Zibeline n°62 avril 2013
Zibeline n°62 avril 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°62 de avril 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 8,4 Mo

  • Dans ce numéro : des modèles en crise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Babel Med, l’adoubement populaire 16 000 spectateurs ont envahi les 4 espaces pour découvrir 36 formations issues de 45 pays 28 M US I Q U E La 9 e édition du forum marseillais des musiques du monde confirme la curiosité d’un public grandissant. À se demander si Babel Med Music ne serait pas en train de devenir une deuxième Fiesta des Suds. Nos coups de cœur. Mashrou’Leila. Au-delà d’un charisme déroutant, le leader de ce groupe libanais invente un rock indie qui assume les influences occidentales (jazz, blues, funk) d’une jeunesse proche-orientale habitée par la soif de vivre et la révolte. À suivre. Baloji. Ce Congolais de Belgique, tantôt crooner tantôt slameur, a ensorcelé le public avec sa rumba congolaise aux accents afro-funk, hiphop et soul. Le mélange de likembés, balafons et guitares électriques crée un univers spatiotemporel indéfini. Ablaye Cissoko et Volker Goetze. L’un à la kora, l’autre à la trompette, ce mariage afro-européen entre free jazz et musique mandingue est un dialogue de sonorités, tout en murmures. Taksim trio. Sur des bases très traditionnelles, la clarinette de Hüsnü Senlendirici, accompagnée d’un quanûn et d’un luth baglama use avec grâce d’improvisations flirtant avec le jazz, et nous rappelle la nature hybride d’une Turquie refusant de choisir entre Orient et Occident. Mohammad Motamedi. Bercé par la musique savante persane, ce jeune prodige iranien renouvelle la tradition millénaire du radif qu’il chante avec modernité et exaltation. Mariem Hassan. Une voix envoûtante, un engagement -celui de la lutte pour l’indépendance du Sahara Occidental-, cette chanteuse de blues mandingue émeut par le lancinement de ses complaintes partagées entre joie et déchirement. Coetus. Emmené par Eliseo Parra, ce grand orchestre de percussions ibériques (panderos cuadrados, cajas, tamboris, pandereta, tabal, chicoten) donne vie une à un patrimoine musical espagnol inédit en réunissant dans une même formation des instruments traditionnels de régions différentes habituellement utilisés de manière séparée. The Alaev Family. Trois générations de musiciens qui font vivre la culture tadjik en Israël. Une musique frénétique sous forme d’éloge de la fête qui met en évidence le lien entre les sonorités ottomane, indienne et tsigane. Tiloun/Gren Seme. En programmant deux groupes de La Réunion, Babel Med a pris le pari de montrer la mutation en cours dans ce coin de l’Océan Indien. Imprégnés de maloya, épuré pour l’un, évolutif pour l’autre, Tiloun et Gren Seme se rejoignent sur la prise en compte des Mashrou'Leila X-D.R problématiques de la société réunionnaise d’aujourd’hui. Wanlov and the Afro Gypsy Band. Si, musicalement, le résultat n’est pas convaincant, le concept est assez inédit. Né d’une mère roumaine et d’un père ghanéen, le très « looké » Wanlov et son african gypsy music assemblent hip life (son ghanéen mêlant highlife, rap et dance hall), tambours africains et violons de Transylvanie. Une audace qui lui a valu le prix Mondomix 2013. Hoba Hoba Spirit. Ceux que l’on surnomme les « Clash marocain » pour leur verve contestataire sévissent depuis une quinzaine d’années. Bêtes de scène, les Hoba Hoba associent rock, sonorités urbaines et ganouis, français, arabe et anglais. Les créations Watt. Propositions de MP2013, ces résidences nous auront laissés sur notre faim. Explorant des pistes certes intéressantes (particulièrement les cuivres et beatboxers de « Watt a nine brass room » et la transe urbaine de « Wilaya 49 »), les projets entre artistes marseillais et d’autres rivages de la Méditerranée se sont révélés inaboutis. THOMAS DALICANTE Babel Med Music a eu lieu du 21 au 23 mars au Dock des Suds, Marseille Sadat et MC Amin, 100COPIES Studio, Le Caire 2012 X-D.R You say « Watt » ! Babel Med, ses rencontres, ses créations, ses découvertes, échappe un soir à Marseille pour une escapade au Bois de l’Aune à Aix avec le luxe de deux concerts en une soirée : deux univers différents, mais animés par la même fougue, une incontestable qualité musicale, et une même absence totale de femmes. Un plateau de cuivres de rêve avec