Zibeline n°62 avril 2013
Zibeline n°62 avril 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°62 de avril 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 8,4 Mo

  • Dans ce numéro : des modèles en crise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 J E U N E P U BL I C R U E Je suis pas mal comme personne Qui est Cendrillon ? Le mythe, nous répond Pommerat, le conte connu de chacun, peut subir une transposition, et apparaître comme une histoire contemporaine, dérangeante et réjouissante, parlant de notre psyché, de nos culpabilités post freudiennes. Et théâtrale jusqu’au bout, dans la représentation des peurs et des joies. Cendrillon (Deborah Rouach, époustouflante et troublante) est une enfant obstinée, à la répartie cinglante, qui s’inflige d’elle-même des punitions qui, pense-t-elle, lui correspondent. Les tâches ingrates du ménage ne la rebutent pas, au contraire, elle ne mérite que ça, victime consentante, soumise à une promesse faite à sa mère mourante. Une parole mal interprétée, qui orientera toute sa vie, gâchant toute chance d’épanouissement. Autour d’elle, comme dans le conte, l’horrible belle-mère ; les deux sœurs, teigneuses à souhait ; le père inconsistant ; la fée, personnage hilarant, fatiguée de devoir vivre En réalité Ubik est un spectacle créé au plus près des adolescents : aux Salins où il a été repris, ou au Théâtre Durance qui l’a également coproduit, les lycéens impliqués dans le projet ont apprécié l’univers représenté, proche de nombreuses fables cinématographiques : il est question d’un monde virtuel où un homme jeune est emprisonné, sans contact réel avec la vie. Il va apprendre à peu à peu éprouver les choses… Ubik met donc en scène, par des procédés techniques très habiles qui mêlent corps réel et projections, écrans et transparences, la vanité d’un monde où tout contact est factice, et dans lequel nombre d’adolescents passent plus de temps que dans le réel qui les entoure. L’intention est louable et le spectacle se tient, malgré des dialogues qui sonnent mal et un comédien, Yoan Mourlès, à l’aise dans la danse mais moins dans le dialogue qu’il entretient avec lui-même : l’ubiquité, propos même de la Cie Nomade Village, repose trop grandement sur ses seules épaules ! A.F. Cici Olsson éternellement et archi nulle en magie ; le prince, petit garçon perdu qui attend depuis 10 ans le retour de sa mère décédée... Dans la réécriture de Joël Pommerat tout est étonnant et fascinant, des multiples variations qui rendent l’histoire fictionnelle complètement réelle aux décors grandioses auxquels s’adjoint le X-D.R magnifique travail sur la lumière d’Eric Soyer. DOMINIQUE MARÇON Cendrillon a été joué du 19 au 21 mars à L’Olivier, Istres, du 26 au 29 mars à la Scène nationale de Cavaillon, du 3 au 6 avril à Châteauvallon, Ollioules Prenez et mangez... En ce début d’avril les Apprentis de la FAI-AR, école de formation des Arts de la Rue, ont rassemblé le public autour d’une célébration, celle du pain et de l’amitié. Rien de sacré cependant dans la forme ; c’est l’humour et la fantaisie qui ont soutenu le propos. Les 14 Apprentis se couvrent de farine le visage, les cheveux et le corps avec frénésie et délectation, allant jusqu’à en proposer à pleines mains aux spectateurs, provoquant de grands remous dans le public qui n’avait pas particulièrement envie de s’y faire rouler ! Pourtant des caresses très douces étaient offertes aux audacieux... Car au final un conseil judicieux nous est donné : pour faire un bon repas entre amis, le meilleur ingrédient c’est... les amis ! Limpide. Après la sirène des pains sont offerts et partagés... CHRIS BOURGUE À table ! s’est donné le 3 avril sur la place de l’Opéra www.lieuxpublics.com o À venir Venue d’ailleurs Valentin Clastier et Hervé Birolini avec le GMEM le 8 mai à midi 04 91 03 81 28 www.lieuxpublics.com Vincent Lucas Ubik, mise en scène Philippe Domengie, a été joué aux Salins, Martigues, les 27 et 28 mars et le 2 avril
Trois truies ! Les trois petits cochons sont en fait des filles ! Qui ont de l’énergie à revendre. Marion Lévy s’est attachée à actualiser le conte traditionnel du XVIII e siècle adapté par Disney en 1933, le transformant en parabole sur l’apprentissage de la liberté et de l’indépendance. Et cela ne va pas sans quelques écueils... Très soudées mais avec des personnalités différentes, les trois cochonnes affirment leur volonté d’autonomie dans une danse rythmée, avec des enroulements de bras et des déhanchements 1'4E, généreux, dans un ensemble impeccable. Attachée au dialogue entre texte et danse, Marion Lévy a sollicité Marion Aubert pour tout récrire. Ainsi la louve rock and roll ne se contente pas de vouloir les dévorer, et les incite à s’affranchir de l’enfance et à suivre leur chemin. Les trois maisons vont se construire, et la plus solide est un blockhaus avec des miradors. Est-ce vraiment ça la vie ? Ne vaut-il pas mieux courir quelques risques ? D’autant que le loup attaque avec artillerie lourde, fumigènes, musique infernale… Lucas Durey Un magnifique travail, souligné par la scénographie aux couleurs changeantes