Zibeline n°63 mai 2013
Zibeline n°63 mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°63 de mai 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 12,9 Mo

  • Dans ce numéro : la culture sans artiste, une idéal libéral.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 M P2013 Rien ne s’efface tout à fait L’artiste palestinien Taysir Batniji inaugure le nouvel espace culturel de Salon-de-Provence. Un premier choix hardi qui met en avant l’art contemporain Non loin de l’emblématique fontaine moussue vient de s’ouvrir l’Espace culturel Robert de Lamanon, un nouvel équipement dédié aux arts visuels à Salon-de-Provence. Cette première proposition offre aux Salonnais et aux visiteurs l’opportunité d’une familiarisation avec la création actuelle encouragée par Marseille-Provence 2013. L’exposition propose un panel du travail de l’artiste sous différents médiums photo, dessin, objet/sculpture, installation dont la pièce réalisée dans la savonnerie Marius Fabre présentée auparavant à Marseille (Ici, Ailleurs, La Friche). Taysir Batniji réaffirme ici l’article 13 de la Déclaration des droits de l’homme de 1948 dont la portée se veut autant locale qu’universelle à travers un matériau commun au bassin méditerranéen, éphémère (une première version en chocolat près de Genève en 2007) et symbolique (soin, pureté, tradition). Plus spectaculaire et allusive, Mine de rien, écriture murale éphémère a été réalisée au graphite avec quatre jeunes salonnais dans le cadre d’un chantier éducatif (1). Taysir Batniji, L'homme ne vit pas seulement de pain #2, Salon-de-Provence, 2013, vue partielleC. Lorin-Zibeline L’approche politique et humaniste se retrouve dans cinq vidéos volontairement brouillées (projection sur mur noir) suggérant la confusion des vies quotidiennes de personnes en transit. Pour une première, ce choix porte une ambition certaine compte tenu d’un public toujours à conquérir pour la culture. Celui-ci pourra se tourner ensuite vers les œuvres d’art singulier de Raymond Renaud, personnalité artistique salonnaise remarquée par Jean Dubuffet, ou observer bientôt depuis le château de l’Empéri l’anamorphose urbaine éphémère conçue spécialement par Felice Varini. Comme d’autres communes Salon se met à l’art contemporain. Gageons que le projet se confirme au-delà de 2013 ! CLAUDE LORIN Taysir Batniji L’Homme ne vit pas seulement de pain jusqu’au 16 juin Espace Robert de Lamanon, Salon-de-Provence ateliers et visites guidées 04 90 44 89 90 (1) en collaboration avec l’Addap13 et l’Aagesc (Association pour l’Animation des Equipements Sociaux) Comme une vibrante cathédrale... Le Vieux-Port transfiguré pour l’inauguration de la Folle histoire ! Personne n’aurait imaginé traverser le Vieux- Port de Fort à Fort à pied sec, sinon en rêve... Ce rêve est devenu réalité pour plus de 400 000 personnes les 3 et 4 mai grâce à Carabosse qui, loin d’être la méchante fée du conte, est un collectif d’artistes multiples, comédiens, plasticiens aimant jouer avec le feu en déclenchant des rêves ! Sollicités par Karwan, structure initiatrice du projet, ils ont imaginé la construction d’un ponton de 160m, constitué de dalles carrées flottant sur des boudins gonflants. Dès le début de la soirée la foule attendait le départ, pressée de chaque côté du port. À 20h30, les promeneurs empruntaient la passerelle par vagues pour contempler l’étendue marine empourprée par le soleil couchant. Peu à peu des hommes et des femmes en noir ont mis chaque soir le feu à 6000 pots de terre suspendus à des structures métalliques, certaines tournant sur elles-mêmes, d’autres formant un tunnel de flammes sur 300m devant la mairie. Ainsi scénographiés, les 230 000 m² du port forment une place publique sur laquelle on peut déambuler en valse lente parmi les parfums agréables de la cire. Entre les deux Forts une grue de 35m a élevé peu à peu 5 sphères formant un lustre monumental. Du haut des jardins du Pharo, de l’esplanade de St Victor ou de celle de St Laurent, la vue sur la ville illuminée avec douceur est stupéfiante. Les marseillais, les voisins et les touristes promènent leur plaisir dans le calme, se réchauffent aux braséros cylindriques sur le quai de la Fraternité. Instants magiques de La folle histoire des Arts de la rue qui en est à sa 4 e édition grâce à la participation de MPM, de la ville de Marseille et surtout du CG 13 ainsi que, pour cette année capitale, MP 2013 (budget un peu moins de 2,5 Md’euros). Aurait-on pu imaginer des propositions artistiques plus consistantes pour cette Capitale qui fait déambuler les foules mais nourrit peu les esprits ? Sans doute. Mais ainsi Marseille retrouve le dialogue avec son port et les Arts de la rue lui ouvrent les portes d’un rêve fraternel. CHRIS BOURGUE Le Vieux-Port entre flammes et flots a eu lieu les 3 et 4 mai sur le Vieux-Port à Marseille À venir Moteurs ! le 17 mai Cité des Arts de la Rue T’as de la chance d’être mon frère ! No Tunes International le 16 mai à Aureille Dream City les 18 et 19 mai à L’Estaque Waterlitz Générik Vapeur le 19 mai sur le J4 The color of times déambulation d’Artonik le 20 mai Bd de Paris et aussi à Marignane, Lambesc, Charleval, Port-Saint-Louis-du-Rhône Agnes Mellon et Aureille Toutes les manifestations sont gratuites La Folle histoire jusqu’au 20 mai à Marseille (voir Zib’62) www.follehistoire.fr www.cg13.fr
