur l’adaptation de Régis Mardon, déplace l’action de quelques années pour l’ancrer pendant la Révolution française. Le 6, place au Journal d’Anne Frank adapté par Eric Emmanuel Schmitt, avec Francis Huster et Roxane Duran. Puis Roméo et Juliette, de Shakespeare, connaitra une adaptation façon Commedia dell’arte dans la mise en scène de Luca Franceschi (le 8). Suivra une comédie peu montée de Jean Anouilh, La Belle vie, dans laquelle l’auteur caricature aristos et révolutionnaires et que Jean-Philippe Daguerre met en scène avec une belle énergie (le 10). Enfin Marie Tudor de Victor Hugo, mené par Pascal Faber clôture cette belle programmation le 12. DO.M. d’objets (chocolatés) avec Papa est en bas, d’images avec C’est dans la poche, d’ombres et lumières avec le Prince heureux ou de papier avec Akiko. Et encore, une adaptation de l’album Terrible d’Alain Serres dans un Camion à histoires et de 3 histoires étranges de Philippe Dorin dans Le jour de la fabrication des yeux. De quoi devenir grand. DE.M. Festival Théâtr’enfants et tout public, Avignon du 10 au 27 juillet (relâches 14 et 21) Fête d’ouverture le 9 à 15h 04 90 85 59 55 04 86 81 08 00 www.festivaltheatrenfants.com Dans les Cours du Château Les liaisons dangereuses X-D.R 14R2tr r iS Théâtre Côté Cour les 2, 6, 8, 10 et 12 juillet Château de l’Empéri, Salon-de-Provence 04 90 56 00 82 www.theatre-cote-cour.fr V F E S TI V A LS T H É Â T R E



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 1Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 2-3Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 4-5Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 6-7Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 8-9Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 10-11Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 12-13Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 14-15Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 16-17Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 18-19Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 20-21Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 22-23Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 24-25Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 26-27Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 28-29Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 30-31Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 32-33Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 34-35Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 36-37Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 38-39Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 40-41Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 42-43Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 44-45Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 46-47Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 48-49Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 50-51Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 52-53Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 54-55Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 56-57Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 58-59Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 60-61Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 62-63Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 64-65Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 66-67Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 68-69Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 70-71Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 72-73Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 74-75Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 76-77Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 78-79Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 80-81Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 82-83Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 84-85Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 86-87Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 88-89Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 90-91Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 92-93Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 94-95Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 96