les Nine spirit accompagnés par les quatre beatboxers d’Under Kontrol, champions du monde de leur discipline, véritables batteries humaines qui s’emportent dans des improvisations stupéfiantes et rythment le concert avec un tempo de métronome. Les solos des trombonistes, trompettistes, saxophones se mêlent aux compositions virtuoses de Cyril Benhamou et de Raphaël Imbert. À cela, ajoutez une guitare et des claviers, de l’humour, le bonheur palpable de faire de la musique ensemble, avec un blues en hommage à Martin Luther King, le Hip Hop des Kids pour lequel la salle bondée s’enflamme, ou, annonçant la performance suivante, le grand tube Égypt Strut de Salah Ragab, aux accords orientalisants. Le jazz, langage devenu universel, intègre les modes des musiques actuelles, leur apportant son esprit de liberté. La fête musicale se poursuit sur un autre mode avec Zamalek, eux aussi en résidence à l’initiative de MP2013. Les nappes sonores des guitares soulignent la poésie de la flûte de Laïth Suleiman, la guitare superbe de Jeff Kellner, le phrasé expressif de Amin (El Général) et Sadat, deux « icones » de la jeunesse égyptienne, pour la première fois en France, entre rap, hip hop, dub. Ahmad Compaoré à la batterie et percussions sait fondre les influences du jazz, du rap de l’électro-chaabi en un tout cohérent et inventif. Masculin ? MARYVONNE COLOMBANI Le 21 mars Bois de l’Aune Aix
Camus en lame de fond Abd Al Malik dit avoir trouvé chez Camus « un grand frère » et ressenti le même « élan dans la façon d’habiter l’écriture ». Comment ne pas voir qu’ils partagent la même brûlure quand il slame « le soleil est un royaume tragique » ? Dans L’art et la révolte, le rappeur s’est réapproprié L’envers et l’endroit en injectant entre les nouvelles des textes de son meilleur cru. Mais le spectacle n’est pas une lecture mise en espace, c’est une forme hybride qui tient du tour de chant, du concert de rap mâtiné de jazz et d’électro pop, de la déclamation poétique et théâtrale. Gibraltar, titre ambigu qui fait l’apologie du retour au pays, trouve ici un écho poignant : « parce qu’on a la Méditerranée en L'art et la revolte Agnes Mellon partage, j’ai écrit Gibraltar » ; Les Chutes, interprété au piano par Michael Karagozian, est accompagné par le danseur Miguel Nosibor, décevant par sa prestation fragile. Mais c’est surtout musicalement que L’art et la révolte reste peu inventif, le gros son hyperpulsé dominant dans la première partir hip hop comme dans la deuxième plus soul… De fait l’originalité du projet, et sa réussite, est de faire entendre à toutes les générations la langue engagée de l’écrivain et la sienne, effilée comme une lame de couteau. Il explose, susurre, enrage « qu’il n’y a pas d’amour de vivre, non, sans désespoir (des espoirs ?) de vivre… ». Poignant quand il évoque sa mère, son quartier, ses origines, il est lui aussi un homme révolté. MARIE GODFRIN-GUIDICELLI L’art et la révolte a été créé le 12 mars au Grand Théâtre de Provence, Aix, en tournée au Théâtre Liberté à Toulon le 19 mars et au Théâtre de Cavaillon le 22 mars Contrebasse nomade m Garcia-Fons donne des ailes à son instrument imposant, lorsque sa contrebasse se fait violon, guitare, percussion, traverse tous les styles, du baroque au flamenco, en passant par le jazz, le rock. La musique renaît, décloisonnée, vivante, populaire et pourtant si savante de sciences diverses… La variété des timbres, des improvisations, est mue par une virtuosité charnelle. Renaud Garcia-Fons (Deutscher MuzikPreis Jazz du meilleur instrumentiste international 2010 et 2011 !) crée son style propre en croisant mille influences, pari osé avec sa seule contrebasse à 5 cordes. Fort de ses origines catalanes, il transmet avec fougue, grâce, exigence, une musique puissante et sensuelle. Au Théâtre des Salins, il a donné un merveilleux récital, tiré de l’extraordinaire album solo The Marcevol Concert : invitation au voyage imaginaire, de la Catalogne (Marcevol évoquant ce Prieuré en pays catalan) à l’Iran d’Ostad Elahi Sheikh Amiris, le maître iranien du tambûr, en passant par hommage à Atahualpa Yupanki, jusqu’à Pilgrim qui nous ramène en Irlande. On ferme les yeux, on entend Paco de Lucia, Piazzolla, Savall, Grappelli, Alan Stivell, Nguyên Lê, Doudou N’Diaye, Ray Brown… ! Pourtant les samples qui sortent des hauts parleurs sont issus de sa seule