Zibeline n°64 juin 2013
Zibeline n°64 juin 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°64 de juin 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 8,3 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... cerveau indisponible.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 F Ê T E S E T P LE I N A IR Marathon à la Friche Passer 48h Chrono dans une Friche en pleine effervescence, c’était l’occasion de voir gratuitement l’exposition d’art contemporain la Dernière Vague, d’escalader la Tour-Panorama qui porte si bien son nom, d’assister à une démonstration de Kyudo (archerie traditionnelle japonaise), ou de croiser l’inusable et fort civil Monsieur Culbuto, l’homme aux millions de shake hands déséquilibrés. On pouvait également se presser sur les étals du Salon « de la micro-édition et du multiple » Vendetta, une initiative du collectif Le Dernier Cri rassemblant graphistes et auteurs « mal distribués, et peu couverts par la presse culturelle ». Selon sa co-organisatrice Marie- Pierre Brunel, l’événement accueillait le travail d’une quarantaine de structures dont plusieurs étrangères, venues de Londres, des Pays-Bas, de Barcelone, d’Italie, Suisse, Roumanie et Belgique. « Le Salon est gratuit pour les visiteurs, mais aussi pour les exposants, car le déplacement est déjà lourd pour les micro-éditeurs. Nous essaierons de le pérenniser ; c’est important d’avoir une visibilité, les gens n’achètent plus de livres et c’est bien dommage ! » Une belle collection pour ceux que l’esthétique fanzine séduit, et ils étaient plutôt nombreux en ce week-end à la météo diluvienne... « Les marseillais sont courageux, et très curieux » se réjouissait Christophe Siébert, originaire de Montpellier et auteur d’une percutante série littéraire intitulée Un texte par jour jusqu’à ce qu’on crève, vendue à prix libre. Les villes sauvages Mais 48 h Chrono, c’était aussi -et peut-être surtout- l’occasion de voir Slums au Théâtre Massalia. Un chant d’alarme lancé par une femme à la voix puissante, splendide dans sa révolte, d’autant plus poignante qu’elle a le ventre rond et donnera bientôt le jour. Dans un monde délétère, où un milliard d’êtres humains peuplent les bidonvilles, cancer urbain de la modernité, et les camps de réfugiés. Où « les pauvres n’ont guère d’autre choix que de vivre en côtoyant la catastrophe » : la misère, l’insalubrité, les déchets toxiques provoquant des maladies étranges, les inondations, le feu, les commandos armés, escadrons de la mort et autres « grupos Salon de micro-edition Vendetta Gaelle Cloarec de limpieza » qui se débarrassent de cadavres d’enfants au quotidien... Un monde où l’on criminalise les pauvres, car « ils ont dans leur camp les dieux du chaos ». Où le Pentagone organise des stages d’entraînement au combat de rue, dans les égouts, les logements anarchiques. Bénarès, Gaza, Khartoum, Kaboul, Mexico... Les enfants des slums animés par le désespoir sont partout identifiés comme un ennemi, tout comme le sont les gosses de nos propres cités, et lorsqu’on est témoin de ce texte terrible, assis dans un fauteuil confortable au théâtre, on met un certain temps avant d’accueillir le retour à la lumière, et de pouvoir se lever pour saluer l’artiste qui vient de nous ouvrir les yeux. GAËLLE CLOAREC Les 48h chrono ont eu lieu du 17 au 19 mai à la Friche la Belle de Mai, Marseille À venir Prochain week-end Made in Friche les 22 et 23 juin 04 95 04 95 95 www.lafriche.org Du carton et des plumes… Le 1er juin, alors que le soleil renouait enfin avec la région, le festival Chaud Dehors d’Aubagne prenait son sens. Il faut imaginer un centre-ville parcouru par des ondes de joyeuse effervescence, alors qu’imperturbable tourne le petit manège de la place. Cette manifestation imaginée par Lieux Publics et la ville d’Aubagne parie sur une programmation variée où les compagnies régionales sont conviées à créer. Les énormes maisons de carton se construisent sur l’esplanade Charles De Gaulle. Enfants, parents, tout un monde s’active, déplie, replie, remodèle, scotche à qui mieux mieux. On commence par le toit, les structures sont entourées de collections de cartons bien solides, puis sont élevées par une multitude de mains, et la construction s’élève à de vertigineuses hauteurs. Et c’est beau ! Le soir, en apothéose, les constructions seront détruites, plaisir exutoire : Olivier Grossetête, le maître d’œuvre, sourit et parle d’« hystérie libératoire ». La fontaine du cours Foch s’anime de danses avec Marcher commun et deux créations italiennes, le solo de Cosetta Graffione, La mémoire de l’eau, et ses dangereuses prestations arrosoir, et le duo Antipodes, d’une belle qualité chorégraphique. Avec humour Jean- 1111 Marie Maddedu et Antoine le Ménestrel, Urbanologues (vocable prétentieux à prendre au second degré !), jouent sur différents niveaux de la rue, l’un à l’ascension des façades, l’autre à l’accompagnement