Zibeline n°64 juin 2013
Zibeline n°64 juin 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°64 de juin 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 8,3 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... cerveau indisponible.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 T H É Â TR E La danse des mots de Rebotier Quand Jacques Rebotier se balade dans la langue française, c’est à la manière d’un chasseur de papillons : il attrape dans son filet toutes sortes d’histoires et volète autour des mots avec frénésie. Son amour des métaphores percutantes, des rebondissements, des raccourcis imagés, des paroles pensées tout bas et déclamées très haut, donne un éclat singulier à son spectacle Les trois Parques m’attendent dans le parking. Un « oratorio du quotidien » chanté par trois comédiennes sémillantes qui nagent comme un poisson dans l’eau dans une partition sans queue ni tête écrite sur du papier millimétré. Caroline Espargilière, Nicole Genovese et Vimala Pons servent avec une précision horlogère les mots qui se chevauchent, s’emballent ou freinent des deux fers : elles sont « trois Parques, trois Grâces, des Moïres, des Furies, des Fata du destin » qui jettent des sorts en l’air, croquent dans la pomme à pleines dents, se gaussent sans raison de tout et de rien juchées Victor Tonelli sur des patins à roulettes… comme si leur débit de paroles dépendait de leur vitesse de déplacement ! Elles manient la langue (de bois) et les expressions (fleuries) avec la même dextérité que le chariot aux roues fluorescentes qu’elles tirent derrière elles, accessoirement tabouret et malle aux trésors. Dans un plateau brut, avec quelques images vidéo projetées sur un écran invisible, la langue de Rebotier joue à sautemoutons entre le triple A, la mondialisation, la finance pervertie, la littérature ou l’Europe osant « Tenez vos enfants domestiques et vos animaux en laisse » ou « N’hésitez pas à peloter les coureurs du peloton ». On n’y résiste pas ! MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Les trois Parques m’attendent dans le parking a été donné les 30 et 31 mai au Théâtre Liberté, Toulon Éveilleurs En 1994, pour ceux qui peuvent s’en souvenir, paraissait chez Gallimard Le premier Homme d’Albert Camus. Évènement, on se l’arrachait, bouleversés par cette voix qui, sans les apprêts de l’œuvre achevée, nous parlait encore. La Compagnie Alzhar, en coproduction avec Marseille Provence 2013, reprend ce texte, avec bonheur. Un parcours de quatre années a conduit les comédiens à travailler avec des troupes de différents pays méditerranéens, Italie, Espagne, Tunisie, Algérie, mais aussi avec des participants issus de milieux variés, prisons, écoles, centres sociaux, maisons de retraite, foyers d’accueil, hôpital psychiatrique… La lecture du livre apocryphe devient lieu de partage, d’échange. Camus est ici le ciment qui unit les gens, les générations : sa lecture interroge chacun, renvoie à chaque mémoire particulière. Jeanne Poitevin met en scène avec une belle humanité acteurs et amateurs qui se racontent, évoquent leurs racines, prennent le public à témoin. On s’interroge, la revendication des racines nous enferme-t-elle ? ou le fait de savoir d’où l’on vient permet-il une plus grande ouverture au monde ? Les spectateurs entrent en cette parole libératoire, s’ouvrent aux autres en un double et indissociable mouvement. Peu importent les défauts de rythme, de diction, de raccords, l’enthousiasme et la sincérité emportent tout ! et l’on se souvient que sur la stèle de Camus à Tipasa, est gravé cet extrait des Noces : « Je comprends ici ce qu’on appelle gloire : le droit d’aimer sans mesure ». MARYVONNE COLOMBANI Nord et Sud dans nos histoires le 24 mai théâtre du Golfe, La Ciotat Benjamin Tavaron Pagnol en plein air Dans le coin champêtre et enchanteur du Domaine de Lavalduc, à l’heure où le soleil se