Parc d’attractions Après la préfiguration en 2012 du projet Le chez soi et l’ailleurs dans le cadre d’Ulysses (voir p 76), Arteum explore L’autre côté du rêve avec en en point d’orgue une création du Cabanon Vertical Le château, à la fois musée et hôtel de ville de Châteauneuf-le-Rouge avait accueilli l’année précédente un premier volet dont les installations sont toujours visibles dans le parc et continuent d’évoluer avec le temps (Zib 53). De l’autre côté du rêve inscrit le second chapitre en occupant autant le musée pour une exposition collective de pièces empruntées majoritairement à plusieurs organismes publics (Fonds Communal d’Art contemporain de Marseille et divers FRACs), que l’extérieur avec un projet monumental commandé au collectif d’artistes du Cabanon Vertical. Au dernier étage du bâtiment accueillant la partie muséale, les œuvres bénéficient d’une récente rénovation bien venue. La commissaire, Christiane Courbon, s’en réjouit : « Cela va nous permettre une meilleure visibilité d’accrochage. Pour les œuvres nous avons recherché des pièces qui traduisent ces questions liées au voyage concernant le territoire, l’errance ou le déracinement. Le périple d’Ulysse c’est se frotter aux frontières ou aux pertes de repères, ce qui crée la rencontre aussi. Des questions donc très contemporaines. » Les regards sont variés : Marie Bovo, Wolfgang Laïb, Bouchra Khalili, Tatiana Trouvé, Yves Belorgey, Mathieu Mercier… Dans le jardin à la française composé de buis taillés datant du XVII e siècle, un parcours initiatique et ludique emmène le visiteur par des passages obligés entre des arbustes de quatre mètres de haut, tels des escaliers, porte dérobée, culde-sac, passerelle, pont suspendu, Le Cabanon Vertical, Au risque de se perdre, installation dans le parc du chateau, vue partielle. 2013C. Lorin-Zibeline avons travaillé comme un éclaté d’architecture en ménageant des déplacements et des pauses. Ce sont des structures de bois comme un décor de théâtre qui se rend visible et praticable. Ça peut évoquer ce qu’on appelle des folies ou le jardin du Désert de Retz. Le dispositif s’intègre au lieu mais il n’est pas fait pour la contemplation. Avec cet itinéraire on provoque une expérience déroutante, une sorte de révélateur où les gens se perdent et se retrouvent en écho au parcours d’Ulysse chahuté par les dieux » explique Olivier Bedu qui a travaillé précédemment avec Tadashi Kawamata en Camargue (Zib 61). Cette complexité intentionnelle se renforce d’un dispositif sonore conçu pour le projet : le poète Maxime Hortense Pascal a travaillé une écriture en « confrontant poésie contemporaine, traces homériques, lignes joyciennes » auxquelles se joint une déclar’action de Julien Blaine, dans une mise en design sonore de Julian Mannarini et Jean Baptiste Zellal. CLAUDE LORIN poste de guet et points de vue en pin douglas et jeu de miroir combinant intériorité du cheminement et aménagement d’ouvertures visuelles nouvelles offertes sur l’horizon. « Nous Le chez-soi et l’ailleurs, l’autre côté du rêve jusqu’au 27 juillet au musée jusqu’au 27 octobre dans le parc Marché Noir et extraits intervention chorégraphiée du GUID/Ballet Preljocaj le 1er juin à 11h Arteum-musée d’art contemporain Châteauneuf-le-Rouge 04 42 58 61 53 www.mac-arteum.com 25 M P2013 QUINZAINE DES RÉALISATEURS - CANNES 2013 REPRISE Â MARSEILLE AU CINÉMA L'ALHAMBRA DU 28 MAI AU 4 JUIN 1- fer.gurt,eeticrfWir:dm:xmbfr. ! 7af 17. 95. MCReI ici la de Sup:F3wu 2e YN,i. : I4 pn, F qul j7T4p0.5F.M ? un 7,vya.9e. sort peréh'gue et magnifique dan.5 1A7.9tP alhamhrac:zne.c:orrn - 04 9 1 03 84 66 - c:inenna.aihambra I 3@2oran en partenariat avec ta le.Agion fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 1Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 2-3Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 4-5Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 6-7Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 8-9Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 10-11Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 12-13Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 14-15Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 16-17Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 18-19Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 20-21Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 22-23Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 24-25Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 26-27Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 28-29Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 30-31Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 32-33Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 34-35Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 36-37Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 38-39Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 40-41Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 42-43Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 44-45Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 46-47Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 48-49Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 50-51Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 52-53Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 54-55Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 56-57Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 58-59Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 60-61Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 62-63Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 64-65Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 66-67Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 68-69Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 70-71Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 72-73Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 74-75Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 76-77Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 78-79Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 80-81Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 82-83Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 84-85Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 86-87Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 88-89Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 90-91Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 92-93Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 94-95Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 96