Zibeline n°63 mai 2013
Zibeline n°63 mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°63 de mai 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 12,9 Mo

  • Dans ce numéro : la culture sans artiste, une idéal libéral.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
62 A U PRO GR A M M E D A N SE Paysages et campagnes À l’image du filet auquel se suspendait Bill T. Jones dans l’un de ses tout premiers combats avec la pesanteur, dans les années 1980, le Festival de Marseille ressemble à un entrelacs de géographies, d’écritures, de générations artistiques. Où s’enchâssent, avec de belles lignes de force, 6 créations, 1 première en Europe, 7 premières en France et 3 grandes compagnies invitées pour la première fois à Marseille... dont Bill T. Jones, justement ! L’ensemble maillant le territoire de 9 points de rencontres, entre nouveaux (Villa Méditerranée, Campagne Pastré, Gardens-Cité des arts de la rue inaugurée à cette occasion…), anciens (La Criée, le Silo, l’Alcazar-BMVR…) et retrouvailles (le BNM). Exit la salle Vallier pourtant plébiscitée par les artistes… Cette 18 e édition ne déroge pas à la règle d’un festival « passeur et rassembleur » qui capte dans sa nasse les figures prestigieuses (Ohad Naharin, Sasha Walz, Pierre Droulers, Ryoji Ikeda), les perles souvent insaisissables (Gregory Maqoma, le plasticien suédois Christian Partos) tout en restant à l’écoute des expressions régionales (Hubert Colas et Sonia Chiambretto, Christophe Haleb, Georges Appaix, le Gmem). Enfin, à année particulière, tempo particulier : le festival commencera le 19 juin, profitera des chaleurs de fin d’été en compagnie Bill-T. Jones, Body Against Body Paul B. Goode de Christophe Haleb du 29 août au 21 sept (dans le cadre du nouveau temps fort du BNM « Août en danse »), programmera une création d’Alexandros Markeas et Eli Commins portée par Piano et Cie le 5 nov, et jouera même les prolongations jusqu’au 19 déc avec le mythique Alonzo King LINES Ballet. Un programme ambitieux donc, malgré des péripéties qui mettent en danger son financement : si la Ville de Marseille reste toujours aussi fidèle à « son Festival », si Jean-Claude Gaudin réaffirme années après années sa « fierté » de ce festival « de stature internationale », le brutal désengagement de la Région surprend. Car ce festival, doté de 1.333 M d’euros par la Ville de Marseille, a vu le Conseil Régional diminuer sa participation de 40%, ramenant celle-ci à 50 000 euros. Or le festival de Marseille est un des rares programmateurs du territoire à coproduire encore des compagnies régionales, et Apolline Quintrand affirmait que malgré cette diminution les 120 000 euros affectés à ces productions n’étaient pas touchés… grâce en partie au grand retour du Conseil Général 13, absent depuis 2003 du financement du Festival, qui remet la main à la bourse à hauteur de 50 000 euros… On sent bien dans ces affectations et désaffections des alliances et froids politiques, dont il faudrait préserver le financement des manifestations culturelles, qui ne sont pas des outils de campagne… M.G.-G. ET A.F. Festival de Marseille du 19 juin au 12 juillet 04 91 99 02 50 www.festivaldemarseille.com E T R U E Tous les plaisirs sont permis La Croisée des Danses ne ment pas qui conjugue trois écritures portées par deux artistes de la scène régionale (Système Castafiore installé à Grasse et Kubilai Khan Investigations à Toulon), et la compagnie Käfig qui fit le buzz à la Biennale de la danse de Lyon en 2010 avec Boxe boxe. Comme Système Castafiore le fit en 2009 à la Biennale de danse de Cannes avec Stand Alone Zone… Pas de création donc, mais le plaisir de revoir trois univers à des années lumière les uns les autres. Gants de velours et sacré dose d’humour pour Mourad Merzouki qui mixe Stand alone a Zone, Systeme Castafiore KarlBiscuit Stand alone a Zone, Systeme Castafiore KarlBiscuit l’art de l’esquive et du mouvement dans un ballet où les droites et les coups de pied s’enchaînent avec virtuosité, où les crochets s’étirent dans les cordes à l’infini, où les sauts et les rebonds rythment les échanges. Un grand jeu de séduction entre la boxe et le hip hop sur une musique décalée interprétée par le Quatuor Varèse… Dans Stand Alone Zone, KarlBiscuit et Marcia Barcellos orchestrent créatures hybrides, métaphores poétiques et images de synthèse pour peindre, au fil des saynètes, un monde visuel à la lisière du réel et du fantastique. Habitué à se fondre dans l’espace public, Franck Micheletti déplace sa compagnie KKI sur le plateau tout en la plongeant dans la réalité urbaine. Celle des mégalopoles dont sont issus ses danseurs : Suède, Singapour, Mozambique, Hongrie, Japon. Leur univers sonore mixé en live dédoublant, dans un puissant écho, la tension des corps lancés dans la folie des villes. M.G.-G. La Croisée des Danses du 18 au 25 mai La Croisée des arts, Saint-Maximin 04 94 59 84 59 www.var.fr Tous dehors La Scène nationale de Gap offre une fin de saison centrée sur les arts du cirque et le théâtre de rue. Après PinKpunK Cirkus de Joël Jouanneau (15 mai), le collectif Ivan Mosjoukine, dans De nos jours (notes on the circus) déroule 80 saynètes sur le quotidien, la vie et les sentiments (18 mai, réservé aux adultes). Du 21 au 29 mai, le collectif AOCmêle dans K’Boum (dès 6 ans, en excentrés) humour, performance, hip hop, danse contemporaine, capoeira et BMX. Le relai sera passé les 30 et 31 mai au circassien danseur YoannBourgeois et la danseuse Marie Fonte dans l’Art de la fugue, pour un dialogue des corps en apesanteur. Du 31 mai au 2 juin, Tous dehors enfin ! distillera dans le centre de Gap et au col de Gleize théâtre, musique de rue, déambulation, cirque. Au programme : Urbaphonix de la cie Décor sonore, Mademoiselle de la cie Jeanne Simone, une traversée en 12 minutes de Phèdre dans Les Racines par la cie Didascalie & co, Commandos poétiques des Souffleurs et Cavale de YoannBourgeois avec un duo virtuose qui relativise avec l’attraction terrestre.DE.M. Théâtre la Passerelle, Gap 04 92 52 52 52 www.theatre-la-passerelle.eu
