Zibeline n°63 mai 2013
Zibeline n°63 mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°63 de mai 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 12,9 Mo

  • Dans ce numéro : la culture sans artiste, une idéal libéral.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 94 - 95  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
94 95
94 A RT S E T S C IE N CE S La carpe et le lapin On n’imagine pas la carpe et le lapin s’aimer d’amour tendre... Pas plus qu’on ne voit un scientifique et un dramaturge collaborer aisément, tant leurs champs sont éloignés. C’est bien l’a priori sur lequel a travaillé Thibaut Rossigneux lorsqu’il a créé sa série de Binômes, persuadé que la science peut « devenir une source d’inspiration féconde pour le théâtre contemporain ». Et il a eu raison ! La rencontre entre Thierry Tatoni, chercheur d’Aix-Marseille Université, et l’auteur Simon Grangeat a donné naissance à une œuvre étonnante. Le premier se dit écologue, et non écologiste, ce qui n’enlève rien à la teneur hautement politique de son discours... très clairement repris dans la pièce par le second, d’une manière humoristique qui fait honneur à son titre : Divines désespérances. Et il en faut de l’humour et de la pertinence pour faire passer les perspectives alarmantes de l’humanité : au rythme où s’accélèrent le réchauffement climatique, la pollution et l’épuisement des ressources, « Il va y avoir beaucoup de morts. Oh, l’espèce humaine ne disparaîtra pas, il n’y a pas de raisons qu’elle sorte du schéma classique de l’évolution, mais sur 6 milliards d’individus, il n’en restera peut-être qu’un, et la vie sera très différente. » C’est tout l’intérêt de cette démarche, souligné par Thierry Tatoni qui Ugo Mechri avoue avoir pris conscience grâce à ce projet de ses difficultés à communiquer son travail. Bien sûr, on ne résume pas 30 ans de recherches en une représentation, mais ce format mêlant entretien vidéo et texte théâtral est extrêmement percutant. 15 Binômes ont vu le jour avec des biologistes, climatologues, physiciens, immunologistes... D’autres sont en préparation, toujours avec les mêmes contraintes : une rencontre de 50 minutes entre l’auteur et le scientifique, puis deux mois d’écriture sans contacts autorisés. La pièce est ensuite créée par la compagnie Le sens des mots, dont les 5 membres se relaient, successivement metteur en scène, assistant et acteurs. « Les scientifiques ont toujours peur d’être ennuyeux face à des artistes supposés mener une vie excitante. Les artistes ont peur de ne rien comprendre, d’être bêtes. » Élisabeth Mazev a même rêvé à la veille d’une rencontre avec un mathématicien... qu’elle devait repasser le bac ! Voilà au grand bénéfice du spectateur une jolie démonstration qu’il n’y a pas de rapprochement impossible, pour peu que l’on accepte de surmonter ses appréhensions initiales. GAËLLE CLOAREC Objectifs et gélatine Certes, l’exposition Un loisir érudit n’occupe que deux salles à l’étage du prieuré de Salagon, mais le contenu est assez dense, nourri de repères chronologiques précis et pose d’intéressantes problématiques. Il s’agit par le biais de la présentation de travaux du marquis François de Ripert-Montclar, plaques de verre et photographies appartenant au fonds du musée de Salagon, d’aborder la photographie et ses usages au XIXe siècle. Court historique, des recherches de Niepce (1812) à l’invention de la plaque à gélatine sèche (1880), biographie de la famille de Monclar, s’esquissent au fil des photographies. Elles répondent à la double fonction d’objet de mémoire, et d’affirmation de soi, par la collation des possessions matérielles. « Photographier, précise l’un des textes exposés, c’est posséder », se faire photographier, c’est aussi une revendication de classe : par ce biais, la bourgeoisie montante du XIX e siècle manifeste son pouvoir. Bien vite cependant, avec l’invention de la photo-carte de Disderi, cet art se « démocratise », quittant les guéridons, la photo rejoint les albums. Plus curieusement, apparaissent les photos-cartes de visite souvent portraits de personnages importants, Napoléon III en était un adepte ! On glissait ces photos dans l’album familial, lustre de la proximité ! La photo-carte connaît aussi un vif engouement, on y joue déjà avec les codes figés qu’imposaient les poses des balbutiements. La photographie reste néanmoins un art réservé à une élite, noble ou bourgeoise. On s’approvisionne chez Lumière à Lyon (1882), on s’essaie aux portraits, aux compositions… on entre à la Société française de photographie (1852) à celle de Marseille ou à l’Office aixois (1860). Les membres de la Société française d’archéologie, dont notre marquis fait partie, s’attachent à L'aperitif au pied du chateau d'Allemagne, dernier quart du XIXe siecle, Musee de Salagon Francois de Ripert-Monclar La représentation de Divines désespérances a eu lieu