couche, un décor, sommaire, fait face à des gradins en bois, posés en demicercle. C’est là que la flamande Comp.Marius a posé son décor, pour jouer le quatrième et dernier volet du cycle Pagnol débuté en 1999 avec Marius. Le Schpountz fait donc suite à la célèbre trilogie (Marius d’une part, puis Fanny et César en une pièce), à Regain et Manon et Jean de Florette. Toujours jouées en extérieur, dans un décor naturel que n’aurait pas désavoué le grand Marcel, les pièces de la compagnie ont toutes une saveur particulière, celle d’une relecture et d’une adaptation libre qui permet un regard neuf, posé sur une œuvre particulièrement connue dans nos contrées. Moins « marquée » que les précédentes, Le Schpountz permet néanmoins à la compagnie de « finir avec une pièce qui évoque le jeu, qui met un acteur en valeur, avec tous ses désirs et ses gênes ». De fait, Irénée est de ceux-là, heureux naïf qui se rêve en acteur de cinéma et non pas en petit épicier comme son oncle qui l’élève, sûr d’avoir un don naturel à mettre en pratique. La grosse tête il va la prendre, lorsque les membres d’une équipe de tournage, cruels et cyniques, vont lui faire signer un contrat mirobolant… Le Schpountz prend vie, gentil « fada » qui va finir par se rendre compte qu’on le balade… Les cinq comédiens se partagent tous les rôles, dans une mise en scène sobre et un jeu généreux qui révèlent la beauté du texte. Et fait sa fête au théâtre populaire ! DO.M. Do.M Le Schpountz a été joué au Domaine de Lavalduc, Istres, du 6 au 9 juin
T7@ût e c l hnE ir.irFstio7 ^,é lard aE a s Scène pûrr7aren -F d'P,vin.-it n théâtre 13/14'es $rJ1F dnJ1vu +t{ar++7 pour des ërritrrres rj'oru}raurd'fiui Pn fe régirrnW dëveJoprremer2t düitJrret NOUVELLES ÉC10111RES S[ÉNIQGE5 1Vs-url maséa'defa personne LE Ulm - rRFATIUN j 13err Ymir Very Eyes GO9 51jUAO & CA#1J'of nuage SATEHi#rsORO - tRéATJaN/Retour Qnrirap[ho Sd'T[HIE KIKI/Lote nighC BLITZ THEATRE DROP/EnrtEtINICHEL S[HwEIZER - CRÉATION THEATRE Oépltarete[ieJ LESLIE ILAPL0.N, ELISE VICIER, FRJ`DÉRIpuE LIILIËE - [RéATJdfJ f t=mrnage5 FRANÇOIS CERNANTES/Gorgr ? s vs âoya RUDRIGU GAR[LA, ARNAUD TRCkALIC/LIÉE Mouette ANION TJ:HEIiHd1r, ISABELLE LAFON/fine cmnëe sons ét CATHERLNE ANNE, JOEL POMMERAI -ZRÉ,LI7üNl tiens suFtousfPsjrronl3 CHRISTOPHE TAIFAS. MANS AUZET/GhflSt Roud FABRICE k'IUR6IA, DOk1IIJ6gUE PbN54EL5/66 5oliPrg ALLEN SIH56ERG, 9ÉRAHGÉREJAHNELLEf Srénes de k [rie[orriargafe INSIAARSERGMAN, TG SUAI te granddrdrurrire- La -Épisode ICLAJODIHE PELLf Lo fin du raide est par dirnAnrheBENJAMIN GUJalL14Ro.FRAIiCO]5 MOREL DANSE Shclindn Ou Op butor {t'est f'rÉrJ Que tu pratr ? ges quJ semper-1-DM CHRISTIAN RI72D Ï PrornenWe Q6fiydtoire14111i1E NL ; uYEM}altered nurkes'Sdo Yes Another Excess - TWERfECECILIA OENGOLEA,FRANçOI:S EHAIGNAHD NlanifDal4m RpLLAND tiU EEIC-E.idll El RQLJ F. EktrJfrtrJrÉ5 CIRQUE LNEYTREMISTE f Fafiz FANHY SURBAU, CIE LiBERIIVORE f Jlur le goulu BONA4EfJTURE GACOH, ORNE TROTTERA J EIJNE PIJQLIC Tétes tétesMARIA CLARA4ILLd LOBOS f dh b4.'11ARIE-AUDE MuRAIL, OLIVIER L € TELLIER f La wJe deS[nisse DAMIEN BOUVET/Anna. Li j'effare MEUS ARMENfiOL/En dosse JULIE NIOI:HE -CRÉATION www.thE atre-arlEs.En m Envi du programme sur simple demande au a4 90 52 51 51 Chloé Lambert Stanislas Merhar LE LIEN d'Amanda Sthers mise en scène Gérard Gelas Ooproduction ThÉuâtre dJ Chiàne kick lThéàtre des Mathurins Deux : ëtressac.*kciiirrentfrùo-etsaeur â larnortcde leur pike, qui â l'insu de tous, menait UND boubIa via... Arnanda Stem (Lellfeüx Aie Stade,nt-Krtrné, auc Mkiiièreei ? 011, Lib lJarrporr, Rarrn,are le C'.harrrra.) et CArard Gaies (Confidences }4itah, IV1dire 2010, Le drOptrsRcue 0719, Siang J es detnites ioUrs ? Dé Stefan Zwerg orehestlentrnoniee MIL.actable d'un dsir incist.leux, errtraarnour, haine et raanlpulatian, Chloé Larn:yert (Mariages ? avec Jean Cxuj € nrdin et Mathilde Seigner,) et Stanislas Merhar(Car pour son rôle darns d'Anne FortLine arec iau-lerrou et Charier E1iirrg...j *ment a oorps perdus dans clatt- : tra*ierncderre parliculérernent troublante. 