Zibeline n°63 mai 2013
Zibeline n°63 mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°63 de mai 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 12,9 Mo

  • Dans ce numéro : la culture sans artiste, une idéal libéral.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 M UC E M Les genres humains ? Zibeline : Pourquoi avez-vous choisi de vous centrer, pour cette exposition inaugurale temporaire, sur la question du genre en Méditerranée ? Denis Chevallier : Un musée des civilisations doit aborder les grandes questions de société qui agitent son espace. Les questions chaudes et polémiques. Nous en avons défini plusieurs : celle de l’eau, le thème du religieux, les migrations, la ville, et toutes les interrogations liées à l’altérité, à comment vivre « entre autres ». Le MuCEM veut s’emparer de ces sujets brûlants, présents aussi dans les expositions inaugurales… Mais le point à propos du masculin féminin, fondateur du groupe social basique, ainsi que la manière dont les sociétés méditerranéennes codifient la sexualité, nous semblaient essentiels à poser d’entrée. L’exposition va parler d’homosexualité, de rapport entre les sexes ? Entre autres. Nous allons parler de l’égalité hommes femmes, en particulier au travail. De la question du voile, qui stigmatise les femmes ou qu’elles revendiquent comme un signe d’appartenance à une communauté. Puis de la sexualité, hétéro et homosexuelle : la virginité, l’âge du mariage, la sensualité. Et de la revendication de genre qui est récente, des lois répressives sur l’homosexualité autour de la Méditerranée. L’actualité, avec la loi du mariage pour tous et les mouvements homophobes, rend ce sujet brûlant… Le vivez-vous comme un risque ou comme une chance ? Cela tombe plutôt bien ! Les gens sont aujourd’hui intéressés par le sujet. On ne cherche pas à exciter, il n’y a aucune provocation dans notre démarche, mais il faut montrer ce qui est. Par exemple, on pourra nous taxer d’islamophobes en regardant la carte des règlementations sur l’homosexualité. On a beau atténuer les couleurs, opposer le gris pâle au bleu plutôt que le noir au blanc, il apparait clairement que les pays musulmans conservent des lois homophobes. Il faut le dire… Qu’allez-vous montrer dans ces 500 m² ? Nous avons défini des thématiques -nous n’avions Denis Chevallier Conservateur du patrimoine, docteur en ethnologie, il est directeur adjoint du MuCEM, responsable du département recherche et enseignement, commissaire de l’exposition Au Bazar du genre, et de la programmation culturelle de la Semaine du genre. Il prépare, pour 2014 et 2015, des expositions temporaires sur le Carnaval, les Lieux Saints, la nourriture… Denis Chevallier Frederic Presles pas la place pour une approche historique- et nous sommes concentrés sur les changements depuis 50 ans. C’est-à-dire depuis la révolution de la contraception. En Algérie il y a 50 ans les femmes se mariaient entre 16 et 18 ans et avaient en moyenne 6 enfants. Aujourd’hui elles se marient à 30 et ont 2 enfants. Notre section Mon ventre est à moi retrace cela, et le fait qu’une « femme accomplie » reste généralement une mère en Méditerranée. Les Chemins de l’égalité passent donc par la revendication des droits politiques, mais aussi ici par Myriam Lamare championne de boxe, les féministes qui luttent contre les images dégradées de la femme, contre Berlusconi en 2011… On s’attache au combat LGBT à travers l’histoire des Gay Pride, de leur répression, en montrant que les droits, comme le mariage pour tous, précèdent souvent les sociétés… qui continuent à fabriquer des objets homophobes, des insultes courantes homophobes. On a ainsi conçu une douche sonore homophobe, pour faire entendre la violence des mots… Cela peut être choquant ! Selon Walter Benjamin il faut produire « un petit choc pour faire entrer l’histoire dans les mémoires ». C’est ainsi que je conçois une exposition, qui pour moi n’est pas un alignement de beaux objets. Y aura-t-il cependant des œuvres d’art ? Oui, des commandes contemporaines, à Fred Sathal par exemple, une trentaine d’œuvres en tout, comme cette tapisserie de Sandra Dukiç qui exhorte Enfante ! Une vingtaine de films aussi, dont une commande. Les lesbiennes de Nan Goldin qui répondent aux Damnées de Rodin… puis des objets issus des collections des ATP, des amulettes viriles, des vêtements… et des collectes récentes : des objets acquis lors de pèlerinages de fertilité, un kit d’hymen artificiel, interdit en Égypte, preuve que cela marche, des costumes de Gay Pride, des photos de banderoles revendicatrices ; des objets plus anciens aussi, une coupe de XVI e siècle qui montre la femme qui sort de la côte d’Adam… On évoque aussi la violence faite aux femmes en Égypte, les Vierges jurées en Afghanistan, qui ont le droit d’être traitées en hommes si elles jurent de rester vierges… Les objets d’art ont-ils pour vous une valeur différente des objets du quotidien ? Pas dans le cadre d’une exposition comme celleci. L’équilibre art/objet de peu ne compte pas, la valeur archéologique non plus, il faut que l’objet dise quelque chose, qu’il ait du sens, la charge esthétique ou émotionnelle pouvant être plus ou moins forte. Il faut que l’objet soit rare, ou surprenant, mais sa valeur m’importe peu dans ce cadre. Les objets sont les mots des muséologues, ils s’articulent les uns aux autres, ils n’ont pas de sens tout seul… ENTRETIEN RÉALISÉ PAR AGNÈS FRESCHEL Au Bazar du genre, Féminin-Masculin en Méditerranée 500 m², J4 jusqu’au 6 janvier www.mucem.org Rataj - Enfante, Sandra Dukic, Banja Luka, Bosnie-Herzegovine, 2006, matiere textile MuCEM, Christophe Fouin