le 3 mai au Théâtre de la Cité (Marseille). La compagnie Le sens des mots sera présente en Avignon pendant tout le festival 2013 avec d’autres Binômes. o Sous les flots Rendez-vous au Point de Bascule pour un Bar des Sciences consacré aux rejets de polluants en mer, et à leur place dans un débat citoyen. Comment nous emparer de cette question cruciale pour l’environnement et la santé ? En présence de Philippe Mioche, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Aix-Marseille, Président de l’Association Mémoire Industrie et Patrimoine en Provence, Jacques Mordini, ingénieur retraité de l’Usine Péchiney, Yves Lancelot, Océanographe, ancien Directeur de recherche au CNRS, et Benjamin Durand, Directeur du Parc National des Calanques. G.C. le 16 mai à 18h30 Le Point de Bascule, Marseille 06 11 05 87 54 www.levillagedesfacteursdimages.org étudier les monuments antiques et médiévaux de la région (une mission héliographique est mandatée en 1851 pour archiver une vaste partie du patrimoine architectural français. Mistral y participe). Photographie de mémoire, photographie scientifique, on la retrouve aussi dans l’espionnage ! Avec le Photo-éclair de Fetter, que l’on camoufle sous une veste, dans un chapeau, un livre, un sac…déjà en 1849, il sert à identifier les meneurs d’une grève de tramways. Il est aussi l’instrument de prédilection des ancêtres des paparazzis ! Le droit à l’image déjà se pose pour une pratique si enracinée dans nos habitudes, que l’on oublie à quel point elle est récente. MARYVONNE COLOMBANI jusqu’au 30 juin, Salagon (Mane) 04 92 75 70 50 www.musee-de-salagon.com Catalogue de l’exposition : 10 € Voir également : Rendez-vous aux jardins p.11
VILLA MÉDITERRANÉE Pre.enr. Rép an w-g Crap d'WWW.VILLA-MEDITERRANEE.ORG JEW. J114,20 r'PAS INI UN M KINd ; Tiberias - - 1 Q.- IA' ; 1 il 41-.1 : SAHLI:IA IP-130 SCLISSIC N RENCONTRES MOSAÏQUE SAMEDI 8JUIN. LOH -1 al -s IL h1,1 n UNE BOUTEILLE À L ME BLUttiNt LIHOND UNE NUIT DANS L 1i CL [festivals méditerrantiens



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 1Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 2-3Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 4-5Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 6-7Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 8-9Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 10-11Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 12-13Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 14-15Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 16-17Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 18-19Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 20-21Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 22-23Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 24-25Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 26-27Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 28-29Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 30-31Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 32-33Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 34-35Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 36-37Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 38-39Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 40-41Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 42-43Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 44-45Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 46-47Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 48-49Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 50-51Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 52-53Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 54-55Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 56-57Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 58-59Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 60-61Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 62-63Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 64-65Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 66-67Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 68-69Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 70-71Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 72-73Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 74-75Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 76-77Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 78-79Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 80-81Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 82-83Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 84-85Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 86-87Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 88-89Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 90-91Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 92-93Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 94-95Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 96