Ouverture 22 Comme à son habitude le Ballet National de Marseille ouvre ses portes pour accueillir deux créations très différentes, qu’il coproduit en ses murs : Trikonanga est un solo de danse indienne interprété par Hemabharathy Palani, qui transforme la danse codifiée kuchipudi en abstraction sur les triangles du corps… Emio Grecoet PieterC.Scholten reprennent la pièce pour 12 danseurs qu’ils avaient créée en octobre pour le Ballet : Double Points : Extremalism, qui sait à la fois être athlétique et ondulante, brutale et sensuelle… du 23 au 25 mai Studio du BNM, Marseille 04 91 327 327 www.ballet-de-marseille.com À bas bruit Le circassien Mathurin Bolze poursuit sa quête artistique autour de la place de l’homme face à des situations de risque et de solitude. Il met en scène trois artistes (Mitia Fedotenko, Elise Legros et Cyrille Musy) qui contribuent à créer le spectacle à partir de récits de marcheurs, de films, et notamment celui du ciné-ethnologue Jean Rouch, Jaguar. Les acrobaties -roue de hamster à taille humaine, tapis roulant- figurent toutes les marches, immobiles, sautillantes ou disloquées, ode à la promenade voire à l’errance… les 24 et 25 mai Les Salins, Martigues 04 42 49 02 00 www.theatre-des-salins.fr Extremalism Agnès Mellon Nubes Tous les nuages sont-ils des brebis ? Inspirée de l’univers de Magritte, la compagnie de danse madrilène Aracaladanza invite le public (dès 4 ans) à entrer dans un monde imaginaire où les tableaux du peintre deviennent support au rêve et à l’émerveillement. La créativité débordante du chorégraphe Enrique Cabrera allie fantaisie, imagination et magie. le 29 mai Théâtre des Salins, Martigues 04 42 49 02 00 www.theatre-des-salins.fr Eduardo Garcia Gonzalez Vinática Consacrée meilleure interprète par le Prix national de la danse en Espagne à 26 ans, reconnue pour son audace, sa transgression et sa souplesse, Rocío Molina présente sa sixième création qui porte le titre de celle qui ne met pas d’eau dans son vin. Dans un décor inspiré de Brueghel, la danseuse dessine son flamenco transgressif et authentique, accompagnée de trois musiciens, d’un chien et de restes d’enfance. le 15 juin Théâtre de l’Olivier, Istres 0810 006 826 www.scenesetcines.fr Jean Barak Aquatique X-D.R Grenade les 20 ans 20 ans après la création du groupe Grenade, la chorégraphe Josette Baïz retrace un panorama éclectique de la danse contemporaine. Un spectacle rassemblant des extraits du répertoire de chorégraphes emblématiques : Jérôme Bel, Philippe Découflé, Michel Kelemenis, Angelin Preljocaj… réinterprété par des danseurs, petits et grands, d’origines et de cultures différentes. le 31 mai Théâtre de Fos 0810 006 826 www.scenesetcines.fr Danse le Monde ! Le festival Danse le monde ! entraine le public sur le thème de l’Asie, précisément en direction de la Chine et l’Inde. Un voyage au cœur des racines de l’écriture chorégraphique avec deux créations de la compagnie San Tuo Qi : Aquatique (6 juin) et Dieu Tonnerre (le 7). Natyarambhen de la Cie Natya clôturera la 4 e édition, le 8 juin, pour une démonstration des prouesses techniques et rythmiques de la danse indienne, dans le respect du répertoire traditionnel. du 6 au 8 juin Théâtre Golovine, Avignon 04 90 86 01 27 www.theatre-golovine.com 63 A U PRO GR A M M E D A N SE Christophe Raynaud De Lage Felix Vazquez Tes jambes nues Immergée tout au long de la saison au cœur du village de Noves, partenaire de la Scène nationale dans ses tournées Nomade(s), la chorégraphe Julie Desprairies emmène ses interprètes, professionnels et amateurs, dans une danse agricole, emprunte d’universel et porteuse d’un imaginaire poétique. le 7 juin en Nomade(s) au Théâtre de Verdure, Noves Théâtre de Cavaillon 04 90 78 64 64 www.theatredecavaillon.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 1Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 2-3Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 4-5Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 6-7Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 8-9Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 10-11Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 12-13Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 14-15Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 16-17Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 18-19Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 20-21Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 22-23Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 24-25Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 26-27Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 28-29Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 30-31Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 32-33Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 34-35Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 36-37Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 38-39Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 40-41Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 42-43Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 44-45Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 46-47Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 48-49Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 50-51Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 52-53Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 54-55Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 56-57Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 58-59Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 60-61Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 62-63Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 64-65Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 66-67Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 68-69Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 70-71Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 72-73Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 74-75Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 76-77Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 78-79Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 80-81Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 82-83Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 84-85Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 86-87Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 88-89Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 90-91Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 92-93Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 94-95Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 96