Trois autres expositions inaugurales commenceront le 7 juin, ainsi qu’une programmation artistique gratuite Panneaux de Van Crayenest, Charles Van Craeyenest, France, 1947, bois, matiere textile MuCEM Fort Saint-Jean Le Temps des Loisirs Exposition permanente, accrochage renouvelé tous les 3 ans, 850 m². Commissaire général : Zeev Gourarier Un parcours historique retrace le passage des fêtes rituelles millénaires à la société des loisirs, après la Révolution puis au Second Empire (fête foraine, cirque, magie…). Une exposition riche en objets rares et spectaculaires, trésors de la collection des ATP ou acquisitions retraçant les rites de passages (de la naissance à la mort), les fêtes calendaires (solstices, vendanges, moissons, fêtes religieuses…) puis les fêtes foraines, cirque et marionnettes… Expositions photographiques Quatre expositions photographiques successives, 320 m². Commissaire général : François Cheval Du 7 juin au 29 juillet : Les choses de ce côté du monde, une exposition collective présente le travail de huit vidéastes et photographes contemporains autour de Marseille et ses environs (André Mérian, Stéphane Couturier, Servet Kocyigit, Ange Leccia, Patrick Tosani…) Du 9 août au 23 sept : Odyssées d’Antoine d’Agata, un portrait des migrants auxquels il s’est mêlé lors de leurs périples aux frontières. Ateliers de l’Euroméditerranée. Du 4 oct au 18 nov : Memory of trees, de Kathryn Cook, séries en noir et blanc et couleur où la photographe américaine a recherché, à Marseille et en Turquie, la mémoire effacée du génocide arménien. Ateliers de l’Euroméditerranée. Du 29 nov au 28 janv : Mare- Mater. Patrick Zachmannvoyage à travers la mémoire juive, confronte son histoire familiale à celle des migrants d’aujourd’hui. La mère du King, Saida, 2001 Jean-Luc Moulene 21 M UC E M Centre de Conservation et de Ressources Enseigne de baraque foraine, France, 20e siecle MuCEM Des personnalités extérieures posent sur les collections du MuCEM, conservées au CCR, un regard libre qui tisse des liens inédits. 100 m2. Jusqu’au 6 janv : Présentée vivante. Jean Blaise, directeur général du Voyage à Nantes, a fait appel à l’écrivain Joy Sorman pour relier des objets divers possédant chacun une histoire propre. Avec la commissaire d’exposition Patricia Buck, ils ont mis en scène ces objets choisis autour du texte de Joy Sorman. Les Intensités d’été Dès l’ouverture et durant tout l’été, une programmation de cinéma, concerts, débats et de spectacles de plein air, offerte aux visiteurs, au Fort Saint Jean ou dans l’Auditorium Germaine Tillion… Cela commence à Marseille dans les années 40 pour finir le 1er septembre en évoquant Marseille aujourd’hui… Autant de propositions qui s’inscrivent en complément et écho aux expositions temporaires et permanentes. Au programme Le 7 juin à 22h : Concert d’ouverture avec le Khoury Project des frères Khoury (oud, violon, qanoun) qui invitent la chanteuse andalouse Estrella Morente Le 14 juin à 18h30 : une rencontre autour de l’Art en guerre à la Villa Air Bel et au camp des Milles, suivie à 22h de la projection de Transit de René Allio, d’après Anna Seghers Le 15 juin à 14h : Etat de piège ou la filière marseillaise, documentaire de Terry Wehn Damish, suivi à 16h30 des Camps du silence de Bernard Mangiante et d’une rencontre débat, à 18h30, autour de Varian Fry et Gilberto Bosques À 21h30 : On chantait quand même - Radio transit, spectacle de Serge Hureau et du hall de la chanson, autour de la TSF pendant l’occupation Le 16 juin à 16h30 : Resisting paradise, un documentaire de Barbara Hammer suivi à 18h30 de Fluchweg nach Marseille (la fuite vers Marseille) de Ingemo Enstrom Du 17 au 22 juin : Prix Med (voir p 72) Rencontres, projections de documentaires et remise des prix. www.mucem.org Estrella Morente X-D.R



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 1Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 2-3Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 4-5Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 6-7Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 8-9Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 10-11Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 12-13Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 14-15Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 16-17Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 18-19Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 20-21Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 22-23Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 24-25Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 26-27Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 28-29Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 30-31Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 32-33Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 34-35Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 36-37Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 38-39Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 40-41Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 42-43Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 44-45Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 46-47Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 48-49Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 50-51Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 52-53Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 54-55Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 56-57Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 58-59Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 60-61Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 62-63Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 64-65Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 66-67Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 68-69Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 70-71Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 72-73Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 74-75Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 76-77Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 78-79Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 80-81Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 82-83Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 84-85Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 86-87Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 88-89Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 90-91Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 92-93Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 94-95Zibeline numéro 63 mai 2013 Page 96