contrebasse, gérés par l’artiste au sol : arco, pizzicato, col legno, appuis percussifs comme un djembé sur la table : impressionnant ! Et dire que pendant des décennies on associait la contrebasse à l’Eléphant de Camille Saint-Saëns ! YVES BERGÉ Renaud Garcia-Fons s’est produit au Théâtre Les Salins, Martigues, le 16 mars Il était aussi programmé à Grasse, dans le cadre des Musiques Sacrées du Monde, dans Le Cantique des cantiques, le 24 mars Renaud Garcia-Fons X-O R Renaud Garcia-Fons X-D.R o t Jeu sans frontières Depuis une trentaine d’années, le métissage, la fusion des styles… sont devenus une constante stylistique dans la musique, aussi bien « savante » que « populaire » : SteveTurre dans l’album Rhythm within, ou encore Kronos Quartet dans le CD Pieces of Africa en sont quelques représentants. En concert au Forum de Berre l’Etang le 22 mars, le World Kora Trio, composé du compositeur et violoncelliste électrique américain Eric Longsworth, du batteur et percussionniste aux doigts de fée Jean-Luc Di Fraya, et du virtuose malien à la Kora Cherif Sourano, ont distillé une musique vivante, rythmée, inspirée, riche en couleurs, mêlant inspirations de la musique traditionnelle d’Afrique de l’Ouest et compositions originales. Construites sur des éléments simples, ostinatos mélodico-rythmiques, grounds… ces pièces, d’obédience modale, furent l’occasion pour ces musiciens qui respirent la joie de vivre et l’envie de transmettre leur art, de transcender ce matériau et d’en tirer la quintessence pour amener le public à un état de transe. Jubilatoire ! CHRISTOPHE FLOQUET 29 M US I Q U E I RetrouveZ sur notre site ces critiques musique et découvreZ les autres ! - Ouverture Aves le Temps - Mai-diterrané, au fil des voix au Toursky -Sébastien Tellier à Six-Fours - Wax Tailor au Moulin -Réouverture de l’Intermédiaire -Radio Babel à la Cité de la musique -festival Indo-persan à la Mèson -Robin Mac Kelle au Gymnase i www.journalzibeline.fr i



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 1Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 2-3Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 4-5Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 6-7Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 8-9Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 10-11Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 12-13Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 14-15Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 16-17Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 18-19Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 20-21Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 22-23Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 24-25Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 26-27Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 28-29Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 30-31Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 32-33Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 34-35Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 36-37Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 38-39Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 40-41Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 42-43Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 44-45Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 46-47Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 48-49Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 50-51Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 52-53Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 54-55Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 56-57Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 58-59Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 60-61Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 62-63Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 64-65Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 66-67Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 68-69Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 70-71Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 72-73Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 74-75Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 76-77Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 78-79Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 80