verbal mais aussi sonore, utilisant toutes les possibilités acoustiques des Installation d'Olivier Grossetete Maryvonne Colombanir,mssetete Maryvonne Colombani vitrines, tuyaux, grilles… le tout sur le mode humoristique et décalé, alors que la Cie Tandaim rend la parole aux morts sur les mots de Sophie Calle, dans une mise en scène qui invite les spectateurs à la déambulation entre des tombes trop vertes, des murmures, des faits divers glanés dans le réel, et des derniers soupirs. Macabre pour l’été, mais émouvant… Puis le Studio de cirque d’Arles, habitué aux formes grandioses, vient roder une forme nouvelle, en autobus, d’où sort une série de numéro acrobatiques impressionnants, et des volées de plume. Tous les agrès sont parfaitement maitrisés, l’esprit joyeux, la scénographie dépliée astucieuse et efficace, mais la musique digest mauvaise electro et rock mal remixé est insupportable. Les oreilles bouchées le spectacle est magnifique, et conclut dans l’enthousiasme la journée. De toute cette fête subsistent les plumes oubliées qui laissent un parfum d’ange déchu. Chaud dehors et poésie dedans. MARYVONNE COLOMBANI ET AGNÈS FRESCHEL Chaud Dehors s’est tenu à Aubagne du 30 mai au 1er juin
RhLlFFT BC 07Y.Lrrrtse en sr.éne Catherrre raziarrr avec Francors 8ergoin chant 5rira Gbiondor_rr77e Texte de Jean-Claude Carrière Mise en scène Serge Barbuscia Mustque Roland Conil StirrrerrrannCrëatrarr err Iengrue française « La puissance de la mise en scérre nous embarque cans cette arche de Noé ox).te tr,ëâtrae est un filet qui repêche les âmes... Pascal Bely - Le Tadorne 8 31 7 [IIEt 2x'13 15h55 Théâtre GiraSole 24 www.theatrealibi.com AMNESTY _, Nr_uurdwk Nathatrie Waller Roland Ce-a SeegeR-. Barbu Scia FARAD I THÉÂTRA 9. apecfac -. e i p ouz. i kiadei. THEArRE DESDOMS 6e4go4Y.1anvp4o nr, te en yCr601131)rv+ntempQrall Amiet vitsrte des Escailers 04 90 14 07 99 - 11 TU0 P1iIGNON 70-28 JUILLET 2013 LieSdO 5.0 THÉÂTRE DU BALCON Cie Serge Barbuscia Scène d'Avignon r=onta cbAt h eat red u h a l cor3.orq 04 90 85 00 80



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 1Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 2-3Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 4-5Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 6-7Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 8-9Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 10-11Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 12-13Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 14-15Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 16-17Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 18-19Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 20-21Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 22-23Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 24-25Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 26-27Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 28-29Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 30-31Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 32-33Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 34-35Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 36-37Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 38-39Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 40-41Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 42-43Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 44-45Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 46-47Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 48-49Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 50-51Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 52-53Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 54-55Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 56-57Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 58-59Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 60-61Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 62-63Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 64-65Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 66-67Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 68-69Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 70-71Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 72-73Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 74-75Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 76-77Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 78-79Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 80-81Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 82-83Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 84-85Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 86-87Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 88-89Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 90-91Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 92-93Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 94-95Zibeline numéro 64 juin 2013 Page 96