et au dispositif astucieux. CHRIS BOURGUE Dans le ventre du loup s’est donné au Pôle jeune public, Le Revest, les 12 et 13 mars, au Massalia, Marseille, du 17 au 19 et à La Passerelle, Gap, le 22 Lève-toi et marche Camélia ! Recréé à chaque tournée avec des résidents de maisons de retraite, Camélia laisse des traces d’humanité précieuses. Stimulés, investis, les seniors reprennent leur place sur la photo en partageant l’aventure avec la vieillissante marionnette Camélia qui, projetée dans le corps des artistes du Boustrophédon, avant d’« apprendre à devenir vieille » gravira des montagnes de verre, rompra ses chaines, voltigeuse en grâce ou danseuse rhumatisante. Observateurs attentionnés de ses prouesses, eux aussi accomplissent des exploits, poussant la chansonnette et créant des valses jubilatoires « parce que c’est pas fini chez les vieux le goût de l’autre ». Les 3 circassiens-musiciens dans un lien visible, sans doute difficile à défaire, font rire d’émotion et pleurer de dérision, et conjurent en l’évoquant la peur de la mort. Un face-à-face avec la vieillesse qui sonne juste et nécessaire. Car si les 14 personnes âgées n’ont pas quitté leurs chaises roulantes ce soir-là, elles se sont pourtant levées et ont marché ! Une intense et tendre leçon de vivre-ensemble. DE.M Camélia s’est joué à l’Auditorium de Vaucluse, Le Thor, le 30 mars DE.M Willi Filz Au royaume du sans « sans » Il était une fois un roi qui s’est réveillé un matin sans lit, sans château, sans reine : tout son royaume s’était envolé ! Seule sa couronne était encore sur sa tête. Voici qu’il parcourt le monde avec allégresse, suivant le vent, à la recherche de son hymne national ; en chemin, il croise un chat noir sacrément malin, un cerf prétentieux aux manières efféminées, et d’étonnants personnages. Absurdes comme ces deux douaniers, incongrus comme ces trois rameurs. Le tout dans des saynètes sans queue ni tête (pas étonnant pour un « royaume sans sans » !). Auréolé de prix en Belgique, Le roi sans royaume de la compagnie Agora Theater est un spectacle musical, sonore et vocal, où les musiciens jouent la comédie et dansent. La narration est le maillon faible, à l’instar de la chorégraphie. Il reste d’excellents multi-instrumentistes et une manière astucieuse d’enrober les jeunes spectateurs dans leur équipée d’un jour. MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Le roi sans royaume a été joué les 4 et 5 avril au PJP, Le Revest, et au Massalia, Marseille du 9 au 12 avril a25 J E U N E P U BL I C RetrouveZ sur notre site ces critiques spectacles et découvreZ les autres ! - La danse indienne des Gleizes www.journalzibeline.fr - Journée Fair ar -Hans was Heiri à Châteauvallon



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 1Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 2-3Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 4-5Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 6-7Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 8-9Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 10-11Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 12-13Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 14-15Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 16-17Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 18-19Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 20-21Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 22-23Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 24-25Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 26-27Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 28-29Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 30-31Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 32-33Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 34-35Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 36-37Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 38-39Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 40-41Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 42-43Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 44-45Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 46-47Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 48-49Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 50-51Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 52-53Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 54-55Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 56-57Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 58-59Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 60-61Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 62-63Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 64-65Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 66-67Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 68-69Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 70-71Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 72-73Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 74-75Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 76-77Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 78-79Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 80