12 € xpr, rznarria Sers foeuiflle auec brio et Ferfirrer les tiens urrrtre cfTsrrrry ef perversi5éur7 prëcvprte gcri taueha,bste et a71rât9L 86duisant t Le JDD ChVaé t_arrabertr arrae, vJrsrate, et Stax ? is.s Tertaa ; rendu,rnr ` Lin akhorrregrrrJfc.r tmir.ibie et torturë, & Peur dfe peau. Pariscopellsr.erae ! ux etrragr>eitrqua des : s:.r tabous- #bo C notre c>3te, f'i+t6s, tt71 a rCe 41 inantitrr:Offre rit ? i ? Ur nilr 6:811+19S : irraiaeccabi9firaril dite ; rzt J6tar ffr647eL1r- ari Saare, fer C2Y7616r6 raar.as afarrs ura s d donr ai sort dakatarriir te,rt ar1SS1. Soernemreb Urrbt1rcJ d'scri € crrs, parfart de sersr_raJd'g19h Théâtre du Chêne Noir du 6 au 28 juillet 2013 Locations : wwt+tir.chenenoir,fr 0490 8874$7 >Jr CB) Sur pl3ce a la Lillrtta- e du TheAt ; e du a.i 28 juilet 10h â 2Fn1 5 8 his, R1P çEin6e-Gakherire &1000 Aviprxln



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 1Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 2-3Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 4-5Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 6-7Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 8-9Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 10-11Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 12-13Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 14-15Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 16-17Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 18-19Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 20-21Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 22-23Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 24-25Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 26-27Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 28-29Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 30-31Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 32-33Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 34-35Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 36-37Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 38-39Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 40-41Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 42-43Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 44-45Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 46-47Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 48-49Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 50-51Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 52-53Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 54-55Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 56-57Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 58-59Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 60-61Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 62-63Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 64-65Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 66-67Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 68-69Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 70-71Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 72-73Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 74-75Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 76-77Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 78-79Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 80-81Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 82-83Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 84-85Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 86-87Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 88-89Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 90-91Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 92-93Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 94-95Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 96